Archives par mot-clé : valorisation

Gabriel Boissy : un des auteurs de l’idée de la flamme sous l’Arc de Triomphe ayant légué sa bibliothèque à la ville d’Aix

Cet article a été rédigé dans le cadre du travail de mémoire pour l’obtention du Master 1 en Histoire, civilisations, patrimoine, parcours « Métiers des archives et des bibliothèques. Médiation de l’histoire et humanités numériques. » à Aix-Marseille Université,1 à la bibliothèque Méjanes, bibliothèque municipale de la ville d’Aix-en-Provence. En effet, les informations sur Gabriel Boissy son extrêmement rares, quelques soient les supports, aussi la publication de sa biographie nous a semblé être importante pour la visibilité du fonds qu’il a légué à la Méjanes. Une notice sur la Wikipédia, l’encyclopédie libre, a été également rédigée.

Gabriel Boissy, écrivain, journaliste, rédacteur en chef de Comœdia,2 critique théâtral, est très peu connu du public. Pourtant, avec le sculpteur Grégoire Calvet – tous deux combattants de la Guerre Guerre – c’est lui qui a proposé d’allumer la flamme éternelle au tombeau du Soldat inconnu sous l’Arc de Triomphe.

Continuer la lecture de Gabriel Boissy : un des auteurs de l’idée de la flamme sous l’Arc de Triomphe ayant légué sa bibliothèque à la ville d’Aix

  1. Voir l’article Devenir archiviste et bibliothécaire, spécialité Médiation de l’histoire et humanités numériques pour plus d’informations. []
  2. Comœdia est un journal culturel de presse écrite français qui a paru de 1907 à 1944. []

Odyssée, bibliothèque numérique patrimoniale de l’université d’Aix-Marseille

Odyssée, nom tiré du fameux poème épique d’Homère, est la bibliothèque numérique patrimoniale d’AMU. C’est une initiative d’excellence alimentée à partir des précieux fonds documentaires, aussi riches que variés, issus des réserves de cette université. Le site a été créé en association avec la Bibliothèque Nationale Française (BnF), ainsi qu’avec d’autres acteurs1. Ouverte au public en 2017 Odyssée a pour but de mettre à la disposition des usagers toute la richesse documentaire d’AMU afin de leur permettre d’en profiter quel que soit leur lieu d’habitation. La bibliothèque numérique se présente donc comme un outil de recherche destiné au plus grand nombre au carrefour entre préservation et valorisation. Elle est composée de documents anciens, manuscrits et imprimés, de périodiques imprimés, de monographies, de cours ainsi que de thèses, tous répartis par secteurs : Sciences, Santé, Droit-économie et Lettres. Les rubriques de la plateforme se présentent comme suit: une galerie thématique, des sous galeries thématiques pour le secteur droit, ainsi que des notices.

La plateforme ne présente aucune restriction d’accès, les consultations et déchargements des documents sont libres2 sauf pour utilisation commerciale3. La consultation peut se faire via l’index, par sélection de sujet, par la liste des documents et des fichiers, des formules de requêtes ou encore via le filtrage par facettes en ligne. Le logiciel libre Omeka4 a été choisi pour mettre cette bibliothèque virtuelle à disposition du public.

Les 6 galeries thématiques présentes sur la plateforme sont : celle de droit (près de 80% du contenu total), d’économie, de lettres, de santé, de sciences et d’histoire de l’Université d’Aix-Marseille. La situation historique et géographique de l’université a beaucoup contribué à la richesse de sa documentation. On retrouve dès lors dans ces collections, des documents portant sur : le droit colonial, la médecine coloniale et tropicale, la botanique (herbiers, dessins de plantes) et l’histoire de la Provence (structuration du Rhône, différences entre la Provence et le Languedoc, etc.). Il y a même une riche collection de documents portant sur la théologie, l’héritage d’une composante disparue, ainsi qu’une documentation sur le droit musulman et l’Afrique du Nord issue de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (MMSH), une des composantes actuelles d’AMU.

On note alors 440 titres disponibles sur Odyssée en juillet 2018. Pour 98.500 pages mises en ligne en 2017, on passe à 125.000 sur 165.000 numérisées en 2018. Ils sont chronologiquement répartis comme suit :

  • XVIème : 11 titres
  • XVIIème : 39 titres
  • XVIIIème : 154 titres
  • XIXème : 141 titres
  • XXème : 64 titres
  • XXIème : 14 titres

Les documents les plus antérieurs sont deux incunables du XVème siècle mis en ligne : une traduction latine de l’ouvrage apologétique d’Eusèbe de Césarée, la Préparation évangélique et une édition vénitienne (1483) des Étymologies de saint Isidore de Séville, encyclopédie du VIIe siècle fondatrice de la culture latine médiévale. Pour le reste ce sont les XVIIIème et le XIXème siècle qui sont les plus représentés. La plus grosse progression concerne le XIXème siècle qui va très certainement à terme dépasser le XVIIIème, dû à l’éclatement de l’université qui peut être une cause de régression sur une longue période : en dehors des supports fragilisés, surtout en raison de l’augmentation très importante du nombre de revues scientifiques et d’écrits académiques papier de mauvaise qualité pour presque toute la première moitié du XXème siècle. Pour la raison de la fragilité du support, plusieurs documents du XXème siècle ont été numérisés en priorité, mais la question des droits d’auteurs empêche de mettre les en ligne.

Au delà de ces collections, la création de la bibliothèque numérique patrimoniale dégage plusieurs aspects. En effet, conservant uniquement des fonds d’État, elle met en valeur 5 siècles de production documentaire, une richesse de l’université d’Aix-Marseille dont l’histoire commence en 1409. C’est un patrimoine inaliénable de l’université accessible au plus grand nombre. On note parmi les enjeux de sa création :

  • L’aspect patrimonial : La numérisation des documents anciens permet à la fois de faciliter la recherche, mais aussi leur préservation et leur diffusion car l’accès vers les documents patrimoniaux est restreint ;
  • La richesse des bibliothèques : elle manifeste la volonté de reconstituer des collections virtuelles complètes à travers la documentation des sites d’Aix, (Droit et Lettres) de St Charles, de la Timone, de Luminy, de la MMSH et quelques autres ;
  • L’histoire de l’université : permet d’afficher sa propre histoire et valoriser la recherche des plus utiles aux étudiants, chercheurs, personnels de l’université ou le grand public, des personnes extérieures à l’université.
  • L’aspect bibliothéconomie : permet la dématérialisation et la création d’une sauvegarde numérique du manuscrit.

Le travail entamé dans Odyssée enrichit perpétuellement l’accessibilité numérique des collections. Par ailleurs, plusieurs perspectives s’ouvrent afin de mettre davantage en valeur la base. D’abord il y a la participation au projet de collections d’excellence ainsi que la création du comité scientifique d’Odyssée en 2018, présidé par Nicolas Claire5 avec les représentantes et les représentants de toutes les composantes. Ces initiatives vont permettre de définir de grandes orientations de la plateforme et de numériser encore plus de documents dans le futur en convention avec les spécialistes de la MMSH. Ainsi Odyssée aide à non seulement fournir la sauvegarde, la diffusion, la promotion et la valorisation des documents patrimoniaux précieux, mais aussi à compléter les collections nationales avec les informations uniques et approfondies. Le moissonnage des métadonnées de la plateforme Odyssée réalisé par la BnF est un dispositif important au niveau d’une visibilité nationale qui crée, de fait, une passerelle entre la culture et l’enseignement supérieur. La base de donnée est en constante évolution, que ce soit par le numérique ou l’accroissement constant du catalogue, qui est vivant et permet les ajouts, dans un réseau toujours plus grand et une pratique toujours plus répandue. Le rythme actuel de numérisation permet d’enrichir la collection de manuscrit en ligne et le partage en réseau des chercheurs, concernant le champ international. À terme, la base devrait être enrichie avec des fonctionnalités informatiques complémentaires, telles que la recherche plein-texte, pour des expressions particulières ou la concordance, les manuscrits sont déjà traités avec la reconnaissance optique de caractères du texte (OCR).

Au delà du catalogue en évolution, Odyssée est amenée à évoluer face à une politique numérique croissante. Le perfectionnement des outils de numérisation permettra de mettre en ligne des documents anciens au format difficile à manipuler. Ainsi, pour 2020, Odyssée, ainsi que les archives de l’université seront connectées à la base de donnée CALAMES6. Le fond du SCD ainsi sera adapté dans des formats universels (EAD), et permettra une meilleure visibilité aux manuscrits dans cette base de donnée très utilisée par les chercheurs.

Odyssée est consultable via des liens disponible dans la Gallica – la bibliothèque numérique de la BnF – ou encore dans le Sudoc7.

Camille Arnadin, Sallimata Diamanka, Théo Giardina et Elena Kruchinina. Master 1 Métiers des Archives et des Bibliothèques.

Crédits Photographiques 

Autres Crédits 

Nous remercions Véronique Ginouvès, responsable de la phonothèque de la MMSH, et Pascal Faucompré, responsable de numérisation à la bibliothèque universitaire d’AMU ainsi que de la plateforme Odyssée, pour leur aide dans la réalisation de ce billet.

  1. Archives départementales des Bouches-du-Rhône, Marseille ; Archives nationales d’Outre-Mer ANOM, Aix-en-Provence ; Bibliothèque à vocation régionale de Marseille, BMVR Marseille ; Bibliothèque inter universitaire Cujas universités Paris 1 et Paris 2 ; Bibliothèque Méjanes, Aix-en-Provence ; Chambre de commerce et d’industrie de Marseille-Provence, CCIMP, Marseille ; Maison méditerranéenne des sciences de l’homme, MMSH, Aix-en-Provence []
  2. Licence Public Domain Mark 1.0 []
  3. Dans le respect de la législation en vigueur et du maintien de la mention de source : Aix-Marseille Université []
  4. Logiciel de gestion de bibliothèque numérique mis à disposition sous licence libre []
  5. vice-président responsable de la Mission culture  et patrimoine scientifique []
  6. Catalogue en ligne des archives et des manuscrits de l’enseignement supérieur en France []
  7. Le catalogue du Système Universitaire de Documentation est le catalogue collectif français réalisé par les bibliothèques et centres de documentation de l’enseignement supérieur et de la recherche []

Principes du FAIR et archives sonores : la valorisation des contenus en environnement numérique

Face à un corpus numérique1, natif comme numérisé, la question de la description de la ressource est primordiale. Dans un environnement numérique, l’indication de nom, d’identifiant, de localisation ou encore de date par exemple, est une mention nécessaire à la visibilité d’un document. Cet apport d’informations sur le contenu est mis en place grâce aux métadonnées qui permettent ainsi la valorisation de la ressource et son inscription dans les principes du FAIR. C’est un des points que Hélène Giudicissi, archiviste à la phonothèque de la MMSH à Aix-en-Provence, a abordé le 11 novembre 2018 lors d’un cours sur la valorisation des archives sonores de chercheur.e.s.

Continuer la lecture de Principes du FAIR et archives sonores : la valorisation des contenus en environnement numérique

  1. Dans le cadre de la phonothèque de la MMSH, il s’agit d’archives de chercheur.e.s dont les fonds présentent majoritairement des enregistrements collectés par des chercheurs de sciences humaines et sociales et plus largement  d’histoire orale, de contes, de chants et de musiques populaires. []

L’Ina, gardien des archives de la télévision française

Le 19 novembre 2018, Sophie Gillery, responsable documentaire à l’Ina Méditerranée, a présenté l’Institut national de l’audiovisuel aux étudiants du master 2 « Métiers des archives et des bibliothèques : médiation de l’histoire et humanités numériques ». Ce billet s’inspire de cette présentation pour exposer l’histoire de cet établissement et les enjeux auxquels il fait face dans la conservation et la valorisation des archives audiovisuelles. Continuer la lecture de L’Ina, gardien des archives de la télévision française

Bloguer en bibliothèque

La MMSH n’est pas la seule à bloguer sur la plateforme Hypothèses, les bibliothèques l’utilisent aussi. La cinquantaine de carnets présents représente un infime échantillon de la pluralité des blogs de bibliothèques francophones, un rapide coup d’œil sur la liste des blogs de bibliopédia nous le confirme. Le cours de Delphine Cavallo  « Écriture numérique pour la médiation scientifique. Bloguer pour les bibliothèques et les archives » au sein du master Métiers des archives, des bibliothèques. Médiation de l’histoire et humanités numériques a abordé les différents sujets de billet possibles pour les bibliothèques.
Ce billet se propose de donner un rapide aperçu de quelques sujets  traités par certains carnets de bibliothèques 
d’Hypothèses.

Continuer la lecture de Bloguer en bibliothèque

On bloggue à la MMSH !

Hypothèses fête ses dix ans en 2019 !1 La plateforme compte aujourd’hui 2764 carnets présents au catalogue (dont  2223 en français). L’équipe d’Hypothèse choisit de valoriser et de mettre en une sur sa page, les billets dont le contenu et la forme sont originaux et remarquables. Chaque carnet référencé est pourvu d’un ISSN2. Continuer la lecture de On bloggue à la MMSH !

  1. La plateforme est intégrée à OpenEdition, une infrastructure d’édition électronique qui comprend également une plateforme de revues, OpenEdition Journals, une plateforme de livres, OpenEdition Books, et un agenda des événements académiques, Calenda []
  2. International Standard Serial Number, attribué par la BNF []

Diffuser les archives sur internet : l’exemple de la collection « Photos Normandie » sur Flickr

Selon l’article 211-2 du code du patrimoine français1, les archives sont des documents conservés dans l’intérêt public, tant pour les besoins de la gestion, que de la justification du droit des personnes ou que pour la documentation historique de la recherche. Une des missions essentielles des centres d’archives indiquée dans le chapitre 3 du livre II du Code du Patrimoine est leur circulation afin d’agrandir leur champ  de diffusion2. La question de la diffusion des archives sur internet a été abordée à maintes reprises au cours des enseignements du Master “Histoire, civilisations et patrimoine : métiers des archives et des bibliothèques. Méditations de l’histoire & humanités numériques”. J’ai choisi ici un exemple présenté par Sophie Gebeil, historienne (UMR TELEMMe) dans le cadre de son cours L’histoire à l’ère numérique : usages historiographiques des outils numériques.

Continuer la lecture de Diffuser les archives sur internet : l’exemple de la collection « Photos Normandie » sur Flickr

  1. Article modifié pour la dernière fois le 7 juillet 2016. []
  2. Voir : http://www.ressi.ch/book/export/html/84 []

Définir les humanités numériques

Etudiante à l’université d’Aix-Marseille dans le cadre du  master Métiers des archives, des bibliothèques, humanités numériques et médiation de l’Histoire, j’ai saisi l’opportunité de faire la synthèse d’un enseignement de Jean-Christophe Peyssard, le 19 septembre 2016 pour vous donner ma définition des humanités numériques.

Il n’existe pas qu’une définition des humanités numériques. Dans son ouvrage intitulé Le Temps des humanités numériques, mutation des sciences humaines et sociales1 Olivier Le Deuff en donne la définition suivante : Continuer la lecture de Définir les humanités numériques

  1. Olivier Le Deuff (dir.), Le Temps des humanités digitales. La Mutation des sciences humaines et sociales, Limoges, FYP éditions, coll. Société de la connaissance, 2014, 175 p., ISBN : 978-2-36405-122-5. []

“L’Archive, entre brèche et saisie” au MuCEM, le samedi 17 décembre 2016

Étudiantes en Master 2 « Métiers des archives et des bibliothèques, médiation de l’histoire et humanités numériques », nous nous sommes rendues à la conférence “L’archive, entre brèche et saisie” – au MuCEM, le samedi 17 décembre 2016 dans le cadre du cycle Construire, détruire,  reconstruire Au croisement de l’archive, de la mémoire et de la création”.
L’occasion pour nous de comprendre les enjeux de la relation inattendue entre artistes et  historiens et d’entrevoir comment ils parviennent ensemble à faire revivre des archives, à leur donner du sens, voire à en créer de nouvelles. Continuer la lecture de “L’Archive, entre brèche et saisie” au MuCEM, le samedi 17 décembre 2016

Les nouvelles perspectives de l’indexation des images fixes

Outil indispensable pour la recherche documentaire, l’indexation n’est pourtant pas pratiquée de manière systématique dans les services d’archives. Dès lors, pourquoi chercher à conserver de la meilleure manière possible des documents qui se retrouveront de toute manière inaccessibles au public puisqu’indifféremment noyés au sein des différents fonds d’archives ? Dans un cours portant sur le classement, la description et l’indexation des fonds et documents iconographiques dispensé le 5 octobre 2015 à l’attention des étudiants du Master 2 Métiers des archives et des bibliothèques, Mme Marie-Noëlle Perrin, responsable des fonds iconographiques et privés aux Archives municipales de Marseille, expliquait en quoi l’indexation était une opération difficile, en particulier pour les images fixes. Ainsi, comment concilier les spécificités des documents iconographiques avec les enjeux posés par l’indexation dans le cadre des nouveaux usages du numérique ?

 

L’indexation est une opération intellectuelle qui vise à rendre compte du contenu d’un document sous une forme concise, à l’aide d’un langage documentaire défini à l’avance. Cette démarche semble complexifiée pour les images fixes à cause de trois facteurs principaux :

  • Tout d’abord, trop souvent considérées – à tort – comme des documents directement intelligibles, les images fixes requièrent en réalité un travail de décryptage et de recontextualisation sans lequel elles resteraient inexploitables et invisibles pour les usagers des centres d’archives. C’est pourquoi une indexation pertinente de l’image doit se construire sur la base d’une analyse fine de ce document hautement polysémique, et non à partir de l’image brute, comme l’a bien montré Mme Marie-Noëlle Perrin.
  • Par ailleurs, l’inadéquation du texte pour indexer de l’image demeure un problème central dans le cadre de ce traitement documentaire. En effet, comment procéder à la transcription textuelle des données extraites de l’image ? Et comment concilier ces deux registres de représentation du réel ? Afin de contrer les différents écueils qui en découlent, Gérard Régimbeau évoque notamment la notion d’une construction intertextuelle de l’indexation dans son article « Cas et figures en indexation de l’art contemporain ».
  • En outre, la seule norme Afnor Z47-102 à laquelle il est possible de se référer pour l’indexation des images fixes se révèle à la fois trop ancienne et insuffisante. D’une part, elle date d’octobre 1993 et ne tient donc pas compte de la révolution numérique qui a bouleversé, puis transformé, les pratiques professionnelles ces dernières années. D’autre part, elle ne définit que des principes généraux pour l’ensemble des documents, quelle que soit leur nature. L’absence d’harmonisation globale au niveau de la structuration de langages documentaires adaptés aux documents iconographiques s’avère ainsi très regrettable1.

 

Ces spécificités de l’image fixe ont une influence sur le processus d’indexation et doivent alors se conjuguer avec les nouvelles problématiques imposées par les pratiques du numérique.

Une croissance permanente du nombre de contenus à indexer

Alors que les contenus se multiplient de plus en plus vite sur Internet, l’indexation des images fixes implique, pour les professionnels de la documentation et des archives, le traitement d’une masse documentaire énorme et continuellement grandissante. Quelques chiffres à titre d’exemple : la base du réseau de musées et d’institutions dédiés à l’art moderne et contemporain Videomuseum recense 235 000 images2. La bibliothèque municipale de Lyon gère quant à elle 875 855 documents iconographiques3 (estampes et photographies), dont 48 880 sont mis en ligne sur la base Photographes en Rhône-Alpes ; c’est déjà beaucoup et cela ne représente pourtant qu’un dix-huitième environ de la collection entière4. Autant de documents qu’il faut collecter, numériser, classer, décrire puis, enfin, indexer un par un pour les rendre accessibles auprès du public. L’indexation est une activité chronophage donc difficile à mettre en place dans tous les services d’archives, mais dont la nécessité ne cesse pourtant de croître avec le nombre toujours plus important de documents à conserver et valoriser.

Une logique d’indexation adaptée aux pratiques de recherche des usagers

De plus, l’indexation est un outil pour la recherche : il importe donc qu’elle soit guidée par une logique adaptée aux pratiques concrètes des usagers, et non aux seules fins de classement des documents. En proposant de nouveaux services tels que la recherche en plein texte ou encore une barre de recherche unique, les bases de données documentaires gagnent à se rapprocher de fonctionnalités héritées des grands moteurs de recherche – Google en tête – qui sont désormais ancrées dans le quotidien des usagers. Toutefois, là encore, l’image fixe pose problème : quel équivalent numérique à la recherche plein texte pourrait s’appliquer aux documents iconographiques ? Cela revient en fait à se demander une nouvelle fois : comment transcrire à l’écrit les données cryptées par l’image ?

L’émergence de nouveaux procédés d’indexation : l’indexation collaborative

Si l’indexation collaborative, nouvelle piste qui s’envisage sur Internet, ne permet pas de résoudre ce problème d’inadéquation fondamentale entre image et texte, elle tente néanmoins de remédier au manque de moyens pouvant être déployés pour cette tâche. On peut citer comme exemple l’entreprise d’indexation collaborative mise en place par les Archives départementales de Loire-Atlantique sur leur site Internet. Ici, cette démarche s’accompagne de visées pédagogique et ludique : la sensibilisation des usagers à la conservation des archives et au métier d’archiviste, ainsi que la possibilité de retrouver les traces de ses ancêtres. De fait, l’indexation collaborative est le résultat d’une conjoncture de deux éléments décisifs : d’abord, le manque de moyens et de temps de la part des centres d’archives et de documentation pour la production de ces notices ; puis, l’émergence d’une forte demande participative de la part des internautes. Il n’est pas ici question de substituer le travail de l’archiviste ou du documentaliste à celui d’un usager, mais plutôt d’accompagner ce travail et de combler ses éventuelles lacunes.

L’indexation collaborative comporte également un aspect de démocratisation culturelle. En effet, une classification ouverte et libre de la part des internautes a des retombées sur les plans culturel, social et patrimonial. Selon Bernadette Dufrêne, les folksonomies – ou indexations par l’internaute – encouragent une appropriation des œuvres, un élargissement du public des amateurs et la reconnaissance de la légitimité d’une pluralité de lectures des documents iconographiques. Cette modification du rapport à la culture renforce la notion d’un patrimoine comme bien commun et témoigne d’un partage plus concret entre la communauté scientifique et les amateurs. Évelyne Broudoux affirme également que la production de nouvelles métadonnées, dans le cadre d’une participation des usagers à l’indexation, serait susceptible à terme d’accroître la qualité et la pertinence des résultats de recherche dans les bases, tout en enrichissant la contextualisation des contenus.

 

Entreprise démocratique, l’indexation collaborative présente néanmoins une limite notable dans le cadre des documents iconographiques : pour que cela fonctionne pleinement, il est préférable que l’indexation soit sérielle, ce qui facilite tant le travail de l’internaute que le contrôle exercé par le professionnel. Or, il n’est pas possible de conférer aux images toute leur signification en se cantonnant à la restitution de données sérielles, souvent externes ou descriptives. C’est ainsi que l’indexation collaborative de documents iconographiques se résume souvent à une indexation de numérisations de textes présentées sous un format image, tel que .jpeg ou .png par exemple, mais qui n’en partagent pas les caractéristiques structurantes.

Il faudrait peut-être dès lors, pour l’iconographie, se tourner vers des projets scientifiques d’indexation collaborative qui associent des professionnels de musées ou encore des chercheurs. C’est le cas du projet de Cranach Digital Archive qui vise notamment l’intégration des nouvelles données de la recherche en histoire de l’art. La participation des chercheurs dans la construction des descripteurs est bienvenue dans la mesure où ils forment une partie non négligeable des utilisateurs de bases de données documentaires. Enfin, cet usage du numérique montre que le développement de l’indexation collaborative d’images fixes n’annonce pas pour autant la fin d’une expertise spécifique, puisque scientifiques et professionnels y sont également conviés.

Morgane Mignon

 

Crédits photographiques de l’image en une : BPL – General Library – Catalog area, Boston Public Library. Sous licence CC BY-NC 2.0.

  1. Pour approfondir ce point, on peut tout de même mentionner la publication du Thesaurus iconographique par François Garnier en 1984 qui avait pour objectif de pallier le manque de normes en matière d’indexation des images fixes. Ce thesaurus est notamment utilisé par la base Joconde (Portail des collections des musées de France). []
  2. Données chiffrées extraites de : http://www.videomuseum.fr/IMG/pdf/PlaquetteFR-2.pdf. []
  3. Données chiffrées extraites de : https://www.bm-lyon.fr/espaces-dedies-aux-professionnels/a-propos-de-la-bibliotheque-municipale-de-lyon/article/la-bml-en-chiffres. []
  4. À noter que l’absence de mise en ligne n’est pas forcément liée à la masse de travail que cela implique de la part des professionnels, cela peut être aussi dû à la gestion des droits d’auteurs attachés aux images. []