Explorer de nouvelles destinations numériques pour le patrimoine documentaire et audiovisuel

Les deux missions principales des institutions culturelles sont la préservation et l’offre d’accès à leurs patrimoines. Plus récemment on leur a demandé de partager leurs collections avec un public plus vaste, lointain, et de favoriser leur accès à travers des plateformes numériques. Le savoir évolue à la fois dans sa façon d’être créé et d’être partagé, et cela se passe aujourd’hui essentiellement en ligne.

Suite à ce bouleversement structurel et organisationnel, les institutions culturelles qui veulent se conformer à leurs missions, préserver, partager et faciliter l’accès au savoir pour la société inscrivent leurs données dans le tournant numérique. Torsten Reimer, responsable des services de recherche à la British Library, l’explique clairement « Les bibliothèques répondent aux changements des besoins et des comportements des utilisateurs en passant d’un paradigme de contenu (collections) à un paradigme basé sur les services »1. Dans cette dynamique, les institutions investissent ou créent de nouvelles plateformes numériques pour offrir une meilleure exploration a leur public.

Dans le cadre de la journée d’études Visuals Studies et Méditerranée qui s’est tenue le 28 Septembre 2020 à la MMSH2, de nouveaux projets transversaux qui s’inscrivent dans cette démarche ont été présentés. 

Ainsi, dans l’objectif de promouvoir un patrimoine partagé, un partage des données et de leurs interopérabilités, les Archives nationales d’Outre-Mer (ANOM), l’Institut national de l’audiovisuel (Ina) et la Bibliothèque national de France (BnF) ont évoqué les mutations numériques que traversent leurs institutions.

Pour permettre un accès à un public lointain, les ANOM ont commencé en 2003 à numériser leurs archives et à publier en ligne leurs instruments de recherche (IREL). Isabelle Dion, directrice des ANOM, a souligné que le travail d’alimentation d’une salle d’inventaires virtuelle est une opération longue (les ANOM viennent de lancer un marché de rétro-conversion sur 4 ans), tout comme la numérisation d’archives qui nécessite des ressources humaines importantes et un budget conséquent. Aujourd’hui seules 3% des archives conservées aux ANOM sont numérisées. Par ailleurs, les ANOM participent à l’enrichissement de portails numériques, ayant pour objectif de rassembler et de compléter les collections éparpillées entre les institutions et pays différents, et ainsi, d’entrer dans le champ de la mémoire partagée. Les ANOM participent ainsi à deux portails : Archives de la Nouvelle-France et la France aux Amériques3 ; un troisième projet est également en cours, le portail « France-Vietnam »4.

De son côté, l’Institut national de l’audiovisuel (Ina) mène depuis cinq ans un projet de développement d’une nouvelle infrastructure technique pour traiter, stocker et gérer les données. Cette « reprise en main » explique Gautier Poupeau, architecte de données à l’Ina, a pour objectif de créer un lien entre l’ensemble des données, dispersées sur 60 millions de notices, et ainsi de « gouverner les données pour n’importe quel usage »5.  Il souligne qu’il est avant tout essentiel de comprendre ce que l’on attend du système d’information documentaire à mettre en place : permettre un accès facile et fluide aux usagers et, une maîtrise de l’archivage sur le long terme de collections de plus en plus hétérogènes6. L’opération est complexe et elle demande d’uniformiser et d’unifier les notices éparpillées dans des collections différentes, sans créer de redondance afin que les métadonnées s’enrichissent des données d’origines et de natures diverses constituées au fil de l’histoire documentaire de l’Ina.

affiche bibliothèque d'orient
Affiche de la Bibliothèque d’Orient (site de la BnF)

Le troisième projet7 qui revient sur le la question de la mutualisation des données s’intitule « Bibliothèque d’Orient ». Créée en 2016 et pilotée par la BnF en coopération avec huit institutions8, c’est une bibliothèque numérique qui réunit un patrimoine documentaire du Proche-Orient, couvrant la période de la fin du XVIIIème siècle à la moitié du XXème siècle. Présenté de manière éditorialiste, c’est aussi une plateforme trilingue (français, anglais, arabe). L’objectif du projet patrimoine partagé est de « sauvegarder numériquement, diffuser et faire dialoguer des sources documentaires provenant de fonds complémentaires, dispersés à travers le monde ». Ainsi, plus de dix mille documents sont accessibles et classés dans des champs thématiques différents. Selon Vanessa Desclaux, responsable à la BnF des manuscrits orientaux de l’Égypte antique et du Proche-Orient, ce n’est « pas une bibliothèque numérique exhaustive sur le Proche-Orient, mais elle a pour but de montrer les échanges, les interactions intellectuelles et culturelles à partir des collections que les uns et les autres conservent dans leur fonds et qu’ils ont fait numériser ».

Une idée commune anime ces trois projets : l’envie de centraliser le savoir et sa mise en cohérence, une façon de recréer des collections numériques dans l’immensité du web. Celle-ci se manifeste par la nécessité de créer des descriptions uniformes pour assurer une interopérabilité entre les documents et les plateformes. Quand chaque site web de bibliothèque, de centre d’archives ou même de musée à sa propre structure, croiser la recherche devient compliqué. L’enjeu de la recherche en humanités numériques est bien de développer les standards internationaux et les algorithmes qui permettront d’envisager le patrimoine documentaire et audio-visuel du point de vue de celui qui l’interroge. Unifier les collections, rendre les documents interopérables est une ambition qui répond à un service moderne en pleine émergence. 

Maryasha Barbé

Master 2 Métiers des Archives et des Bibliothèques. Médiation de l’histoire et humanités numériques. 

  1. Traduit de l’anglais par l’auteure « libraries respond to changes in user needs and behaviours by moving from a content (collections) paradigm to a service-based one », voir :  « The once and future library: what might a research library look like in 2030? », Research Libraires UK, conférence mise en ligne le 3 avril 2019 []
  2. La cinquième année consécutive qu’une journée d’étude portant ce titre est organisée dans le cadre du Master Histoire parcours Bibliothèques, archives, médiation de l’Histoire et humanités numériques. []
  3. En liaison avec les Archives Nationales de France, la BnF, la Bibliothèque et Archives du Canada (BAC) et la Bibliothèque et Archives Nationales du Quebec (BANQ []
  4. La réflexion est engagée depuis 2018 sur l’élaboration d’une base de données commune des documents d’archives de 1858 à 1954 sur internet. Elle s’oriente plutôt vers des liens informatiques à établir, une fois que la direction des archives du Vietnam aura mis en place son propre site internet, entre les ressources des deux partenaires et en utilisant pour ce faire le portail France-Archives. Voir : Archives nationales d’outre-mer, projet scientifique, culturel et éducatif, PSCE 2020-2024 []
  5. Pour plus d’informations, voir : Poupeau, Gautier, « Bilan de 15 ans de réflexion sur la gestion des données numériques », les petites cases, billet de blog diffusé le 19 novembre 2016 ; Poupeau, Gautier, « La donnée : nouvelle perspective pour les bibliothèques » dans BERMES Emmanuelle, Vers de nouveaux catalogues, Cercle de la Librairie, Paris, 2016, p.159-171. []
  6. Pour cela, il s’appuie sur le modèle Open Archival Information System (OAIS). []
  7. Malheureusement, le projet n’a pas pu être présenté en présentiel à la séance du matin lors de la journée d’étude. Vanessa Descleaux, responsable à la BnF des manuscrits orientaux de l’Égypte antique et du Proche-Orient, nous a fait part de ses notes et, de son diaporama, prévus pour la journée. La présentation PPT de Vanessa Desclaux est disponible en ligne sur academia. Ainsi que la conférence « Des fonds d’archives pour l’étude du Moyen-Orient à portée de mains » sur la chaîne YouTube de la BULAC. []
  8. Cinq nouveaux partenaires ont rejoint le projet le Patrimoine du Proche-Orient, la New York Public Library , la Bibliothèques de l’Institut Catholique de Paris, les Archives Diplomatiques et la BULAC – Bibliothèque Universitaire des Langues et Civilisations []

Atelier professionnel : partager les archives et les livres, 28 septembre 2020, MMSH

Pour la cinquième année consécutive et dans le cadre du Master Histoire parcours Bibliothèques, archives, médiation de l’Histoire et humanités numériques, un Atelier professionnel Visual Studies est organisé le 28 septembre 2020 conjointement par le Pôle images, sons, pratiques du numérique et par l’Ina Méditerranée à la MMSH sur le thème « Partager les livres et les archives : collaborations, associations, mutualisation ».
 

En raison de l’épidémie de Covid-19, le port du masque dans l’enceinte de la MMSH (y compris les espaces extérieurs) est obligatoire, ainsi que l’inscription préalable à l’atelier*.

Programme

Matinée (salle Gorges Duby)

9h30 – 10h : Introduction, Maryline Crivello, professeure d’Histoire moderne et Vice-présidente du conseil d’administration d’Aix-Marseille Université. 

10h-10h30Frac Provence-Alpes-Côte dAzur – AMU une collaboration nouvelle et innovante, Elsa Pouilly, chargée de projet documentaire et iconographique au Fonds Régional d’art contemporain (FRAC).

11h – 11h30 : La place des ANOM dans le champ de la mémoire partagée, Isabelle Dion, directrice des Archives nationales d’Outre-Mer (ANOM).

11h30-12h : Patrimoines partagés en ligne, le projet « Bibliothèques d’Orient » https://www.bnf.fr/fr/bibliotheques-dorient, Vanessa Desclaux responsable des manuscrits orientaux de l’Egypte antique et du Proche-Orient à la Bibliothèque Nationale de France (BnF).

Après-midi (salles Gorges Duby et Germaine Tillion)

13h30-15h30 :  « Ré/affirmer la place des métadonnées comme source pour l’analyse des archives audiovisuelles ». Introduction par Mireille Maurice, directrice de l’Institut national de l’audiovisuel Méditerranée puis atelier animé par Gautier Poupeau, architecte de données (Ina).

16h00 – 17h30 : Projection du film « Looted and Hidden – Palestinian Archives in Israel » (45 mns), 2017, réalisé par Rona Sela, suivie d’une discussion avec Falestin Naili, historienne. 

Présentation de l’atelier professionnel :

En France, les centres de ressources du domaine de l’enseignement supérieur et de la recherche français connaissent un bouleversement structurel et organisationnel sans précédent depuis quelques années du fait de l’internationalisation des réseaux, de la mise en œuvre de catalogues partagés et de nouvelles orientations nationales.  La stratégie que propose la Ligue Européenne des Bibliothèques de Recherche est ainsi reprise par de nombreuses institutions qu’il s’agisse de conduire l’adoption des pratiques de la science ouverte, de promouvoir une communication scientifique innovante, de soutenir le développement des compétences numériques et les activités de formation associées, de favoriser le développement et l’adoption d’infrastructures et de services de recherche. L’objectif final affiché est de soutenir des pratiques de recherche et d’érudition « plus ouvertes, transparentes et épanouissantes ». Pour l’atteindre, les centres documentaires sont en pleine transformation. Le nouveau paysage qui prend forme est partagé entre des espaces virtuels qui affichent des plateformes technologiques regroupant des ressources interopérables et des espaces physiques où malgré les catalogues « hors les murs » il faut gérer des objets, des bâtiments et l’accueil des publics. D’un côté les plateformes encouragent une convergence des pratiques dans la description des données, offrant des comparaisons encore inexploitées, de l’autre les gestionnaires des centres de ressources doivent concentrer leurs compétences pour valoriser leurs fonds en développant les collaborations avec d’autres centres, en s’associant ou en mutualisant leurs ressources. Cet atelier orienté sur les Visual Studies s’intéressera à cette question du point de vue des archives sonores et audiovisuelles, des livres d’art et des images d’archives sur l’aire méditerranéenne.

Présentation des interventions.

*Informations pratiques :

L’atelier Partager les archives et les livres prendra place le 28 septembre 2020 à 9h30 à la Maison Méditerranéennes des Sciences de l’Homme, salle George Duby. Les ateliers de l’après-midi seront diffusés dans deux salles : Gorges Duby et Germain Tillon. 

Les places sont limitées. Pour vous inscrire à la journée ou pour tout autres renseignements, veuillez contactez par mail marie.arab-banckaert@etu.univ-amu.fr  et maryasha-yael.barbe@etu.univ-amu.fr en précisant votre nom, votre prénom et votre fonction si vous le souhaitez. 

Le programme est disponible sur Calenda.

Marie Arab-Banckaert, Maryasha Barbé

Master 2 Métiers des archives et des bibliothèques. Médiation de l’histoire et humanités numériques.

L’exposition « Instant tunisien » et ses archives : une expérience sensorielle?

Le sociologue Jean Marc Salmon, auteur du livre 29 jours de révolution. Histoire du soulèvement tunisien, s’est associé avec plusieurs collectifs citoyens afin d’élaborer un  projet de collecte et de traitement des archives numériques.1. Continuer la lecture de L’exposition « Instant tunisien » et ses archives : une expérience sensorielle?

  1. MuCEM, « Interview de la commissaire de l’exposition Houria Abdelkafi et la co-commissaire Elisabeth Cestor » URL : https://www.mucem.org/programme/exposition-et-temps-forts/instant-tunisien-les-archives-de-la-revolution consulté le 22/01/2020 []

Éloge de Wikipédia

En tant que étudiant et contributeur régulier, je souhaite donner l’envie à mes collègues de mieux participer à Wikipédia et à l’amélioration globale de l’encyclopédie pour en être acteur, pas seulement lecteur. Je ne vais pas faire un cours de Wikicode (facile à apprendre) ou de syntaxe. Je n’en suis pas le meilleur représentant et cet aspect de la formation devrait être connu que du lecteur qui aura envie de modifier Wikipédia. Mais voici une promotion, une sorte d’introduction pour celui qui le souhaite pour rejoindre les 19 000  contributeurs actifs francophones du site, qui est l’un des plus populaires du monde. 

Le champ de connaissance

Début de la page sur l’Histoire du Communisme, l’une des plus vastes (0.8 Mo) de l’encyclopédie. Un idéal, rien d’inédit, syntaxe neutres, bien illustré, juste une utilisation raisonnée des sources et connaissances, seulement grâce aux contributeurs

Cela pouvait surprendre il y a quelques années que la communauté scientifique aille jusqu’à recommander Wikipédia. L’encyclopédie numérique, gratuite et collaborative, qui surpassa les encyclopédies concurrentes tel Encarta qui disparut. Même si on ne peut pas substituer Wikipédia à l’Encyclopedia Universalis par exemple. Mais que dire des écoliers, étudiants ou des adultes qui permettent de gagner un temps précieux en ayant un accès aux informations plus facilité et de leurs ouvrir la porte au champ de connaissance à caractère encyclopédique, quasi-exhaustif et mise à jour, les contraintes de paginations et de parutions sont quasiment abolis. 

C’est une possibilité non-négligeable pour nous (même parfois pressant face à la lassitude des contributeurs), étudiants, historiens comme universitaires de modifier Wikipédia, d’autant que avec les bibliothèques de recherches, le potentiel s’accroît d’inclure plus de sources possibles, là où les autres contributeurs n’y ont pas forcément accès. C’est utile : ce n’est pas la rédaction d’une thèse ou d’un article scientifique mais une possibilité de vulgarisation diffusée, populaire et accessible, probablement plus visible que n’importe quelle autre revue ou site internet. Essayez de rechercher un concept, un événement, une personnalité, n’importe, Wikipédia est en tête des recherches, même si la qualité de l’article doit être amélioré pour être exploité. Même si vous êtes le seul à avoir crée ou modifié un article, la paternité est plus compliquée. La contribution qu’elle soit derrière un pseudonyme ou une adresse IP sera anonyme et que tout le monde peut modifier l’encyclopédie qui est un amas composite de connaissances.

Continuer la lecture de Éloge de Wikipédia

Enjeux de la conservation des archives numériques sur le long terme

Bien qu’on puisse l’imaginer figée, la définition d’archives ne cesse pourtant jamais d’évoluer et de s’étendre. Les législateurs ouvrant périodiquement ce statut à de nouveaux domaines. La création de l’Institut National de l’Audiovisuel (Ina) en 1974, chargée de conserver les archives de la télévision et de la radio, en est un exemple. Pour l’État, l’enjeu de cet élargissement sémantique régulier est lié l’adoption de nouveaux supports documentaires dans ses administrations.

La question de l’archivage électronique, également appelé « e-archivage », se pose alors en vue de la place que celui-ci a pris dans nos sociétés. Cette importance se vérifie par exemple dans le domaine légal et juridique : depuis la loi du 13 mars 20001, l’État reconnaît la même valeur probante à l’écrit sous forme électronique que l’écrit sur support papier.

Continuer la lecture de Enjeux de la conservation des archives numériques sur le long terme

  1. https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000399095&categorieLien=id []

Parcourir l’histoire au présent ou transmettre le passé au musée

 » Le musée doit être un point de départ et non pas seulement un lieu où l’on vient : le musée n’est pas qu’un bâtiment. « 

Alpha Oumar-Konare, président de l’ICOM, 19921

Alors que les musées gardent une certaine image de « temples » intimidants et que plane toujours l’inquiétude d’une désaffection des publics, les professionnels multiplient les initiatives pour faire vivre les musées en mettant à profit les apports de la mondialisation et du numérique. Ann Blanchet, conservatrice au Musée d’histoire de Marseille, a abordé avec nous quelques uns de ces nouveaux enjeux et pratiques de médiation dans le cadre du Master 2 « Métiers des archives et des bibliothèques, médiation de l’histoire et humanités numériques ».

Ad museum : attirer au musée…

Les musées se définissent avant tout par deux missions corrélées : la conservation de collections pour leur mise à disposition à des fins d’études, d’éducation et de plaisir ((Le Code du Patrimoine (livre IV) donne une Continuer la lecture de Parcourir l’histoire au présent ou transmettre le passé au musée

  1. Citation extraite d’un entretien avec Roland Arpin dans « Laisser les musées aller aux limites de leur créativité et de leurs audaces », in Forces, 1992, n°98, 94 p. []

Le label « musées de France » : le défi des musées d’aujourd’hui et de demain

Le 15 Octobre 2013, le Ministère de la Culture et de la Communication a publié la liste des « musées de France ». Ann Blanchet s’intéresse à la fonction du musée dans la société. Retour sur la place du musée en France.

Du cabinet de curiosité destiné aux personnes les plus aisées et privilégiées des XVI-XVIII° siècles, aux musées arborant le territoire français, les collections d’objets suscitent des intérêts multiples, tels qu’intellectuel, social et culturel par exemple. Le point commun le plus évident que l’on peut assimiler entre le cabinet de curiosité et le musée tel que nous le connaissons aujourd’hui, est leur vocation éducative. Peu importe les objets qu’elles renferment, les collections sont vouées à sortir du secret. Continuer la lecture de Le label « musées de France » : le défi des musées d’aujourd’hui et de demain

MARSEILLE : UNE VILLE QUI LAISSE PLACE A L’IMAGINAIRE COLLECTIF

Le 30 septembre s’est tenue une journée d’étude à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme à Aix-en-Provence, portant sur le thème « Imaginaires en Méditerranée : la part incontournable de l’archive ». J’ai assisté à cette journée en tant qu’étudiante de Master 2 Métiers des archives et des bibliothèques, médiation de l’histoire et humanité numérique. L’intervention de madame Céline Regnard, maître de conférence en histoire contemporaine à l’université d’Aix-Marseille, m’a particulièrement interpellé. En effet, elle pose les idées reçues sur Marseille qui s’insèrent dans les représentations collectives de cette ville en se basant sur différentes sources (tels que les textes, les documents iconographiques…). Elle nous pousse à nous questionner à la fois sur l’origine, les mécanismes et l’héritage des représentations de Marseille. C’est au travers de la représentation du crime et en partant d’une revue que nous verrons cet imaginaire sur Marseille.

Continuer la lecture de MARSEILLE : UNE VILLE QUI LAISSE PLACE A L’IMAGINAIRE COLLECTIF

Le CMCA archive les films de la Méditerranée

L’atelier professionnel Visual Studies « Imaginaires en Méditerranée : la part incontournable de l’archive » organisé le 30 septembre 2019 à la MMSH1 a porté sur la compréhension du rôle des archives dans la fabrique des imaginaires en Méditerranée. Plusieurs fonds d’archives portant sur la Méditerranée ont été présentés aux étudiants du Master « Histoire, civilisations, patrimoine. Métiers des archives, des bibliothèques. Médiation de l’histoire et humanités numériques » d’Aix-Marseille Université par les professionnel(le)s du domaine. Franco Revelli, le responsable du multimédia, des formations et des diffusions du CMCA, nous a parlé des archives audiovisuelles de son institution et le site qui met en avant leur archivage.

Le CMCA (Centre Méditerranéen de la Communication Audiovisuelle) est un réseau méditerranéen de coopération audiovisuelle qui regroupe des organismes de télévision ainsi que des producteurs et des acteurs audiovisuels qui appartiennent à l’aire culturelle méditerranéenne. Créé en 1986 en tant que département de l’Union Radiophonique et Télévisuelle Internationale (URTI), le CMCA est devenu une association indépendante en 1995. C’est donc un acteur spécifiquement méditerranéen dont le siège se trouve à Marseille qui mène une activité internationale.

Continuer la lecture de Le CMCA archive les films de la Méditerranée

  1. Cette journée qui a lieu depuis 2016 s’inscrit dans le prolongement des précédents ateliers : « Regarder/Archiver la guerre » (2018), « Le chercheur connecté : entre pratiques et méthodes » (2017) et « Les archives du dépôt légal de l’Ina dans la recherche en sciences humaines et sociales » (2016). []

Gabriel Boissy : un des auteurs de l’idée de la flamme sous l’Arc de Triomphe ayant légué sa bibliothèque à la ville d’Aix

Cet article a été rédigé dans le cadre du travail de mémoire pour l’obtention du Master 1 en Histoire, civilisations, patrimoine, parcours « Métiers des archives et des bibliothèques. Médiation de l’histoire et humanités numériques. » à Aix-Marseille Université,1 à la bibliothèque Méjanes, bibliothèque municipale de la ville d’Aix-en-Provence. En effet, les informations sur Gabriel Boissy son extrêmement rares, quelques soient les supports, aussi la publication de sa biographie nous a semblé être importante pour la visibilité du fonds qu’il a légué à la Méjanes. Une notice sur la Wikipédia, l’encyclopédie libre, a été également rédigée.

Gabriel Boissy, écrivain, journaliste, rédacteur en chef de Comœdia,2 critique théâtral, est très peu connu du public. Pourtant, avec le sculpteur Grégoire Calvet – tous deux combattants de la Guerre Guerre – c’est lui qui a proposé d’allumer la flamme éternelle au tombeau du Soldat inconnu sous l’Arc de Triomphe.

Continuer la lecture de Gabriel Boissy : un des auteurs de l’idée de la flamme sous l’Arc de Triomphe ayant légué sa bibliothèque à la ville d’Aix

  1. Voir l’article Devenir archiviste et bibliothécaire, spécialité Médiation de l’histoire et humanités numériques pour plus d’informations. []
  2. Comœdia est un journal culturel de presse écrite français qui a paru de 1907 à 1944. []

La transition bibliographique chez Freud : mémoire M2 de Clémence Harter

Clémence Harter, a soutenu en septembre 2018 un mémoire de deuxième année de master au sein du Département d’Histoire, option Métiers des archives et des bibliothèques. Médiations de l’Histoire et humanités numériques  sous le titre : Valoriser une collection à l’aide d’un SIGB de nouvelle génération. Aujourd’hui, elle est bibliothécaire au sein de la médiathèque Valentin Haüy1. Ce billet est le premier à présenter un mémoire d’étudiant.e soutenu dans le cadre du master. Il est introduit par une ancienne étudiante (promotion 2018-2019), Laurence Salze.

La bibliothèque Sigmund Freud

Histoire

Sigmund Freud développe ses théories à partir de 1902 à Vienne en Autriche ; ses premiers ouvrages sont traduits pour la première fois en 1923. En 1926, la Société psychanalytique de Paris  est fondée sous l’impulsion de Marie Bonaparte, elle-même disciple du père de la psychanalyse. Au gré des débats et conflits au sein des différentes « chapelles », la SPP2 demeure le lieu de transmission de valeurs et positions théoriques affirmées. La bibliothèque créée en 1934 devient l’appui de l’Institut destiné à la formation des analystes et à la recherche. Continuer la lecture de La transition bibliographique chez Freud : mémoire M2 de Clémence Harter

  1. La médiathèque Valentin Haüy propose des livres adaptés pour les personnes aveugles, déficientes visuelles ou ne pouvant lire du fait d’un handicap. Elle propose de très nombreux titres, disponibles sur divers supports adaptés. Près de 30000 livres audios et 20000 livres en braille sont disponibles sur place ou à distance. []
  2. SPP : Société psychanalytique de Paris []

Odyssée, bibliothèque numérique patrimoniale de l’université d’Aix-Marseille

Odyssée, nom tiré du fameux poème épique d’Homère, est la bibliothèque numérique patrimoniale d’AMU. C’est une initiative d’excellence alimentée à partir des précieux fonds documentaires, aussi riches que variés, issus des réserves de cette université. Le site a été créé en association avec la Bibliothèque Nationale Française (BnF), ainsi qu’avec d’autres acteurs1. Ouverte au public en 2017 Odyssée a pour but de mettre à la disposition des usagers toute la richesse documentaire d’AMU afin de leur permettre d’en profiter quel que soit leur lieu d’habitation. La bibliothèque numérique se présente donc comme un outil de recherche destiné au plus grand nombre au carrefour entre préservation et valorisation. Elle est composée de documents anciens, manuscrits et imprimés, de périodiques imprimés, de monographies, de cours ainsi que de thèses, tous répartis par secteurs : Sciences, Santé, Droit-économie et Lettres. Les rubriques de la plateforme se présentent comme suit: une galerie thématique, des sous galeries thématiques pour le secteur droit, ainsi que des notices.

La plateforme ne présente aucune restriction d’accès, les consultations et déchargements des documents sont libres2 sauf pour utilisation commerciale3. La consultation peut se faire via l’index, par sélection de sujet, par la liste des documents et des fichiers, des formules de requêtes ou encore via le filtrage par facettes en ligne. Le logiciel libre Omeka4 a été choisi pour mettre cette bibliothèque virtuelle à disposition du public.

Continuer la lecture de Odyssée, bibliothèque numérique patrimoniale de l’université d’Aix-Marseille
  1. Archives départementales des Bouches-du-Rhône, Marseille ; Archives nationales d’Outre-Mer ANOM, Aix-en-Provence ; Bibliothèque à vocation régionale de Marseille, BMVR Marseille ; Bibliothèque inter universitaire Cujas universités Paris 1 et Paris 2 ; Bibliothèque Méjanes, Aix-en-Provence ; Chambre de commerce et d’industrie de Marseille-Provence, CCIMP, Marseille ; Maison méditerranéenne des sciences de l’homme, MMSH, Aix-en-Provence []
  2. Licence Public Domain Mark 1.0 []
  3. Dans le respect de la législation en vigueur et du maintien de la mention de source : Aix-Marseille Université []
  4. Logiciel de gestion de bibliothèque numérique mis à disposition sous licence libre []

Principes du FAIR et archives sonores : la valorisation des contenus en environnement numérique

Face à un corpus numérique1, natif comme numérisé, la question de la description de la ressource est primordiale. Dans un environnement numérique, l’indication de nom, d’identifiant, de localisation ou encore de date par exemple, est une mention nécessaire à la visibilité d’un document. Cet apport d’informations sur le contenu est mis en place grâce aux métadonnées qui permettent ainsi la valorisation de la ressource et son inscription dans les principes du FAIR. C’est un des points que Hélène Giudicissi, archiviste à la phonothèque de la MMSH à Aix-en-Provence, a abordé le 11 novembre 2018 lors d’un cours sur la valorisation des archives sonores de chercheur.e.s.

Continuer la lecture de Principes du FAIR et archives sonores : la valorisation des contenus en environnement numérique

  1. Dans le cadre de la phonothèque de la MMSH, il s’agit d’archives de chercheur.e.s dont les fonds présentent majoritairement des enregistrements collectés par des chercheurs de sciences humaines et sociales et plus largement  d’histoire orale, de contes, de chants et de musiques populaires. []

Les archives du web sur l’inathèque

Dans le cadre d’une série d’interventions de professionnels du parcours médiation de l’histoire et des humanités numériques du master Histoire, civilisations, patrimoine : métiers des archives et des bibliothèques, médiation de l’histoire et humanités numériques, nous avons découvert les outils proposés par l’Institut National de l’Audiovisuel (Ina) à destination de la recherche en sciences humaines et sociales (SHS) au cours des enseignements de Sophie Gebeil1 et de Sophie Gillery2, et en particulier les archives du web accessibles par l’Inathèque.

La conservation des archives de la télévision par l’Ina a été abordée dans un précédent billet et nous allons ici nous attarder sur un autre aspect des missions de l’institution.  Avec la loi DADVSI, l’Ina a pour responsabilité d’archiver les pages web liées à l’audiovisuel comme les sites internet de chaînes, ou encore les pages de fans. Actuellement, l’institution capte 14 500 sites web3 , et afin de mettre à disposition des chercheurs et des étudiants ces fonds conservés, elle a l’initiative de créer l’Inathèque. C’est par ce biais qu’il est possible de consulter les archives du web rassemblées par l’Ina.  

Continuer la lecture de Les archives du web sur l’inathèque

  1. Maître de conférences en histoire contemporaine à Aix-Marseille Université []
  2. Documentaliste à Ina Méditerranée []
  3. Inathèque, http://www.inatheque.fr/
    (consulté le 14/01/2018) []

Entre stand-up et vulgarisation scientifique : une leçon de médiation par Alexandre Astier

La médiation scientifique est un processus qui nécessite un équilibre et une expertise particulière pour intégrer la science dans la culture et les loisirs sans pour autant négliger l’intelligibilité et la véracité scientifique. Dans le cadre d’un cours dispensé par François Pacaud pour la formation du Master 2 « Métiers des archives et des bibliothèques. Médiation de l’histoire et humanités numériques. » différents dispositifs de médiation scientifique ont été abordés, parmi eux le spectacle d’Alexandre Astier1, l’Exoconférence.2

Continuer la lecture de Entre stand-up et vulgarisation scientifique : une leçon de médiation par Alexandre Astier
  1. Alexandre Astier, né le 16 juin 1974 à Lyon, est un humoriste, acteur, réalisateur, scénariste, compositeur, monteur, musicien et metteur en scène français. Il est particulièrement connu comme le créateur, réalisateur et interprète principal de la série télévisée Kaamelott. []
  2. L’Exoconférence est une pièce de théâtre réalisée par Alexandre Astier et mise en scène par Jean-Christophe Hembert. []
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search