La place de l’historien dans la société

Dans le cadre d’un cours donné par madame Maryline Crivello, professeur d’Histoire, aux étudiants de Master 2 « Métiers des archives et des bibliothèques, médiation de l’histoire et humanités numériques » et portant sur la médiation de l’histoire et les usages publics du passé, le thème de la place de l’historien dans la société a  fait l’objet d’une réflexion. Continuer la lecture de La place de l’historien dans la société

Décrire pour mieux traduire : L’exemple des référentiels d’ISIDORE mobile

On ne présente plus aujourd’hui la plateforme de recherche ISIDORE.

Réalisation du Très Grand Équipement Adonis1 commandé par le CNRS en 2009, elle est aujourd’hui gérée par la Très Grande Infrastructure de Recherche (TGIR) Huma-num. Les nombreuses applications qu’elle propose, ouvrent la voie vers un accès libre, enrichi et multilingue aux données de la recherche scientifique française en Sciences Humaines et Sociales (SHS). Depuis maintenant deux ans, une nouvelle plateforme, ISIDORE Mobile, permet également de bénéficier des services d’ISIDORE à partir d’une interface simplifiée et compatible avec tout type de dispositifs électroniques. Continuer la lecture de Décrire pour mieux traduire : L’exemple des référentiels d’ISIDORE mobile

  1. En 2013, le TGE Adonis a été associé à la plateforme Corpus-IR (Coopération des Opérateurs de Recherche Pour un Usage des Sources numériques), elle-même créée pour faciliter l’accès aux documents de la recherche en SHS. Cet ensemble forme aujourd’hui la TGIR Huma-Num. []

Ordonner et dominer : quels enjeux de pouvoir à l’œuvre dans nos bibliothèques ? Une analyse à la lumière des études de genre

Lors de la journée d’étude « Chercheur connecté : entre pratiques et méthodes » (octobre 2017), j’ai assisté en tant qu’étudiante du Master 2 Humanités Numériques médiation de l’histoire, métiers des archives et des bibliothèques, à l’intervention de Sarah Lecossais intitulée « Les archives de l’Ina, des terrains à part entière pour les SHS ? ». Au cours de cette intervention, elle souligna comment les logiques d’indexation et de classification d’une base de données, par ses choix de terminologie, ses lacunes, ses biais etc. témoigneraient de l’évolution d’une discipline et plus généralement de la société. C’est cette réflexion qui a inspiré ce billet.

« Ordonner une bibliothèque est une façon silencieuse d’exercer l’art de la critique. »1

Jorge Louis-Borges (1986) Continuer la lecture de Ordonner et dominer : quels enjeux de pouvoir à l’œuvre dans nos bibliothèques ? Une analyse à la lumière des études de genre

  1. Propos tenu au Collège de France, leçon sur « la création artistique » janvier 1983. (page consulté le 28/12/2017),<http://dicocitations.lemonde.fr/citations/citation-2744.php> []

Littérature et vulgarisation des sciences

Ce billet est, essentiellement, un compte-rendu de lecture d’un chapitre de l’ouvrage Savants et ignorants. Une histoire de la vulgarisation des sciences1 de Daniel Raichvarg et Jean Jacques, qui nous a été conseillé pour préparer la séance d’enseignement avec François Pacaud2. Il s’intéresse à la dimension écrite de la vulgarisation et, au sein de celle-ci, à la seule littérature. Il essaie de répondre à trois questions : comment s’y est-on employé pour vulgariser les sciences ? Quelles ont été les techniques utilisées ? Comment ces livres ont-ils été accueillis ? Continuer la lecture de Littérature et vulgarisation des sciences

  1. RAICHVARG Daniel, JACQUES Jean, Savants et ignorants. Une histoire de la vulgarisation des sciences, éditions du Seuil, collection Points (série Sciences), 2003. []
  2. Cours HIS S45 (« Médiation de l’histoire et humanités numériques »), séance de François PACAUD : « Médiation scientifique. Histoire, enjeux et pratiques ». []

La vie dissonante de l’archive audiovisuelle

Le 16 octobre s’est déroulée à la MMSH la journée annuelle dédiée aux Visual Studies, organisée par Maryline Crivello et Sophie Gebeil. Cette journée annuelle a été mise en place également grâce au Pôle Image-Son, le laboratoire TELEMMe, l’Ina méditerranée  et avec la participation du Master « métiers des archives et des bibliothèques, médiation de l’Histoire et humanités numériques ». Programme disponible sur le site du pôle image et son.

 

Les archives audiovisuelles sont en train de perdre leur sens propre. C’est ce postulat qui a été mis en avant lors de la journée du 16 octobre[1] concernant les Visual Studies[2], nous voulons ici retracer la conférence de Matteo Treleani[3], Maître de Conférences en communication à l’Université de Lille, et sur les différents enjeux qui entourent les archives audiovisuelles avec l’utilisation des outils numériques dont nous disposons aujourd’hui. Ce chercheur est notamment l’auteur de deux ouvrages Qu’est-ce que le patrimoine numérique, paru en 2017 ainsi que Mémoires audiovisuelles. Les archives en ligne ont-elles un sens? (2014). Etudiants en Master 2 « Métiers des archives et des bibliothèques. Humanités numériques et médiations de l’histoire » à l’Université Aix-Marseille, les questions des ressources audiovisuelles et celle du dépôt légal du Web nous intéressent particulièrement, notamment celles de la contextualisation des objets audiovisuels qui nous semblent être un thème capital pour nos futurs métiers. Continuer la lecture de La vie dissonante de l’archive audiovisuelle

Devenir archiviste et bibliothécaire, spécialité médiation de l’histoire et Humanités Numériques

Le département « Histoire et Humanités » d’Aix-Marseille université propose depuis trois ans une spécialité au sein des enseignements d’histoire s « Métiers des archives et des bibliothèques. Médiation de l’histoire et humanités numériques ». L’objectif est de préparer les étudiants aux professions d’archivistes et de bibliothécaires, en prenant en compte la convergence de ces métiers et en les plaçant au coeur des humanités numériques.

La formation aborde, classiquement, les questions de préservation, de conservation et de valorisation de tout  type de document :  manuscrit,  imprimé,  photographique,  électronique,  sonore, audiovisuel ou cinématographique. Mais, en prenant conscience que les usages du numériques et certains dispositifs réglementaires récents ont eu tendance à faire converger les métiers des archives, des bibliothèques et de la valorisation du patrimoine  vers  un  certain  nombre  de  compétences  communes les responsables du Master ont voulu les prendre en compte. Ainsi, plusieurs enseignements portent sur la connaissance des systèmes  d’information et des formats de traitement de données,  la maîtrise du champ réglementaire dans le domaine du droit de la propriété littéraire et artistique mais aussi sur la compréhension des questions éthique que pose la diffusion des données culturelles et scientifiques, l’appréhension des pratiques de l’histoire dans l’espace public, l’expertise dans le domaine des humanités numériques et de la médiation scientifique.

Les enseignements portent également sur les problématiques de numérisation, d’accès aux collections documentaires et aux archives numériques patrimoniales. Le contexte économique et social, technique, juridique et politique de la préservation des données numériques, à tous niveaux et pour tous types de données, est pris en compte. Enfin dans l’objectif de  faciliter  le  recrutement  dans  le  secteur  public,  le Master propose de préparer aux épreuves du concours d’attaché territorial de conservation du patrimoine.

N’hésitez pas à contacter les enseignantes responsables du Master pour obtenir des informations complémentaires : Maryline Crivello1, Céline Régnard2, Laure Verdon3 ou, pour des informations complémentaires sur le parcours « Humanités numérique et médiation de l’histoire », Véronique Ginouvès4.

Métiers visés : professionnel.le.s de l’information scientifique et technique. Par des cours théoriques, des stages en situation, des apprentissages techniques, à préparer soit à des concours publics, soit à des fonctions de conseil ou de médiation auprès des acteurs du secteur privé.

Pour vous donner un exemple des enseignements, consultez les billets rédigés par les étudiants de Master2 de la promotion 2016-2017.

Vous pouvez également consulter la fiche de présentation des enseignements du Master.

Les institutions qui collaborent avec ce master :
Les Archives municipales de la ville de Marseille
Les Archives départementales des Bouches-du-Rhône – Archives13
Le Centre pour l’édition électronique ouverte
La TGIR Huma-Num
L’ Institut national de l’audiovisuel – Ina Méditerranée
La Médiathèque de Berre-l’Etang
La Médiathèque de Martigues Louis Aragon
Le MuCEM
Le Musée d’histoire de Marseille
La Phonothèque de la MMSH
Le SCD – Aix-Marseille Université
L’UMR TELEMMe – Temps, Espaces, Langage, Europe Méridionale –  Méditeranée

 

Crédits photographiques : image du campus de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme où se tiennent un partie des cours, photographie 2016 par Ariane Néroulidis, CC-BY.

  1. maryline<dot>crivello<at>univ<dash>amu<dot>fr []
  2. celine<dot>regnard<at>univ<dash>amu<dot>fr []
  3. laure<dot>verdon<at>univ<dash>amu<dot>fr []
  4. (veronique<dot>ginouves<at>univ<dash>amu<dot>fr []

Les reconstitutions : une histoire de mémoire ?

Longtemps réservées à un milieu scientifique, l’étude et la transmission de l’Histoire s’ouvrent aujourd’hui à un public de non professionnels notamment à travers le phénomène des reconstitutions historiques. Maryline Crivello, professeure d’histoire moderne, spécialiste de la “Living History”, dispense un cours sur la médiation de l’histoire et les usages publics du passé dans le cadre du parcours « Médiation de l’histoire et humanités numériques » de notre Master que nous avons choisi de vous retransmettre. Continuer la lecture de Les reconstitutions : une histoire de mémoire ?

En bibliothèque on est chez soi : voyage à la Médiathèque de Martigues…

Les enjeux des bibliothèques aujourd’hui : convivialité, proximité, innovation.

« Si quiconque, entrant dans une bibliothèque, n’y décèle rien qui lui soit déjà familier, alors il lui est signifié, j’ose dire avec violence, que cet endroit n’est pas pour lui. » Dominique Lahary1.

Nous en avons déjà entendu parler en Master 1 en 2015-2016 lors des enseignements de Sylvain Borzillo sur le thème de « Ouverture, accueil, renseignement », et cette année, en Master 2, lors de l’intervention de Cristina Chambrial. Dans le cadre de l’UE option Bibliothèques – Pratiques professionnelles, les enjeux des bibliothèques aujourd’hui ont été abordés. Le cours a apporté des éclairages sur les « nouveaux publics : nouveaux services » en faisant référence notamment à la bibliothèque 3ème lieu. Ce concept est cœur du débat actuel des professionnels sur l’avenir des salles de lecture et les rapports avec les usagers. Le monde des bibliothèques vit l’ère de la conception d’une action novatrice et créative, mais surtout harmonieuse et adaptée aux besoins variés d’un public fort hétérogène. Continuer la lecture de En bibliothèque on est chez soi : voyage à la Médiathèque de Martigues…

  1. Bibliothécaire, directeur de la Bibliothèque départementale du Val d’Oise. Cf. Lahary, Dominique, « Du profil de poste au métier », Bulletin d’informations de l’Association des bibliothécaires français, 1994, n° 164 []

Les usages d’Internet par les historiens

Il semble désormais acquis de dire qu’Internet a bouleversé les pratiques en s’immisçant aussi bien dans la vie quotidienne que dans le milieu professionnel. Mais qu’en est-il du monde de la recherche, et plus particulièrement des disciplines historiques ? Quels usages les historiens peuvent-ils faire d’Internet ? Étudiantes en Master 2 « Métiers des archives et des bibliothèques. Médiation de l’histoire et humanités numériques », nous avons assisté, dans le cadre de nos enseignements, à un cours de Sophie Gebeil, maître de conférence en histoire contemporaine à l’ESPE1, portant sur cette problématique.
Continuer la lecture de Les usages d’Internet par les historiens

Ars Magna, la modélisation des données au service de la culture. Le cas d’Europeana.

Etudiant en Master II Métiers des archives et des bibliothèques, médiation de l’histoire et humanités numériques, titulaire d’un master de philosophie soutenu en Italie, je m’intéresse au numérique sous différents angles de vue. Ce billet voudrait embrasser les angles théoriques et techniques pour expliquer la modélisation des données.

Ars Magna. C’est avec cette formule qu’au treizième siècle Raimon Llull1 indiquait ce que devait être, selon lui, la méthode universelle. Une méthode grâce à laquelle tous les savoirs seraient compréhensibles et mémorisés par les êtres humains. À l’heure du numérique, le long chemin entrepris par le philosophe espagnol semble bien avancé. Avec la constitution d’un réseau mondial accompagné d’une série de règles de structuration et d’’indexation des données,  n’importe quelle information peut aujourd’hui être partagée.  La modélisation des données est le dispositif central pour y réussir. Continuer la lecture de Ars Magna, la modélisation des données au service de la culture. Le cas d’Europeana.

  1. Pour un panorama exhaustif sur l’ouvrage de Raimon Llull et l’art de la mémoire voir  » target= »_blank »>Paolo Rossi, Clavis universalis : arts de la mémoire, logique combinatoire et langue universelle de Lulle à Leibniz, Grenoble (Isère) : J. Millon, 1993. []

Le patrimoine culturel immatériel en France : l’expérience corse

Le master Métiers des archives & des bibliothèques. Médiation de l’histoire & humanités numériques, en plus d’une formation technique, porte une réflexion sur les politiques publiques culturelles, la médiation de l’histoire et les humanités numériques. La notion de patrimoine culturel immatériel (PCI) est à la croisée de ces différentes approches.

Intégration du PCI au Code du Patrimoine

Par son article 55, la loi n° 2016-925 du 7 juillet 2016 relative à la liberté de la création, à l’architecture et au patrimoine, dite Loi CAP, intègre dans la législation française la notion de patrimoine culturel immatériel. L’article L1 du Code du Patrimoine s’en trouve ainsi modifié (en italique) : Continuer la lecture de Le patrimoine culturel immatériel en France : l’expérience corse

Utiliser la veille documentaire pour se préparer aux concours

Puisque préparer un concours n’est jamais simple, j’ai souhaité partager avec vous les méthodes de veille documentaire sur internet. Ces méthodes, je les ai moi-même connues suite à l’intervention de Nathalie Bouchetal de la Bibliothèque départementale des Bouches-du-Rhône, le 24 novembre 2016 auprès des étudiants bibliothécaires du master 2 : Histoire et humanités « Métiers des archives et des bibliothèques. Médiations de l’histoire et humanités numériques » dans le but de présenter la veille documentaire dans le cadre de l’unité d’enseignement « pratiques professionnelles ».

Qu’est-ce que la veille documentaire ?

Selon la norme AFNOR X50-053, la veille documentaire est « une activité continue et en grande partie répétitive visant à une surveillance active de l’environnement pour anticiper les évolutions. » Le but est de mettre en place des stratégies pour surveiller de manière active un domaine particulier. Continuer la lecture de Utiliser la veille documentaire pour se préparer aux concours

Qui sont les médiateurs scientifiques ?

La science n’est pas réservée à une élite d’intellectuels. Certes elle est parfois difficilement accessible au grand public, pourtant nous constatons qu’il existe depuis plusieurs siècles des intermédiaires entre ce dernier et les chercheurs qui produisent la recherche scientifique. Je vous renvoie à l’article de Véronique Carminati d’une promotion précédente pour un historique de la vulgarisation scientifique, intitulé Une brève histoire de la vulgarisation scientifique : du XVIe siècle à nos jours, dans la mesure où nous allons nous concentrer ici sur le rôle que jouent les médiateurs, ces personnes aux profils variés qui interviennent pour transmettre des connaissances scientifiques. Il serait donc pertinent de s’interroger sur les coulisses de la vulgarisation scientifique et ses enjeux. Continuer la lecture de Qui sont les médiateurs scientifiques ?

Le dépôt légal du web

Dans le cadre du Master 2, « Métiers des archives et des bibliothèques. Médiation de l’histoire et humanités numériques.« , Sophie Gebeil, historienne, nous a proposé de faire un point dans son cours sur le dépôt légal du web et ce billet en présente les grands axes.

La mise en place du dépôt légal

Le dépôt légal a été créé en France par François 1er avec l’ordonnance de Montpellier le 28 décembre 1537, visant à une surveillance stricte de la production des documents et l’enrichissement des collections royales. Il était stipulement interdit aux imprimeurs de vendre un document sans avoir au préalable déposé un exemplaire au garde de la librairie. Le dépôt légal de François 1er vise aussi à conserver la mémoire. Le dépôt légal a été élargi le 28 juin 1992 à la collecte des documents audiovisuels et radios émanant des programmations françaises.

En 2004, le Code du Patrimoine rentre en vigueur et se substitue à la loi de 1992. Ainsi, le dépôt légal est aujourd’hui régi par ce code dans son livre III à l’article L 131-1. Il concerne tous “ les documents imprimés, graphiques, photographiques, sonores, audiovisuels, multimédias, quel que soit leur procédé technique de production, d’édition ou de diffusion, font l’objet d’un dépôt obligatoire, dénommé dépôt légal, dès lors qu’ils sont mis à la disposition d’un public”. C’est donc l’obligation à toute administration de déposer un exemplaire des documents revêtant un intérêt national. Le dépôt légal revêt un rôle culturel pour l’enrichissement des collections par la collecte et la conservation des documents pour assurer leur pérennité. Il permet aussi la mise en place de bibliographies nationales qui garantit la consultation de ces documents, dans le respect de la législation. Ces documents collectés dans le cadre du dépôt légal sont destinés à être conservés de manière définitive, du fait de leur caractère patrimonial et national. La Bibliothèque nationale de France (BnF) est chargée de la collecte des documents vidéographiques et l’Institut national de l’audiovisuel (Ina) pour les flux télévisuels. Le dépôt légal s’étend donc à la radio, puis à la Télévision (loi de 1992), avant le web.

L’extension du dépôt légal aux archives web

Le dépôt légal du web s’inscrit dans la continuité de la collecte de documents patrimoniaux. Ce processus a été juridiquement encadré par la loi du 1er août 2006 pour les sites et publications numériques. Le dépôt légal du web concerne tous types de documents diffusés sur internet dans le domaine français. La Bibliothèque Nationale de France et l’Institut nationale de l’audiovisuel se partagent cette mission. Pour se faire, Bnf a recours à des organismes de gestion de sites tel que l’Association française pour le nommage et l’identification des sites internet. De son côté,  l’Ina a mis en place un moteur de consultation intégrant des logiciels qui permettent de repérer un format qui n’existe plus et, le cas échéant, de relire le média lors de la consultation. Cette obligation de dépôt incombe à toute personne physique ou morale dans le cadre de son activité en vue de la diffusion d’informations numérisées. Le dépôt légal du web, contrairement aux autres dépôts n’implique aucune démarche au préalable, puisque les collectes se font de manière automatique comme la TV pour l’Ina. Cependant, le décret du 19 décembre 2011 consolide le cadre juridique de la collecte pour le dépôt légal en permettant à la BnF et l’Ina de collecter des contenus numériques qui ne sont pas en accès libre pour le public, notamment les sites commerciales.

Cet élargissement du dépôt légal aux archives web permet une conservation pérenne des différents cycles de vie documentaire des documents conservés. Mais surtout assure le traitement de la masse d’informations numérisées, sa collecte et sa conservation pour une meilleur maitrise des données produites. Ce processus est nécessaire pour faciliter les recherches scientifiques des historiens qui utilisent de plus en plus l’archive web et qui exige une véracité des informations pour la fabrique de l’histoire. Le dépôt légal du web offre une source plus stable pour l’historien, notamment par rapport aux contenus en ligne. Permet également d’étudier l’histoire des sites web depuis 1996. Sophie Gebeil dans sa thèse, nous permet de mieux appréhender les enjeux et la finalité du dépôt légal notamment dans le cadre sociétal. 

En complément de ce billet, vous pouvez lire le diaporama présenté par Sophie Gebeil lors de la journée du 27 juin 2016 Visual Studies et Méditerranée où elle a présenté comment « faire une histoire du web et par le web » à travers « Les mémoires de l’immigration maghrébine sur le web français de 1999 à 2014 ».

ATTOUMANI Soilihati

  1.  GEBEIL Sophie, La fabrique numérique des mémoires de l’immigration maghrébine sur le Web français de 1999 à 2014, thèse de doctorat sous la direction de Maryline Crivello, Université d’Aix-Marseille, 2015
  2. GEBEIL Sophie, Les archives web de l’Ina, une source pour l’histoire du temps présent  
  3. GEBEIL Sophie, Quand l’historien rencontre les archives du web
  4. ROUX Pauline, Le dépôt légal du web : Des tweets aux e-books, la conservation 2.0
  5. SCHAFER Valérie et THIERRY Benjamin, L’ogre et la toile. Le rendez-vous de l’histoire et des archives du web

Crédits photographiques :

Image à la une : « Dépôt légal du web » , Uditha Wickramanayaka, licence creative commons (CC-BY-NC-SA 2.0), photographie prise le 14 janvier 2015 , accessible sur Flickr.com

Cite this article  / Citer ce billet :  ATTOUMANI Soilihati  » Le dépôt légal du web » in Les carnets du Master ,  18 janvier 2017, URL :

Définir les humanités numériques

Etudiante à l’université d’Aix-Marseille dans le cadre du  master Métiers des archives, des bibliothèques, humanités numériques et médiation de l’Histoire, j’ai saisi l’opportunité de faire la synthèse d’un enseignement de Jean-Christophe Peyssard, le 19 septembre 2016 pour vous donner ma définition des humanités numériques.

Il n’existe pas qu’une définition des humanités numériques. Dans son ouvrage intitulé Le Temps des humanités numériques, mutation des sciences humaines et sociales1 Olivier Le Deuff en donne la définition suivante : Continuer la lecture de Définir les humanités numériques

  1. Olivier Le Deuff (dir.), Le Temps des humanités digitales. La Mutation des sciences humaines et sociales, Limoges, FYP éditions, coll. Société de la connaissance, 2014, 175 p., ISBN : 978-2-36405-122-5. []