Atelier professionnel, MMSH, 2 novembre 2021

Le mardi 2 novembre se tiendra le 6e atelier professionnel du  Master Histoire parcours Bibliothèques, archives, médiation de l’Histoire et humanités numériques, sur la thématique des Visual Studies en Méditerranée, organisé conjointement par le Pôle images, sons, pratiques du numérique en sciences humaines et sociales et le programme inter-laboratoires de la MMSH  « Archives  vivantes »1.  Cette journée commune des Master 1 et 2 « Métiers des archives et des bibliothèques, médiations de l’histoire et humanités numériques » s’organisera cette année en deux partie, la matinée sera consacrée à un atelier pratique sur la question de l’affichage des données et l’après-midi questionnera l’archivage par réalisé par les artistes et la réutilisation des archives dans les oeuvres artistiques.

Les archives sonores et audiovisuelles sont au cœur de problématiques académiques multiples qui se déclinent actuellement dans les pratiques des artistes et dans celles du public. En raison de la multiplication des plateformes académiques, commerciales et réseaux sociaux, force est de constater que tout le monde produit et diffuse de l’archive. Chercheur·e·s, artistes, publics construisent, utilisent et réemploient des données présentes sur le Web. Ces réemplois interrogent l’utilisation académique et non-académique de l’archive qui devient « sauvage ». Si l’on peut se réjouir de ces façons de lui redonner « vie », le séminaire proposera de mieux comprendre les enjeux de sa circulation, désormais libre et ouverte entre chercheur·e·s et citoyen·ne·s.

En raison de l’épidémie de Covid-19, le port du masque dans l’enceinte de la MMSH (y compris les espaces extérieurs) est obligatoire, ainsi que l’inscription préalable à la journée*. Continuer la lecture de Atelier professionnel, MMSH, 2 novembre 2021

  1. « Archives Vivantes » est un groupe de recherche transversal et interdisciplinaire rassemblant des chercheurs et des ingénieurs de la MMSH et de PRISM qui s’intéresse aux problématiques liées à l’emploi et au réemploi des archives sonores et audiovisuelles, tant dans le cadre académique qu’artistique. []

Tout un monde en mouvement #1 : cycle de rencontres interdisciplinaire – 13 septembre 2021

Le cycle de rencontres interdisciplinaires Tout un monde en mouvement est organisé par la Mission Interdisciplinarité(s) d’Aix-Marseille Université avec quatre objectifs : Explorer les enjeux interdisciplinaires et les interfaces ente différents domaines scientifiques (1) ; Questionner les formes du changement et de la transformation mais aussi les modes de résistances (2) ; Inviter au dialogue entre étudiants, chercheurs, enseignants, acteurs économiques et culturels, citoyens et décideurs publics (3) ; Engager à des approches partagées, adaptées aux dés actuels et émergents d’un monde en mouvement (4). Génératrices de valeur multidimensionnelle (artistique, économique, sociale, citoyenne), les industries culturelles et créatives (ICC) sont au coeur de la mutation de nos sociétés. Débordant des frontières sectorielles traditionnelles, elles offrent un espace d’expérimentation de pratiques de co-création fertilisé par les croisements entre disciplines, compétences et acteurs et, ce faisant, contribuent à «mettre en récit» notre monde et ses changements. À partir d’expériences de collaborations croisées, cette rencontre propose d’explorer les ressorts de ces «narrations innovantes». Continuer la lecture de Tout un monde en mouvement #1 : cycle de rencontres interdisciplinaire – 13 septembre 2021

Le fonds Akoli Daouel : une introduction à la culture orale nigérienne

Akoli Daouel, né en 1937 à Tchingarène, département d’In-Gall, dans la région d’Agadez (Niger), est un ancien journaliste et homme politique nigérien. Issu d’une famille d’éleveur de bétail dont le père était chef de tribu, il devient dans les années 1960, le premier infirmier touareg du Niger. Le parcours d’Akoli Daouel au cœur du moment de la décolonisation est marqué par les évolutions liés au besoin d’élite formée dans un pays naissant : infirmier, journaliste, homme de radio, enseignant, entrepreneur dans le domaine du tourisme, acteur politique. Sa vie politique débute en 1970 et se continue avec quelques interruptions jusqu’en 2001 où il occupe deux postes de ministre sous deux gouvernements différents . Pendant cette période, il occupe plusieurs postes à responsabilité  mais il est aussi journaliste ; il couvre les déplacements d’Hamani Diori, devenu le premier président de la République du Niger en 19601. Entre 1961 et 1963, sa carrière de journaliste le mène à devenir directeur de la station régionale de Radio Niger d’Agadez puis, après 1974, il devient directeur des programmes de La Voix du Sahel2. En 1981, il est le directeur d’une société d’Etat, la Société Nigérienne de Télévision (SNT), qui a commencé à introduire la réception en noir et blanc des émissions télévisées au Niger. Continuer la lecture de Le fonds Akoli Daouel : une introduction à la culture orale nigérienne

  1. Fiche wikipédia, « Akoli Daouel » : https://fr.wikipedia.org/wiki/Akoli_Daouel []
  2. A la suite du coup d’Etat de Seyni Kountché, Radio Niger, créé en 1958, devient La Voix du Sahel en 1974. Cette station dépend depuis 1967 de l’Office de radiodiffusion-télévision du Niger – ORTN. []

La critique génétique dans les archives de chercheur

Jean-Pierre Olivier de Sardan est un anthropologue français et nigérien, spécialiste de l’Afrique, et en particulier du Niger, qui a déposé en 2017 une partie de ses archives à la phonothèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’Homme.

Dans le cadre de mon mémoire de M1, j’ai eu la tâche de m’occuper du traitement de la partie papier de ce fonds, ce que l’on peut appeler les « archives scientifiques textuelles ». Les sujets abordés dans ces archives papier sont extrêmement variés car ce n’est pas le thème qui fait la cohésion de cet ensemble mais bien son format et son producteur. Néanmoins, l’une des thématiques constitutives de ce fonds est celle de la méthodologie de l’enquête, et en particulier de l’entretien, en anthropologie. Les documents qui correspondent à cette thématique ont notamment été utilisés dans la rédaction de l’ouvrage La rigueur du qualitatif. Les contraintes empiriques de l’interprétation socio-anthropologique de Jean-Pierre Olivier de Sardan. Parmi les typologies présentes, on trouve plusieurs schémas dont certains sont visiblement différentes versions successives de la même figure.

Or, avoir accès à plusieurs versions d’un même élément textuel constitue le fondement de ce qu’on appelle la « critique génétique », ou « génétique textuelle ». D’après Claire Doquet-Lacoste, dans son article « Écrits intermédiaires, écritures intermittentes », en France, cette discipline a été mise en place par Louis Hay à partir de 1967 et « se préoccupe de connaître les avants du texte, recense et analyse les opérations en jeu dans l’écriture […]. Il ne s’agit pas de comprendre comment un auteur en est arrivé au texte parfait qu’il nous livre mais d’ouvrir les pistes qu’il aurait pu suivre et d’observer son cheminement scriptural qui devient intéressant en soi« . Continuer la lecture de La critique génétique dans les archives de chercheur

La conservation des supports à bande magnétique : un impératif archivistique

L’attrait des sciences humaines pour les contenus audiovisuels apparait dans les années 1970. En effet, si l’image et le son ont longtemps été relégués au second plan1, des questionnements émergent en cette deuxième partie du XXème siècle, à la fois pour son aspect éducatif et pédagogique, mais aussi pour son intérêt mémoriel. L’anthropologie, l’ethnologie et la sociologie vont particulièrement s’attarder sur ce nouveau format, notamment au cours des enquêtes de ces professionnels2. La retranscription des entretiens et l’immersion cognitive a une plus-value par rapport à l’écrit, puisqu’elle fait vivre à jamais des témoignages et les ancres dans la réalité. Continuer la lecture de La conservation des supports à bande magnétique : un impératif archivistique

  1. DAVID, Frédéric, « Des trésors cachés parmi nos archives : comment préserver et conserver les archives audiovisuelles » [en ligne], Maison des bâtisseurs, Association des archivistes du Québec – Région Nord, Alma, 26 avril 2019, (consulté le 9 avril 2021). URL: https://archivistes.qc.ca/wp-content/uploads/2019/04/Conference_conservation_doc_audiovisuel_AAQ_2019.pdf []
  2. PIAULT Colette. Aspects de la diffusion du film ethnologique en France. In: Bulletin de l’Association française des anthropologues, n°37-38, Septembre-décembre 1989. La valorisation de la recherche, sous la direction de Dominique Desjeux, Annie Le Palec et Marc-Eric Gruénais. pp. 77-83. [en ligne] DOI : https://doi.org/10.3406/jda.1989.1478 []

Deux institutions réunies autour d’un partenariat sonore

Le musée ethnologique de Salagon est un musée départemental situé dans la plaine de Mane au cœur des Alpes-de-Haute-Provence. Parmi les grands personnages à l’origine de sa création figure Pierre Martel  1 . Né en 1923 à Revest-du-Bion, le jeune provençal s’investit dans les ordres. Amoureux de sa région natale, il s’afflige de l’exode rural et du délitement de l’esprit solidaire villageois. Gagnant en influence et désireux de s’engager dans une action concrète, il fonde en 1953 l’association « Alpes de Lumière »2 . Il tente une résurrection par l’attractivité touristique, mais compte également offrir une place aux Alpes-de-Haute-Provence dans la science et met en œuvre collectes, recherches ou encore parutions… Il nomme d’ailleurs le siège de son institution « Centre de recherche de Simiane La Rotonde »3 . Continuer la lecture de Deux institutions réunies autour d’un partenariat sonore

  1. Pierre Martel (1923-2001) : ecclésiastique, chercheur, écrivain, fondateur de l’association Alpes de Lumière []
  2. GUYONNET, Marie Hélène. « Ethnologie parallèle et sauvegarde du patrimoine ethnologique en Haute-Provence », Centre d’Ethnologie Méditerranéenne, ministère de la Culture, mars 2000 p.4. []
  3. BASSET, Karine-Larissa, Pierre Martel et le mouvement Alpes de Lumière: l’invention d’un territoire (1953-1983), Edition de l’Aube, La Tour d’Aigues, 2009, p.60. []

Lecture : lieux de mémoire sonore, des sons pour survivre, des sons pour tuer

Lieux de mémoire sonore, des sons pour survivre, des sons pour tuer est un ouvrage universitaire dirigé par Luis Velasco-Pufleau, musicologue et Laetitia Atlani-Duault, anthropologue qui s’inscrit dans la collection « (bien) commun ».. Il est construit en deux parties et 11 articles rédigés par 13 chercheur·e·s, qui s’intéressent aux productions sonores au cours d’évènements de crise. L’essor des sound studies et des études de musicologies politiques, ont largement contribué à l’édification de cette production. Divisé en deux grands ensembles, l’ouvrage dépeint d’une part la capacité du son à se métamorphoser en armes d’attaque ou de défense et d’une autre comme un instrument à la survie. Ce document ressemble à un tour du monde des sens, au cœur des évènements politiques contemporains. L’ouvrage est consultable sur le site OpenEdition Books. Etudiants en master métier des archives et des bibliothèques, nous avons choisi de réaliser un résumé pour chacun des articles :

Continuer la lecture de Lecture : lieux de mémoire sonore, des sons pour survivre, des sons pour tuer

Archives de la recherche : Pourquoi un chercheur dépose-t-il ses archives ? Pour qui ?

Le séminaire « Archives de la Recherche » est un programme interlaboratoires à la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH), coordonné par Emmanuelle Chapron, historienne, et Véronique Ginouvès, archiviste, qui cherche à répondre aux questions pratiques et concrètes posées par le développement des interactions entre archives et données de la recherche. Ce séminaire s’intéresse plus particulièrement aux problématiques de conservation, d’exploitation, de valorisation et de mutualisation des collections d’archives de la recherche.

La 6ème session du programme, organisée le 22 avril dernier, a notamment été animée par l’anthropologue africaniste Jean-Pierre Olivier de Sardan, chercheur ayant fait don, en 2017, d’une partie de ses archives à la MMSH. Ainsi, il a pu construire une réflexion sur les raisons qui conduisent un chercheur à déposer ses archives fondée sur sa propre expérience.

Par ailleurs, co-fondateur du Laboratoire d’Études et de Recherches sur les Dynamiques Sociales et le Développement Local (LASDEL) à Niamey (Niger), Jean-Pierre Olivier de Sardan a conditionné son dépôt à la transmission d’une copie numérique de son fonds à son laboratoire. Par conséquent, lors de son intervention, il a aussi évoqué les enjeux du partage de ses archives ainsi que la possibilité de collaborations entre les laboratoires de recherche en France et en Afrique.

Le sujet abordé lors de cette matinée est précisément celui de mon mémoire de Master 1 dans le cadre duquel je me suis occupée du traitement et du classement des archives papiers du fonds Jean-Pierre Olivier de Sardan conservé à la Phonothèque.

La question de la conservation et de la valorisation des données de la recherche et le retour des archives dans les pays où elles ont été produites est une question qui intéresse de plus en plus la communauté scientifique depuis une vingtaine d’années. Jean-Pierre Olivier de Sardan a abordé ces problématiques dans sa passionnante conférence dont vous trouverez un compte-rendu dans Les carnets de la Phonothèque.

Bonne lecture !

Pauline Muller, étudiante en Master 1 « Métiers des archives et des bibliothèques. Médiation de l’histoire et humanités numériques ».

Consultez le fonds Jean-Pierre Olivier de Sardan à la Phonothèque.

Paru cette année : Olivier de Sardan, Jean-Pierre, La revanche des contextes. Des mésaventures de l’ingénierie sociale en Afrique et au-delà, Karthala, 2021.

Crédit photographique de l’image mise en avant : Image 00:46 minutes du film documentaire Sassalé, réalisé par Jean-Pierre Olivier de Sardan (1972). Tous droits réservés au CNRS.

FÉDÉRER DES RESSOURCES POUR LES ÉTUDES SUR LES MONDES AFRICAINS, 22 AVRIL, MMSH

La 6ème séance du programme inter laboratoires « Archives de la recherche » de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH), s’intéresse aux collections documentaires des études africaines contemporaines. Cette matinée (en distanciel) nous donne l’opportunité d’aborder tous les types de matériaux qui sont accessibles à la médiathèque de la MMSH sur le domaine, de réfléchir aux modalités d’acquisition et aux grandes orientations qui vont permettre de développer ces fonds et faciliter l’accès aux utilisateurs. L’objectif est également de mieux appréhender comment il serait possible de s’engager dans des collaborations avec les laboratoires de recherche spécialisés dans le domaine en France et en Afrique.

Pour rappel, le séminaire est ouvert à tou·te·s,  sur inscription1

Programme de la matinée, 22 avril, 9h-12h30 :

Jean-Pierre Olivier de Sardan, anthropologue, directeur de recherche émérite au CNRS, a fait don d’une partie de ses archives à la MMSH tout en œuvrant pour qu’une copie numérique documentée soit déposée dans un laboratoire au Niger qu’il a contribué à fonder le LASDEL, Laboratoire d’Études et de Recherche sur les Dynamiques Sociales et le Développement Local. Il se posera – et nous posera – cette question « Pourquoi un chercheur dépose-t-il ses archives et pour qui ? ». Le débat sera introduit et animé par Marie-Dominique Mouton, bibliothécaire et archiviste, qui a travaillé à la collecte et au traitement de plusieurs fonds africanistes, dont le Fonds Marcel-Griaule, à la bibliothèque Éric-de-Dampierre (Nanterre) ainsi qu’à la mise en place d’une réflexion sur les matériaux de terrain dans le cadre du réseau des Archives des ethnologues”.

À 10h30, après une pause, une table-ronde nous donnera l’occasion de discuter des enjeux de la constitution d’un fonds documentaire sur les études africaines à la médiathèque d’Aix-en-Provence :  Simon Imbert-Vier, correspondant à l’IMAF-Aix pour les acquisitions de la bibliothèque de la MMSH, Annick Richard, bibliothécaire responsable des acquisitions sur le domaine à la médiathèque,  et Sandra Fancello, qui travaille à la constitution du fonds d’archives de Bruno Martinelli, interviendront dans cette discussion.

Dans la dernière partie de la matinée (11h30) Fabrice Melka (IMAF) reviendra sur le projet Transcrire qu’il a créé, un outil de transcription collaborative d’archives en sciences humaines et sociales, dans lequel la MMSH est également impliquée. Sur le domaine africain, citons notamment les carnets d’Antoine d’Abbadie (Corne de l’Afrique), Edmond Bernus (Sahel Nigérien), Marceau Gast (Sud du Sahara), Raymond Mauny (Afrique de l’Ouest) et Thérèse Rivière (Algérie).

Bibliographie :

« Le forgeron, le juge, et l’ethnologue: autour de Bruno Martinelli » [dossier coordonné par Sandra Fancello et André Mary], Journal des africanistes, 2019.

Mouton, Marie-Dominique, « Dématérialisation et valorisation des matériaux de terrain des ethnologues : l’archiviste face aux questions éthiques », in Véronique Ginouvès et Isabelle Gras (éd.), La diffusion numérique des données en SHS – Guide de bonnes pratiques éthiques et juridiques, Presses universitaires de Provence, coll.« Digitales », 2018.

Olivier de Sardan, Jean-Pierre. La revanche des contextes. Des mésaventures de l’ingénierie sociale en Afrique et au-delà, Karthala, 2021.

***

La prochaine matinée du séminaire « Archives de la recherche » se tiendra le jeudi 20 mai  2021 sur le thème « Archiver l’enseignement » (programme en cours).

Programme coordonné par Emmanuelle Chapron et Véronique Ginouvès.

Crédit photographique de l’image mise en avant : Réunion villageoise, Niger, 2021, enquête LASDEL, CC-BY-ND.

  1. Pour vous inscrire au séminaire, il suffit d’envoyer un courriel à veronique<dot>ginouves<at>univ-amu<dot>fr, un lien « zoom » vous sera transmis. []

Des musées en évolution : d’une conception muséologique des savoirs à une muséologie participative

Création progressive du concept de musée  (du XV° au XIX° siècle) : le musée des savoirs1

Le concept de musée apparaît pour la première fois, à Rome, sous le règne du pape Sixte IV (1471-1484), sans toutefois que ce terme existe véritablement. Le pape fait exposer sa collection de sculptures classiques au peuple Romain dans le bâtiment du Capitole. C’est ainsi qu’il ouvre le premier  musée.2 Les premiers musées sont donc constitués de séries d’objets juxtaposés.3 Continuer la lecture de Des musées en évolution : d’une conception muséologique des savoirs à une muséologie participative

  1. Gens dans le musée d’art (Licence Freepik Premium).  []
  2. https://www.youtube.com/watch?v=XgHx7Q43NXo. Pourquoi a-t-on inventé les musées, Kryztof Pomian, France Culture. 2 octobre 2020. []
  3. Roland Schaer, L’Invention des musées, Gallimard/réunion des musées nationaux, coll. « Découvertes Gallimard / Histoire » (no 187), 1993. []

Lecture : Burning the books : A history of the deliberate destruction of knowledge ou pourquoi nous aurons toujours besoin de bibliothèques et d’archives

L’image d’un livre qui brûle rappelle souvent à notre souvenir l’autodafé du 10 mai 1933, lorsque dans le quartier d’Unter den Linden, juste en face de l’Université Friedrich Wilhelm, un feu de joie constitué de livres d’écrivain « non allemand », juifs, marxistes, est alimenté par une foule enthousiaste de près de 40 000 personnes… C’est d’ailleurs avec cet évènement que Richard Ovenden choisit de débuter son livre.

Book burning in Berlin, May 1933. Domaine public. Wikimedia Commons.

Continuer la lecture de Lecture : Burning the books : A history of the deliberate destruction of knowledge ou pourquoi nous aurons toujours besoin de bibliothèques et d’archives

Public et storytelling : vers un rapport commercial à la culture ?

N’a-t-on jamais préféré apprendre l’Histoire grâce à des récits vivants ? Le succès des romans historiques, des jeux vidéo et des vidéos YouTube pour la vulgarisation culturelle montre bien cette tendance. Les musées l’ont bien compris et mettent en récit leurs expositions, pour placer leur public en immersion en leur faisant ressentir et vivre l’Histoire, c’est ce que l’on appelle le « storytelling ». Cette notion évoquée par Ann Blanchet lors de son cours s’impose de plus en plus dans le monde de la médiation culturelle.  

Le storytelling est le fait de raconter une histoire à des fins de communiquer. Il est notamment utilisé en marketing pour la communication publicitaire et permet aux marques de se démarquer en donnant une identité et une authenticité à leur campagne. Les institutions culturelles ont repris ce concept pour réaliser une communication efficace et ciblée. Leur objectif est de rapprocher les publics des œuvres et des héritages grâce aux nouveaux outils de communication.   Continuer la lecture de Public et storytelling : vers un rapport commercial à la culture ?

Transmettre l’histoire de la Shoah dans un musée

Dans le cadre de notre enseignement sur les médiations de l’histoire et les humanités numériques, Ann Blanchet (conservatrice et bibliothécaire au sein du service des musées de Marseille) est intervenue sur « Les formes de transmission de l’histoire au musée ». Inspirée par son intervention, nous avons choisi d’observer la transmission de l’histoire de la Shoah dans un musée. Nous avons sélectionné à titre d’exemple le Mémorial du Camps des Milles à proximité d’Aix-en-Provence. Continuer la lecture de Transmettre l’histoire de la Shoah dans un musée

L’archivage du Web par la BnF : sauvegarde et valorisation de la mémoire en ligne

À l’occasion de nos cours  de médiation de l’histoire et des humanités numériques, nous avons rencontré différents professionnels qui nous ont fait part de différentes thématiques relatives à la divulgation des connaissances, notamment les sciences humaines et sociales (SHS) à l’ère du numérique. Sur ce, la présentation de Sophie Gebeil intitulée « Archives, Histoire à l’ère d’internet : de la numérisation à l’archivage du web » a attiré notre attention. Dans la société de l’information, le web constitue un des médias  privilégié de production et de diffusion de l’information. Des milliers de contenus sont  véhiculés sur les sites web au quotidien sans un réel souci sur leur sort.

Consciente de la valeur de l’information et de ses enjeux, la BnF, précurseure de l’archivage du web en France, a développé des initiatives permettant de sauvegarder chaque année, des millions de pages web à caractère patrimonial, par le biais bien sûr du dépôt légal du Web au titre duquel la BnF partage la mission d’archivage du Web français avec l’Ina.1 En effet, des milliers de pages web ont disparu ou auraient disparu, s’il n’y avait pas ce travail d’archivage. Ainsi, dans ce billet, nous allons nous intéresser aux archives du web de la BnF. Continuer la lecture de L’archivage du Web par la BnF : sauvegarde et valorisation de la mémoire en ligne

  1. Laurie Lajara, Marylène Mattei, les archives du web sur l’Inathèque, 20 janvier 2019. Blog Master métiers des archives et des bibliothèques : médiation de l’histoire et humanités numériques, AMU https://masterabd.hypotheses.org/3716  []

Un festival à l’épreuve de la crise sanitaire !

Étudiantes en Master 2 métiers des archives et des bibliothèques. Médiation de l’histoire et humanité numérique, dans le cadre de notre parcours Médiation, publics et humanités numériques, nous avons assisté en distanciel au cours de Madame Crivello “Usages sociaux et médiations de l’histoire” qui nous a présenté la médiation des Sciences Humaines et des Arts par l’intermédiaire du Festival du Jeu de l’oie.

En 2019, le campus d’Aix-Marseille Université accueillait la première édition du Festival du jeu de l’Oie. Il s’agit d’un festival ouvert à tous combinant les différentes disciplines des Sciences humaines et des Arts. La question de la médiation des sciences humaines et de l’art nous intéressait,  aussi nous avons assisté à la programmation sur le site officiel du Festival du jeu de l’oie qui s’est déroulé du 10 au 12 décembre 2020. Ce festival organisé par AMU en partenariat avec le Mucem est un festival des Sciences Humaines et des Arts qui – sous le nom du jeu de l’oie, le jeu le plus vieux jeu de société connu -aspire à attirer un maximum de public en utilisant un nom qui paraît décalé avec le sujet. De plus, c’est un jeu initiatique, dans le cadre du festival il est attaché à comprendre  le monde1. L’édition de l’année 2020 questionnait la situation actuelle de la crise sanitaire sous les angles des sciences humaines et de l’art en posant une question “Confinement(s) Tout un monde à l’arrêt ?”2 

L’organisation de ce festival nous pose la question de la médiation des Sciences humaines et de l’art dans un contexte nouveau, la crise sanitaire.  Continuer la lecture de Un festival à l’épreuve de la crise sanitaire !

  1. Jeu de l’oie. Histoire et métamorphoses []
  2. Voir le programme sur le billet de blog Festival du jeu de l’oie 2020: « tout un monde à l’arrêt » publié par Véronique Ginouvès le  28/11/2020 []
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search