Archives par mot-clé : interopérabilité

La transition bibliographique chez Freud : mémoire M2 de Clémence Harter

Clémence Harter, a soutenu en septembre 2018 un mémoire de deuxième année de master au sein du Département d’Histoire, option Métiers des archives et des bibliothèques. Médiations de l’Histoire et humanités numériques  sous le titre : Valoriser une collection à l’aide d’un SIGB de nouvelle génération. Aujourd’hui, elle est bibliothécaire au sein de la médiathèque Valentin Haüy1. Ce billet est le premier à présenter un mémoire d’étudiant.e soutenu dans le cadre du master. Il est introduit par une ancienne étudiante (promotion 2018-2019), Laurence Salze.

La bibliothèque Sigmund Freud

Histoire

Sigmund Freud développe ses théories à partir de 1902 à Vienne en Autriche ; ses premiers ouvrages sont traduits pour la première fois en 1923. En 1926, la Société psychanalytique de Paris  est fondée sous l’impulsion de Marie Bonaparte, elle-même disciple du père de la psychanalyse. Au gré des débats et conflits au sein des différentes « chapelles », la SPP2 demeure le lieu de transmission de valeurs et positions théoriques affirmées. La bibliothèque créée en 1934 devient l’appui de l’Institut destiné à la formation des analystes et à la recherche. Continuer la lecture de La transition bibliographique chez Freud : mémoire M2 de Clémence Harter

  1. La médiathèque Valentin Haüy propose des livres adaptés pour les personnes aveugles, déficientes visuelles ou ne pouvant lire du fait d’un handicap. Elle propose de très nombreux titres, disponibles sur divers supports adaptés. Près de 30000 livres audios et 20000 livres en braille sont disponibles sur place ou à distance. []
  2. SPP : Société psychanalytique de Paris []

Ars Magna, la modélisation des données au service de la culture. Le cas d’Europeana.

Etudiant en Master II Métiers des archives et des bibliothèques, médiation de l’histoire et humanités numériques, titulaire d’un master de philosophie soutenu en Italie, je m’intéresse au numérique sous différents angles de vue. Ce billet voudrait embrasser les angles théoriques et techniques pour expliquer la modélisation des données.

Ars Magna. C’est avec cette formule qu’au treizième siècle Raimon Llull1 indiquait ce que devait être, selon lui, la méthode universelle. Une méthode grâce à laquelle tous les savoirs seraient compréhensibles et mémorisés par les êtres humains. À l’heure du numérique, le long chemin entrepris par le philosophe espagnol semble bien avancé. Avec la constitution d’un réseau mondial accompagné d’une série de règles de structuration et d’’indexation des données,  n’importe quelle information peut aujourd’hui être partagée.  La modélisation des données est le dispositif central pour y réussir. Continuer la lecture de Ars Magna, la modélisation des données au service de la culture. Le cas d’Europeana.

  1. Pour un panorama exhaustif sur l’ouvrage de Raimon Llull et l’art de la mémoire voir ” target=”_blank”>Paolo Rossi, Clavis universalis : arts de la mémoire, logique combinatoire et langue universelle de Lulle à Leibniz, Grenoble (Isère) : J. Millon, 1993. []