Archives par mot-clé : évolution des métiers

Enjeux de la conservation des archives numériques sur le long terme

Bien qu’on puisse l’imaginer figée, la définition d’archives ne cesse pourtant jamais d’évoluer et de s’étendre. Les législateurs ouvrant périodiquement ce statut à de nouveaux domaines. La création de l’Institut National de l’Audiovisuel (Ina) en 1974, chargée de conserver les archives de la télévision et de la radio, en est un exemple. Pour l’État, l’enjeu de cet élargissement sémantique régulier est lié l’adoption de nouveaux supports documentaires dans ses administrations.

La question de l’archivage électronique, également appelé « e-archivage », se pose alors en vue de la place que celui-ci a pris dans nos sociétés. Cette importance se vérifie par exemple dans le domaine légal et juridique : depuis la loi du 13 mars 20001, l’État reconnaît la même valeur probante à l’écrit sous forme électronique que l’écrit sur support papier.

Continuer la lecture de Enjeux de la conservation des archives numériques sur le long terme

  1. https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000399095&categorieLien=id []

Parcourir l’histoire au présent ou transmettre le passé au musée

” Le musée doit être un point de départ et non pas seulement un lieu où l’on vient : le musée n’est pas qu’un bâtiment. “

Alpha Oumar-Konare, président de l’ICOM, 19921

Alors que les musées gardent une certaine image de « temples » intimidants et que plane toujours l’inquiétude d’une désaffection des publics, les professionnels multiplient les initiatives pour faire vivre les musées en mettant à profit les apports de la mondialisation et du numérique. Ann Blanchet, conservatrice au Musée d’histoire de Marseille, a abordé avec nous quelques uns de ces nouveaux enjeux et pratiques de médiation dans le cadre du Master 2 « Métiers des archives et des bibliothèques, médiation de l’histoire et humanités numériques ».

Ad museum : attirer au musée…

Les musées se définissent avant tout par deux missions corrélées : la conservation de collections pour leur mise à disposition à des fins d’études, d’éducation et de plaisir2. Et afin de rendre intelligibles – et intéressants – des objets d’histoire auprès de publics divers, les professionnels expérimentent aujourd’hui des dispositifs de médiation qui allient le virtuel à la matérialité du musée.

Entrer par l’extérieur : l’accès à distance du virtuel

Avant d’aller au musée, encore faut-il le connaître et vouloir y aller ! C’est pourquoi les musées se dotent d’une visibilité en ligne pour mettre en avant leurs collections, notamment grâce aux expositions virtuelles. Ils peuvent également se servir des nouvelles habitudes du monde connecté. À l’occasion du Centenaire de la guerre de 14-18, le Musée de la Grande Guerre à Meaux a ainsi pu porter son choix sur… Facebook. Ils ont créé et alimenté le profil fictif de Léon Vivien avec des posts quotidiens faisant office de cartels modernes : la photo d’objets issus des collections est accompagnée d’une explication narrativisée sous la forme d’un journal Facebook. La démarche repose ainsi sur la mise en récit, comme un témoignage faisant revivre le passé. La page de Léon Vivien, alias @leon1914, a rencontré un bon succès et a été suivie par 60 000 abonnés.

Exemple de post sur le profil Facebook fictif de Léon Vivien, professeur envoyé au front en 1915. Daté fictivement du 28 avril 1915, ce post comprend une photo noir&blanc d'une boîte de "cigarettes des braves" et le commentaire de Léon Vivien : "La "cigarette des braves", quelle ironie, soudain : voilà qu'à présent, il faut résister à la tentation de s'en griller et de se dessécher un peu plus la gorge."
Exemple de post sur le profil Facebook fictif de Léon Vivien, professeur envoyé au front en 1915 (capture d’écran)

Continuer la lecture de Parcourir l’histoire au présent ou transmettre le passé au musée

  1. Citation extraite d’un entretien avec Roland Arpin dans « Laisser les musées aller aux limites de leur créativité et de leurs audaces », in Forces, 1992, n°98, 94 p. []
  2. Le Code du Patrimoine (livre IV) donne une définition des musées à l’article L410-1 : « Est considérée comme musée, au sens du présent livre, toute collection permanente composée de biens dont la conservation et la présentation revêtent un intérêt public et organisée en vue de la connaissance, de l’éducation et du plaisir du public. » Source : Légifrance []

Histoires d’alumni

Le master Métiers des Archives et des Bibliothèques existe depuis la rentrée 2005 au sein d’Aix-Marseille université dans le département d’histoire. La spécialité “Archives orales et audiovisuelles” a été ajoutée en 2012 puis le parcours est devenu “Médiations de l’histoire & humanités numériques” en 2015. Lorsque nous entrons dans une formation, nous avons toujours une incertitude : avons-nous  fait le bon choix de formation ? Trouverons-nous des débouchés professionnels ? Rien de tel pour vaincre ses doutes, que de savoir ce que sont devenus les “anciens”. C’était mon cas lorsque je suis rentrée dans ce master. C’est pourquoi j’ai pris contact avec une vingtaine d’anciens étudiants de trois promotions différentes, j’ai pu récolter sept témoignages (cinq par mail et deux par entretien), j’en ai retenu cinq pour écrire ce court billet.

Continuer la lecture de Histoires d’alumni

Devenir archiviste et bibliothécaire, spécialité médiation de l’histoire et Humanités Numériques

Le département “Histoire et Humanités” d’Aix-Marseille université propose depuis trois ans une spécialité au sein des enseignements d’histoire sMétiers des archives et des bibliothèques. Médiation de l’histoire et humanités numériques. L’objectif est de préparer les étudiants aux professions d’archivistes et de bibliothécaires, en prenant en compte la convergence de ces métiers et en les plaçant au coeur des humanités numériques.

La formation aborde, classiquement, les questions de préservation, de conservation et de valorisation de tout  type de document :  manuscrit,  imprimé,  photographique,  électronique,  sonore, audiovisuel ou cinématographique. Mais, en prenant conscience que les usages du numériques et certains dispositifs réglementaires récents ont eu tendance à faire converger les métiers des archives, des bibliothèques et de la valorisation du patrimoine  vers  un  certain  nombre  de  compétences  communes les responsables du Master ont voulu les prendre en compte. Ainsi, plusieurs enseignements portent sur la connaissance des systèmes  d’information et des formats de traitement de données,  la maîtrise du champ réglementaire dans le domaine du droit de la propriété littéraire et artistique mais aussi sur la compréhension des questions éthique que pose la diffusion des données culturelles et scientifiques, l’appréhension des pratiques de l’histoire dans l’espace public, l’expertise dans le domaine des humanités numériques et de la médiation scientifique.

Les enseignements portent également sur les problématiques de numérisation, d’accès aux collections documentaires et aux archives numériques patrimoniales. Le contexte économique et social, technique, juridique et politique de la préservation des données numériques, à tous niveaux et pour tous types de données, est pris en compte. Enfin dans l’objectif de  faciliter  le  recrutement  dans  le  secteur  public,  le Master propose de préparer aux épreuves du concours d’attaché territorial de conservation du patrimoine.

N’hésitez pas à contacter les enseignantes responsables du Master pour obtenir des informations complémentaires : Maryline Crivello1, Céline Régnard2, Laure Verdon3 ou, pour des informations complémentaires sur le parcours “Humanités numérique et médiation de l’histoire”, Véronique Ginouvès4.

Métiers visés : professionnel.le.s de l’information scientifique et technique. Par des cours théoriques, des stages en situation, des apprentissages techniques, à préparer soit à des concours publics, soit à des fonctions de conseil ou de médiation auprès des acteurs du secteur privé.

Pour vous donner un exemple des enseignements, consultez les billets rédigés par les étudiants de Master2 de la promotion 2016-2017.

Vous pouvez également consulter la fiche de présentation des enseignements du Master.

Les institutions qui collaborent avec ce master :
Les Archives municipales de la ville de Marseille
Les Archives départementales des Bouches-du-Rhône – Archives13
Le Centre pour l’édition électronique ouverte
La TGIR Huma-Num
L’ Institut national de l’audiovisuel – Ina Méditerranée
La Médiathèque de Berre-l’Etang
La Médiathèque de Martigues Louis Aragon
Le MuCEM
Le Musée d’histoire de Marseille
La Phonothèque de la MMSH
Le SCD – Aix-Marseille Université
L’UMR TELEMMe – Temps, Espaces, Langage, Europe Méridionale –  Méditeranée

 

Crédits photographiques : image du campus de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme où se tiennent un partie des cours, photographie 2016 par Ariane Néroulidis, CC-BY.

  1. maryline<dot>crivello<at>univ<dash>amu<dot>fr []
  2. celine<dot>regnard<at>univ<dash>amu<dot>fr []
  3. laure<dot>verdon<at>univ<dash>amu<dot>fr []
  4. (veronique<dot>ginouves<at>univ<dash>amu<dot>fr []