Archives par mot-clé : archives audiovisuelles

Explorer de nouvelles destinations numériques pour le patrimoine documentaire et audiovisuel

Les deux missions principales des institutions culturelles sont la préservation et l’offre d’accès à leurs patrimoines. Plus récemment on leur a demandé de partager leurs collections avec un public plus vaste, lointain, et de favoriser leur accès à travers des plateformes numériques. Le savoir évolue à la fois dans sa façon d’être créé et d’être partagé, et cela se passe aujourd’hui essentiellement en ligne.

Suite à ce bouleversement structurel et organisationnel, les institutions culturelles qui veulent se conformer à leurs missions, préserver, partager et faciliter l’accès au savoir pour la société inscrivent leurs données dans le tournant numérique. Torsten Reimer, responsable des services de recherche à la British Library, l’explique clairement « Les bibliothèques répondent aux changements des besoins et des comportements des utilisateurs en passant d’un paradigme de contenu (collections) à un paradigme basé sur les services »1. Dans cette dynamique, les institutions investissent ou créent de nouvelles plateformes numériques pour offrir une meilleure exploration a leur public.

Dans le cadre de la journée d’études Visuals Studies et Méditerranée qui s’est tenue le 28 Septembre 2020 à la MMSH2, de nouveaux projets transversaux qui s’inscrivent dans cette démarche ont été présentés. 

Ainsi, dans l’objectif de promouvoir un patrimoine partagé, un partage des données et de leurs interopérabilités, les Archives nationales d’Outre-Mer (ANOM), l’Institut national de l’audiovisuel (Ina) et la Bibliothèque national de France (BnF) ont évoqué les mutations numériques que traversent leurs institutions.

Pour permettre un accès à un public lointain, les ANOM ont commencé en 2003 à numériser leurs archives et à publier en ligne leurs instruments de recherche (IREL). Isabelle Dion, directrice des ANOM, a souligné que le travail d’alimentation d’une salle d’inventaires virtuelle est une opération longue (les ANOM viennent de lancer un marché de rétro-conversion sur 4 ans), tout comme la numérisation d’archives qui nécessite des ressources humaines importantes et un budget conséquent. Aujourd’hui seules 3% des archives conservées aux ANOM sont numérisées. Par ailleurs, les ANOM participent à l’enrichissement de portails numériques, ayant pour objectif de rassembler et de compléter les collections éparpillées entre les institutions et pays différents, et ainsi, d’entrer dans le champ de la mémoire partagée. Les ANOM participent ainsi à deux portails : Archives de la Nouvelle-France et la France aux Amériques3 ; un troisième projet est également en cours, le portail « France-Vietnam »4.

De son côté, l’Institut national de l’audiovisuel (Ina) mène depuis cinq ans un projet de développement d’une nouvelle infrastructure technique pour traiter, stocker et gérer les données. Cette « reprise en main » explique Gautier Poupeau, architecte de données à l’Ina, a pour objectif de créer un lien entre l’ensemble des données, dispersées sur 60 millions de notices, et ainsi de « gouverner les données pour n’importe quel usage »5.  Il souligne qu’il est avant tout essentiel de comprendre ce que l’on attend du système d’information documentaire à mettre en place : permettre un accès facile et fluide aux usagers et, une maîtrise de l’archivage sur le long terme de collections de plus en plus hétérogènes6. L’opération est complexe et elle demande d’uniformiser et d’unifier les notices éparpillées dans des collections différentes, sans créer de redondance afin que les métadonnées s’enrichissent des données d’origines et de natures diverses constituées au fil de l’histoire documentaire de l’Ina.

affiche bibliothèque d'orient
Affiche de la Bibliothèque d’Orient (site de la BnF)

Le troisième projet7 qui revient sur le la question de la mutualisation des données s’intitule « Bibliothèque d’Orient ». Créée en 2016 et pilotée par la BnF en coopération avec huit institutions8, c’est une bibliothèque numérique qui réunit un patrimoine documentaire du Proche-Orient, couvrant la période de la fin du XVIIIème siècle à la moitié du XXème siècle. Présenté de manière éditorialiste, c’est aussi une plateforme trilingue (français, anglais, arabe). L’objectif du projet patrimoine partagé est de « sauvegarder numériquement, diffuser et faire dialoguer des sources documentaires provenant de fonds complémentaires, dispersés à travers le monde ». Ainsi, plus de dix mille documents sont accessibles et classés dans des champs thématiques différents. Selon Vanessa Desclaux, responsable à la BnF des manuscrits orientaux de l’Égypte antique et du Proche-Orient, ce n’est « pas une bibliothèque numérique exhaustive sur le Proche-Orient, mais elle a pour but de montrer les échanges, les interactions intellectuelles et culturelles à partir des collections que les uns et les autres conservent dans leur fonds et qu’ils ont fait numériser ».

Une idée commune anime ces trois projets : l’envie de centraliser le savoir et sa mise en cohérence, une façon de recréer des collections numériques dans l’immensité du web. Celle-ci se manifeste par la nécessité de créer des descriptions uniformes pour assurer une interopérabilité entre les documents et les plateformes. Quand chaque site web de bibliothèque, de centre d’archives ou même de musée à sa propre structure, croiser la recherche devient compliqué. L’enjeu de la recherche en humanités numériques est bien de développer les standards internationaux et les algorithmes qui permettront d’envisager le patrimoine documentaire et audio-visuel du point de vue de celui qui l’interroge. Unifier les collections, rendre les documents interopérables est une ambition qui répond à un service moderne en pleine émergence. 

Maryasha Barbé

Master 2 Métiers des Archives et des Bibliothèques. Médiation de l’histoire et humanités numériques. 

  1. Traduit de l’anglais par l’auteure « libraries respond to changes in user needs and behaviours by moving from a content (collections) paradigm to a service-based one », voir :  « The once and future library: what might a research library look like in 2030? », Research Libraires UK, conférence mise en ligne le 3 avril 2019 []
  2. La cinquième année consécutive qu’une journée d’étude portant ce titre est organisée dans le cadre du Master Histoire parcours Bibliothèques, archives, médiation de l’Histoire et humanités numériques. []
  3. En liaison avec les Archives Nationales de France, la BnF, la Bibliothèque et Archives du Canada (BAC) et la Bibliothèque et Archives Nationales du Quebec (BANQ []
  4. La réflexion est engagée depuis 2018 sur l’élaboration d’une base de données commune des documents d’archives de 1858 à 1954 sur internet. Elle s’oriente plutôt vers des liens informatiques à établir, une fois que la direction des archives du Vietnam aura mis en place son propre site internet, entre les ressources des deux partenaires et en utilisant pour ce faire le portail France-Archives. Voir : Archives nationales d’outre-mer, projet scientifique, culturel et éducatif, PSCE 2020-2024 []
  5. Pour plus d’informations, voir : Poupeau, Gautier, « Bilan de 15 ans de réflexion sur la gestion des données numériques », les petites cases, billet de blog diffusé le 19 novembre 2016 ; Poupeau, Gautier, « La donnée : nouvelle perspective pour les bibliothèques » dans BERMES Emmanuelle, Vers de nouveaux catalogues, Cercle de la Librairie, Paris, 2016, p.159-171. []
  6. Pour cela, il s’appuie sur le modèle Open Archival Information System (OAIS). []
  7. Malheureusement, le projet n’a pas pu être présenté en présentiel à la séance du matin lors de la journée d’étude. Vanessa Descleaux, responsable à la BnF des manuscrits orientaux de l’Égypte antique et du Proche-Orient, nous a fait part de ses notes et, de son diaporama, prévus pour la journée. La présentation PPT de Vanessa Desclaux est disponible en ligne sur academia. Ainsi que la conférence « Des fonds d’archives pour l’étude du Moyen-Orient à portée de mains » sur la chaîne YouTube de la BULAC. []
  8. Cinq nouveaux partenaires ont rejoint le projet le Patrimoine du Proche-Orient, la New York Public Library , la Bibliothèques de l’Institut Catholique de Paris, les Archives Diplomatiques et la BULAC – Bibliothèque Universitaire des Langues et Civilisations []

Atelier professionnel : partager les archives et les livres, 28 septembre 2020, MMSH

Pour la cinquième année consécutive et dans le cadre du Master Histoire parcours Bibliothèques, archives, médiation de l’Histoire et humanités numériques, un Atelier professionnel Visual Studies est organisé le 28 septembre 2020 conjointement par le Pôle images, sons, pratiques du numérique et par l’Ina Méditerranée à la MMSH sur le thème « Partager les livres et les archives : collaborations, associations, mutualisation ».
 

En raison de l’épidémie de Covid-19, le port du masque dans l’enceinte de la MMSH (y compris les espaces extérieurs) est obligatoire, ainsi que l’inscription préalable à l’atelier*.

Programme

Matinée (salle Gorges Duby)

9h30 – 10h : Introduction, Maryline Crivello, professeure d’Histoire moderne et Vice-présidente du conseil d’administration d’Aix-Marseille Université. 

10h-10h30Frac Provence-Alpes-Côte dAzur – AMU une collaboration nouvelle et innovante, Elsa Pouilly, chargée de projet documentaire et iconographique au Fonds Régional d’art contemporain (FRAC).

11h – 11h30 : La place des ANOM dans le champ de la mémoire partagée, Isabelle Dion, directrice des Archives nationales d’Outre-Mer (ANOM).

11h30-12h : Patrimoines partagés en ligne, le projet « Bibliothèques d’Orient » https://www.bnf.fr/fr/bibliotheques-dorient, Vanessa Desclaux responsable des manuscrits orientaux de l’Egypte antique et du Proche-Orient à la Bibliothèque Nationale de France (BnF).

Après-midi (salles Gorges Duby et Germaine Tillion)

13h30-15h30 :  « Ré/affirmer la place des métadonnées comme source pour l’analyse des archives audiovisuelles ». Introduction par Mireille Maurice, directrice de l’Institut national de l’audiovisuel Méditerranée puis atelier animé par Gautier Poupeau, architecte de données (Ina).

16h00 – 17h30 : Projection du film « Looted and Hidden – Palestinian Archives in Israel » (45 mns), 2017, réalisé par Rona Sela, suivie d’une discussion avec Falestin Naili, historienne. 

Présentation de l’atelier professionnel :

En France, les centres de ressources du domaine de l’enseignement supérieur et de la recherche français connaissent un bouleversement structurel et organisationnel sans précédent depuis quelques années du fait de l’internationalisation des réseaux, de la mise en œuvre de catalogues partagés et de nouvelles orientations nationales.  La stratégie que propose la Ligue Européenne des Bibliothèques de Recherche est ainsi reprise par de nombreuses institutions qu’il s’agisse de conduire l’adoption des pratiques de la science ouverte, de promouvoir une communication scientifique innovante, de soutenir le développement des compétences numériques et les activités de formation associées, de favoriser le développement et l’adoption d’infrastructures et de services de recherche. L’objectif final affiché est de soutenir des pratiques de recherche et d’érudition « plus ouvertes, transparentes et épanouissantes ». Pour l’atteindre, les centres documentaires sont en pleine transformation. Le nouveau paysage qui prend forme est partagé entre des espaces virtuels qui affichent des plateformes technologiques regroupant des ressources interopérables et des espaces physiques où malgré les catalogues « hors les murs » il faut gérer des objets, des bâtiments et l’accueil des publics. D’un côté les plateformes encouragent une convergence des pratiques dans la description des données, offrant des comparaisons encore inexploitées, de l’autre les gestionnaires des centres de ressources doivent concentrer leurs compétences pour valoriser leurs fonds en développant les collaborations avec d’autres centres, en s’associant ou en mutualisant leurs ressources. Cet atelier orienté sur les Visual Studies s’intéressera à cette question du point de vue des archives sonores et audiovisuelles, des livres d’art et des images d’archives sur l’aire méditerranéenne.

Présentation des interventions.

*Informations pratiques :

L’atelier Partager les archives et les livres prendra place le 28 septembre 2020 à 9h30 à la Maison Méditerranéennes des Sciences de l’Homme, salle George Duby. Les ateliers de l’après-midi seront diffusés dans deux salles : Gorges Duby et Germain Tillon. 

Les places sont limitées. Pour vous inscrire à la journée ou pour tout autres renseignements, veuillez contactez par mail marie.arab-banckaert@etu.univ-amu.fr  et maryasha-yael.barbe@etu.univ-amu.fr en précisant votre nom, votre prénom et votre fonction si vous le souhaitez. 

Le programme est disponible sur Calenda.

Marie Arab-Banckaert, Maryasha Barbé

Master 2 Métiers des archives et des bibliothèques. Médiation de l’histoire et humanités numériques.

L’exposition « Instant tunisien » et ses archives : une expérience sensorielle?

Le sociologue Jean Marc Salmon, auteur du livre 29 jours de révolution. Histoire du soulèvement tunisien, s’est associé avec plusieurs collectifs citoyens afin d’élaborer un  projet de collecte et de traitement des archives numériques.1. Continuer la lecture de L’exposition « Instant tunisien » et ses archives : une expérience sensorielle?

  1. MuCEM, « Interview de la commissaire de l’exposition Houria Abdelkafi et la co-commissaire Elisabeth Cestor » URL : https://www.mucem.org/programme/exposition-et-temps-forts/instant-tunisien-les-archives-de-la-revolution consulté le 22/01/2020 []

Le CMCA archive les films de la Méditerranée

L’atelier professionnel Visual Studies « Imaginaires en Méditerranée : la part incontournable de l’archive » organisé le 30 septembre 2019 à la MMSH1 a porté sur la compréhension du rôle des archives dans la fabrique des imaginaires en Méditerranée. Plusieurs fonds d’archives portant sur la Méditerranée ont été présentés aux étudiants du Master « Histoire, civilisations, patrimoine. Métiers des archives, des bibliothèques. Médiation de l’histoire et humanités numériques » d’Aix-Marseille Université par les professionnel(le)s du domaine. Franco Revelli, le responsable du multimédia, des formations et des diffusions du CMCA, nous a parlé des archives audiovisuelles de son institution et le site qui met en avant leur archivage.

Le CMCA (Centre Méditerranéen de la Communication Audiovisuelle) est un réseau méditerranéen de coopération audiovisuelle qui regroupe des organismes de télévision ainsi que des producteurs et des acteurs audiovisuels qui appartiennent à l’aire culturelle méditerranéenne. Créé en 1986 en tant que département de l’Union Radiophonique et Télévisuelle Internationale (URTI), le CMCA est devenu une association indépendante en 1995. C’est donc un acteur spécifiquement méditerranéen dont le siège se trouve à Marseille qui mène une activité internationale.

Continuer la lecture de Le CMCA archive les films de la Méditerranée

  1. Cette journée qui a lieu depuis 2016 s’inscrit dans le prolongement des précédents ateliers : « Regarder/Archiver la guerre » (2018), « Le chercheur connecté : entre pratiques et méthodes » (2017) et « Les archives du dépôt légal de l’Ina dans la recherche en sciences humaines et sociales » (2016). []

L’Ina, gardien des archives de la télévision française

Le 19 novembre 2018, Sophie Gillery, responsable documentaire à l’Ina Méditerranée, a présenté l’Institut national de l’audiovisuel aux étudiants du master 2 « Métiers des archives et des bibliothèques : médiation de l’histoire et humanités numériques ». Ce billet s’inspire de cette présentation pour exposer l’histoire de cet établissement et les enjeux auxquels il fait face dans la conservation et la valorisation des archives audiovisuelles. Continuer la lecture de L’Ina, gardien des archives de la télévision française

Visual studies et Méditerranée – Regarder/Archiver la guerre : 8 octobre 2018

Depuis 2016, le Pôle Images/sons, pratiques du numérique en SHS, l’UMR TELEMMe et Ina Méditerranée organisent un atelier professionnel sur le thème Visual studies et Méditerranée. Animé par des chercheurs et des professionnels de l’information impliqués sur les questions des Visual studies, rattaché à des pratiques de recherche autour des postes de consultation de l’Ina installés à la MMSH, cet atelier est une invitation à un dialogue entre historiens, anthropologues, politistes et professionnels du patrimoine, qui y trouveront, un éclairage inédit sur les sources des sciences humaines et sociales. Continuer la lecture de Visual studies et Méditerranée – Regarder/Archiver la guerre : 8 octobre 2018

La vie dissonante de l’archive audiovisuelle

Le 16 octobre s’est déroulée à la MMSH la journée annuelle dédiée aux Visual Studies, organisée par Maryline Crivello et Sophie Gebeil. Cette journée annuelle a été mise en place également grâce au Pôle Image-Son, le laboratoire TELEMMe, l’Ina méditerranée  et avec la participation du Master « métiers des archives et des bibliothèques, médiation de l’Histoire et humanités numériques ». Programme disponible sur le site du pôle image et son.

 

Les archives audiovisuelles sont en train de perdre leur sens propre. C’est ce postulat qui a été mis en avant lors de la journée du 16 octobre[1] concernant les Visual Studies[2], nous voulons ici retracer la conférence de Matteo Treleani[3], Maître de Conférences en communication à l’Université de Lille, et sur les différents enjeux qui entourent les archives audiovisuelles avec l’utilisation des outils numériques dont nous disposons aujourd’hui. Ce chercheur est notamment l’auteur de deux ouvrages Qu’est-ce que le patrimoine numérique, paru en 2017 ainsi que Mémoires audiovisuelles. Les archives en ligne ont-elles un sens? (2014). Etudiants en Master 2 « Métiers des archives et des bibliothèques. Humanités numériques et médiations de l’histoire » à l’Université Aix-Marseille, les questions des ressources audiovisuelles et celle du dépôt légal du Web nous intéressent particulièrement, notamment celles de la contextualisation des objets audiovisuels qui nous semblent être un thème capital pour nos futurs métiers. Continuer la lecture de La vie dissonante de l’archive audiovisuelle