Archives par mot-clé : AFRIQUE

Le fonds Akoli Daouel : une introduction à la culture orale nigérienne

Akoli Daouel, né en 1937 à Tchingarène, département d’In-Gall, dans la région d’Agadez (Niger), est un ancien journaliste et homme politique nigérien. Issu d’une famille d’éleveur de bétail dont le père était chef de tribu, il devient dans les années 1960, le premier infirmier touareg du Niger. Le parcours d’Akoli Daouel au cœur du moment de la décolonisation est marqué par les évolutions liés au besoin d’élite formée dans un pays naissant : infirmier, journaliste, homme de radio, enseignant, entrepreneur dans le domaine du tourisme, acteur politique. Sa vie politique débute en 1970 et se continue avec quelques interruptions jusqu’en 2001 où il occupe deux postes de ministre sous deux gouvernements différents . Pendant cette période, il occupe plusieurs postes à responsabilité  mais il est aussi journaliste ; il couvre les déplacements d’Hamani Diori, devenu le premier président de la République du Niger en 19601. Entre 1961 et 1963, sa carrière de journaliste le mène à devenir directeur de la station régionale de Radio Niger d’Agadez puis, après 1974, il devient directeur des programmes de La Voix du Sahel2. En 1981, il est le directeur d’une société d’Etat, la Société Nigérienne de Télévision (SNT), qui a commencé à introduire la réception en noir et blanc des émissions télévisées au Niger. Continuer la lecture de Le fonds Akoli Daouel : une introduction à la culture orale nigérienne

  1. Fiche wikipédia, « Akoli Daouel » : https://fr.wikipedia.org/wiki/Akoli_Daouel []
  2. A la suite du coup d’Etat de Seyni Kountché, Radio Niger, créé en 1958, devient La Voix du Sahel en 1974. Cette station dépend depuis 1967 de l’Office de radiodiffusion-télévision du Niger – ORTN. []

FÉDÉRER DES RESSOURCES POUR LES ÉTUDES SUR LES MONDES AFRICAINS, 22 AVRIL, MMSH

La 6ème séance du programme inter laboratoires « Archives de la recherche » de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH), s’intéresse aux collections documentaires des études africaines contemporaines. Cette matinée (en distanciel) nous donne l’opportunité d’aborder tous les types de matériaux qui sont accessibles à la médiathèque de la MMSH sur le domaine, de réfléchir aux modalités d’acquisition et aux grandes orientations qui vont permettre de développer ces fonds et faciliter l’accès aux utilisateurs. L’objectif est également de mieux appréhender comment il serait possible de s’engager dans des collaborations avec les laboratoires de recherche spécialisés dans le domaine en France et en Afrique.

Pour rappel, le séminaire est ouvert à tou·te·s,  sur inscription1

Programme de la matinée, 22 avril, 9h-12h30 :

Jean-Pierre Olivier de Sardan, anthropologue, directeur de recherche émérite au CNRS, a fait don d’une partie de ses archives à la MMSH tout en œuvrant pour qu’une copie numérique documentée soit déposée dans un laboratoire au Niger qu’il a contribué à fonder le LASDEL, Laboratoire d’Études et de Recherche sur les Dynamiques Sociales et le Développement Local. Il se posera – et nous posera – cette question “Pourquoi un chercheur dépose-t-il ses archives et pour qui ?”. Le débat sera introduit et animé par Marie-Dominique Mouton, bibliothécaire et archiviste, qui a travaillé à la collecte et au traitement de plusieurs fonds africanistes, dont le Fonds Marcel-Griaule, à la bibliothèque Éric-de-Dampierre (Nanterre) ainsi qu’à la mise en place d’une réflexion sur les matériaux de terrain dans le cadre du réseau des Archives des ethnologues”.

À 10h30, après une pause, une table-ronde nous donnera l’occasion de discuter des enjeux de la constitution d’un fonds documentaire sur les études africaines à la médiathèque d’Aix-en-Provence :  Simon Imbert-Vier, correspondant à l’IMAF-Aix pour les acquisitions de la bibliothèque de la MMSH, Annick Richard, bibliothécaire responsable des acquisitions sur le domaine à la médiathèque,  et Sandra Fancello, qui travaille à la constitution du fonds d’archives de Bruno Martinelli, interviendront dans cette discussion.

Dans la dernière partie de la matinée (11h30) Fabrice Melka (IMAF) reviendra sur le projet Transcrire qu’il a créé, un outil de transcription collaborative d’archives en sciences humaines et sociales, dans lequel la MMSH est également impliquée. Sur le domaine africain, citons notamment les carnets d’Antoine d’Abbadie (Corne de l’Afrique), Edmond Bernus (Sahel Nigérien), Marceau Gast (Sud du Sahara), Raymond Mauny (Afrique de l’Ouest) et Thérèse Rivière (Algérie).

Bibliographie :

“Le forgeron, le juge, et l’ethnologue: autour de Bruno Martinelli” [dossier coordonné par Sandra Fancello et André Mary], Journal des africanistes, 2019.

Mouton, Marie-Dominique, « Dématérialisation et valorisation des matériaux de terrain des ethnologues : l’archiviste face aux questions éthiques », in Véronique Ginouvès et Isabelle Gras (éd.), La diffusion numérique des données en SHS – Guide de bonnes pratiques éthiques et juridiques, Presses universitaires de Provence, coll.« Digitales », 2018.

Olivier de Sardan, Jean-Pierre. La revanche des contextes. Des mésaventures de l’ingénierie sociale en Afrique et au-delà, Karthala, 2021.

***

La prochaine matinée du séminaire “Archives de la recherche” se tiendra le jeudi 20 mai  2021 sur le thème “Archiver l’enseignement” (programme en cours).

Programme coordonné par Emmanuelle Chapron et Véronique Ginouvès.

Crédit photographique de l’image mise en avant : Réunion villageoise, Niger, 2021, enquête LASDEL, CC-BY-ND.

  1. Pour vous inscrire au séminaire, il suffit d’envoyer un courriel à veronique<dot>ginouves<at>univ-amu<dot>fr, un lien “zoom” vous sera transmis. []