Une brève histoire de la vulgarisation scientifique: du XVIe siècle à nos jours

Article basé sur le cours de monsieur François PACAUD : « La médiation scientifique : définitions, usages, pratiques »

 

Le Cabinet de Curiosité de Demain est un projet de médiation à destination du grand public qui propose de se projeter dans le futur pour détourner, hacker les objets de tous les jours.
Designthefuturenow
LE CABINET DE CURIOSITÉ DE DEMAIN
CC BY-NC-ND 2.0

 

La science, au moyen de la vulgarisation scientifique, se manifeste sous différentes formes et de manière de plus en plus importante. Qu’elle soit dans le domaine de l’information, de l’éducation mais aussi des loisirs, celle-ci est de plus en plus accessible pour différents types de public, et non plus seulement pour les élites et les savants comme cela a pu l’être auparavant. Grâce à des médiateurs présents lors d’expositions, de spectacles, dans des musées mais aussi dans des lieux pédagogiques comme des écoles, ce constat est possible.

Avec les avancées technologiques, le public n’a plus besoin de se déplacer car la science vient directement jusqu’au public et se présente par le biais d’ouvrages scientifiques parfois écrits par des scientifiques ou des amateurs (Bruce Benamran[1], Robert B. Laughlin[2]), d’émissions télévisées traitant d’histoire (Secrets d’Histoire avec Stéphane Bern), ou encore plus récemment des podcast scientifiques sur Youtube (Dirty Biology, E penser..) qui sont des exemples connus grâce à l’information de plus en plus présente.

Problématique : il s’agit de se poser la question de l’évolution du phénomène de la vulgarisation scientifique et par quelles étapes elle est passée ?

Une des premières étapes importantes de vulgarisation scientifique se trouve à partir du XVIe siècle avec l’apparition des cabinets de curiosités –reprenant le studiolo antique-, qui sont faits par des amateurs « celui qui aime »[3], qui est différent du statut artiste. Ces amateurs seront considérés comme les premiers médiateurs de vulgarisation scientifique. Ces cabinets furent très marqués à l’époque par la croyance de l’existence des animaux hybrides, c’était une manière de représentation des connaissances et des légendes qui alliaient savoir chrétien et antique se concordant dans différents classements, dont certains consistaient à concilier la pensée chrétienne et les débuts scientifiques des humanistes[4].

 

L'exposition "Dans la chambre des merveilles", au musée des confluences (détail) (Au centre, crane de gorille mâle entouré d'ammonites fossiles, en dessous, dent fossile de requin géant d'Amérique) (A gauche, corne à poudre du Caucase)
Jean Pierre Dalbéra
Dans la chambre des merveilles (musée des confluences, Lyon)
CC BY 2.0

 

Ce fut aussi l’époque des premiers ouvrages de vulgarisation scientifique -donc les prémices de la vulgarisation- avec des ouvrages portés sur la botanique, apportant des explications de phénomènes naturels comme par exemple celui de l’arc-en-ciel.

Les premiers événements de vulgarisation scientifique se trouvent dans les foires, ayant pour but l’émerveillement du public grâce à des jeux mathématiques et physiques.

Imaginaire et instruction se côtoient donc lors de ces manifestations; elles sont ainsi accessibles à la population toute entière, notamment aux plus humbles. Ceux-ci y découvrent un “laboratoire bouillonnant”[5] où s’entremêlent attractions et découvertes.

La science connaît une réelle évolution, à la suite des savants du XVIe siècle, les mathématiciens et physiciens font des progrès spectaculaires en algèbre, en probabilités, en calcul des vitesses et des accélérations, ou encore la théorie de la gravitation universelle avec Newton, Kepler et l’explication du mouvement des étoiles, les lois sur la mécanique et l’optique avec Huygens et Descartes, la chimie avec Lavoisier etc.

Pour faire progresser la science, le besoin de nouveaux outils, d’instruments scientifiques fiables et précis augmente : Pascal invente ainsi la machine à calculer, les microscopes et les télescopes se perfectionnent. Le XVIIe siècle connaît donc grâce à la science un véritable progrès.

Replica of Blaise Pascal's calculating machine.
Staffan Vilcans
Blaise Pascal, räknemaskin (machine à calculer de Blaise Pascal)
CC BY-SA 2.0

 

Vers la fin du XVII e siècle, commencent à émerger des articles de        « vulgarisation scientifique », qui sont souvent dans des magazines généralistes, destinés au départ plus aux chercheurs qu’aux amateurs. Ils avaient pour but de rendre public des échanges privés. Cette pratique s’étend au centre de l’Europe, puis jusqu’à la périphérie de cette dernière. Ces articles permettent donc de ne pas limiter géographiquement cette manière de vulgarisation, et « le curieux, le professionnel et le savant s’y retrouvent » d’après Jean Pierre Vitu[6].

Grâce à l’édit de Villers-Cotterêts, les écrits commencent se faire en français et non plus en latin, cela signifie donc une plus grande accessibilité de la connaissance scientifique pour tout le monde et non plus seulement pour les érudits.

Le XVIII e siècle est considéré comme l’âge d’or de la vulgarisation scientifique :

1730 connaît l’apparition de la vulgarisation féminine puis féministe. Des ouvrages sont orientés pour les femmes, comme Astronomie des dames[7] de Joseph Jérôme Lefrançois de Lalande. Puis les femmes vont elles mêmes écrire des ouvrages de vulgarisation comme Madame du Châtelet qui est une mathématicienne, physicienne et femme de lettre française, notamment reconnue pour sa traduction en français des Principia Mathematica de Newton.

Après les femmes, la vulgarisation scientifique se tournera vers les enfants, car il n’y avait pas d’enseignement scientifique à l’école.

Le peuple commence aussi à accéder à cette vulgarisation, grâce aux quotidiens de presse, des revues généralistes pour adultes, la continuation des foires et fêtes foraines prisées par ce genre d’expérience.

Durant le XIX e siècle, le goût pour les sciences est en forte croissance, apparenté à une amplification du phénomène, avec la continuité d’écrits d’ouvrages scientifiques, des foires, l’arrivé du phénomène des musées qui se développent dans la France entière, mais aussi l’arrivé des zoos et des jardins des plantes, qui seront les premiers musées d’histoire naturelle.

 

 

Rog01 Jardin des Plantes - Paris CC BY-SA 2.0
Rog01
Jardin des Plantes – Paris
CC BY-SA 2.0

 

Le goût pour les sciences sera aussi mis en avant grâce à la montée en puissance de l’éducation populaire. En 1866, Jean Macé créé la ligue de l’enseignement qui s’inspire de l’exemple de la Belgique. Cette ligue a inspiré les lois sur l’école « gratuite, obligatoire et laïque » à la fin du XIXe siècle.

Durant le XXe siècle jusqu’à nos jours, les acteurs, médiateurs et vulgarisation sont de plus en plus nombreux avec, par exemple, la professionnalisation grandissante du métier de médiateur dans les musées. De plus en plus de lieux deviennent accessibles et attractifs, comme les bibliothèques qui ne s’ouvrent plus seulement qu’aux érudits et aux « liseurs », mais aussi au public curieux, alors que jusqu’au XIXe siècle ce n’était pas un objectif de faire venir le public dans les bibliothèques.

Mais le domaine des sciences est marquée par les deux guerres mondiales, et les essais scientifiques ont montrés certaines limites et ont remis en question la science et l’utilisation abusive de ce domaine dans certains cas.

Pour autant la vulgarisation scientifique continue d’évoluer. Les avancées technologiques et la spécialisation de l’éducation populaire se fait plus facilement, comme l’arrivée de la télévision grâce à laquelle la vulgarisation se fait à travers des dessins animés, des émissions qui peuvent « éduquer » le public.

Les nouveaux canaux et modes de vulgarisation se manifestent avec de plus en plus d’acteurs qui sont présent à travers les lieux d’étude comme les universités, les collèges, les lycées, mais aussi une institutionnalisation de la médiation scientifique et la création de centres de médiation de culture scientifique, technique et industrielle en 1979 avec par exemple les cités des sciences. Tout cela travail beaucoup avec le numérique.

Mickael Minarie Cité des sciences by night CC BY-NC-ND 2.0
Mickael Minarie
Cité des sciences by night
CC BY-NC-ND 2.0

 

La vulgarisation scientifique a une histoire vieille de presque cinq siècles. Elle permet de montrer aisément la culture qu’elle soit scientifique ou historique à travers de nombreux évènements comme des expositions, mais aussi des événements plus populaires comme les journées du patrimoine -créées en 1984- qui permettent de visiter des lieux qui ne semblent pas attractifs car méconnus. Par exemple, les centres d’archives organisent de plus en plus d’expositions pour présenter au public leurs fonds d’archives, qui ne sont pas faits à l’origine pour être exposés.

Exposition des Archives Historiques du Département de Seine-Maritime lors de leur inauguration
Frédéric Bisson
Exposition des archives départementales
CC BY 2.0

Avec la modernisation et les continuelles avancées technologiques, il existe une vulgarisation plus simple pour les publics curieux via différents supports internet comme Youtube, les sites internet et blogs, les presses papiers en ligne, etc.

La vulgarisation scientifique se trouve aujourd’hui sur d’innombrables supports accessibles à tous, contrairement à ses débuts.

Cette dernière avait peu de succès quand elle ne s’adressait qu’à un public bien ciblé, souvent composé de chercheurs ou d’amateurs qui avaient les moyens de se procurer des supports de savoir. Le phénomène a pris aujourd’hui une ampleur médiatique telle qu’il est devenu impossible de l’ignorer.

 

Véronique CARMINATI

 

 

[1] BENAMRAN Bruce, Prenez le temps d’y penser, Marabout, 2015

[2] LAUGHLIN Robert Betts, un univers différents, Fayard, 2005

[3] FLEURENT Christine, DAVENNE Christine,, Cabinets de curiosités : la passion de la collection, édition de la martinière, 2004

[4] FLEURENT Christine, DAVENNE Christine, opus cit.

[5] Historique les forains vulgarisateurs scientifique http://www.pavillons-de-bercy.com/PDF/vulgus_HIS.pdf,

[6] VITU Jean-Pierre, Un système européen d’échanges scientifiques au XVIIIe siècle : les journaux savants, article Cairn

[7] DE LALANDE Jérôme, Astronomie des dames (4ème édition) sur Gallica http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1077233

Une communication de Thanassis Vassiliou au Mucem sur “les limites de l’irreprésentable” de l’histoire au cinéma

Les 1er, 2 et 3 octobre 2015 s’est tenu au MuCEM un colloque international sous le titre L’histoire dans l’espace public, producteurs, pratiques, transmissions entre atlantique et méditerranée. Son objectif était “d’observer et d’analyser les nouvelles façons de produire ou d’expérimenter l’histoire, de parler de l’histoire ou de la mobiliser dans l’espace public”. Dans ce cadre, Thanassis Vassiliou (Laboratoire d’étude en sciences des Arts, AMU) a présenté une intervention sur Les limites de l’irreprésentable d’après les exemples cinématographiques des Egoyan, Angelopoulos et Syberberg. Vassiliou aborde la question de l’impossible représentation des évènements traumatiques de l’histoire à travers le cinéma à travers l’exemple de trois films.

Pour appuyer sa démonstration, Thanassis Vassiliou a fondé sa présentation sur la conférence de Gilles Deleuze “Qu’est-ce que l’acte de création”, donnée dans le cadre des mardis de la fondation Femis le 17 mai 1987Gilles Deleuze s’interrogeait sur la définition de ce qu’est “avoir une idée en quelque chose” et plus précisément ”avoir une idée en cinéma”, en quelque sorte ce qu’un cinéaste invente. Si on considère que la conception d’une idée est tissée de la façon dont elle s’exprime, émerge alors la question de la représentation, dans le langage cinématographique, d’une idée issue d’une autre discipline, comme celle d’histoire.

Quel est le processus créatif d’un cinéaste qui décide de traiter un moment historique traumatique de façon cinématographique ?                                                                                   

Au lieu de donner une représentation fidèle du passé, le cinéaste emploie une écriture cinématographique pour explorer le passé avec un regard différent de celui de l’historien. En effet, une idée au cinéma est a priori engagée dans une procédure cinématographique. L’ enjeu pour le cinéaste est de représenter ce qui ne peut pas être représenté par l’historiographie écrite. Pour répondre à ces problématiques, Thanassis Vassiliou s’est appuyé sur trois films : Le premier, du cinéaste grec Théo Angelopoulos, qui se réfère à la guerre civile grecque, est intitulé le Voyage à Cythère (1983). Le deuxième, du cinéaste canadien Atom Egoyan, a pour titre Ararat (2002). Le troisième film s’intitule Hitler, un film d’Allemagne (1977) réalisé par le cinéaste allemand Häns-Jurgen Syberberg.

Voyage à Cythère de Théo Angelopoulos

Ταξίδι_στα_Κύθηρα_(αφίσα)Dans cette histoire traumatique du retour du père communiste d’un cinéaste, 30 ans après son exil (pendant la guerre civile), le récit se passe dans deux univers, l’un réel et l’autre imaginaire. La narration réelle cohabite avec celle inventée par le cinéaste. Ainsi, le spectateur est témoin de passages continus de la réalité à l’hallucination. Il déploie son imagination grâce à un doute flottant constant. D’après Thanassis Vassiliou le film confirme que le cinéma ne peut reproduire un trauma historique collectif que par un cadre non-réaliste.

Αrarat du Atom Egoyan

Ararat_movieUn réalisateur, originaire d’Arménie, demande l’aide d’une historienne canadienne qui a écrit un livre sur Arshile Gorky, le plus grand peintre arménien du 20ème siècle, dans le but de tourner un film sur le génocide des arméniens en 1915 en Turquie. Dans ce film Atom Egoyan traite le thème du génocide des Arméniens à travers l’usage des archives, des témoignages et des documents historiques, essayant d’obtenir la plus fidèle représentation des faits. Thanassis Vassiliou soutient que, bien qu’ Egoyan essaie d’être fidèle aux évènements historiques, son récit cinématographique  est insuffisant par rapport à la représentation fidèle  de ce moment historique traumatique des Arméniens. Le film d’Egoyan désorganise le spectateur qui peine à distinguer l’image filmique de l’image documentée.

Hitler, un film d’Allemagne du Hans- Jurgen Syberberg

Hitler-Syberberg-posterSyberberg propose un portrait d’Adolphe Hitler en révélant le “charme” du fascisme, la montée et la chute de troisième Reich dans un film d’une longueur épuisante, séparé en quatre actes. Hitler est traité par le cinéaste comme un personnage de fiction et son image est “déchirée” par l’usage des outils cinématographiques : par exemple le visuel est dissocié du sonore ou encore l’usage des marionnettes tient lieu de corps humain. Par son regard, le cinéaste déstabilise l’information qui vise à imposer une opinion. Cette déstabilisation, réussit, à travers l’écriture cinématographique, à devenir une véritable résistance pour l’interprétation des moments historiques.

Eleni Loukou

Ce billet est écrit dans le cadre du cours “Médiation publics et numérique” du master II : Spécialité Métiers des archives et des bibliothèques. Médiation de l’histoire et humanités numériques,  Aix-Marseille université.

Crédits photographiques : image à la une d’une Film swap with Simon/Platform en Australie, photographiée par Simon Bhrsmann, CC-BY-SA ; affiche du film Voyage à Cythère réalisé par Théo Angelopoulos, Centre du cinéma grec, 1984,  fair use/usage raisonnable ; affiche du film Ararat réalisé par Atom Egoyan, 2002, fair use/usage raisonnable ; affiche du film Hitler : A Film from Germany réalisé par Hans-Jürgen Syberberg,1977, fair use/usage raisonnable .

 

Valoriser les archives, diffuser les savoirs : dynamiques de partage et methodes innovantes

Le 27 novembre 2014, l’AEDAMU en collaboration avec UMR 7303 TELEMME et les Archives Municipales de Marseille organisent une journée d’étude associée au Master (S.H.S.), mention Histoire et Humanités, “Métiers des archives, des bibliothèques, de la documentation audiovisuelle et sonore” sur le thème Valoriser les archives, diffuser les savoirs : dynamiques de partage et méthodes innovantes . Cette journée sera aussi l’occasion pour les participants de visiter l’exposition sur la guerre de 1914-1918

Programme de la journée

8h30 Accueil des participants et petit-déjeuner

9h Ouverture de la journée par Mme Sylvie CLAIR (responsable des Archives de Marseille), Mme Maryline CRIVELLO (directrice de l’UMR 7303 Telemme – AMU-CNRS) et M. Nicolas DE- GANT (coordinateur de la journée d’étude)

Présidence : Mme Maryline CRIVELLO (directrice de l’UMR 7303 Telemme – AMU- CNRS)

9h10 Mme Christine MARTELLA (directrice des archives départementales de Vaucluse) ▪ L’archiviste et l’instrument de recherche : de nouveaux paradigmes à l’aune de la société numérique

9h50 Mme Isabelle CHIAVASSA (chargée d’inventaire et de recherches dans les fonds de l’Algérie aux Archives nationales d’outre-mer) et Mme Isabelle DION (responsable de l’iconothèque, des publications et des expositions aux Archives nationales d’outre-mer) ▪ Quelques actions de valorisation virtuelle aux Archives nationales d’outre-mer

10h30 PAUSE

10h45 Mme Mylène PARDOEN (chercheur à Passages XX-XXI (EA 4160) à l’Université Lyon 2) ▪ Archi’sons : la valorisation d’archives par le sonore

11h25 M. Raymond RUOT (service éducatif des Archives municipales de Marseille) ▪ Mise en place de stages de citoyenneté entre le service territorial d’éducation en milieu ouvert (STEMO) et le service éducatif des Archives de Marseille

12h15 PAUSE DÉJEUNER

14h Ouverture de l’après-midi Présidence : Mme Laure VERDON (directrice-adjointe de l’UMR TELEMME, AMU-CNRS)

14h10 M. Clément DORIVAL (auteur-réalisateur, Lieux fictifs) ▪ Images en mémoire, images en miroir

14h50 M. Romain JOULIA (directeur des Archives municipales de Rennes) ▪ Les Archives, un patrimoine riche de ses habitants

15h30 PAUSE

15h45 Mme Maïwenn BOURDIC (adjointe à la responsable des archives aux Archives municipales de Boulogne-Billancourt) ▪ Wikipedia aux archives

16h25 M. Jérôme BLACHON (responsable du centre aixois des Archives départementales des Bouches- du-Rhône) ▪ Après les 4 (ou 5) C : le V de Valorisation comme composante à part entière de la profession

17h05 Clôture de la journée par M. Julien BENEDETTI (président de l’AedAmu)

17h15 Visite de l’exposition 14-18

La journée est ouverte aux étudiants du Master (S.H.S.), “Savoirs, cultures et patrimoines techniques de la Méditerranée”, “Civilisations méditerranéennes antiques et médiévales”,”Monde moderne et contemporain: Méditerranée, Europe, Afrique”.

Date : 27 novembre 2014

Lieu : Archives Municipales de Marseille, 10 rue Clovis Hugues, 13003 Marseille. Métro ligne 1 et 2, station Saint-Charles Horaires : 8h30 – 17h15, entrée libre

Crédits photographiques de l’image en une : Un soldat français dort dans une tranchée en 1918, à hievpal, France, National Library of Scotland. Pas de restriction de droits connues.

Ecouter/voir en médiathèque publique

Corinne Brun, documentaliste à la médiathèque de la Cité de la Musique (Paris) est intervenue le 7 octobre 2014 dans le cadre du parcours professionnel des Master 1 mention Histoire et Humanités “Métiers des archives, des bibliothèques et de la documentation sonore et audiovisuelle”, HIS Q 211 “Initiation professionnelle”. Plusieurs sites, plateformes et projets ont été évoqués au cours de ces quatre heures. Voilà ci-dessous une synthèse des liens signalés.

Des portails, des facettes, des développements documentaires :

– Une approche de la musique en bibliothèque par des sites web originaux , l’exemple de la médiathèque de Belgique qui propose des créations web exceptionnelles.

– Pour faire connaître à leur public une collection rare de musiques difficiles d’accès, plusieurs projets sont en ligne :

– Les sites des centres de documentation spécialisés permettent de mieux comprendre les nouveaux enjeux de l’intéropérabilité et du catalogage des documents sonores : catalogage à facettes, OAI-PMH, FRBR

  • Le site du Cdmc, centre de documentation de la musique contemporaine, permet de comprendre ce qu’est un bon catalogue à facettes.
  • Pour l’accès aux références : des portails et des formats, les rubriques professionnelles de la BnF permettent de comprendre comment fonctionnent les portails utilisant le protocole OAI-PMH
  • Un exemple de l’usage du protocole OAI-PMH en musique pour la musique contemporaine http://www.musiquecontemporaine.fr/fr/accueil
  • avec une description du protocole OAI-PMH pour ce portail
  • FRBR,
  • Pour aller plus loin… et pas spécifiquement en musique, le
    Web de données.

Un outil central dans le catalogage de la musique, les TUM ouTitres Uniformes Musicaux : explications , normes de catalogage, exemples
– sur le site de Médiadix
– sur le site de l’ACIM
– sur le site de la BnF :

Nouvelles éditorialisations, les webdocs
– Le webdocumentaire du festival d’Aix-en-Provence : http://www.festival-aix.com/webdocs
– Les webdocumentaires sur Arte : http://1914dernieresnouvelles.arte.tv

S’orienter, orienter les publics
– Les signets de la Bnf, domaine musique : http://signets.bnf.fr/html/categories/c_780musique.html
– Le répertoire des sites de la médiathèque de la Cité de la musique
http://mediatheque.cite-musique.fr/masc
(attention changement d’adresse en janvier, voir Philharmonie de Paris)
– Le répertoire de l’association de bibliothécaires, AIBM
http://www.aibm-france.fr/signets-aibm/signets-generalistes
– Interrogation du terme “Musique” sur le répertoire de ressources électroniques Aldébaran : http://aldebaran.revues.org

La bibliothèque comme « 3e lieu » : la médiation
Article de Xavier Galaup dans BBF n°2, juin 2014,
– Le blog de Xavier Galaup: http://www.xaviergalaup.fr/blog/2011/06/11/micro-animations-pour-une-bibliotheque-troisieme-lieu
– Un article sur la médiation en bibliothèque musicale :
http://www.xaviergalaup.fr/blog/2011/05/28/si-tu-ne-viens-pas-a-la-bibliotheque-la-bibliotheque-viendra-a-toi
– Un bel exemple : la médiathèque des Champs libres à Rennes :
http://www.bibliotheque-rennesmetropole.fr
– Biblio remix : http://biblioremix.wordpress.com

L’information professionnelle
Musique en bibliothèque, sous la direction de Gilles Pierret. Ed. du Cercle de la librairie, 2012
(LE livre de référence ! Un ouvrage collectif qui examine l’essentiel des sujets et des problématiques actuelles)
• Le BBF, Bulletin des Bibliothèques de France
La formule de la revue est renouvelée en 2014 à la recherche d’une diffusion vers des publics élargis. Voir en particulier le n°2 sur le thème “La musique, nouveaux enjeux”, qui comporte un article sur la médiathèque de la Cité de la musique (rédigé par plusieurs personnes de l’équipe).
voir aussi celui de Xavier Galaup, sur le 3e lieu.

Site pour les professionnels
– La BnF, rubrique “Outils et normes” : http://www.bnf.fr/fr/professionnels.html
– L’Enssib : Formations et EnssibLab sur le numérique  : http://www.enssib.fr

Les associations professionnelles
– ACIM – Association pour la coopération des professionnels de l’information musicale : http://www.acim.asso.fr
– AFAS – Association française des archives sonores, orales et audiovisuelles : http://afas.revues.org
– AIBM – Association internationale des bibliothèques, archives et centres de documentation musicaux : http://www.aibm-france.fr (groupe français de IAML)
– IAML – International association of music libraries, archives and documentation centre : http://www.iaml.info

Des personnalités
Des nouvelles du monde musical, diffusion, documentation par
– Gildas Lefeuvre : http://www.gildaslefeuvre.com
– Gilles Rettel : http://blog.formations-musique.com

Pour toute question, complément d’information, suggestion, n’hésitez pas à contacter Corinne Brun, Médiathèque de la Cité de la musique
221 av Jean-Jaurès
75019 Paris
01 44 84 46 85
cbrun-at-cite-musique.fr

Crédits photographiques de l’image à la une : Cité de la musique par Magnus Manske, CC-BY-SA-2.0-fr.

La chaîne de traitement du document

Le premier cours de parcours professionnel (HIS S99, HIS22, S35) du Master 2 mention Histoire et Humanités “Métiers des archives, des bibliothèques et de la documentation sonore et audiovisuelle” (AMU) a eu lieu le 18 septembre 2014. Il présentait la chaîne de traitement du document en prenant en compte les différentes spécialités et en mettant en avant la convergence des métiers. Le diaporama en soutien à ce cours est accessible sur le nouveau carnet du Master où seront publiés régulièrement des informations sur les différents enseignements :

Master “Métiers des archives, des bibliothèques et de la documentation sonore et audiovisuelle”

Le Master professionnel (1 & 2) “Métiers des bibliothèques, des archives et de la documentation sonore et audiovisuelle” est organisé au sein du Département d’histoire UFR ALLSH arts, lettres, langues, sciences humaines et sociales Aix-Marseille Université (AMU). Adossé à l’unité mixte de recherche TELEMME (UMR 7303, Temps, espaces, langages, Europe méridionale, Méditerranée) de la maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (MMSH), il s’appuie sur le réseau professionnel régional et national de ce laboratoire. Les connaissances abordées sont celles de l’histoire des institutions, mais aussi de la gestion, l’administration, la médiation des fonds d’archives, des bibliothèques et de la documentation sonore et audiovisuelle. En valorisant les bonnes pratiques, elle vise à assurer aux étudiants un fort degré d’autonomie et les réflexes professionnels adéquats dans les postes qu’ils occuperont au service du livre, des archives et de la documentation sonore et audiovisuelle. Elle invite également à découvrir le rôle de l’histoire dans les centres de ressources publics et privés et à appréhender les enjeux juridiques et éthiques pour la gestion et la diffusion des collections comme la mise en place de politiques d’archivage et documentaires. Le point fort de ce master est de proposer une spécialisation à un métier, fondée notamment sur plusieurs stages, tout en introduisant un enseignement transversal des digital humanities, ce qui permettra aux étudiants d’exercer leurs fonctions dans divers contextes. Le parcours propose aux étudiants de M1 une formation de haut niveau spécialisée en sciences humaines qui leur permet en outre de recevoir une initiation poussée et exigeante à trois métiers de l’information scientifique et technique : bibliothèque, archives et documentation sonore/audiovisuelle ; au cours du master 2, ils privilégient l’un de ces domaines de compétence tout en intégrant des savoirs complémentaires transdisciplinaires.

Master Master mention "Histoire et humanités" (1 & 2) Aix-Marseille Université

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search