La critique génétique dans les archives de chercheur

Jean-Pierre Olivier de Sardan est un anthropologue français et nigérien, spécialiste de l’Afrique, et en particulier du Niger, qui a déposé en 2017 une partie de ses archives à la phonothèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’Homme.

Dans le cadre de mon mémoire de M1, j’ai eu la tâche de m’occuper du traitement de la partie papier de ce fonds, ce que l’on peut appeler les « archives scientifiques textuelles ». Les sujets abordés dans ces archives papier sont extrêmement variés car ce n’est pas le thème qui fait la cohésion de cet ensemble mais bien son format et son producteur. Néanmoins, l’une des thématiques constitutives de ce fonds est celle de la méthodologie de l’enquête, et en particulier de l’entretien, en anthropologie. Les documents qui correspondent à cette thématique ont notamment été utilisés dans la rédaction de l’ouvrage La rigueur du qualitatif. Les contraintes empiriques de l’interprétation socio-anthropologique de Jean-Pierre Olivier de Sardan. Parmi les typologies présentes, on trouve plusieurs schémas dont certains sont visiblement différentes versions successives de la même figure.

Or, avoir accès à plusieurs versions d’un même élément textuel constitue le fondement de ce qu’on appelle la « critique génétique », ou « génétique textuelle ». D’après Claire Doquet-Lacoste, dans son article « Écrits intermédiaires, écritures intermittentes », en France, cette discipline a été mise en place par Louis Hay à partir de 1967 et « se préoccupe de connaître les avants du texte, recense et analyse les opérations en jeu dans l’écriture […]. Il ne s’agit pas de comprendre comment un auteur en est arrivé au texte parfait qu’il nous livre mais d’ouvrir les pistes qu’il aurait pu suivre et d’observer son cheminement scriptural qui devient intéressant en soi« . Continuer la lecture de La critique génétique dans les archives de chercheur

La conservation des supports à bande magnétique : un impératif archivistique

L’attrait des sciences humaines pour les contenus audiovisuels apparait dans les années 1970. En effet, si l’image et le son ont longtemps été relégués au second plan1, des questionnements émergent en cette deuxième partie du XXème siècle, à la fois pour son aspect éducatif et pédagogique, mais aussi pour son intérêt mémoriel. L’anthropologie, l’ethnologie et la sociologie vont particulièrement s’attarder sur ce nouveau format, notamment au cours des enquêtes de ces professionnels2. La retranscription des entretiens et l’immersion cognitive a une plus-value par rapport à l’écrit, puisqu’elle fait vivre à jamais des témoignages et les ancres dans la réalité. Continuer la lecture de La conservation des supports à bande magnétique : un impératif archivistique

  1. DAVID, Frédéric, « Des trésors cachés parmi nos archives : comment préserver et conserver les archives audiovisuelles » [en ligne], Maison des bâtisseurs, Association des archivistes du Québec – Région Nord, Alma, 26 avril 2019, (consulté le 9 avril 2021). URL: https://archivistes.qc.ca/wp-content/uploads/2019/04/Conference_conservation_doc_audiovisuel_AAQ_2019.pdf []
  2. PIAULT Colette. Aspects de la diffusion du film ethnologique en France. In: Bulletin de l’Association française des anthropologues, n°37-38, Septembre-décembre 1989. La valorisation de la recherche, sous la direction de Dominique Desjeux, Annie Le Palec et Marc-Eric Gruénais. pp. 77-83. [en ligne] DOI : https://doi.org/10.3406/jda.1989.1478 []

Deux institutions réunies autour d’un partenariat sonore

Le musée ethnologique de Salagon est un musée départemental situé dans la plaine de Mane au cœur des Alpes-de-Haute-Provence. Parmi les grands personnages à l’origine de sa création figure Pierre Martel  1 . Né en 1923 à Revest-du-Bion, le jeune provençal s’investit dans les ordres. Amoureux de sa région natale, il s’afflige de l’exode rural et du délitement de l’esprit solidaire villageois. Gagnant en influence et désireux de s’engager dans une action concrète, il fonde en 1953 l’association « Alpes de Lumière »2 . Il tente une résurrection par l’attractivité touristique, mais compte également offrir une place aux Alpes-de-Haute-Provence dans la science et met en œuvre collectes, recherches ou encore parutions… Il nomme d’ailleurs le siège de son institution « Centre de recherche de Simiane La Rotonde »3 . Continuer la lecture de Deux institutions réunies autour d’un partenariat sonore

  1. Pierre Martel (1923-2001) : ecclésiastique, chercheur, écrivain, fondateur de l’association Alpes de Lumière []
  2. GUYONNET, Marie Hélène. « Ethnologie parallèle et sauvegarde du patrimoine ethnologique en Haute-Provence », Centre d’Ethnologie Méditerranéenne, ministère de la Culture, mars 2000 p.4. []
  3. BASSET, Karine-Larissa, Pierre Martel et le mouvement Alpes de Lumière: l’invention d’un territoire (1953-1983), Edition de l’Aube, La Tour d’Aigues, 2009, p.60. []