Lecture : lieux de mémoire sonore, des sons pour survivre, des sons pour tuer

Lieux de mémoire sonore, des sons pour survivre, des sons pour tuer est un ouvrage universitaire dirigé par Luis Velasco-Pufleau, musicologue et Laetitia Atlani-Duault, anthropologue qui s’inscrit dans la collection « (bien) commun ».. Il est construit en deux parties et 11 articles rédigés par 13 chercheur·e·s, qui s’intéressent aux productions sonores au cours d’évènements de crise. L’essor des sound studies et des études de musicologies politiques, ont largement contribué à l’édification de cette production. Divisé en deux grands ensembles, l’ouvrage dépeint d’une part la capacité du son à se métamorphoser en armes d’attaque ou de défense et d’une autre comme un instrument à la survie. Ce document ressemble à un tour du monde des sens, au cœur des évènements politiques contemporains. L’ouvrage est consultable sur le site OpenEdition Books. Etudiants en master métier des archives et des bibliothèques, nous avons choisi de réaliser un résumé pour chacun des articles :

Continuer la lecture de Lecture : lieux de mémoire sonore, des sons pour survivre, des sons pour tuer

Archives de la recherche : Pourquoi un chercheur dépose-t-il ses archives ? Pour qui ?

Le séminaire « Archives de la Recherche » est un programme interlaboratoires à la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH), coordonné par Emmanuelle Chapron, historienne, et Véronique Ginouvès, archiviste, qui cherche à répondre aux questions pratiques et concrètes posées par le développement des interactions entre archives et données de la recherche. Ce séminaire s’intéresse plus particulièrement aux problématiques de conservation, d’exploitation, de valorisation et de mutualisation des collections d’archives de la recherche.

La 6ème session du programme, organisée le 22 avril dernier, a notamment été animée par l’anthropologue africaniste Jean-Pierre Olivier de Sardan, chercheur ayant fait don, en 2017, d’une partie de ses archives à la MMSH. Ainsi, il a pu construire une réflexion sur les raisons qui conduisent un chercheur à déposer ses archives fondée sur sa propre expérience.

Par ailleurs, co-fondateur du Laboratoire d’Études et de Recherches sur les Dynamiques Sociales et le Développement Local (LASDEL) à Niamey (Niger), Jean-Pierre Olivier de Sardan a conditionné son dépôt à la transmission d’une copie numérique de son fonds à son laboratoire. Par conséquent, lors de son intervention, il a aussi évoqué les enjeux du partage de ses archives ainsi que la possibilité de collaborations entre les laboratoires de recherche en France et en Afrique.

Le sujet abordé lors de cette matinée est précisément celui de mon mémoire de Master 1 dans le cadre duquel je me suis occupée du traitement et du classement des archives papiers du fonds Jean-Pierre Olivier de Sardan conservé à la Phonothèque.

La question de la conservation et de la valorisation des données de la recherche et le retour des archives dans les pays où elles ont été produites est une question qui intéresse de plus en plus la communauté scientifique depuis une vingtaine d’années. Jean-Pierre Olivier de Sardan a abordé ces problématiques dans sa passionnante conférence dont vous trouverez un compte-rendu dans Les carnets de la Phonothèque.

Bonne lecture !

Pauline Muller, étudiante en Master 1 « Métiers des archives et des bibliothèques. Médiation de l’histoire et humanités numériques ».

Consultez le fonds Jean-Pierre Olivier de Sardan à la Phonothèque.

Paru cette année : Olivier de Sardan, Jean-Pierre, La revanche des contextes. Des mésaventures de l’ingénierie sociale en Afrique et au-delà, Karthala, 2021.

Crédit photographique de l’image mise en avant : Image 00:46 minutes du film documentaire Sassalé, réalisé par Jean-Pierre Olivier de Sardan (1972). Tous droits réservés au CNRS.