L’exposition « Instant tunisien » et ses archives : une expérience sensorielle?

Le sociologue Jean Marc Salmon, auteur du livre 29 jours de révolution. Histoire du soulèvement tunisien, s’est associé avec plusieurs collectifs citoyens afin d’élaborer un  projet de collecte et de traitement des archives numériques.1. Continuer la lecture de L’exposition « Instant tunisien » et ses archives : une expérience sensorielle?

  1. MuCEM, « Interview de la commissaire de l’exposition Houria Abdelkafi et la co-commissaire Elisabeth Cestor » URL : https://www.mucem.org/programme/exposition-et-temps-forts/instant-tunisien-les-archives-de-la-revolution consulté le 22/01/2020 []

Éloge de Wikipédia

En tant que étudiant et contributeur régulier, je souhaite donner l’envie à mes collègues de mieux participer à Wikipédia et à l’amélioration globale de l’encyclopédie pour en être acteur, pas seulement lecteur. Je ne vais pas faire un cours de Wikicode (facile à apprendre) ou de syntaxe. Je n’en suis pas le meilleur représentant et cet aspect de la formation devrait être connu que du lecteur qui aura envie de modifier Wikipédia. Mais voici une promotion, une sorte d’introduction pour celui qui le souhaite pour rejoindre les 19 000  contributeurs actifs francophones du site, qui est l’un des plus populaires du monde. 

Le champ de connaissance

Début de la page sur l’Histoire du Communisme, l’une des plus vastes (0.8 Mo) de l’encyclopédie. Un idéal, rien d’inédit, syntaxe neutres, bien illustré, juste une utilisation raisonnée des sources et connaissances, seulement grâce aux contributeurs

Cela pouvait surprendre il y a quelques années que la communauté scientifique aille jusqu’à recommander Wikipédia. L’encyclopédie numérique, gratuite et collaborative, qui surpassa les encyclopédies concurrentes tel Encarta qui disparut. Même si on ne peut pas substituer Wikipédia à l’Encyclopedia Universalis par exemple. Mais que dire des écoliers, étudiants ou des adultes qui permettent de gagner un temps précieux en ayant un accès aux informations plus facilité et de leurs ouvrir la porte au champ de connaissance à caractère encyclopédique, quasi-exhaustif et mise à jour, les contraintes de paginations et de parutions sont quasiment abolis. 

C’est une possibilité non-négligeable pour nous (même parfois pressant face à la lassitude des contributeurs), étudiants, historiens comme universitaires de modifier Wikipédia, d’autant que avec les bibliothèques de recherches, le potentiel s’accroît d’inclure plus de sources possibles, là où les autres contributeurs n’y ont pas forcément accès. C’est utile : ce n’est pas la rédaction d’une thèse ou d’un article scientifique mais une possibilité de vulgarisation diffusée, populaire et accessible, probablement plus visible que n’importe quelle autre revue ou site internet. Essayez de rechercher un concept, un événement, une personnalité, n’importe, Wikipédia est en tête des recherches, même si la qualité de l’article doit être amélioré pour être exploité. Même si vous êtes le seul à avoir crée ou modifié un article, la paternité est plus compliquée. La contribution qu’elle soit derrière un pseudonyme ou une adresse IP sera anonyme et que tout le monde peut modifier l’encyclopédie qui est un amas composite de connaissances.

Continuer la lecture de Éloge de Wikipédia

Enjeux de la conservation des archives numériques sur le long terme

Bien qu’on puisse l’imaginer figée, la définition d’archives ne cesse pourtant jamais d’évoluer et de s’étendre. Les législateurs ouvrant périodiquement ce statut à de nouveaux domaines. La création de l’Institut National de l’Audiovisuel (Ina) en 1974, chargée de conserver les archives de la télévision et de la radio, en est un exemple. Pour l’État, l’enjeu de cet élargissement sémantique régulier est lié l’adoption de nouveaux supports documentaires dans ses administrations.

La question de l’archivage électronique, également appelé « e-archivage », se pose alors en vue de la place que celui-ci a pris dans nos sociétés. Cette importance se vérifie par exemple dans le domaine légal et juridique : depuis la loi du 13 mars 20001, l’État reconnaît la même valeur probante à l’écrit sous forme électronique que l’écrit sur support papier.

Continuer la lecture de Enjeux de la conservation des archives numériques sur le long terme

  1. https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000399095&categorieLien=id []

Parcourir l’histoire au présent ou transmettre le passé au musée

 » Le musée doit être un point de départ et non pas seulement un lieu où l’on vient : le musée n’est pas qu’un bâtiment. « 

Alpha Oumar-Konare, président de l’ICOM, 19921

Alors que les musées gardent une certaine image de « temples » intimidants et que plane toujours l’inquiétude d’une désaffection des publics, les professionnels multiplient les initiatives pour faire vivre les musées en mettant à profit les apports de la mondialisation et du numérique. Ann Blanchet, conservatrice au Musée d’histoire de Marseille, a abordé avec nous quelques uns de ces nouveaux enjeux et pratiques de médiation dans le cadre du Master 2 « Métiers des archives et des bibliothèques, médiation de l’histoire et humanités numériques ».

Ad museum : attirer au musée…

Les musées se définissent avant tout par deux missions corrélées : la conservation de collections pour leur mise à disposition à des fins d’études, d’éducation et de plaisir ((Le Code du Patrimoine (livre IV) donne une Continuer la lecture de Parcourir l’histoire au présent ou transmettre le passé au musée

  1. Citation extraite d’un entretien avec Roland Arpin dans « Laisser les musées aller aux limites de leur créativité et de leurs audaces », in Forces, 1992, n°98, 94 p. []

Le label « musées de France » : le défi des musées d’aujourd’hui et de demain

Le 15 Octobre 2013, le Ministère de la Culture et de la Communication a publié la liste des « musées de France ». Ann Blanchet s’intéresse à la fonction du musée dans la société. Retour sur la place du musée en France.

Du cabinet de curiosité destiné aux personnes les plus aisées et privilégiées des XVI-XVIII° siècles, aux musées arborant le territoire français, les collections d’objets suscitent des intérêts multiples, tels qu’intellectuel, social et culturel par exemple. Le point commun le plus évident que l’on peut assimiler entre le cabinet de curiosité et le musée tel que nous le connaissons aujourd’hui, est leur vocation éducative. Peu importe les objets qu’elles renferment, les collections sont vouées à sortir du secret. Continuer la lecture de Le label « musées de France » : le défi des musées d’aujourd’hui et de demain

MARSEILLE : UNE VILLE QUI LAISSE PLACE A L’IMAGINAIRE COLLECTIF

Le 30 septembre s’est tenue une journée d’étude à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme à Aix-en-Provence, portant sur le thème « Imaginaires en Méditerranée : la part incontournable de l’archive ». J’ai assisté à cette journée en tant qu’étudiante de Master 2 Métiers des archives et des bibliothèques, médiation de l’histoire et humanité numérique. L’intervention de madame Céline Regnard, maître de conférence en histoire contemporaine à l’université d’Aix-Marseille, m’a particulièrement interpellé. En effet, elle pose les idées reçues sur Marseille qui s’insèrent dans les représentations collectives de cette ville en se basant sur différentes sources (tels que les textes, les documents iconographiques…). Elle nous pousse à nous questionner à la fois sur l’origine, les mécanismes et l’héritage des représentations de Marseille. C’est au travers de la représentation du crime et en partant d’une revue que nous verrons cet imaginaire sur Marseille.

Continuer la lecture de MARSEILLE : UNE VILLE QUI LAISSE PLACE A L’IMAGINAIRE COLLECTIF

Le CMCA archive les films de la Méditerranée

L’atelier professionnel Visual Studies « Imaginaires en Méditerranée : la part incontournable de l’archive » organisé le 30 septembre 2019 à la MMSH1 a porté sur la compréhension du rôle des archives dans la fabrique des imaginaires en Méditerranée. Plusieurs fonds d’archives portant sur la Méditerranée ont été présentés aux étudiants du Master « Histoire, civilisations, patrimoine. Métiers des archives, des bibliothèques. Médiation de l’histoire et humanités numériques » d’Aix-Marseille Université par les professionnel(le)s du domaine. Franco Revelli, le responsable du multimédia, des formations et des diffusions du CMCA, nous a parlé des archives audiovisuelles de son institution et le site qui met en avant leur archivage.

Le CMCA (Centre Méditerranéen de la Communication Audiovisuelle) est un réseau méditerranéen de coopération audiovisuelle qui regroupe des organismes de télévision ainsi que des producteurs et des acteurs audiovisuels qui appartiennent à l’aire culturelle méditerranéenne. Créé en 1986 en tant que département de l’Union Radiophonique et Télévisuelle Internationale (URTI), le CMCA est devenu une association indépendante en 1995. C’est donc un acteur spécifiquement méditerranéen dont le siège se trouve à Marseille qui mène une activité internationale.

Continuer la lecture de Le CMCA archive les films de la Méditerranée

  1. Cette journée qui a lieu depuis 2016 s’inscrit dans le prolongement des précédents ateliers : « Regarder/Archiver la guerre » (2018), « Le chercheur connecté : entre pratiques et méthodes » (2017) et « Les archives du dépôt légal de l’Ina dans la recherche en sciences humaines et sociales » (2016). []