Archives de catégorie : Billets des étudiants

Les reconstitutions : une histoire de mémoire ?

Longtemps réservées à un milieu scientifique, l’étude et la transmission de l’Histoire s’ouvrent aujourd’hui à un public de non professionnels notamment à travers le phénomène des reconstitutions historiques. Maryline Crivello, professeure d’histoire moderne, spécialiste de la “Living History”, dispense un cours sur la médiation de l’histoire et les usages publics du passé dans le cadre du parcours « Médiation de l’histoire et humanités numériques » de notre Master que nous avons choisi de vous retransmettre. Continuer la lecture de Les reconstitutions : une histoire de mémoire ?

En bibliothèque on est chez soi : voyage à la Médiathèque de Martigues…

Les enjeux des bibliothèques aujourd’hui : convivialité, proximité, innovation.

« Si quiconque, entrant dans une bibliothèque, n’y décèle rien qui lui soit déjà familier, alors il lui est signifié, j’ose dire avec violence, que cet endroit n’est pas pour lui. » Dominique Lahary1.

Nous en avons déjà entendu parler en Master 1 en 2015-2016 lors des enseignements de Sylvain Borzillo sur le thème de « Ouverture, accueil, renseignement », et cette année, en Master 2, lors de l’intervention de Cristina Chambrial. Dans le cadre de l’UE option Bibliothèques – Pratiques professionnelles, les enjeux des bibliothèques aujourd’hui ont été abordés. Le cours a apporté des éclairages sur les « nouveaux publics : nouveaux services » en faisant référence notamment à la bibliothèque 3ème lieu. Ce concept est cœur du débat actuel des professionnels sur l’avenir des salles de lecture et les rapports avec les usagers. Le monde des bibliothèques vit l’ère de la conception d’une action novatrice et créative, mais surtout harmonieuse et adaptée aux besoins variés d’un public fort hétérogène. Continuer la lecture de En bibliothèque on est chez soi : voyage à la Médiathèque de Martigues…

  1. Bibliothécaire, directeur de la Bibliothèque départementale du Val d’Oise. Cf. Lahary, Dominique, « Du profil de poste au métier », Bulletin d’informations de l’Association des bibliothécaires français, 1994, n° 164 []

Les usages d’Internet par les historiens

Il semble désormais acquis de dire qu’Internet a bouleversé les pratiques en s’immisçant aussi bien dans la vie quotidienne que dans le milieu professionnel. Mais qu’en est-il du monde de la recherche, et plus particulièrement des disciplines historiques ? Quels usages les historiens peuvent-ils faire d’Internet ? Étudiantes en Master 2 « Métiers des archives et des bibliothèques. Médiation de l’histoire et humanités numériques », nous avons assisté, dans le cadre de nos enseignements, à un cours de Sophie Gebeil, maître de conférence en histoire contemporaine à l’ESPE1, portant sur cette problématique.
Continuer la lecture de Les usages d’Internet par les historiens

Ars Magna, la modélisation des données au service de la culture. Le cas d’Europeana.

Etudiant en Master II Métiers des archives et des bibliothèques, médiation de l’histoire et humanités numériques, titulaire d’un master de philosophie soutenu en Italie, je m’intéresse au numérique sous différents angles de vue. Ce billet voudrait embrasser les angles théoriques et techniques pour expliquer la modélisation des données.

Ars Magna. C’est avec cette formule qu’au treizième siècle Raimon Llull1 indiquait ce que devait être, selon lui, la méthode universelle. Une méthode grâce à laquelle tous les savoirs seraient compréhensibles et mémorisés par les êtres humains. À l’heure du numérique, le long chemin entrepris par le philosophe espagnol semble bien avancé. Avec la constitution d’un réseau mondial accompagné d’une série de règles de structuration et d’’indexation des données,  n’importe quelle information peut aujourd’hui être partagée.  La modélisation des données est le dispositif central pour y réussir. Continuer la lecture de Ars Magna, la modélisation des données au service de la culture. Le cas d’Europeana.

  1. Pour un panorama exhaustif sur l’ouvrage de Raimon Llull et l’art de la mémoire voir  » target= »_blank »>Paolo Rossi, Clavis universalis : arts de la mémoire, logique combinatoire et langue universelle de Lulle à Leibniz, Grenoble (Isère) : J. Millon, 1993. []

Le patrimoine culturel immatériel en France : l’expérience corse

Le master Métiers des archives & des bibliothèques. Médiation de l’histoire & humanités numériques, en plus d’une formation technique, porte une réflexion sur les politiques publiques culturelles, la médiation de l’histoire et les humanités numériques. La notion de patrimoine culturel immatériel (PCI) est à la croisée de ces différentes approches.

Intégration du PCI au Code du Patrimoine

Par son article 55, la loi n° 2016-925 du 7 juillet 2016 relative à la liberté de la création, à l’architecture et au patrimoine, dite Loi CAP, intègre dans la législation française la notion de patrimoine culturel immatériel. L’article L1 du Code du Patrimoine s’en trouve ainsi modifié (en italique) : Continuer la lecture de Le patrimoine culturel immatériel en France : l’expérience corse

Utiliser la veille documentaire pour se préparer aux concours

Puisque préparer un concours n’est jamais simple, j’ai souhaité partager avec vous les méthodes de veille documentaire sur internet. Ces méthodes, je les ai moi-même connues suite à l’intervention de Nathalie Bouchetal de la Bibliothèque départementale des Bouches-du-Rhône, le 24 novembre 2016 auprès des étudiants bibliothécaires du master 2 : Histoire et humanités « Métiers des archives et des bibliothèques. Médiations de l’histoire et humanités numériques » dans le but de présenter la veille documentaire dans le cadre de l’unité d’enseignement « pratiques professionnelles ».

Qu’est-ce que la veille documentaire ?

Selon la norme AFNOR X50-053, la veille documentaire est « une activité continue et en grande partie répétitive visant à une surveillance active de l’environnement pour anticiper les évolutions. » Le but est de mettre en place des stratégies pour surveiller de manière active un domaine particulier. Continuer la lecture de Utiliser la veille documentaire pour se préparer aux concours

Qui sont les médiateurs scientifiques ?

La science n’est pas réservée à une élite d’intellectuels. Certes elle est parfois difficilement accessible au grand public, pourtant nous constatons qu’il existe depuis plusieurs siècles des intermédiaires entre ce dernier et les chercheurs qui produisent la recherche scientifique. Je vous renvoie à l’article de Véronique Carminati d’une promotion précédente pour un historique de la vulgarisation scientifique, intitulé Une brève histoire de la vulgarisation scientifique : du XVIe siècle à nos jours, dans la mesure où nous allons nous concentrer ici sur le rôle que jouent les médiateurs, ces personnes aux profils variés qui interviennent pour transmettre des connaissances scientifiques. Il serait donc pertinent de s’interroger sur les coulisses de la vulgarisation scientifique et ses enjeux. Continuer la lecture de Qui sont les médiateurs scientifiques ?

Le dépôt légal du web

Dans le cadre du Master 2, « Métiers des archives et des bibliothèques. Médiation de l’histoire et humanités numériques.« , Sophie Gebeil, historienne, nous a proposé de faire un point dans son cours sur le dépôt légal du web et ce billet en présente les grands axes.

La mise en place du dépôt légal

Le dépôt légal a été créé en France par François 1er avec l’ordonnance de Montpellier le 28 décembre 1537, visant à une surveillance stricte de la production des documents et l’enrichissement des collections royales. Il était stipulement interdit aux imprimeurs de vendre un document sans avoir au préalable déposé un exemplaire au garde de la librairie. Le dépôt légal de François 1er vise aussi à conserver la mémoire. Le dépôt légal a été élargi le 28 juin 1992 à la collecte des documents audiovisuels et radios émanant des programmations françaises.

En 2004, le Code du Patrimoine rentre en vigueur et se substitue à la loi de 1992. Ainsi, le dépôt légal est aujourd’hui régi par ce code dans son livre III à l’article L 131-1. Il concerne tous “ les documents imprimés, graphiques, photographiques, sonores, audiovisuels, multimédias, quel que soit leur procédé technique de production, d’édition ou de diffusion, font l’objet d’un dépôt obligatoire, dénommé dépôt légal, dès lors qu’ils sont mis à la disposition d’un public”. C’est donc l’obligation à toute administration de déposer un exemplaire des documents revêtant un intérêt national. Le dépôt légal revêt un rôle culturel pour l’enrichissement des collections par la collecte et la conservation des documents pour assurer leur pérennité. Il permet aussi la mise en place de bibliographies nationales qui garantit la consultation de ces documents, dans le respect de la législation. Ces documents collectés dans le cadre du dépôt légal sont destinés à être conservés de manière définitive, du fait de leur caractère patrimonial et national. La Bibliothèque nationale de France (BnF) est chargée de la collecte des documents vidéographiques et l’Institut national de l’audiovisuel (Ina) pour les flux télévisuels. Le dépôt légal s’étend donc à la radio, puis à la Télévision (loi de 1992), avant le web.

L’extension du dépôt légal aux archives web

Le dépôt légal du web s’inscrit dans la continuité de la collecte de documents patrimoniaux. Ce processus a été juridiquement encadré par la loi du 1er août 2006 pour les sites et publications numériques. Le dépôt légal du web concerne tous types de documents diffusés sur internet dans le domaine français. La Bibliothèque Nationale de France et l’Institut nationale de l’audiovisuel se partagent cette mission. Pour se faire, Bnf a recours à des organismes de gestion de sites tel que l’Association française pour le nommage et l’identification des sites internet. De son côté,  l’Ina a mis en place un moteur de consultation intégrant des logiciels qui permettent de repérer un format qui n’existe plus et, le cas échéant, de relire le média lors de la consultation. Cette obligation de dépôt incombe à toute personne physique ou morale dans le cadre de son activité en vue de la diffusion d’informations numérisées. Le dépôt légal du web, contrairement aux autres dépôts n’implique aucune démarche au préalable, puisque les collectes se font de manière automatique comme la TV pour l’Ina. Cependant, le décret du 19 décembre 2011 consolide le cadre juridique de la collecte pour le dépôt légal en permettant à la BnF et l’Ina de collecter des contenus numériques qui ne sont pas en accès libre pour le public, notamment les sites commerciales.

Cet élargissement du dépôt légal aux archives web permet une conservation pérenne des différents cycles de vie documentaire des documents conservés. Mais surtout assure le traitement de la masse d’informations numérisées, sa collecte et sa conservation pour une meilleur maitrise des données produites. Ce processus est nécessaire pour faciliter les recherches scientifiques des historiens qui utilisent de plus en plus l’archive web et qui exige une véracité des informations pour la fabrique de l’histoire. Le dépôt légal du web offre une source plus stable pour l’historien, notamment par rapport aux contenus en ligne. Permet également d’étudier l’histoire des sites web depuis 1996. Sophie Gebeil dans sa thèse, nous permet de mieux appréhender les enjeux et la finalité du dépôt légal notamment dans le cadre sociétal. 

En complément de ce billet, vous pouvez lire le diaporama présenté par Sophie Gebeil lors de la journée du 27 juin 2016 Visual Studies et Méditerranée où elle a présenté comment « faire une histoire du web et par le web » à travers « Les mémoires de l’immigration maghrébine sur le web français de 1999 à 2014 ».

ATTOUMANI Soilihati

  1.  GEBEIL Sophie, La fabrique numérique des mémoires de l’immigration maghrébine sur le Web français de 1999 à 2014, thèse de doctorat sous la direction de Maryline Crivello, Université d’Aix-Marseille, 2015
  2. GEBEIL Sophie, Les archives web de l’Ina, une source pour l’histoire du temps présent  
  3. GEBEIL Sophie, Quand l’historien rencontre les archives du web
  4. ROUX Pauline, Le dépôt légal du web : Des tweets aux e-books, la conservation 2.0
  5. SCHAFER Valérie et THIERRY Benjamin, L’ogre et la toile. Le rendez-vous de l’histoire et des archives du web

Crédits photographiques :

Image à la une : « Dépôt légal du web » , Uditha Wickramanayaka, licence creative commons (CC-BY-NC-SA 2.0), photographie prise le 14 janvier 2015 , accessible sur Flickr.com

Cite this article  / Citer ce billet :  ATTOUMANI Soilihati  » Le dépôt légal du web » in Les carnets du Master ,  18 janvier 2017, URL :

Définir les humanités numériques

Etudiante à l’université d’Aix-Marseille dans le cadre du  master Métiers des archives, des bibliothèques, humanités numériques et médiation de l’Histoire, j’ai saisi l’opportunité de faire la synthèse d’un enseignement de Jean-Christophe Peyssard, le 19 septembre 2016 pour vous donner ma définition des humanités numériques.

Il n’existe pas qu’une définition des humanités numériques. Dans son ouvrage intitulé Le Temps des humanités numériques, mutation des sciences humaines et sociales1 Olivier Le Deuff en donne la définition suivante : Continuer la lecture de Définir les humanités numériques

  1. Olivier Le Deuff (dir.), Le Temps des humanités digitales. La Mutation des sciences humaines et sociales, Limoges, FYP éditions, coll. Société de la connaissance, 2014, 175 p., ISBN : 978-2-36405-122-5. []

L’Open Access pour faire progresser la science

Etudiante en Master II Métiers des archives et des bibliothèques, médiation de l’histoire et humanités numériques, j’ai eu l’opportunité d’assister à un cours sur les sciences ouvertes dispensé par Isabelle Gras, conservateur de bibliothèque au SCD de l’Université d’Aix-Marseille. L’objectif de ce dernier était de nous présenter les enjeux et impacts des sciences ouvertes notamment en bibliothèque, de nous montrer que l’évolution du marché éditorial des articles scientifiques nécessite de repenser les modèles de diffusion des connaissances.

Continuer la lecture de L’Open Access pour faire progresser la science

Structurer les données de la recherche en EAD : l’exemple du traitement de l’ANR Colostrum

Depuis 2013, la Phonothèque de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme catalogue ses archives sonores sur Calames et génère des liens streaming qui permettent de les écouter en ligne. C’est dans le cadre du traitement, de la diffusion et de la valorisation des données de la recherche – au cœur du travail de la Phonothèque de la MMSH – que s’inscrit le catalogage en EAD de l’ANR Colostrum. Continuer la lecture de Structurer les données de la recherche en EAD : l’exemple du traitement de l’ANR Colostrum

“L’Archive, entre brèche et saisie” au MuCEM, le samedi 17 décembre 2016

Étudiantes en Master 2 « Métiers des archives et des bibliothèques, médiation de l’histoire et humanités numériques », nous nous sommes rendues à la conférence “L’archive, entre brèche et saisie » – au MuCEM, le samedi 17 décembre 2016 dans le cadre du cycle Construire, détruire,  reconstruire Au croisement de l’archive, de la mémoire et de la création”.
L’occasion pour nous de comprendre les enjeux de la relation inattendue entre artistes et  historiens et d’entrevoir comment ils parviennent ensemble à faire revivre des archives, à leur donner du sens, voire à en créer de nouvelles. Continuer la lecture de “L’Archive, entre brèche et saisie” au MuCEM, le samedi 17 décembre 2016

Une médiathèque numérique à Berre-l’Etang

Entrée principale. Médiathèque Berre l'Etang. Archive interne, 2015, CC-NC

Le 2 Novembre 2015, les étudiants de notre Master ont été accueilli à la médiathèque Edmonde Charles-Roux-Deferre  à Berre-l’Etang. Cette visite nous a permis de nous interroger, de réfléchir à la place de l’informatique et aux usages du numérique dans une médiathèque. Elle a aussi contribué à approfondir notre compréhension de l’impact  de ces technologies sur l’espace de la médiathèque et  le métier de bibliothécaire. Ce temps d’échanges nous a également éclairé sur l’importance du rôle qu’une médiathèque peut jouer au sein d’une ville et de son territoire, grâce aux partages des ressources qu’elle propose ainsi que sa nécessaire implication dans de nombreux partenariats qu’ils soient culturels, associatifs, politiques ou encore citoyens. Continuer la lecture de Une médiathèque numérique à Berre-l’Etang

Le projet Europeana 1914 – 1918 : un exemple d’utilisation du crowdsourcing au sein d’une bibliothèque numérique.

CC BY-SA 3.0
Pourquoi ma mère s’appelle Lucienne : Histoire sur Laurent Di Sario, Elie Lucien, Joseph Castelbou. Photographie déposée sur Europeana 1914 – 1918. Contributeur : By Gérard.             CC BY-SA 3.0.

Pour Rose Holley, le crowdsourcing est une notion qui se développe au sein des bibliothèques numériques anglophones, elle reste novatrice en France, et ce malgré les travaux et études qui se multiplient sur le sujet. Elle définit la notion comme le fait de confier des tâches normalement effectuées par un employé à un groupe de personnes.

Ramené au domaine de la culture, le crowdsourcing s’applique à des projets collaboratifs qui appellent les utilisateurs à intervenir dans le traitement des archives afin de les enrichir[1]. Continuer la lecture de Le projet Europeana 1914 – 1918 : un exemple d’utilisation du crowdsourcing au sein d’une bibliothèque numérique.

Les nouvelles perspectives de l’indexation des images fixes

Outil indispensable pour la recherche documentaire, l’indexation n’est pourtant pas pratiquée de manière systématique dans les services d’archives. Dès lors, pourquoi chercher à conserver de la meilleure manière possible des documents qui se retrouveront de toute manière inaccessibles au public puisqu’indifféremment noyés au sein des différents fonds d’archives ? Dans un cours portant sur le classement, la description et l’indexation des fonds et documents iconographiques dispensé le 5 octobre 2015 à l’attention des étudiants du Master 2 Métiers des archives et des bibliothèques, Mme Marie-Noëlle Perrin, responsable des fonds iconographiques et privés aux Archives municipales de Marseille, expliquait en quoi l’indexation était une opération difficile, en particulier pour les images fixes. Ainsi, comment concilier les spécificités des documents iconographiques avec les enjeux posés par l’indexation dans le cadre des nouveaux usages du numérique ?

 

L’indexation est une opération intellectuelle qui vise à rendre compte du contenu d’un document sous une forme concise, à l’aide d’un langage documentaire défini à l’avance. Cette démarche semble complexifiée pour les images fixes à cause de trois facteurs principaux :

  • Tout d’abord, trop souvent considérées – à tort – comme des documents directement intelligibles, les images fixes requièrent en réalité un travail de décryptage et de recontextualisation sans lequel elles resteraient inexploitables et invisibles pour les usagers des centres d’archives. C’est pourquoi une indexation pertinente de l’image doit se construire sur la base d’une analyse fine de ce document hautement polysémique, et non à partir de l’image brute, comme l’a bien montré Mme Marie-Noëlle Perrin.
  • Par ailleurs, l’inadéquation du texte pour indexer de l’image demeure un problème central dans le cadre de ce traitement documentaire. En effet, comment procéder à la transcription textuelle des données extraites de l’image ? Et comment concilier ces deux registres de représentation du réel ? Afin de contrer les différents écueils qui en découlent, Gérard Régimbeau évoque notamment la notion d’une construction intertextuelle de l’indexation dans son article « Cas et figures en indexation de l’art contemporain ».
  • En outre, la seule norme Afnor Z47-102 à laquelle il est possible de se référer pour l’indexation des images fixes se révèle à la fois trop ancienne et insuffisante. D’une part, elle date d’octobre 1993 et ne tient donc pas compte de la révolution numérique qui a bouleversé, puis transformé, les pratiques professionnelles ces dernières années. D’autre part, elle ne définit que des principes généraux pour l’ensemble des documents, quelle que soit leur nature. L’absence d’harmonisation globale au niveau de la structuration de langages documentaires adaptés aux documents iconographiques s’avère ainsi très regrettable1.

 

Ces spécificités de l’image fixe ont une influence sur le processus d’indexation et doivent alors se conjuguer avec les nouvelles problématiques imposées par les pratiques du numérique.

Une croissance permanente du nombre de contenus à indexer

Alors que les contenus se multiplient de plus en plus vite sur Internet, l’indexation des images fixes implique, pour les professionnels de la documentation et des archives, le traitement d’une masse documentaire énorme et continuellement grandissante. Quelques chiffres à titre d’exemple : la base du réseau de musées et d’institutions dédiés à l’art moderne et contemporain Videomuseum recense 235 000 images2. La bibliothèque municipale de Lyon gère quant à elle 875 855 documents iconographiques3 (estampes et photographies), dont 48 880 sont mis en ligne sur la base Photographes en Rhône-Alpes ; c’est déjà beaucoup et cela ne représente pourtant qu’un dix-huitième environ de la collection entière4. Autant de documents qu’il faut collecter, numériser, classer, décrire puis, enfin, indexer un par un pour les rendre accessibles auprès du public. L’indexation est une activité chronophage donc difficile à mettre en place dans tous les services d’archives, mais dont la nécessité ne cesse pourtant de croître avec le nombre toujours plus important de documents à conserver et valoriser.

Une logique d’indexation adaptée aux pratiques de recherche des usagers

De plus, l’indexation est un outil pour la recherche : il importe donc qu’elle soit guidée par une logique adaptée aux pratiques concrètes des usagers, et non aux seules fins de classement des documents. En proposant de nouveaux services tels que la recherche en plein texte ou encore une barre de recherche unique, les bases de données documentaires gagnent à se rapprocher de fonctionnalités héritées des grands moteurs de recherche – Google en tête – qui sont désormais ancrées dans le quotidien des usagers. Toutefois, là encore, l’image fixe pose problème : quel équivalent numérique à la recherche plein texte pourrait s’appliquer aux documents iconographiques ? Cela revient en fait à se demander une nouvelle fois : comment transcrire à l’écrit les données cryptées par l’image ?

L’émergence de nouveaux procédés d’indexation : l’indexation collaborative

Si l’indexation collaborative, nouvelle piste qui s’envisage sur Internet, ne permet pas de résoudre ce problème d’inadéquation fondamentale entre image et texte, elle tente néanmoins de remédier au manque de moyens pouvant être déployés pour cette tâche. On peut citer comme exemple l’entreprise d’indexation collaborative mise en place par les Archives départementales de Loire-Atlantique sur leur site Internet. Ici, cette démarche s’accompagne de visées pédagogique et ludique : la sensibilisation des usagers à la conservation des archives et au métier d’archiviste, ainsi que la possibilité de retrouver les traces de ses ancêtres. De fait, l’indexation collaborative est le résultat d’une conjoncture de deux éléments décisifs : d’abord, le manque de moyens et de temps de la part des centres d’archives et de documentation pour la production de ces notices ; puis, l’émergence d’une forte demande participative de la part des internautes. Il n’est pas ici question de substituer le travail de l’archiviste ou du documentaliste à celui d’un usager, mais plutôt d’accompagner ce travail et de combler ses éventuelles lacunes.

L’indexation collaborative comporte également un aspect de démocratisation culturelle. En effet, une classification ouverte et libre de la part des internautes a des retombées sur les plans culturel, social et patrimonial. Selon Bernadette Dufrêne, les folksonomies – ou indexations par l’internaute – encouragent une appropriation des œuvres, un élargissement du public des amateurs et la reconnaissance de la légitimité d’une pluralité de lectures des documents iconographiques. Cette modification du rapport à la culture renforce la notion d’un patrimoine comme bien commun et témoigne d’un partage plus concret entre la communauté scientifique et les amateurs. Évelyne Broudoux affirme également que la production de nouvelles métadonnées, dans le cadre d’une participation des usagers à l’indexation, serait susceptible à terme d’accroître la qualité et la pertinence des résultats de recherche dans les bases, tout en enrichissant la contextualisation des contenus.

 

Entreprise démocratique, l’indexation collaborative présente néanmoins une limite notable dans le cadre des documents iconographiques : pour que cela fonctionne pleinement, il est préférable que l’indexation soit sérielle, ce qui facilite tant le travail de l’internaute que le contrôle exercé par le professionnel. Or, il n’est pas possible de conférer aux images toute leur signification en se cantonnant à la restitution de données sérielles, souvent externes ou descriptives. C’est ainsi que l’indexation collaborative de documents iconographiques se résume souvent à une indexation de numérisations de textes présentées sous un format image, tel que .jpeg ou .png par exemple, mais qui n’en partagent pas les caractéristiques structurantes.

Il faudrait peut-être dès lors, pour l’iconographie, se tourner vers des projets scientifiques d’indexation collaborative qui associent des professionnels de musées ou encore des chercheurs. C’est le cas du projet de Cranach Digital Archive qui vise notamment l’intégration des nouvelles données de la recherche en histoire de l’art. La participation des chercheurs dans la construction des descripteurs est bienvenue dans la mesure où ils forment une partie non négligeable des utilisateurs de bases de données documentaires. Enfin, cet usage du numérique montre que le développement de l’indexation collaborative d’images fixes n’annonce pas pour autant la fin d’une expertise spécifique, puisque scientifiques et professionnels y sont également conviés.

Morgane Mignon

 

Crédits photographiques de l’image en une : BPL – General Library – Catalog area, Boston Public Library. Sous licence CC BY-NC 2.0.

  1. Pour approfondir ce point, on peut tout de même mentionner la publication du Thesaurus iconographique par François Garnier en 1984 qui avait pour objectif de pallier le manque de normes en matière d’indexation des images fixes. Ce thesaurus est notamment utilisé par la base Joconde (Portail des collections des musées de France). []
  2. Données chiffrées extraites de : http://www.videomuseum.fr/IMG/pdf/PlaquetteFR-2.pdf. []
  3. Données chiffrées extraites de : https://www.bm-lyon.fr/espaces-dedies-aux-professionnels/a-propos-de-la-bibliotheque-municipale-de-lyon/article/la-bml-en-chiffres. []
  4. À noter que l’absence de mise en ligne n’est pas forcément liée à la masse de travail que cela implique de la part des professionnels, cela peut être aussi dû à la gestion des droits d’auteurs attachés aux images. []