Archives de catégorie : Billets des étudiants

Des musées en évolution : d’une conception muséologique des savoirs à une muséologie participative

Création progressive du concept de musée  (du XV° au XIX° siècle) : le musée des savoirs1

Le concept de musée apparaît pour la première fois, à Rome, sous le règne du pape Sixte IV (1471-1484), sans toutefois que ce terme existe véritablement. Le pape fait exposer sa collection de sculptures classiques au peuple Romain dans le bâtiment du Capitole. C’est ainsi qu’il ouvre le premier  musée.2 Les premiers musées sont donc constitués de séries d’objets juxtaposés.3 Continuer la lecture de Des musées en évolution : d’une conception muséologique des savoirs à une muséologie participative

  1. Gens dans le musée d’art (Licence Freepik Premium).  []
  2. https://www.youtube.com/watch?v=XgHx7Q43NXo. Pourquoi a-t-on inventé les musées, Kryztof Pomian, France Culture. 2 octobre 2020. []
  3. Roland Schaer, L’Invention des musées, Gallimard/réunion des musées nationaux, coll. « Découvertes Gallimard / Histoire » (no 187), 1993. []

« Burning the books : A history of the deliberate destruction of knowledge » de Richard Ovenden ou pourquoi nous aurons toujours besoin de bibliothèques et d’archives ?

L’image d’un livre qui brûle rappelle souvent à notre souvenir l’autodafé du 10 mai 1933, lorsque dans le quartier d’Unter den Linden, juste en face de l’Université Friedrich Wilhelm, un feu de joie constitué de livres d’écrivain « non allemand », juifs, marxistes, est alimenté par une foule enthousiaste de près de 40 000 personnes… C’est d’ailleurs avec cet évènement que Richard Ovenden choisit de débuter son livre.

Book burning in Berlin, May 1933. Domaine public. Wikimedia Commons.

Continuer la lecture de « Burning the books : A history of the deliberate destruction of knowledge » de Richard Ovenden ou pourquoi nous aurons toujours besoin de bibliothèques et d’archives ?

Public et storytelling : vers un rapport commercial à la culture ?

N’a-t-on jamais préféré apprendre l’Histoire grâce à des récits vivants ? Le succès des romans historiques, des jeux vidéo et des vidéos YouTube pour la vulgarisation culturelle montre bien cette tendance. Les musées l’ont bien compris et mettent en récit leurs expositions, pour placer leur public en immersion en leur faisant ressentir et vivre l’Histoire, c’est ce que l’on appelle le « storytelling ». Cette notion évoquée par Ann Blanchet lors de son cours s’impose de plus en plus dans le monde de la médiation culturelle.  

Le storytelling est le fait de raconter une histoire à des fins de communiquer. Il est notamment utilisé en marketing pour la communication publicitaire et permet aux marques de se démarquer en donnant une identité et une authenticité à leur campagne. Les institutions culturelles ont repris ce concept pour réaliser une communication efficace et ciblée. Leur objectif est de rapprocher les publics des œuvres et des héritages grâce aux nouveaux outils de communication.   Continuer la lecture de Public et storytelling : vers un rapport commercial à la culture ?

Transmettre l’histoire de la Shoah dans un musée

Dans le cadre de notre enseignement sur les médiations de l’histoire et les humanités numériques, Ann Blanchet (conservatrice et bibliothécaire au sein du service des musées de Marseille) est intervenue sur « Les formes de transmission de l’histoire au musée ». Inspirée par son intervention, nous avons choisi d’observer la transmission de l’histoire de la Shoah dans un musée. Nous avons sélectionné à titre d’exemple le Mémorial du Camps des Milles à proximité d’Aix-en-Provence. Continuer la lecture de Transmettre l’histoire de la Shoah dans un musée

L’archivage du Web par la BnF : sauvegarde et valorisation de la mémoire en ligne

À l’occasion de nos cours  de médiation de l’histoire et des humanités numériques, nous avons rencontré différents professionnels qui nous ont fait part de différentes thématiques relatives à la divulgation des connaissances, notamment les sciences humaines et sociales (SHS) à l’ère du numérique. Sur ce, la présentation de Sophie Gebeil intitulée « Archives, Histoire à l’ère d’internet : de la numérisation à l’archivage du web » a attiré notre attention. Dans la société de l’information, le web constitue un des médias  privilégié de production et de diffusion de l’information. Des milliers de contenus sont  véhiculés sur les sites web au quotidien sans un réel souci sur leur sort.

Consciente de la valeur de l’information et de ses enjeux, la BnF, précurseure de l’archivage du web en France, a développé des initiatives permettant de sauvegarder chaque année, des millions de pages web à caractère patrimonial, par le biais bien sûr du dépôt légal du Web au titre duquel la BnF partage la mission d’archivage du Web français avec l’Ina.1 En effet, des milliers de pages web ont disparu ou auraient disparu, s’il n’y avait pas ce travail d’archivage. Ainsi, dans ce billet, nous allons nous intéresser aux archives du web de la BnF. Continuer la lecture de L’archivage du Web par la BnF : sauvegarde et valorisation de la mémoire en ligne

  1. Laurie Lajara, Marylène Mattei, les archives du web sur l’Inathèque, 20 janvier 2019. Blog Master métiers des archives et des bibliothèques : médiation de l’histoire et humanités numériques, AMU https://masterabd.hypotheses.org/3716  []

Un festival à l’épreuve de la crise sanitaire !

Étudiantes en Master 2 métiers des archives et des bibliothèques. Médiation de l’histoire et humanité numérique, dans le cadre de notre parcours Médiation, publics et humanités numériques, nous avons assisté en distanciel au cours de Madame Crivello “Usages sociaux et médiations de l’histoire” qui nous a présenté la médiation des Sciences Humaines et des Arts par l’intermédiaire du Festival du Jeu de l’oie.

En 2019, le campus d’Aix-Marseille Université accueillait la première édition du Festival du jeu de l’Oie. Il s’agit d’un festival ouvert à tous combinant les différentes disciplines des Sciences humaines et des Arts. La question de la médiation des sciences humaines et de l’art nous intéressait,  aussi nous avons assisté à la programmation sur le site officiel du Festival du jeu de l’oie qui s’est déroulé du 10 au 12 décembre 2020. Ce festival organisé par AMU en partenariat avec le Mucem est un festival des Sciences Humaines et des Arts qui – sous le nom du jeu de l’oie, le jeu le plus vieux jeu de société connu -aspire à attirer un maximum de public en utilisant un nom qui paraît décalé avec le sujet. De plus, c’est un jeu initiatique, dans le cadre du festival il est attaché à comprendre  le monde1. L’édition de l’année 2020 questionnait la situation actuelle de la crise sanitaire sous les angles des sciences humaines et de l’art en posant une question “Confinement(s) Tout un monde à l’arrêt ?”2 

L’organisation de ce festival nous pose la question de la médiation des Sciences humaines et de l’art dans un contexte nouveau, la crise sanitaire.  Continuer la lecture de Un festival à l’épreuve de la crise sanitaire !

  1. Jeu de l’oie. Histoire et métamorphoses []
  2. Voir le programme sur le billet de blog Festival du jeu de l’oie 2020: « tout un monde à l’arrêt » publié par Véronique Ginouvès le  28/11/2020 []

Vers des pratiques de médiation scientifique toujours plus numériques

Avec l’épidémie de Covid-19 et le deuxième confinement, les universités et la recherche se retrouvent, une fois de plus, en détresse pour trouver leur public et dynamiser leurs recherches. Les outils numériques développés depuis déjà plusieurs années sont sollicités pour continuer à échanger, partager et rendre visible les questionnements des chercheurs et leurs résultats. 
 
Ce billet de blog s’inscrit dans le cadre du cours « Humanités numériques » du master Archives, bibliothèques. Médiation de l’histoire et humanités numériques » et a été pensé à la suite de notre cours avec Hannah Robin sur la Médiation scientifique. Celle-ci incarne l’enjeu de communication inhérente à l’université et nécessite, dans le contexte actuel, d’inventer de nouvelles formes de transmission pour toucher le plus grand nombre possible de personnes.
 
Comment la diffusion de la recherche universitaire doit se réinventer par le biais des outils numériques pour s’adapter aux nouvelles formes de communication, particulièrement dans le contexte sanitaire actuel ? 
 

Continuer la lecture de Vers des pratiques de médiation scientifique toujours plus numériques

Organiser un événement de médiation scientifique en période de pandémie : Retour sur la journée d’étude Visual Studies et Méditerranée 2020

Dans un post récent, Gaëlle Shfirin1 a soulevé la question de l’organisation d’un événement scientifique en période de pandémie. Elle souligne les problématiques organisationnelles que cela comprend telle que la mise en place d’une logistique particulière et le risque consistant à devoir tout annuler au dernier moment. Mais faut-il pour autant tout décommander et manquer l’opportunité de médiatiser les initiatives de la recherche et des institutions culturelles locales ?

Nous avons donc répondu à l’appel et avons soutenu à la participation de la journée d’étude sur le thème « Partager les livres et les archives : collaborations, associations, mutualisation », qui, pour la cinquième année consécutive, est organisée dans le cadre de notre Master Histoire parcours Bibliothèques, archives, médiation de l’Histoire et humanités numériques, conjointement avec le Pôle images, sons, pratiques du numérique et par l’Ina Méditerranée, à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (MMSH).

Continuer la lecture de Organiser un événement de médiation scientifique en période de pandémie : Retour sur la journée d’étude Visual Studies et Méditerranée 2020
  1. Gaëlle Shfirin est responsable Communication et Partenariat au CC-IN2P3 Chargée de Communication pour le LSST en France / CNRS []

Explorer de nouvelles destinations numériques pour le patrimoine documentaire et audiovisuel

Les deux missions principales des institutions culturelles sont la préservation et l’offre d’accès à leurs patrimoines. Plus récemment on leur a demandé de partager leurs collections avec un public plus vaste, lointain, et de favoriser leur accès à travers des plateformes numériques. Le savoir évolue à la fois dans sa façon d’être créé et d’être partagé, et cela se passe aujourd’hui essentiellement en ligne.

Suite à ce bouleversement structurel et organisationnel, les institutions culturelles qui veulent se conformer à leurs missions, préserver, partager et faciliter l’accès au savoir pour la société inscrivent leurs données dans le tournant numérique. Torsten Reimer, responsable des services de recherche à la British Library, l’explique clairement « Les bibliothèques répondent aux changements des besoins et des comportements des utilisateurs en passant d’un paradigme de contenu (collections) à un paradigme basé sur les services »1. Dans cette dynamique, les institutions investissent ou créent de nouvelles plateformes numériques pour offrir une meilleure exploration a leur public.

Dans le cadre de la journée d’études Visuals Studies et Méditerranée qui s’est tenue le 28 Septembre 2020 à la MMSH2, de nouveaux projets transversaux qui s’inscrivent dans cette démarche ont été présentés. 

Continuer la lecture de Explorer de nouvelles destinations numériques pour le patrimoine documentaire et audiovisuel
  1. Traduit de l’anglais par l’auteure « libraries respond to changes in user needs and behaviours by moving from a content (collections) paradigm to a service-based one », voir :  « The once and future library: what might a research library look like in 2030? », Research Libraires UK, conférence mise en ligne le 3 avril 2019 []
  2. La cinquième année consécutive qu’une journée d’étude portant ce titre est organisée dans le cadre du Master Histoire parcours Bibliothèques, archives, médiation de l’Histoire et humanités numériques. []

L’exposition « Instant tunisien » et ses archives : une expérience sensorielle?

Le sociologue Jean Marc Salmon, auteur du livre 29 jours de révolution. Histoire du soulèvement tunisien, s’est associé avec plusieurs collectifs citoyens afin d’élaborer un  projet de collecte et de traitement des archives numériques.1. Continuer la lecture de L’exposition « Instant tunisien » et ses archives : une expérience sensorielle?

  1. MuCEM, « Interview de la commissaire de l’exposition Houria Abdelkafi et la co-commissaire Elisabeth Cestor » URL : https://www.mucem.org/programme/exposition-et-temps-forts/instant-tunisien-les-archives-de-la-revolution consulté le 22/01/2020 []

Éloge de Wikipédia

En tant que étudiant et contributeur régulier, je souhaite donner l’envie à mes collègues de mieux participer à Wikipédia et à l’amélioration globale de l’encyclopédie pour en être acteur, pas seulement lecteur. Je ne vais pas faire un cours de Wikicode (facile à apprendre) ou de syntaxe. Je n’en suis pas le meilleur représentant et cet aspect de la formation devrait être connu que du lecteur qui aura envie de modifier Wikipédia. Mais voici une promotion, une sorte d’introduction pour celui qui le souhaite pour rejoindre les 19 000  contributeurs actifs francophones du site, qui est l’un des plus populaires du monde. 

Le champ de connaissance

Début de la page sur l’Histoire du Communisme, l’une des plus vastes (0.8 Mo) de l’encyclopédie. Un idéal, rien d’inédit, syntaxe neutres, bien illustré, juste une utilisation raisonnée des sources et connaissances, seulement grâce aux contributeurs

Cela pouvait surprendre il y a quelques années que la communauté scientifique aille jusqu’à recommander Wikipédia. L’encyclopédie numérique, gratuite et collaborative, qui surpassa les encyclopédies concurrentes tel Encarta qui disparut. Même si on ne peut pas substituer Wikipédia à l’Encyclopedia Universalis par exemple. Mais que dire des écoliers, étudiants ou des adultes qui permettent de gagner un temps précieux en ayant un accès aux informations plus facilité et de leurs ouvrir la porte au champ de connaissance à caractère encyclopédique, quasi-exhaustif et mise à jour, les contraintes de paginations et de parutions sont quasiment abolis. 

C’est une possibilité non-négligeable pour nous (même parfois pressant face à la lassitude des contributeurs), étudiants, historiens comme universitaires de modifier Wikipédia, d’autant que avec les bibliothèques de recherches, le potentiel s’accroît d’inclure plus de sources possibles, là où les autres contributeurs n’y ont pas forcément accès. C’est utile : ce n’est pas la rédaction d’une thèse ou d’un article scientifique mais une possibilité de vulgarisation diffusée, populaire et accessible, probablement plus visible que n’importe quelle autre revue ou site internet. Essayez de rechercher un concept, un événement, une personnalité, n’importe, Wikipédia est en tête des recherches, même si la qualité de l’article doit être amélioré pour être exploité. Même si vous êtes le seul à avoir crée ou modifié un article, la paternité est plus compliquée. La contribution qu’elle soit derrière un pseudonyme ou une adresse IP sera anonyme et que tout le monde peut modifier l’encyclopédie qui est un amas composite de connaissances.

Continuer la lecture de Éloge de Wikipédia

Enjeux de la conservation des archives numériques sur le long terme

Bien qu’on puisse l’imaginer figée, la définition d’archives ne cesse pourtant jamais d’évoluer et de s’étendre. Les législateurs ouvrant périodiquement ce statut à de nouveaux domaines. La création de l’Institut National de l’Audiovisuel (Ina) en 1974, chargée de conserver les archives de la télévision et de la radio, en est un exemple. Pour l’État, l’enjeu de cet élargissement sémantique régulier est lié l’adoption de nouveaux supports documentaires dans ses administrations.

La question de l’archivage électronique, également appelé « e-archivage », se pose alors en vue de la place que celui-ci a pris dans nos sociétés. Cette importance se vérifie par exemple dans le domaine légal et juridique : depuis la loi du 13 mars 20001, l’État reconnaît la même valeur probante à l’écrit sous forme électronique que l’écrit sur support papier.

Continuer la lecture de Enjeux de la conservation des archives numériques sur le long terme

  1. https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000399095&categorieLien=id []

Parcourir l’histoire au présent ou transmettre le passé au musée

 » Le musée doit être un point de départ et non pas seulement un lieu où l’on vient : le musée n’est pas qu’un bâtiment. « 

Alpha Oumar-Konare, président de l’ICOM, 19921

Alors que les musées gardent une certaine image de « temples » intimidants et que plane toujours l’inquiétude d’une désaffection des publics, les professionnels multiplient les initiatives pour faire vivre les musées en mettant à profit les apports de la mondialisation et du numérique. Ann Blanchet, conservatrice au Musée d’histoire de Marseille, a abordé avec nous quelques uns de ces nouveaux enjeux et pratiques de médiation dans le cadre du Master 2 « Métiers des archives et des bibliothèques, médiation de l’histoire et humanités numériques ».

Ad museum : attirer au musée…

Les musées se définissent avant tout par deux missions corrélées : la conservation de collections pour leur mise à disposition à des fins d’études, d’éducation et de plaisir ((Le Code du Patrimoine (livre IV) donne une Continuer la lecture de Parcourir l’histoire au présent ou transmettre le passé au musée

  1. Citation extraite d’un entretien avec Roland Arpin dans « Laisser les musées aller aux limites de leur créativité et de leurs audaces », in Forces, 1992, n°98, 94 p. []

Le label « musées de France » : le défi des musées d’aujourd’hui et de demain

Le 15 Octobre 2013, le Ministère de la Culture et de la Communication a publié la liste des « musées de France ». Ann Blanchet s’intéresse à la fonction du musée dans la société. Retour sur la place du musée en France.

Du cabinet de curiosité destiné aux personnes les plus aisées et privilégiées des XVI-XVIII° siècles, aux musées arborant le territoire français, les collections d’objets suscitent des intérêts multiples, tels qu’intellectuel, social et culturel par exemple. Le point commun le plus évident que l’on peut assimiler entre le cabinet de curiosité et le musée tel que nous le connaissons aujourd’hui, est leur vocation éducative. Peu importe les objets qu’elles renferment, les collections sont vouées à sortir du secret. Continuer la lecture de Le label « musées de France » : le défi des musées d’aujourd’hui et de demain

MARSEILLE : UNE VILLE QUI LAISSE PLACE A L’IMAGINAIRE COLLECTIF

Le 30 septembre s’est tenue une journée d’étude à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme à Aix-en-Provence, portant sur le thème « Imaginaires en Méditerranée : la part incontournable de l’archive ». J’ai assisté à cette journée en tant qu’étudiante de Master 2 Métiers des archives et des bibliothèques, médiation de l’histoire et humanité numérique. L’intervention de madame Céline Regnard, maître de conférence en histoire contemporaine à l’université d’Aix-Marseille, m’a particulièrement interpellé. En effet, elle pose les idées reçues sur Marseille qui s’insèrent dans les représentations collectives de cette ville en se basant sur différentes sources (tels que les textes, les documents iconographiques…). Elle nous pousse à nous questionner à la fois sur l’origine, les mécanismes et l’héritage des représentations de Marseille. C’est au travers de la représentation du crime et en partant d’une revue que nous verrons cet imaginaire sur Marseille.

Continuer la lecture de MARSEILLE : UNE VILLE QUI LAISSE PLACE A L’IMAGINAIRE COLLECTIF