Tous les articles par promotion20212022

Les outils de l’interopérabilité: les intérêts du format de fichier csv

Dans le cadre du master Métier des archives, des bibliothèques et humanités numériques, l’axe d’enseignement « Médiation des publics et Humanités numériques » prépare les futurs professionnels des archives et des bibliothèques aux nouvelles pratiques de description documentaire, transformées et enrichies par l’apparition d’une multitude d’outils numériques. Ce billet synthétise les avantages d’un format de fichier ouvert et indépendant : le CSV (comma separated values), pour la diffusion et l’utilisation des connaissances des sciences humaines et sociales.

Si rédiger et partager des notices descriptives accompagnant les ressources constitue le cœur des métiers de la documentation, ce n’est qu’avec l’essor du web ces vingt dernières années que les enjeux de leur diffusion et de leur réutilisation, au-delà de la simple mise en ligne, ont pris une importance considérable. Continuer la lecture de Les outils de l’interopérabilité: les intérêts du format de fichier csv

Les enjeux de la production archivistique dans la (re)construction des mémoires

Dans le cadre du master Métiers des archives, des bibliothèques et humanités numériques, deux cours en particulier de l’axe Médiations et humanités numériques ont retenu notre attention délivrés par Claire Cialone Grégoire et Maryline Crivello. Pour les mettre en avant, nous avons choisi d’aborder la question du rôle du langage contrôlé dans la perception des enjeux historiographiques par les archivistes et bibliothécaires, et, en lien, le traitement des documents.

Les langages documentaires font partie intégrante des métiers des archives et des bibliothèques. Leur objectif est de faciliter la recherche et le repérage des informations pour les usagers. Pourtant,  ces dernières n’ont pas toujours conscience des conséquences et des effets de ce vocabulaire sur les accès aux archives notamment pour ce qui a trait à la représentation de la mémoire et dans les constructions venant alimenter les mémoires collectives1.

Continuer la lecture de Les enjeux de la production archivistique dans la (re)construction des mémoires

  1. Ketelaar, Eric, « (Dé) Construire l’archive », Matériaux pour l’histoire de notre temps, 2006/2 (n° 82), p. 65-70. [En ligne], consulté le 17 janvier 2022 URL : https://www.cairn.info/revue-materiaux-pour-l-histoire-de-notre-temps-2006-2-page-65.htm ; DOI : https://doi.org/10.3917/mate.082.0065 []

S’interroger sur les usages de l’archive en ligne à travers la vidéo de NOTA BENE pour la chaîne INA Histoire.

À l’ère d’internet, « de quelle manière mettre à profit la richesse des collections patrimoniales pour toucher et ramener ce vaste public auprès des acteurs traditionnels de l’étude du passé, archives, bibliothèques, universités et musées en tête. »1. Dans ce sens, la production de contenu audiovisuel, afin de valoriser les archives sur le web, pose la question des bonnes pratiques, de leur statut ainsi que des usages et des mésusages de l’archive lors de leur médiation en ligne.

L’intervention de Sophie Gebeil, sur le thème « Archives, histoire à l’ère d’internet : de la numérisation à l’archivage du web » dans le cadre du M2 « Métiers des archives et des bibliothèques, médiations de l’histoire et humanités numériques », s’articule, entre autres, autour de la mise en scène des archives sur le web. L’étude de ce thème nous amène à nous interroger sur l’utilisation de l’archive en ligne dans une perspective de médiation de l’histoire. La vidéo YouTube de NOTA BENE, une chaîne de vulgarisation de l’histoire animée par Benjamin Brillaud, publiée pour la chaîne INA Histoire nous a servi d’exemple.

Bonnes pratiques de l’utilisation des archives audiovisuelles

Nombreuses sont les archives numérisées dans le domaine des humanités numériques, accessibles sur le Web, et utilisées par les historiens qu’ils soient professionnels ou amateurs. L’Institut national de l’audiovisuel (Ina) en met de nombreuses à disposition. L’institut propose à un public visé et accrédité de lire du contenu audiovisuel qui compose leur fonds professionnel ou le dépôt légal, conformément à la loi DADVSI (droit d’auteur et droits voisins dans la société de l’information).

À travers leurs recherches, les lecteurs rencontrent des vidéos accompagnées de multiples données et lorsqu’elles sont appliquées, les bonnes pratiques développées par les acteurs de la médiation historique apportent une meilleure visibilité de la source. Qu’entend-t-on par “bonnes pratiques” ? Il s’agit avant tout de bien citer sa sourcer, c’est-à-dire mentionner sa date, son auteur, son lieu de création, sa durée, etc., de la décrire, d’identifier son format d’origine et de la sourcer en utilisant une URL stable. Il est également nécessaire de prendre en compte les droits des biens culturels afin d’utiliser l’archive. Ces bonnes pratiques sont particulièrement bien décrites dans le domaine des humanités numériques avec les principes FAIR (Findable, Accessible, Interoperable, Reusable). Ces principes visent à rendre les données facilement accessibles, compréhensibles, interopérables et réutilisables. Ils sont aujourd’hui recommandés pour les données de recherche et tendent à s’appliquer aux ressources numériques relatives à une activité scientifique en accès ouvert2.

Usages et mésusages de l’archive : exemple avec la vidéo YouTube de NOTA BENE pour la chaîne de INA Histoire

La vidéo réalisée par NOTA BENE sur la chaîne INA Histoire a pour objectif de proposer un autre regard sur Mai 68. Quels sont alors les usages ou les mésusages des archives dans cette production audiovisuelle ? Ici les archives de l’INA qui ponctuent la vidéo sont principalement utilisées en tant qu’illustration. Les sources des divers extraits ne sont pas mentionnées. Il est donc impossible de connaître les producteurs des images ainsi que leur point de vue. Ce constat est dommageable puisque « Les créateurs d’images fabriquent, parfois intentionnellement, des archives. »3. Dans le même sens, l’internaute ne dispose d’aucun lien renvoyant vers l’intégralité des reportages dont sont issus les passages qui s’intercalent avec les apparitions du youtubeur Benjamin Brillaud. Sont aussi absents les crédits. En somme, la personne qui regarde ce contenu ne peut contextualiser ou bien accéder aux archives, car toutes les bonnes pratiques ne sont pas respectées.

Recontextualisation des archives

Les manquements que nous venons de soulever dans cette vidéo ne sont pas isolés, ils se retrouvent fréquemment dans d’autres contenus audiovisuels de médiation de l’histoire. L’article « Images, lettres, sons » paru dans la revue Vingtième siècle. Revue d’histoire le souligne en s’appuyant sur le documentaire « historique » Apocalypse diffusé sur France 2 en 2009. Ces entorses aux bonnes pratiques entraînent parfois des dérives comme la recontextualisation des archives audiovisuelles. Cette notion de recontextualisation a été développée par le sémiologue Matteo Treleani. Ce dernier rassemble sous ce concept l’idée selon laquelle « La rediffusion des archives est fondée sur trois phénomènes conjoints (…) : un changement d’époque (de réception et de production), un changement de support de diffusion et une intention donnant un sens au document lors de ces mutations.»4.

Nous voudrions conclure en soulignant l’intérêt que les youtubeurs pourraient avoir à suivre les bonnes pratiques indispensables pour garantir la qualité de leurs contenus et des modalités de médiations de l’histoire afin d’éviter une recontextualisation inadéquate des archives.

 

Ce billet a été rédigé par Maëva Campourcy et Juliette Jamet, étudiantes en M2 Histoire, civilisations, patrimoine parcours « Métiers des archives et des bibliothèques, médiation de l’histoire et humanités numériques. ».

Pour citer ce billet de blog : Maëva Campourcy, Juliette Jamet,  «S’interroger sur les usages de l’archive en ligne à travers la vidéo de NOTA BENE pour la chaîne INA Histoire.», Métiers des archives et des bibliothèques : médiation de l’histoire et humanités numériques [carnet de recherche], 16 février 2022. [En ligne] URL :  https://masterabd.hypotheses.org/?p=9175

Image mise en avant : capture d’écran de la vidéo YouTube de NOTA BENE sur la chaîne INA Histoire (https://www.youtube.com/watch?v=Kda4S3OXuPo&t=89s). Cette image est libre de droit.

 

Bibliographie

Grandjean M., « Mise en scène de l’histoire sur les réseaux sociaux, pratiques et limites » dans Le Temps des médias, n° 31, 2, 2018, p. 157.

https://www.cairn.info/revue-le-temps-des-medias-2018-2-page-156.htm

Laot F. F., « Maeck J. et Steinle M. (dir.), 2016, L’image d’archives. Une image en devenir, PUR, 339 p. » dans Images du travail, travail des images [En ligne], 5, 2018. (consulté le 7 janvier 2022)

https://journals.openedition.org/itti/916

Daviet J.-P., « Images, lettres et sons » dans Vingtième Siècle. Revue d’histoire, n° 107, 3, 2010, p. 171-186.

https://www.cairn.info/revue-vingtieme-siecle-revue-d-histoire-2010-3-page-171.htm

  1. Grandjean M., « Mise en scène de l’histoire sur les réseaux sociaux, pratiques et limites » dans Le Temps des médias, n° 31, 2, 2018, p. 157. []
  2. https://www.ccsd.cnrs.fr/principes-fair/ (consulté le 7 janvier 2022) []
  3. Laot F. F., « Maeck J. et Steinle M. (dir.), 2016, L’image d’archives. Une image en devenir, PUR, 339 p. » dans Images du travail, travail des images [En ligne], 5, 2018. (consulté le 7 janvier 2022) []
  4. Treleani M. «Chapitre 1. La recontextualisation des archives audiovisuelles » dans Mémoires audiovisuelles : Les archives en ligne ont-elles un sens ?, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, 2014. []

Observatoire transmedia +

À l’heure où l’information est constamment relayée et où le web devient une plateforme majeure pour les médias d’actualité, il est parfois difficile de connaître la provenance des informations et la façon dont elles sont reprises dans les différents médias. 

C’est dans ce contexte qu’est né un projet de recherche et un outil nommé  “Observatoire Transmédia” à l’Institut national de l’audiovisuel. Celui-ci permet, notamment aux chercheurs, d’analyser les médias et leur contenu de façon précise malgré la quantité titanesque des informations. Nous avons voulu en savoir plus sur cet outil et le présenter dans ce billet.1

Continuer la lecture de Observatoire transmedia +

  1. Outil présenté lors d’un cours donné à l’Ina Méditerranée par Mme Gillery. Cours suivit dans le cadre du Master 2 Métiers des archives et des bibliothèques. Médiation de l’histoire et humanités numériques à Aix-Marseille Université. []

Le patrimoine culturel immatériel en Syrie : un défi pour survivre

Nombreux sont ceux qui s’interrogent sur le sort du patrimoine culturel de la région arabe, espace de multiples conflits armés passés et actuels. Le défi réside entre la sécurité des civils et la protection de son patrimoine culturel afin de préserver l’identité des peuples et l’histoire de cette zone de peuplement millénaire. Le patrimoine culturel immatériel – incluant notamment les expressions et les traditions lyriques orales- est considéré comme très vulnérable. Continuer la lecture de Le patrimoine culturel immatériel en Syrie : un défi pour survivre

Les reconstitutions historiques dans la franchise Assassin’s Creed

            Dans le cadre du cours intitulé « Les formes de transmission de l’histoire au musée » donné par Ann Blanchet, conservatrice des musées de la ville de Marseille, nous avons choisi d’aborder la thématique des reconstitutions historiques des jeux vidéo Assassin’s Creed, en s’intéressant tant au processus de création qu’aux usages de celles-ci.

La franchise du jeu vidéo Assassin’s Creed, développée par l’entreprise française Ubisoft, connaît dès ses débuts, et jusqu’à aujourd’hui, un succès commercial considérable. Depuis la sortie du premier opus en 2007, il est proposé aux joueurs du monde entier de revisiter les grandes périodes de l’histoire pouvant aller de l’Antiquité à l’époque contemporaine. 

Dans ce jeu vidéo, qualifié de « fiction spéculative » en 2006 par sa productrice Jade Raymond1, un scénario imaginaire se juxtapose sur la réalité historique, mêlant ainsi théorie du complot et science-fiction par le biais de l’Animus, machine permettant d’explorer la mémoire génétique d’un sujet. À travers ces explorations dans le temps, on découvre ainsi la lutte intestine que se livrent la Confrérie des Assassins et l’Ordre des Templiers quant à l’avenir de l’Humanité. 

Outre l’aspect purement divertissant, Ubisoft propose des reconstitutions réalistes de monuments historiques célèbres réalisées à l’aide de la modélisation 3D. Celles-ci sont soumises au joueur par le biais de l’open world2, lui laissant ainsi la possibilité d’explorer à l’aide d’un personnage un monde aujourd’hui révolu. De prime abord, cette immersion dans l’histoire pourrait être un bon outil de vulgarisation scientifique pour le grand public. 

Quelle part de véracité peut-on accorder aux reconstitutions historiques des jeux Assassin’s Creed, alors même que celles-ci sont créées au profit d’un scénario fictif ?

Continuer la lecture de Les reconstitutions historiques dans la franchise Assassin’s Creed
  1. « Assassin’s Creed : Interview de Jade Raymond », sur xboxgazette.com, 6 octobre 2006. URL : http://www.xboxgazette.com/interview_assassins_creed.php (consulté le 28/11/21). []
  2. Traduction française : « monde ouvert ». Définition : « Il s’agit d’une technique de level design assez particulière, qui consiste à créer un monde gigantesque, uni et donnant l’impression d’être vivant. En somme, on essaye de reproduire un véritable petit monde, rempli de ses propres personnages, aventures et paysages, tous accessibles avec très peu de restrictions imposées au joueur. » URL : https://www.campus-des-ecoles.fr/gaming/actus/open-world-level-design-liberte/ (consulté le 24/11/21). []

L’indexation à l’épreuve de la valorisation des thématiques LGBTQI+ dans les bibliothèques

« Our letters were burned, our names blotted out, our books censored, our love declared unspeakable, our very existence denied »

« San Francisco Lesbian and Gay History Project » flyer (circa 1979)1

Les chercheurs et chercheuses qui se sont intéressés à l’essor des mouvements de libération sexuelle d’après-guerre ont régulièrement souligné les liens qui unissent affirmation d’une identité minoritaire et production documentaire2. Ils ont en revanche moins étudié la façon dont ces mouvements ont pu s’appuyer sur la politisation de ce qu’avec Jean-Michel Salaün on pourrait appeler la « documentarisation »3 des ressources ainsi produites. Pourtant, comme l’ont montré des chercheurs tels que Gerard Koskovich ou James V. Carmichael4, aux États-Unis, dès les années 1970, ces mouvements ont fait de la conservation et de la valorisation des collections des bibliothèques et des fonds d’archives un enjeu politique. Ces mobilisations se sont concrétisées par le développement de bibliothèques et d’archives communautaires et par l’apparition de groupes d’intérêts à l’intérieur des associations de professionnels de l’information qui ont travaillé à rendre les bibliothèques plus inclusives.

Continuer la lecture de L’indexation à l’épreuve de la valorisation des thématiques LGBTQI+ dans les bibliothèques

  1. GLBT Historical Society (San Francisco), San Francisco LGBT Groups Ephemera Collection (collection no. GRP EPH), folder : “San Francisco Gay and Lesbian History Project, 1979–1983.” []
  2. À titre d’exemple, on peut citer le travail de John D’Emilio, en particulier le chapitre 7 de son ouvrage publié en 1983. John D’Emilio, 1983, Sexual politics, sexual communities: the making of a homosexual minority in the United States, 1940-1970, Chicago, University of Chicago Press, 1983, 257p. []
  3. « Documentariser, c’est ni plus ni moins traiter un document comme le font, ou le faisaient, traditionnellement les professionnels de la documentation (bibliothécaires, archivistes, documentalistes) : le cataloguer, l’indexer, le résumer, le découper, éventuellement le renforcer, etc. […] L’objectif de la documentarisation est d’optimiser l’usage du document en permettant un meilleur accès à son contenu et une meilleure mise en contexte », Jean-Michel Salaün, « La redocumentarisation, un défi pour les sciences de l’information », Études de communication [En ligne], 30 | 2007, mis en ligne le 01 octobre 2009, consulté le 31 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/edc/428 ; DOI : https://doi.org/10.4000/edc.428 []
  4. Gerard Koskovich, « The History of Queer History : One Hundred Years of the Search for Shared Heritage », in National Park Foundation et National Park Service, LGBTQ America : A Theme Study of Lesbian, Gay, Bisexual, Transgender, and Queer History, National Park Foundation, Washington DC, 2016. Ouvrage consulté le 31 décembre 2021, https://www.nps.gov/subjects/lgbtqheritage/upload/lgbtqtheme-heritage.pdf. James V. Carmichael (dir.), Daring to find our names: the search for lesbigay library history, Greenwood Press (Beta Phi Mu monograph series), Westport, Conn, 1998, 251p. []

Transition bibliographique : améliorer la visibilité des catalogues de bibliothèques. L’exemple de la modélisation IFLA LRM

Lorsque l’on effectue une recherche par mots-clés sur Google, les catalogues des bibliothèques font rarement partie des premiers résultats affichés. La réflexion sur les moyens d’améliorer la visibilité des catalogues en ligne dans le web de données s’est concrétisée en France sous la forme, en 2015, du programme Transition bibliographique. Lors de son cours intitulé “Usages du numérique dans le travail quotidien du bibliothécaire : récolement, référentiels, analyse qualité, catalogage”, donné dans le cadre de l’axe Médiations de l’histoire et humanités numériques, Nathalie Savarit, bibliothécaire assistante spécialisée avec la fonction de coordinatrice SUDOC et administratrice du SIGB1 Koha, a exposé à la promotion de M2 les enjeux et les modalités de mise en place de ce programme. Continuer la lecture de Transition bibliographique : améliorer la visibilité des catalogues de bibliothèques. L’exemple de la modélisation IFLA LRM

  1. Système intégré de gestion de bibliothèque []