La place de l’historien dans la société

Dans le cadre d’un cours donné par madame Maryline Crivello, professeur d’Histoire, aux étudiants de Master 2 « Métiers des archives et des bibliothèques, médiation de l’histoire et humanités numériques » et portant sur la médiation de l’histoire et les usages publics du passé, le thème de la place de l’historien dans la société a  fait l’objet d’une réflexion.

En effet, Maryline Crivello est une spécialiste de ce domaine. Pour citer quelques-uns de ces travaux, elle est à l’origine de publication tel que Concurrence des passées. Usage politiques du passé dans la France contemporaine, et elle collabore au carnet de recherche MUSE (Mémories and USEs of history – Mémoires et usages de l’histoire dans l’espace public).

Etre un historien, du point de vue scientifique

Pour pouvoir comprendre la place donnée à l’historien et à l’Histoire dans la société, il est nécessaire d’évoquer ce que signifie être historien pour la communauté universitaire. En effet, comme nous allons le constater, l’Histoire n’est plus seulement l’usage de l’historien. Il est alors important pour les historiens de définir leurs prérogatives sur ce champ disciplinaire.

Ces réflexions sur l’historien et son devoir envers l’Histoire en tant que science, sont portées par deux courants historiographiques : l’école méthodique (fin XIXe siècle) et l’école des Annales ( début XXe siècle). Toutes deux définissent les objectifs et les méthodes de travail de l’historien. A partir de ces positionnements, l’historien peut être considéré comme un expert dans son domaine et possédant des compétences scientifiques reconnues. L’historien Olivier Dumoulin dans son ouvrage Le rôle sociale de l’historien, de la chair au prétoire énonce les principes devant être rigoureusement suivis par l’historien dans ses recherches. Il doit savoir critiquer et prendre de la distance avec ses sources afin de rester le plus impartial possible dans son discours.

En effet, les discours, menés par les historiens sur le passé permettent d’éclairer le présent. Le rôle de l’historien est d’aider à faire comprendre ce passé et non de l’interpréter. Dans un article sur les controverses de l’Histoire coloniale, Claude Liauzu, professeur universitaire à l’université Denis Diderot, Paris VII s’appuie sur Marc Bloch pour rappeler l’importance de cette vision de l’Histoire pour les historiens : « Marc Bloch assignait à l’histoire le but de comprendre et faire comprendre. Non pas de proclamer la vérité, mais de proposer des faits établis à partir des règles de la critique historique en sachant que les interprétations sont subjectives. L’Histoire n’est pas une science tout à fait exacte, cela implique beaucoup de modestie. Mais aussi beaucoup de rigueur. »[1].

Aula Marc Bloch, Palais universitaire de Strasbourg

 

La fonction sociale de l’historien

Seulement, les historiens n’ont pas la prérogative des discours sur l’Histoire. L’interprétation du passé est désormais aux mains d’acteurs de la société qui se l’approprient : politiciens, écrivains, cinéastes, journalistes ou encore les témoins.[2]

Cette appropriation se perçoit, par exemple, à travers une forte demande sociale pour tenter de mieux comprendre le passé et répondre à des questions au présent d’ordre mémoriel ou identitaire. En effet, depuis les années 1980, l’historien est sollicité, en tant qu’expert, par la société pour s’exprimer lors d’événements publics tels que les commémorations (par exemple le bicentenaire de la Révolution Française ) ou débats publics (tels que la question du « génocide vendéen » ) mais également lors d’émissions télévisées ( Secret d’Histoire ) ou radiophoniques ( La marche de l’Histoire ), permettant de vulgariser l’Histoire.

Ainsi, Maryline Crivello, dans son article « Récits publics de l’histoire et scénographie du passé des années 1970 à nos jours » publié dans la revue Faire-Savoirs: Sciences de l’Homme et de la Société en Provence-Alpes-Côte d’Azur, met en évidence cette mutation du travail de l’historien. La transmission de l’Histoire par les historiens se rapproche de plus en plus d’un modèle de communication horizontale, à l’image des exemples donnés précédemment. En effet, cette utilisation des médias leur permet de porter un discours sur la mémoire tout en lui conférant une dimension historique.

L’historien, un « expert » du passé ?

Cette reconnaissance, par la société, de l’historien en tant qu’expert s’exprimant sur des évènements passés, lui confère un statut de témoin dans un cadre juridique.

Maryline Crivello prend l’exemple de procès comme celui de Maurice Papon condamné pour crime contre l’humanité, afin de montrer pourquoi les historiens sont appelés à témoigner. Leurs participations sont justifiées par la difficulté, pour les tribunaux, d’avoir accès aux archives (délais de communicabilité, obtention de dérogation…). En tant que traces du passé, elles peuvent devenir des preuves juridiques. En effet, les historiens sont des « professionnels des archives » d’après Olivier Dumoulin [3], car l’utilisation de ce type de document est primordiale dans leurs recherches. Ils y ont plus facilement accès et peuvent rendre compte publiquement de leur contenu en mettant toute la distance que leur formation universitaire leur permet.  

De la même façon, d’après l’historien Nicolas Beauprés de l’université Blaise Pascal, de Clermont Ferrant, les historiens endossent aussi ce rôle de témoin du passé lors des événements commémoratifs. Dans son article La Grande Guerre : du témoin à l’historien, de la mémoire à l’histoire ?, il fait remarquer que face à la disparition des témoins de cette époque, notamment celle des poilus, les historiens prennent leurs places en tant que témoins. C’est à leur tour que revient la mission de transmettre ces récits datant de la Grande Guerre, afin qu’ils ne disparaissent pas.

Descendants de soldats allemands et anglais de la Première Guerre mondiale lors de l’inauguration du mémorial de la trêve de Noël  de 1915

 

L’historien, un réconciliateur de mémoires conflictuelles ?

L’autre rôle conféré à l’historien est celui d’agir en réconciliateur concernant les conflits de mémoire agitant la société. Le XXe siècle est marqué par des traumatismes mémoriels. L’Etat français a choisi de passer sous silence certains événements de l’Histoire comme le régime de Vichy ou de la  guerre d’Algérie.

Dans le cas de la guerre d’Algérie, il s’agit de réconcilier la mémoire nationale avec le passé colonial de la France. L’historien Claude Liauzu, qui a étudié ce conflit mémoriel, explique qu’il est difficile de travailler sur une Histoire, dite proche lorsqu’elle concerne des événements récents. En effet, les archives sont soumises à des délais de communication plus ou moins longs. Ils doivent alors se tourner vers les témoignages qui sont empreints des revendications mémorielles des communautés concernées[4]. L’historien, se devant de garder une certaine impartialité et un recul sur les événements historiques apparaît alors comme le meilleur intermédiaire pour aider à une réconciliation mémorielle.

Maryline Crivello explique également cette complexité de restituer l’ensemble des récits sans porter le moindre jugement. Ceci demande de posséder des connaissances historiques sur les événements mais également de comprendre leurs interprétations dans la société. Aussi, pour un historien de la mémoire, cela signifie de prend en considération les diverses formes et visions données à l’Histoire déterminé par son champ de recherche.

C’est en rappelant le devoir d’Histoire, et non mémoriel, de la société et des historiens que Claude Liauzu, Daniel Hémery, maîtres de conférences à l’université Denis Diderot, Paris VII et Arnaud Nanta, terminent leur article « Faire valoir le devoir d’histoire » : « Par-delà la tyrannie des entreprises de mémoire (et d’oubli), ce qu’il faut promouvoir, c’est le devoir d’histoire. La critique historique des temps coloniaux (et il ne saurait s’agir de simples dénonciations) doit occuper toute sa place à chaque échelon de l’enseignement et de la recherche. Il faut aussi refondre les programmes de l’histoire enseignée et de la recherche dans le sens d’une histoire mondiale rigoureuse, celle de toutes les civilisations, des nations, des sans-patrie, de l’histoire totale. Dans le sens encore de l’entrée dans la conscience sociale française et européenne du passé des immigrations et des migrants ».

Éléonore Gallego

Maryline Crivello

Notes

[1][4] LIAUZU, Claude, « Entre mémoires et histoire : controverses sur les enjeux du passé colonial », Matériaux pour l’histoire de notre temps [en ligne], 2007/1 (N° 85), p. 27-32. (https://www-cairn-info.lama.univ-amu.fr/revue-materiaux-pour-l-histoire-de-notre-temps-2007-1-page-27.htm) [consulté le 30 décembre 2017].

[2] CRIVELLO, Maryline « Récits publics de l’histoire et scénographie du passé des années 1970 à nos jours. », Faire-Savoir s: Sciences de l’Homme et de la Société en Provence-Alpes-Côte d’Azur, Association A.M.A.R.E.S éditions, 2016, pp.9-16.

[3] LE Roux, Muriel « Le rôle social de l’historien, de la chaire au prétoire », La revue pour l’histoire du CNRS [En ligne], 9 | 2003, mis en ligne le 07 mars 2006, (http://journals.openedition.org/histoire-cnrs/422) [consulté le 30 décembre 2017].

Bibliographie

BEAUPRÉ, Nicolas, « La Grande Guerre : du témoin à l’historien, de la mémoire à l’histoire ? », Témoigner. Entre histoire et mémoire [en ligne], 118 | 2014, mis en ligne le 01 octobre 2015 (http://journals.openedition.org.lama.univ-amu.fr/temoigner/900) [consulté le 30 décembre 2017].

Le Roux, Muriel « Le rôle social de l’historien, de la chaire au prétoire », La revue pour l’histoire du CNRS [en ligne], 9 | 2003, mis en ligne le 07 mars 2006 (http://journals.openedition.org/histoire-cnrs/422)[consulté le 30 décembre 2017].

LIAUZU, Claude, « Entre mémoires et histoire : controverses sur les enjeux du passé colonial », Matériaux pour l’histoire de notre temps [en ligne], 2007/1 (N° 85), p. 27-32 (https://www-cairn-info.lama.univ-amu.fr/revue-materiaux-pour-l-histoire-de-notre-temps-2007-1-page-27.htm) [consulté le 30 décembre 2017].

LIAUZU, Claude, HEMERY, Daniel, NANTA, Arnaud, « Faire valoir le devoir d’histoire », Libération [en ligne], 14 Juin 2006 (http://www.liberation.fr/tribune/2006/06/08/faire-valoir-le-devoir-d-histoire_44028 ) [consulté le 30 décembre 2017].

Crédit Photo :

Image à la une : « My Messy Moleskine », auteur Alexandre Dulaunoy, creative commons attribution share alike 2.0 generic (CC BY SA 2.0), Flickr.

« Strasbourg Palais universitaire Aula Marc Bloch Mars 2013 », auteur Claude Truong-NGOC, creative commons attribution share alike 3.0 unported (CC BY 3.0), Wikimedia Commons.

« Christmas Truce memorial ceremony 2008 », auteur Alan Cleaver, creative commons attribution 2.0 generic (CC BY 2.0), wikimedia commons.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.