Image mise en avant

Principes FAIR et défis pour leur application dans le domaine des arts et humanités

Les principes FAIR1 ne sont pas des règles à appliquer de manière rigide et mécanique mais plutôt des recommandations, des lignes directrices pensées pour toutes les données de recherche, donc aussi pour celles produites dans le domaine des humanités.

Étudiante en Humanités2, je me suis demandée quelles étaient les difficultés qu’un chercheur en sciences humaines pouvait rencontrer dans l’interprétation et l’application de ces directives et pour essayer d’être concrète, je vous propose de revenir sur un cas pratique, un projet de recherche de l’Université de Bergame, en Italie. Il s’agit d’une petite archive numérique dans le cadre de l’histoire de l’art et du costume qui a fait l’objet de quelques séminaires sur le thème des humanités numériques.

Informative image
Les principes FAIR (source: licence CC-0)

Le projet ARTE | MODA ARCHIVE

ARTE | MODA ARCHIVE est un projet de recherche de l’Université de Bergame qui développe une archive d’images relatives à des peintures datées du début du XIVème à la fin du XIXème siècle. Son objectif est de  favoriser la connaissance de l’évolution de la mode et du costume tout au long de ces cinq siècles. Le projet est né il y a quinze ans au sein du le Centre de recherche d’athénéé des Arts Visuels (CAV3 ) de l’université bergamasque, dans le cadre des humanités numériques afin de, comme l’écrit la professeure Franca Franchi :

diffuser une culture interdisciplinaire à la fois avec des méthodes traditionnelles (expositions et autres activités en direct) et innovantes/multimédias, avec notamment attention à l’utilisation des plateformes web et de la réalité virtuelle4.

En effet, connaître les transformations de la robe et de ses accessoires au fil du temps n’est pas simple. Les informations à notre disposition sont limitées : les peintures et, notamment, les portraits, sont la source iconographique documentaire la plus importante. Dans ce projet, chaque œuvre d’art est traitée comme un véritable document historique, un pur témoignage visuel permettant de reconstituer l’histoire vestimentaire européenne. Le choix a été fait de se concentrer sur l’Europe5, entre l’émergence de la robe, comme vêtement datant du bas Moyen Âge défini par une coupe vestimentaire technique, et celle de la photographie qui a remplacé les portraits.6

Afin de créer un catalogue, il a fallu sélectionner les peintures datées avec certitude, pour que les chercheurs, les universitaires mais aussi aux passionnés, puissent reconstruire une histoire de la mode qui intègre des comparaisons stylistiques fruit des transformations des vêtements à chaque siècle.

L’archive ARTE | MODA peut  être exploré à travers une double modalité : en recherchant directement entre les œuvres ou à travers un répertoire thématique. La recherche parmi les œuvres peut être affinée en sélectionnant un artiste ou sur la base de coordonnées espace-temps, ce qui permet d’observer les changements de style au fil du temps dans une certaine zone géographique. Au contraire, la recherche à travers les sujets, présentés comme dans un glossaire7, divisé en différentes catégories, permet d’avoir une vue d’ensemble de toutes les œuvres dans lesquelles apparaît un certain élément vestimentaire. Il n’y a pas de barre de recherche libre car le site peut encore être optimisé mais il est déjà fonctionnel ;  la recherche guidée par les paramètres permet de bien s’orienter parmi la multiplicité d’oeuvres et d’artistes.

Une fois l’œuvre désirée sélectionnée, l’écran devant lequel on se trouve est divisé en trois blocs: le premier est constitué des métadonnées qui font référence à la peinture choisie8, le second est donné par l’oeuvre elle-même et le dernier se configure comme une description scientifique commentée9.

Les défis pour le chercheur en sciences humaines 

Quelles difficultés et défis un chercheur en sciences humaines peut-il rencontrer dans l’application et l’interprétation des principes FAIR? Cette question est née d’une tentative d’évaluation de l’archive ARTE | MODA à l’aide de ces principes, évaluation obtenue notamment grâce à l’utilisation de l’outil F-UJI10, développé dans le cadre du projet FAIRsFAIR11, qui a produit les résultats suivants:  

Capture d'écran de l’évaluation F-UJI de MODA|ARTE ARCHIVE
Résultats de l’évaluation par F-UJI (source: capture d’écran)

Comme le site a été conçu avant l’avènement de la réflexion FAIR, les résultats obtenus étaient assez prévisibles et bien que l’analyse de la machine doit être associée à l’interprétation humaine12, il est évident que l’archive peut être améliorée. Mais comment ? Quelles difficultés sont apparues dans le passé et pourraient encore émerger si l’on voulait le repenser ? 

Can the FAIR principles be transposed and applied to heritage collection objects? Not as such, but they are a good starting point.13

Koster, Woutersen-Windhouwer, FAIR principles for LAM Collections

Les directives FAIR peuvent potentiellement être suivies par tous ceux qui traitent avec des données de recherche. Dans le domaine des humanités, le premier obstacle réside dans l’idée qu’on a du concept de “donnée” dans l’imaginaire commun : une représentation quantitative et nouvelle liée au seul secteur des sciences. En revanche, dans le champ des sciences humaines, les données se présentent le plus souvent comme un assemblage d’autres informations préexistantes, de nature hétérogène, nécessitant un processus d’interprétation. Dans l’archive ARTE | MODA, peut-on considérer l’œuvre d’art dont on a tant parlé comme une donnée ? La description vestimentaire est-elle une donnée parce qu’elle apporte des éléments innovants ou une métadonnée par rapport à l’œuvre ? Bien identifier les données est fondamental et le chercheur en sciences sociales ne peut le faire qu’en sachant que ses données sont plus liées au concept de capta (ce qui est pris) qu’à celui de data (ce qui est donné). Data in arts and humanities is collected rather than generated14, mais cela ne signifie pas que data is a dirty word15 ou qu’avec un peu plus d’attention les principes FAIR ne peuvent pas être pris en compte. 

L’un des points forts de l’archive ARTE | MODA est la collaboration entre la réalité académique et les différents pôles muséaux italiens et internationaux établie grâce aux membres du comité scientifique qui étaient à la fois professeurs à Bergame et directeurs de certains de ces musées. Les chercheurs ont ainsi pu disposer de toutes les œuvres et de toutes les informations nécessaires. Cet aspect ne doit pas être sous-estimé : précisément parce que les données dans ce secteur ne sont pas des produits autonomes mais liés à la mémoire collective et aux pratiques sociales et culturelles, il est important que ce substrat ne se perde pas. Les sources à la base de la recherche détenues par des réalités qui n’appartiennent pas à the institutional landscape of academia16 produisent une partialité de l’information qui peut poser un problème en termes d’interopérabilité et réutilisabilité de l’information en endommageant researcher’s […] understanding of possibles use of sources17

 

(Source: licence CC-0)

L’archive MODA|ARTE n’aurait pas existé sans la version numérisée des œuvres d’art. Pour l’obtenir, l’Université de Bergame s’en est occupée directement, surtout dans le cas d’œuvres liées au territoire, mais elle a également recherché les institutions qui l’avaient déjà réalisé et a demandé les autorisations nécessaires. Le processus de numérisation pose trois défis : tout d’abord, ses coûts notables peuvent être une  barrière à la FAIRification. Deuxièmement, pour obtenir l’autorisation de numériser, il faut déterminer le statut de propriété des données, un défi difficile pour le nombre de sujets impliqués et pour les lois passées et actuelles qui pourraient avoir des répercussions dans le futur, même lorsque le propriétaire légal semble clairement identifiable. Bien que la devise aussi ouvert que possible, aussi fermé que nécessaire soit à la base des principes FAIR, ce type de problème pourrait compromettre l’interopérabilité et décourager la mise en ligne des métadonnées relatives aux ressources. Enfin, la numérisation implique également une certaine simplification : mettre à disposition seulement les fichiers numériques d’une oeuvre ne peut pas en restituer toute l’histoire et la conscience de la perte de cette richesse doit être transmise aux générations futures. Ne pas en être conscient peut avoir des répercussions sur la réutilisation des données, nous amenant à utiliser uniquement ce que nous trouvons facilement et à faire en sorte que ce qu’on a choisi de laisser silencieux le reste pour toujours.

On peut donc affirmer que dans le secteur des arts et humanités, les données brutes n’existent pas, ce sont plutôt des données qui portent avec elles des stratifications d’autres données, accumulées au fil du temps et pour lesquelles il est nécessaire de prendre des décisions au moment de la mise en ligne.

The creation of digital objects for arts and humanities research purposes is therefore not an innocent practice : […] the initial layer of interpreting, preparing and pre-processing cultural heritage data is therefore provided by the heritage institutions, a process that gives access to and enables other layers of analysis and knowledge creation resulted by the scholarly activities18

Tóth-Czifra, The risk of losing thick description

Dans les pratiques de production de la connaissance, cependant, ce continuum d’informations différentes se reflète à peine dans les pratiques d’infrastructure et de gestion des données : les données résultant de différents niveaux d’interprétation restent séparées et l’interopérabilité n’est donc pas favorisée. Bien que l’archive MODA|ARTE ait bénéficié de l’aide de différentes réalités muséales, ses informations sur l’œuvre d’art se limitent bien entendu à la reconstruction de l’aspect vestimentaire. Il serait souhaitable de déposer les métadonnées dans un entrepôt commun où les informations de l’archive pourraient être mises en relation avec d’autres informations concernant les œuvres elles-mêmes, en accord avec les principes FAIR.

Toutefois, les dépôts existants classés sous le label humanities, sont encore un tout petit nombre par rapport à ceux des autres disciplines scientifiques. A vrai dire, l’idée de partage des données de la recherche est moins affirmé dans ce domaine, peut-être aussi parce qu’il y a moins de demande. Rendre les données conformes aux normes et au modèle de données des entrepôts est une opération qui demande beaucoup de temps, d’argent et d’expertise. En conséquence, nous trouvons dans le domaine peu de les développeurs, peu de référentiels, et un cercle vicieux s’enclenche dans lequel the scattered landscape of subject repositories est préservé et the status of repository users as an invisible or slightly visible part of the wider disciplinary communities19 est maintenu. Sans culture du partage, les données ne peuvent pas avoir de vie sociale: pour éviter que cela ne se produise, il est essentiel d’inciter à suivre les standards internationaux, notamment en ce qui concerne les métadonnées.

Il convient toutefois de souligner la nécessité de trouver un compromis entre ce type d’approche et la nature des données qui ont une longue histoire de curation. In some cases, enforcing commitment to shared standards can lead to a similar loss of detail and information20 et cela peut se produire lorsque les données sont stockées dans de très grands projets de gestion de données, pas toujours adaptés aux petits ensembles de données créés par des chercheurs individuels. La perte d’informations, de ce qu’on appelle thick description21 pour une gestion incorrecte des données déposées dans ces entrepôts est préjudiciable à la rétention d’informations significatives pour les chercheurs. Pour rendre les ensembles de données vraiment réutilisables, il est nécessaire qu’ils deviennent autonomes de leur propre conservateur22: tout comme l’artefact échappe à son auteur et, sous la forme de son alter ego numérique, même par les institutions qui l’ont conservé, il faut aujourd’hui que les données de recherche produites sur lui s’émancipent de ceux qui y ont travaillé, mais en essayant de ne pas perdre de vue leur richesse.

Une dernière réflexion : en posant quelques questions à ceux qui ont travaillé à l’archive MODA|ARTE, j’ai remarqué beaucoup d’insécurité sur l’aspect de la gestion des données. Dans le domaine des sciences humaines, du moins pour ce que mon expérience en Italie me permet d’observer, très peu d’universitaires ont une formation leur permettant de mettre en dialogue leurs connaissances du secteur avec des compétences numériques. Les Humanités Numériques visent précisément ce but et bien sûr la question des principes FAIR émerge précisément dans ce panorama, si bien que les mêmes organismes qui se font promoteurs de ces directives23 soulignent la nécessité d’une formation sérieuse, continue et constante et cela exige naturellement aussi qu’il y ait des fonds à investir à disposition24. Les académiciens de l’Université de Bergame se sont occupés de l’activité de recherche mais la traduction des données au niveau numérique a été confiée à des tiers chargés de la conception et de la structure des archives à l’acte pratique. À ce jour, l’exigence d’une formation solide dans le domaine numérique se ressent avec plus de clarté et donc aussi à Bergame, dans les parcours de licence humanistes, les équipes pédagogiques ont décidé de donner de l’espace aux Humanités Numériques pour préparer les nouveaux esprits aux défis d’un monde en constante évolution ; collaborer au niveau européen serait une belle entreprise, comme avec ce cours que j’ai suivi cette année à Aix-Marseille Université.

Billet écrit par Chiara MORETTI, master en Cultures modernes comparées (Lettres) à l’Universitè de Bergame

Image à la une: Giacomo Borlone de Buschis, “Danza Macabra”, 1485, fresque, Oratorio dei Disciplini, Clusone (BG) (Source: licence CC BY-SA 3.0)

Pour citer ce billet: Moretti Chiara, “Principes FAIR et défis pour leur application dans le domaine des arts et humanités”, Carnets du master Métiers des archives et des bibliothèques: médiation de l’histoire et humanités numériques, 04 janvier 2023. URL: https://masterabd.hypotheses.org/9842 

 



Citer ce billet
promotion20222023 (2022, 5 décembre). Principes FAIR et défis pour leur application dans le domaine des arts et humanités. Métiers des archives et des bibliothèques : médiation de l'histoire et humanités numériques. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r9hx

  1. Les principes FAIR sont le fruit d’une réflexion qui s’est développée en 2014 à Liden (Pays-Bas) dans le cadre d’un workshop qui a pour résultat la publication du Data FAIRport open initiative. En 2016, la revue scientifique Scientific Data est parvenue à la formulation qui réunit les 4 lettre : Findable, Accessible, Interoperable, Reusable pour une production une gestion efficace et une réutilisation des données de recherche. []
  2. Je m’appelle Chiara et je suis une italienne en séjour Erasmus à Aix-en-Provence où j’ai suivi le cours Médiations de l’histoire et humanités numériques, dont la deuxième séance a été consacrée aux principes FAIR. Je suis inscrite à l’université de Bergame où j’ai obtenu ma licence en Lettres (parcours artistique) et où je fréquente maintenant un master dans le même domaine. []
  3. Le CAV a été créé en 2005 sur l’impulsion d’Alberto Castoldi, recteur et professeur émérite.  Depuis le 1er janvier 2021, un nouveau site est né qui a donné vie au groupe de recherche Arts & Humanities, qui travaille actuellement sur différents fronts. []
  4. Traduction de la version italienne consultable sur le site de l’Université de Bergame, dans la rubrique “Arts & Humanities []
  5. À quelques exceptions près à l’époque impérialiste où dans certains lieux, à  l’étranger, la mode est similaire à celle européenne. []
  6. Avec la diffusion de la photographie, la peinture et le genre du portrait perdent de leur importance et ils ne sont plus des media adaptés à l’étude du vêtement. Pour garantir l’homogénéité de l’archive, il a été préférable de ne pas traiter d’images photographiques. []
  7. La construction du répertoire thématique (par Massimiliano Cappella et Jane Bridgerman) a été assez complexe et a nécessité deux années de travail pour pouvoir englober également une variété terminologique liée à la territorialité pour laquelle un même vêtement peut avoir des noms différents, permettant ainsi une recherche rapide et efficace. []
  8. Il s’agit du titre, des dimensions, de la technique, du placement du sujet, de l’auteur et des thématiques, donc des éléments vestimentaires présents. []
  9. L’analyse est suivie du nom de l’auteur du compte rendu et d’éventuelles indications bibliographiques. []
  10. F-UJI est un des nombreux outils qui ont été créés pour favoriser le processus de FAIRification. Il s’agit d’un serveur web qui permet une évaluation programmatique des données de recherche au niveau des ensembles de données sur la base de mesures minimales (15) d’évaluation. []
  11. FAIRsFAIR (Fostering Fair Data Practices in Europe) est un projet lancé en 2019, visant à fournir des solutions pratiques pour l’utilisation des principes FAIR tout au long du cycle de vie des données de recherche. []
  12. “In addition to repository and services requirements, automated testing depends on clear machine assessable criteria. Some aspects (rich, plurality, accurate, relevant) specified in FAIR principles still require human mediation and interpretation […] for some of the metrics, the automated tests we proposed only inspect the ‘surface’ of criteria to be evaluated” (https://www.f-uji.net/index.php?action=about). []
  13. Lukas Koster, Saskia Woutersen-Windhouwer, FAIR Principles for Library, Archive and Museum Collections: A proposal for standards for reusable collections, 2018 (https://journal.code4lib.org/articles/13427) []
  14. Erzsébet Tóth-Czifra, The risk of losing thick description: Data management challenges Arts and Humanities face in the evolving FAIR data ecosystem, 2019, p. 12 (halshs-02115505). []
  15. Expression utilisée dans le texte de Jennifer L. Thoegersen (L. Thoegersen, “Yeah, I Guess That’s Data”: Data Practices and Conceptions among Humanities Faculty, Libraries and the Academy, 18 (2018), pp. 491–504) qui à conduit une enquête sur le sujet dans la faculté Humanities de l’Université du Nebraska-Lincoln. []
  16. E. Tóth-Czifra, The risk of losing thick description, p. 3, (halshs-02115505). []
  17. Ivi, p. 10, (halshs-02115505). []
  18. Ivi, p. 12 []
  19. Ivi, p. 16 []
  20. Ivi, p.18 []
  21. Locution empruntée à l’anthropologue Clifford Geertz dans Clifford Geertz, The Interpretation Of Cultures, New York: Basic Books, 1977), pp. 3–10 (https://is.muni.cz/el/1423/jaro2018/SOC757/um/clifford-geertz-the-interpretation-of-cultures.pdf) []
  22. Data re-use not only involves the disconnection of data from the people they represent but also from the researchers who collected them. Carlson, Samuelle, and Ben Anderson, ‘What Are Data? The Many Kinds of Data and Their Implications for Data Re-Use’, Journal of Computer-Mediated Communication, 12 (2007), p. 643 (https://doi.org/10.1111/j.1083-6101.2007.00342.x) []
  23. Voir par example: https://www.go-fair.org/training/ []
  24. The ideal digital resource should have access to good technical support, ideally from a centre of excellence in digital humanities. The ideal digital resource should recruit staff who have both subject expertise and knowledge of digital humanities techniques, then train them in other specialist techniques as necessary. The ideal digital resource should have access to short term funds to allow to retain expert staff between projects. Warwick, C., M. Terras, I. Galina, P. Huntington, and N. Pappa, Evaluating Digital Humanities Resources : The LAIRAH Project Checklist and the Internet Shakespeare Editions Project en Openness in Digital Publishing: Awareness, Discovery, and Access: Proceedings of the 11th International Conference on Electronic Publishing, Vienna, June 13-15, 2007, ed. par Leslie Chan and Bob Martens, pp. 302-303 (https://www.researchgate.net/publication/221436086_Evaluating_Digital_Humanities_Resources_The_LAIRAH_Project_Checklist_and_the_Internet_Shakespeare_Editions_Project) []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.