Photographie de la table de travail d'une archiviste de l'AFD, Abidjan

Les archivistes et les bibliothécaires de Côte d’Ivoire défient le numérique

Le développement du numérique pose à l’Afrique de nouveaux défis en ce qui concerne la préservation et la promotion des expressions culturelles1. Profiter des industries créatives implique à chaque citoyen (jeunes, adultes, hommes, femmes, appartenant ou non à une  minorités) d’avoir à son actif un large spectre de compétences pour s’adapter durablement à un monde qui ne cesse de se mouvoir par l’interconnectivité et l’interaction. Les cultures locales, dans leur diversité et leur unicité, dans leur fonction à la fois sociale et éducative participent à ce mouvement2. C’est dans cette optique qu’en tant qu’étudiante à Aix-Marseille université j’ai voulu saisir l’opportunité d’écrire mon mémoire de fin de cycle sur la place du numérique dans les métiers de l’information en Afrique et plus particulièrement  en Côte d’Ivoire.

La population de la Côte d’Ivoire est d’environ 27 millions d’habitants en 2022 et un peu moins de la moitié est connectée à Internet par des postes informatiques (12 millions d’usagers) tandis que presque la totalité (24 millions) est connectée par téléphone portable3 avec des niveaux de connectivité différents. Les usages numériques des communautés locales se font donc en grande partie autour de ces dispositifs sociotechniques de communication et d’information. Dans une culture de l’oralité, ces pratiques émergentes participent  à l’amélioration des pratiques de santé, au développement économique, à la consolidation des liens sociaux, à la valorisation des cultures locales comme à l’engagement citoyen. Ces objets agissent donc sur les sphères sociales, culturelles et politiques4.

Au cours de la dernière décennie, la téléphonie mobile s’est rapidement diffusée et implantée  en Côte d’Ivoire, et pas seulement dans les zones urbaines. En 2022, le pays affiche 166.05 % de taux de pénétration5. On estime le taux de couverture à 100 % dans les zones urbaines contre 36 % dans les villages : la porte d’accès à la modernité et à l’information dans les zones isolées est donc en train de s’ouvrir. L’Internet n’est pas en marge de ce mouvement, même si le taux de couverture est de 44,6% 6 et les des technologies de l’information, de la communication (TIC) sont au cœur des changements qui se dessinent.

connectivité en 2022

D’autres pays d’Afrique connaissent une meilleure connectivité et un taux de pénétration supérieur à celui de la Côte d’Ivoire, comme l’Afrique du Sud par exemple (63% de taux de pénétration du réseau Internet).7 Ce taux de pénétration est essentiel car il favorise le meilleur positionnement de ses universités lors du classement mondial, et en particulier le classement des meilleures universités en Afrique8. Les investigations que j’ai menées lors de mes recherches témoignent que les plus grandes universités de Côte d’Ivoire peinent toujours à moderniser les méthodes de travail. Pour que cela évolue, il faut que les infrastructures se développent.

L’accès à l’information en temps réel et par un nombre élevé d’usagers nécessite la mise en place d’un réseau plus large de plateformes interconnectées permettant  entre elles une navigation  fluide et une recherche plus facile. Lorsqu’elles existent, ces plateformes sont mal gérées et presque jamais consultées et cela appauvrit le métier d’archiviste et de bibliothécaire. Le secteur archivistique n’étant pas valorisé en Côte d’Ivoire, il est difficile pour les archivistes d’endosser pleinement les responsabilités qui les incombent.

Pour dynamiser la profession, il est nécessaire d’engager une sensibilisation et une formation des acteurs du secteur archivistique qui démontre l’importance de créer des plateformes de les alimenter en offrant aux usagers un libre accès à l’information et aux données .

Certaines tentatives sont mises en œuvre afin de pallier ces manques. En effet, quelques plateformes voient le jour mais, leurs organisation et archivage restent encore fragiles à l’instar la présentation de ce projet de centre d’archives national présenté en 2017 mais qui n’est pas véritablement opérationnel en 2022.

L ’université virtuelle de Côte d’Ivoire (UCVI) ouvertes aux étudiants en 2016, spécialisée dans l’enseignement à distance dans  les domaines de l’informatique et du numérique  est peut-être pour les ivoiriens le début d’une immersion dans le numérique. L’objectif de cette université est de développer et de rendre plus accessibles les formations à distance, d’accompagner l’apprentissage des enseignants dans le développement de leurs offres de formation en ligne, et également de diffuser la culture numérique. Il s’agit concrètement de donner accès à une série de cours en ligne ce qui rend primordial l’accès à internet. Le gouvernement ivoirien s’est engagé à rendre plus simples l’acquisition des terminaux numérique ainsi que l’accès des étudiants au réseau internet. De grandes entreprises internationales soutiennent l’UVCI à travers des partenariats. C’est le cas de Microsoft, Cisco, Orange, l’Agence Universitaire Francophone (AUF), France Université Numérique, etc.9. Il est essentiel de suivre ce développement, car la multiplication des usages du numérique posera de nouveaux défis en termes de disparités et de sauvegarde des identités culturelles.

S’il est avéré que ces outils sont à la fois des espaces personnels de rendez-vous entre l’homme et la machine, mais aussi entre l’homme et l’homme, ils apparaissent également comme une entrée dans la modernité. Or, cette entrée dans la modernité doit prendre comme cadre de référence les cultures locales dans leurs différentes expressions. Le chercheur en communication Alain Kiyindou le rappelle « aucun pays, aucun peuple au monde ne s’est développé en dehors de ses langues et de ses cultures »10. Les investissements en matière de technologies ne doivent pas seulement se limiter à doter les individus de machines, mais doivent être suivis d’un accompagnement, d’une éducation.

Les archivistes et les bibliothécaires doivent y réfléchir dès à présent. Grâce à l’éducation et à l’usage de médias adaptés, le rayonnement de l’identité africaine – et en particulier ivoirienne – à l’international11 pourrait alors surprendre les réseaux, sur un continent où la majorité des habitants a moins de 20 ans et où plus de la moitié des jeunes sont connectés.  Cela pourrait aller très vite.

Bertille Alloh a soutenu son mémoire de Master 2 le 14 octobre 2022

Source de la carte affichée : https://fr.statista.com/infographie/26789/part-de-la-population-africaine-utilisant-internet (CC-BY-SA)

Image à la une : “Photographie d’un bureau dans le centre d’archives de l’AFD”, Abidjan, Anoh owoh Bertille Alloh, 31.03.2022 – CC-BY

  • Citer ce billet : Anoh Owoh Bertille ALLOH,” Les archivistes et les bibliothécaires de Côte d’Ivoire défient le numérique”, Carnets des Métiers des archives et des bibliothèques : médiation de l’histoire et humanités numériques, URL : https://masterabd.hypotheses.org/?p=9586
  1. D’après un rapport de 2021 de l’Union internationale des télécommunications (UIT) sur la connectivité numérique dans le monde, un tiers (33%) de la population dans la région Afrique – hors Etats arabes – utilise Internet. []
  2. Géraldine Yanon et Francis Barbey, « Numérique : Nouvelles opportunités, nouvelles inégalités ; Quelle éducation aux médias numériques pour le rayonnement des cultures locales ? », Technologies mobiles, innovation et développement, n°6, 2018, https://doi.org/10.4000/ctd.494 [Consulté le 7 août 2022] []
  3. Source: Les statistiques proviennent des derniers chiffres d’Internet World Stats, 2022 : https://www.internetworldstats.com/africa.htm. []
  4. Géraldine Yanon et Francis Barbey, Op. Cit. []
  5. Source: https://www.artci.ci/index.php/marches-regules/10-observatoire-du-secteurs-des-telecoms/sevice-mobile/89-abonnes-service-mobile.html []
  6. Source:https://www.internetworldstats.com/africa.htm#ci. []
  7. Source : https://www.internetworldstats.com/africa.htm#za. []
  8. Source: https://www.shanghairanking.com/institution/university-of-cape-town. []
  9. Source : https://www.uvci.edu.ci/fr/index.php/a-propos/partenaires. []
  10. Alain Kiyindou, « Technologies de l’information et de la communication et expression culturelle africaine », Présence Africaine, vol. 179-180, no. 1-2, 2009, pp. 41-55. []
  11. Géraldine Yanon et Francis Barbey, Op. Cit. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.