S’interroger sur les usages de l’archive en ligne à travers la vidéo de NOTA BENE pour la chaîne INA Histoire.

À l’ère d’internet, « de quelle manière mettre à profit la richesse des collections patrimoniales pour toucher et ramener ce vaste public auprès des acteurs traditionnels de l’étude du passé, archives, bibliothèques, universités et musées en tête. »1. Dans ce sens, la production de contenu audiovisuel, afin de valoriser les archives sur le web, pose la question des bonnes pratiques, de leur statut ainsi que des usages et des mésusages de l’archive lors de leur médiation en ligne.

L’intervention de Sophie Gebeil, sur le thème « Archives, histoire à l’ère d’internet : de la numérisation à l’archivage du web » dans le cadre du M2 « Métiers des archives et des bibliothèques, médiations de l’histoire et humanités numériques », s’articule, entre autres, autour de la mise en scène des archives sur le web. L’étude de ce thème nous amène à nous interroger sur l’utilisation de l’archive en ligne dans une perspective de médiation de l’histoire. La vidéo YouTube de NOTA BENE, une chaîne de vulgarisation de l’histoire animée par Benjamin Brillaud, publiée pour la chaîne INA Histoire nous a servi d’exemple.

Bonnes pratiques de l’utilisation des archives audiovisuelles

Nombreuses sont les archives numérisées dans le domaine des humanités numériques, accessibles sur le Web, et utilisées par les historiens qu’ils soient professionnels ou amateurs. L’Institut national de l’audiovisuel (Ina) en met de nombreuses à disposition. L’institut propose à un public visé et accrédité de lire du contenu audiovisuel qui compose leur fonds professionnel ou le dépôt légal, conformément à la loi DADVSI (droit d’auteur et droits voisins dans la société de l’information).

À travers leurs recherches, les lecteurs rencontrent des vidéos accompagnées de multiples données et lorsqu’elles sont appliquées, les bonnes pratiques développées par les acteurs de la médiation historique apportent une meilleure visibilité de la source. Qu’entend-t-on par “bonnes pratiques” ? Il s’agit avant tout de bien citer sa sourcer, c’est-à-dire mentionner sa date, son auteur, son lieu de création, sa durée, etc., de la décrire, d’identifier son format d’origine et de la sourcer en utilisant une URL stable. Il est également nécessaire de prendre en compte les droits des biens culturels afin d’utiliser l’archive. Ces bonnes pratiques sont particulièrement bien décrites dans le domaine des humanités numériques avec les principes FAIR (Findable, Accessible, Interoperable, Reusable). Ces principes visent à rendre les données facilement accessibles, compréhensibles, interopérables et réutilisables. Ils sont aujourd’hui recommandés pour les données de recherche et tendent à s’appliquer aux ressources numériques relatives à une activité scientifique en accès ouvert2.

Usages et mésusages de l’archive : exemple avec la vidéo YouTube de NOTA BENE pour la chaîne de INA Histoire

La vidéo réalisée par NOTA BENE sur la chaîne INA Histoire a pour objectif de proposer un autre regard sur Mai 68. Quels sont alors les usages ou les mésusages des archives dans cette production audiovisuelle ? Ici les archives de l’INA qui ponctuent la vidéo sont principalement utilisées en tant qu’illustration. Les sources des divers extraits ne sont pas mentionnées. Il est donc impossible de connaître les producteurs des images ainsi que leur point de vue. Ce constat est dommageable puisque « Les créateurs d’images fabriquent, parfois intentionnellement, des archives. »3. Dans le même sens, l’internaute ne dispose d’aucun lien renvoyant vers l’intégralité des reportages dont sont issus les passages qui s’intercalent avec les apparitions du youtubeur Benjamin Brillaud. Sont aussi absents les crédits. En somme, la personne qui regarde ce contenu ne peut contextualiser ou bien accéder aux archives, car toutes les bonnes pratiques ne sont pas respectées.

Recontextualisation des archives

Les manquements que nous venons de soulever dans cette vidéo ne sont pas isolés, ils se retrouvent fréquemment dans d’autres contenus audiovisuels de médiation de l’histoire. L’article « Images, lettres, sons » paru dans la revue Vingtième siècle. Revue d’histoire le souligne en s’appuyant sur le documentaire « historique » Apocalypse diffusé sur France 2 en 2009. Ces entorses aux bonnes pratiques entraînent parfois des dérives comme la recontextualisation des archives audiovisuelles. Cette notion de recontextualisation a été développée par le sémiologue Matteo Treleani. Ce dernier rassemble sous ce concept l’idée selon laquelle « La rediffusion des archives est fondée sur trois phénomènes conjoints (…) : un changement d’époque (de réception et de production), un changement de support de diffusion et une intention donnant un sens au document lors de ces mutations.»4.

Nous voudrions conclure en soulignant l’intérêt que les youtubeurs pourraient avoir à suivre les bonnes pratiques indispensables pour garantir la qualité de leurs contenus et des modalités de médiations de l’histoire afin d’éviter une recontextualisation inadéquate des archives.

 

Ce billet a été rédigé par Maëva Campourcy et Juliette Jamet, étudiantes en M2 Histoire, civilisations, patrimoine parcours « Métiers des archives et des bibliothèques, médiation de l’histoire et humanités numériques. ».

Pour citer ce billet de blog : Maëva Campourcy, Juliette Jamet,  «S’interroger sur les usages de l’archive en ligne à travers la vidéo de NOTA BENE pour la chaîne INA Histoire.», Métiers des archives et des bibliothèques : médiation de l’histoire et humanités numériques [carnet de recherche], 16 février 2022. [En ligne] URL :  https://masterabd.hypotheses.org/?p=9175

Image mise en avant : capture d’écran de la vidéo YouTube de NOTA BENE sur la chaîne INA Histoire (https://www.youtube.com/watch?v=Kda4S3OXuPo&t=89s). Cette image est libre de droit.

 

Bibliographie

Grandjean M., « Mise en scène de l’histoire sur les réseaux sociaux, pratiques et limites » dans Le Temps des médias, n° 31, 2, 2018, p. 157.

https://www.cairn.info/revue-le-temps-des-medias-2018-2-page-156.htm

Laot F. F., « Maeck J. et Steinle M. (dir.), 2016, L’image d’archives. Une image en devenir, PUR, 339 p. » dans Images du travail, travail des images [En ligne], 5, 2018. (consulté le 7 janvier 2022)

https://journals.openedition.org/itti/916

Daviet J.-P., « Images, lettres et sons » dans Vingtième Siècle. Revue d’histoire, n° 107, 3, 2010, p. 171-186.

https://www.cairn.info/revue-vingtieme-siecle-revue-d-histoire-2010-3-page-171.htm

  1. Grandjean M., « Mise en scène de l’histoire sur les réseaux sociaux, pratiques et limites » dans Le Temps des médias, n° 31, 2, 2018, p. 157. []
  2. https://www.ccsd.cnrs.fr/principes-fair/ (consulté le 7 janvier 2022) []
  3. Laot F. F., « Maeck J. et Steinle M. (dir.), 2016, L’image d’archives. Une image en devenir, PUR, 339 p. » dans Images du travail, travail des images [En ligne], 5, 2018. (consulté le 7 janvier 2022) []
  4. Treleani M. «Chapitre 1. La recontextualisation des archives audiovisuelles » dans Mémoires audiovisuelles : Les archives en ligne ont-elles un sens ?, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, 2014. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.