la reconstitution 3D : l’exemple de la bibliothèque de Montaigne

La technologie de reconstitution 3D, reposant sur la représentation 3D d’un lieu ou d’un objet à l’écran, est aujourd’hui répandue dans les milieux de l’audiovisuel à des fins scientifiques et pédagogiques. C’est ce que confirme le rapport du groupe « 3D Printing for Cultural Heritage » publié en 2014. Ce billet s’appuie à la fois sur le séminaire interlaboratoires MMSH « de l’écrit à l’écran » donné par Emmanuelle Chapron, enseignante-chercheure à Aix-Marseille Université en coordination avec Anne Mailloux, Elodie Attia et Sébastien Douchet, enseignants-chercheurs à Aix-Marseille Université, et sur l’enseignement dispensé le cadre de notre enseignement sur l’axe Humanités Numériques. Le cas de la bibliothèque 3D  de Montaigne, un projet porté par le CNRS et le Centre d’Études Supérieures de la Renaissance y a été évoqué. Quels sont les enjeux scientifiques de la reconstitution 3D de la bibliothèque de Montaigne pour le grand public, mais aussi pour les archivistes ?

Le projet MONLOE et la Bibliothèque 3D

La création de la bibliothèque en 3D de Montaigne est un élément du projet MONLOE, dirigé par Marie-Luce Demonet1 , chercheure et professeure émérite au Centre d’Études Supérieures de la Renaissance2 qui travaille en collaboration avec le CNRS et l’Institut de recherche numérique Archéovision depuis 2000. Le projet lui-même se compose de travaux de recherche autour des manuscrits de Montaigne, des éditions imprimées annotées de sa main, leurs analyses, leurs numérisations et leur modélisations ainsi que la reconstitution 3D de sa bibliothèque. Des spécialistes de plusieurs domaines scientifiques y participent dont Alain Legros3, chercheur en Littératures Française et anciennement au Centre d’Études Supérieures de la Renaissance et spécialiste de Montaigne.

Cette version 3D de la bibliothèque s’inscrit plus précisément dans un dispositif expérimental afin d’évaluer quelle plus value la modélisation en trois dimensions peut apporter à connaissance de Montaigne. Le cas de la bibliothèque est un cas exceptionnel : nous disposons à la fois du lieu physique, d’une description de celle-ci par l’auteur lui-même et d’une grande quantité d’ouvrages repérés comme ayant appartenu à Montaigne. Les bibliothèques des auteurs de la Renaissance n’étant pas toujours dans un lieu physique, certains auteurs comme Rabelais conservaient par exemple leurs ouvrages dans des coffres afin de les transporter. Disposer du lieu physique est donc remarquable.

La version 3D de la bibliothèque de Montaigne est en ligne depuis le 12 octobre 2018, mais continue de se renouveler. Les chercheurs ont croisé la description que fait le célèbre auteur de sa bibliothèque et des données recueillies sur le lieu, à partir desquelles a été travaillée la reconstitution par Archéovision qui utilise la technique de la photogrammétrie.

Un projet contraint par de nombreuses difficultés

Qu’il s’agisse de questions financières, juridiques ou de matériel, différentes difficultés ont fait obstacle.
La première difficulté rencontrée est d’ordre financier : trouver des financements auprès du CNRS, de l’État et de potentiels mécènes pour un projet innovant est une tâche peu aisée. C’est un financement ANR qui a permis la réalisation de la Bibliothèque 3D. Cependant, après la clôture du projet, des fonds sont encore nécessaires notamment pour assurer la maintenance.

Certains ouvrages étant détenus par des collectionneurs privés dispersés sur le globe, les questions juridiques de propriété ont donc dû être négociées. Il fallait évaluer les possibilités et les conditions d’une numérisation puis d’une modélisation. Convaincre les détenteurs de ces ouvrages s’est avéré assez long, les garanties et les assurances coûteuses.

Le manque de matériel adapté posait une difficulté majeure. Le matériel utilisé pour la numérisation en 2D des ouvrages et des annotations de Montaigne sur ses ouvrages n’étais pas si facile,  certaines annotations n’étant visibles à l’œil nu, l’encre s’étant effacée. Pour la “simple” numérisation des ouvrages, il a fallu revoir le processus de numérisation, notamment avec l’utilisation d’une lampe de Wood avec éclairage UV afin que les annotations soient visibles à la numérisation. Ensuite se posait la question de rendre visible ces annotations lors de la modélisation 3D rendue difficile par les matières mêmes des livres du XVIe siècle comme notamment les couvertures en cuir souple à la manipulation délicate par la souplesse de la couverture. Rendre cette matière en 3D était un véritable défi.

Enfin, pour décrire l’ensemble et s’y retrouver dans la bibliothèque, il a fallu transcrire et l’encoder  l’ensemble en XML-TEI4 nécessitant l’engagement d’une équipe spécialisée dans le domaine, formée aux finalités du projet et à ses exigences.

Des enjeux pluriels

Cette reconstitution et modélisation 3D nous permet de dessiner plusieurs enjeux, à la fois scientifiques et pédagogiques. Tout d’abord, il y a l’apport de la numérisation simple des ouvrages qui rend possible une nouvelle visualisation du travail de Montaigne et des différentes étapes de son travail, le processus d’élaboration de l’œuvre, les additions, corrections, modifications qui ont été apportées au texte-source5 et de tout autre document portant la signature de Montaigne ou qui lui sont relatifs comme des lettres, archives ou cahier de voyage. Réunis à travers ce
projet, ces documents peuvent être plus accessibles aux chercheurs qui peuvent alors les utiliser. Il permet ainsi une lecture facilitée de l’ensemble de ces documents, des résultats et des données recueillis. Au-delà de l’accès aux ouvrages, la modélisation 3D de cette bibliothèque voudrait ouvrir de nouvelles possibilités. L’internaute entre dans la bibliothèque invité dans l’espace de travail dans lequel a évolué Montaigne et il peut manipuler les ouvrages – même les plus fragiles ou ceux qui appartiennent à des collections privées -.  Toutefois, leur matérialité s’avère trop difficile à reconstruire, et le lecteur se retrouve très vite à lire les ouvrages sur l’écran. Les aspects virtuels et interactifs du projet peuvent toutefois attirer les jeunes publics, et finalement découvrir Montaigne avec un éclairage différent en découvrant un nouvel espace. La qualité de la numérisation en 2D des ouvrages demeure, et le projet rend un corpus quasiment exhaustif aux étudiants, aux amateurs, mais aussi aux enseignants qui peuvent l’utiliser avec leurs élèves.

Pour conclure

La reconstitution 3D offre de nouvelles possibilités notamment dans le domaine scientifiques et pédagogique et s’insère dans un projet scientifique plus large, ici sur le travail de Montaigne.  Même si l’aspect la troisième dimension est limitée, l’internaute peut mieux appréhender le procédé réflexif de Montaigne et suivre la naissance du concept de l’essai philosophique. Malgré ses limites, et l’impossibilité de rendre la matérialité du livre, la modélisation 3D rend le processus de recherche de Montaigne plus attrayant pour les jeunes publics et permet aux professeurs d’aborder le sujet avec une nouvelle pédagogie et un nouveau point de vue.

 

 

Lien vers le carnet d’Emmanuelle Chapron : Projet de recherche “Archives en bibliothèque”

Bibliographie et sitographie

 

L’encodage XML-TEI : Initiation à l’encodage XML-TEI des textes patrimoniaux | CESR (cnrs.fr)

Raymond Sebon et Montaigne : La Théologie naturelle de Raymond Sebon (éd. de 1581) | MONLOE : MONtaigne à L’Œuvre (univ-tours.fr)

La bibliothèque de Montaigne en 3D, Sus-Ouest : La bibliothèque de Montaigne en 3D (sudouest.fr)

MONLOE: MONtaigne à L’Oeuvre, Université de Tours : MONLOE : MONtaigne à L’Œuvre | Programme ANR CORPUS 2012 (ANR-12-CORP-0003- 01) (univ-tours.fr)

Projet Monloe : reconstituer la bibliothèque de Montaigne, Agence Nationale de la Recherche : Projet Monloe : Reconstituer la bibliothèque de Montaigne | ANR

Les bibliothèques virtuelles humanistes : à mi-parcours du projet ANR “Montaigne à l’oeuvre” : des avancées et des remerciements – Hypothèses : https://bvh.hypotheses.org/1373

Reconstruire et démocratiser l’Histoire grâce à la 3D, 3DNative : Reconstruire et démocratiser l’Histoire grâce à la 3D – 3Dnatives

Pour citer ce billet : ARAB-THIELEKE Aurillia, BERNARD Cynthia, “La reconstitution 3D : l’exemple de la bibliothèque de Montaigne”, Carnets du master Métiers des archives et des bibliothèques : médiation de l’histoire et humanités numériques, (date). URL :

Image mise en avant : 



Citer ce billet
promotion20212022 (2022, 12 mai). la reconstitution 3D : l’exemple de la bibliothèque de Montaigne. Métiers des archives et des bibliothèques : médiation de l'histoire et humanités numériques. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/r9hu

  1. Marie-Luce Demonet est agréé de lettres modernes est spécialiste des rapports entre littératures, langues et théories du signe à la Renaissance, membre honoraire de l’Institut Universitaire de France et Chevalier de la Légion d’honneur. Ses thématiques de recherches sont : histoire des théories linguistiques, genres et corpus littéraires, philosophie du langage et édition numérisé. []
  2. Le CESM, est rattaché à l’université de Tours, le Centre d’études supérieures de la Renaissance est un centre de recherches et de formation. []
  3. Alain Legros est un chercheur en lettres, il est en particulier membre du comité de lecture de la revue américaine « Montaigne Studies » , et travaille en collaboration sur les bibliothèques virtuelles humanistes. Sa thématique de recherches est « Montaigne et son temps » []
  4. L’encodage XML-TEI est une forme d’écriture numérique pouvant être utilisés par des débutants et des experts et qui s’adapte aux besoins d’édition, d’analyse, de diffusion, d’exploitation et de visualisation numérique des textes notamment d’ouvrages patrimoniaux. []
  5. À travers ces analyses, on peut voir apparaître la naissance du concept de l’essai philosophique. Montaigne qui a pour objectif de réunir les corpus des Essais, de De Bordeaux, de la Boétie, des traductions de Raymont Sebond, théologien catalan mort en 1436 dont Montaigne publie la traduction, la Theologia naturalis, en 1569. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.