Les enjeux de la production archivistique dans la (re)construction des mémoires

Dans le cadre du master Métiers des archives, des bibliothèques et humanités numériques, deux cours en particulier de l’axe Médiations et humanités numériques ont retenu notre attention délivrés par Claire Cialone Grégoire et Maryline Crivello. Pour les mettre en avant, nous avons choisi d’aborder la question du rôle du langage contrôlé dans la perception des enjeux historiographiques par les archivistes et bibliothécaires, et, en lien, le traitement des documents.

Les langages documentaires font partie intégrante des métiers des archives et des bibliothèques. Leur objectif est de faciliter la recherche et le repérage des informations pour les usagers. Pourtant,  ces dernières n’ont pas toujours conscience des conséquences et des effets de ce vocabulaire sur les accès aux archives notamment pour ce qui a trait à la représentation de la mémoire et dans les constructions venant alimenter les mémoires collectives1.

La constitution des archives, une action biaisée

La production documentaire a besoin de langages permettant aux usagers de trouver des informations, d’en comprendre le contenu, ainsi que le contexte d’élaboration des documents supports de ces informations. C’est pour cela que les professionel·lle·s de l’information ont créé des codes et des systèmes qui facilitent ce processus. Selon l’Association des professionnels de l’information et de la documentation (ABDS), un langage documentaire est un « langage contrôlé et normalisé, utilisé dans un système documentaire… permettant de représenter de manière univoque les notions identifiées dans les documents et dans les demandes des utilisateurs, en prescrivant une liste de termes ou d’indices, ainsi que leurs règles d’utilisation2 ». Les langages documentaires établissent ainsi la communication entre le document et l’utilisateur·ice, en servant d’intermédiaires entre les informations contenues dans les documents et celles sollicitées par les usagers. Parmi les langages documentaires les plus utilisés, on retrouve notamment les classifications telles que le CDD ou la CDU3, l’indexation matière, dont Rameau et les thésaurus4.

Si la constitution des archives et bibliothèques, leur forme et les systèmes de classification adoptés privilégient l’accès à certaines informations, elles peuvent également entraîner le silence ou provoquer l’oubli d’autres sources. Les mots utilisés par les bibliothécaires et les archivistes ont une signification qui réponde à des périodes et contextes spécifiques, ils peuvent être interprétés en fonction du contexte social, culturel, voire politique du moment, chaque individu, chaque génération peut avoir sa propre interprétation des archives, et donc sa vision du passé5.

La notion de neutralité et d’objectivité sont devenues une aspiration parmi les professionel·lle·s de l’information. Mais une véritable neutralité est une aspiration impossible, car nous sommes des acteurs individuels appelés à analyser les documents historiques à travers le prisme inévitable de nos visions du monde personnelles6. Comme Melissa Adler le constate, « les classifications sont intrinsèquement biaisées7 », d’autant que les objets catalogués peuvent présenter des imprécisions et des descriptions subjectives. Par exemple les objets collectés et catalogués sous des régimes coloniaux traduisent le travail des administrations, la façon dont elles organisaient le contrôle des populations… plutôt que des informations objectives sur ces populations8. Ces ”langages des vocabulaires contrôlés” ont largement négligé des populations minoritaires telles que les personnes racisées, la communauté LGBTQ+, les femmes ou les populations autochtones9.

D’après l’anthropologue Christine Jungen la pratique de sélection et de classement des documents contriburait, de manière consciente ou inconsciente, à orienter les corpus documentaires sur lesquels se fonderait la production savante10. Le manque d’ouverture aux savoirs non hégémonisés peut ainsi conduire à des schémas de classification conservateurs, ainsi qu’à des langages d’indexation et des taxonomies non représentatifs de la diversité thématique et des préoccupations sociales et scientifiques11

Des changements au prisme de la décolonialité

Ce constat a conduit, vers la fin des années 1990, à des changements conceptuels : l’irruption de la voix des personnes issues des migrations coloniales et postcoloniales en France, la reformulation du questionnement identitaire, le mouvement de décolonisation ont touché le monde des musées et les institutions de savoir telles que les archives et bibliothèques, avec l’ambition de réviser les systèmes de description et de référencement dans leur vision ethnocentrique12.

Les avancées technologiques et l’avènement du numérique ont permis l’évolution des systèmes de classification avec un plus vaste répertoire des termes. Maria Moura, professeure en sciences de l’information, remarque toutefois que, malgré les diverses transformations techniques et technologiques qui créent des contenus plus orientés vers les besoins des utilisateurs, des irrégularités et des déséquilibres persistent par rapport aux sujets en circulation. Elle observe ainsi, dans ses recherches sur trois systèmes d’organisation de connaissances à circulation mondiale, que les vocabulaires liés au genre et à la race sont encore disséminés de manière inégale dans les contextes de vocabulaires contrôlés, dans des catégories et des domaines qui ne suscitent pas de débat critique sur leurs répercussions sur le processus de production de connaissances13.

Le langage, ainsi que les contextes, sont en constante évolution. Cela a permis, par exemple, la réindexation et la correction des notices numérisées de la guerre d’indépendance d’Algérie, au fil du temps sur plus de soixante-dix ans, permettant peu à peu la disparition des termes racistes, antisémites et misogynes14. Dans son rapport Benjamin Stora explique que les mots ont une importance car ils « traduisent et forgent des imaginaires séparés 15 ».  C’est le cas, par exemple, du terme “événements d’Algérie” pour se référer, en France, à la guerre d’Algérie tandis que de l’autre côté de la Méditerranée, les Algériens construisaient leur mémoire antagoniste de « la guerre d’indépendance »16.

Enfin, d’autres initiatives ont vu le jour par rapport à la question de la décolonisation des savoirs. Par exemple, le Mashantucket Pequot Thesaurus of American Indian Terminology Project, vocabulaire créé depuis une perspective des peuples autochtones dans le continent nord-américain.

Pour conclure les vocabulaires contrôlés permettent de mieux organiser les savoirs, issus d’une énorme production documentaire qui ne cesse d’augmenter, mais en raison de la complexité du langage lui-même, ils ont également servi à l’effacement des cultures et groupes minoritaires. La place des archivistes est donc essentielle dans la mise en place et la révision de ces langages, afin de mettre en évidence les cultures minoritaires.

C’est à nous, professionel·lle·s de l’information, de nous saisir de ces outils et de les exploiter pour les valoriser et les inclure dans nos centres d’archives et bibliothèques. Les logiques de classification montrent une évolution de la discipline et par conséquent de la société ; elles devraient alors être révisées régulièrement et elles pourraient également devenir des objets d’études17.

Ce billet à été rédigé par Bertille Alloh, Jimena Fung et Rihab Wafa, étudiantes en Master 2 Histoire, civilisations, patrimoine. Parcours Métiers des archives, des bibliothèques. Médiations de l’histoire et humanités numériques.

Image mise en avant : Archives du Comité international de la Croix-Rouge, RomanDeckert, CC BY-SA 4.0 <https://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0>, via Wikimedia Commons.

Pour citer ce billet : Alloh Bertille, Fung Jimena, Wafa Rihab, “Les enjeux de la production archivistique dans la (re)contruction des mémoires”, Carnets du master Métiers des archives et des bibliothèques : médiation de l’histoire et humanités numériques, 20 février 2022. URL : https://masterabd.hypotheses.org/8798

  1. Ketelaar, Eric, « (Dé) Construire l’archive », Matériaux pour l’histoire de notre temps, 2006/2 (n° 82), p. 65-70. [En ligne], consulté le 17 janvier 2022 URL : https://www.cairn.info/revue-materiaux-pour-l-histoire-de-notre-temps-2006-2-page-65.htm ; DOI : https://doi.org/10.3917/mate.082.0065 []
  2. « Langage documentaire », Vocabulaire de la documentation, ADBS, https://www.adbs.fr/langages-documentaires#langage%20documentaire []
  3. Les classifications sont des langages documentaires permettant l’organisation d’un ou plusieurs domaines de la connaissance en un système ordonné de classes et sous-classes. « Classification », Vocabulaire de la documentation, ADBS, https://www.adbs.fr/langages-documentaires#classification []
  4. Un thesaurus est une liste organisée de termes normalisés (descripteurs et non-descripteurs) servant à l’indexation des documents et des questions dans un système documentaire. Les descripteurs sont reliés par des relations sémantiques exprimées par des signes conventionnels. « Thésaurus », Vocabulaire de la documentation, ABDS, https://www.adbs.fr/langages-documentaires#th%C3%A9saurus []
  5. Ketelaar, Eric, op. cit. []
  6. Winn, Samantha, « The hubris of neutrality in archives » [En ligne] consulté le 16 janvier, https://medium.com/on-archivy/the-hubris-of-neutrality-in-archives-8df6b523fe9f []
  7. Adler, Melissa, « The Case for Taxonomic Reparations », Knowledge Organisation 43, n° 8, 2016, p. 630-640, DOI : https://doi.org/10.5771/0943-7444-2016-8-630 []
  8. « Archives et inclusion », Archivistes !, juillet-septembre 2021, n° 138. []
  9. Sur cette question voir le billet publié par François Boureau, Romain Chabrand, Stevie Kolodziej, « L’indexation à l’épreuve de la valorisation des thématiques LGBTQI+ dans les biliothèques », Carnets du Master “Métiers des archives et des bibliothèques : médiations de l’histoire et humanités numériques”, 08/01/2022 [En ligne] URL :  https://masterabd.hypotheses.org/8312 et Clémence Harter, « Ordonner et dominer : quels enjeux de pouvoir à l’œuvre dans nos bibliothèques ? Une analyse à la lumière des études de genre », Carnets du Master “Métiers des archives et des bibliothèques : médiations de l’histoire et humanités numériques”, 01/02/2018,  [En ligne] URL : https://masterabd.hypotheses.org/694 []
  10. Jungen, Christine, « Classification et histoire : de Gabriel Naudé à Rameau », Bulletin des bibliothèques de France (BBF), 2006, n° 1, p. 94-95. [En ligne] consulté le 16 janvier, https://bbf.enssib.fr/consulter/bbf-2006-01-0094-003 []
  11. Moura, Maria, « Décoloniser les savoirs. Genre et race dans les discours des systèmes d’organisation de connaissance de circulation globale », Revue Intelligibilité du numérique, n° 1, 2020. [En ligne] consulté le 16 janvier, http://intelligibilite-numerique.numerev.com/index.php/numeros/n-1-2020/11-decoloniser-les-savoirs-genre-et-race-dans-les-discours-des-systemes-d-organisation-de-connaissance-de-circulation-globale []
  12. « Archives et inclusion », op. cit., p. 31. []
  13. Moura, Maria, op. cit. []
  14. « Archives et inclusion », op. cit., p. 33. []
  15. Stora, Benjamin,  Les questions mémorielles portant sur la colonisation et la guerre d’Algérie, janvier 2021. []
  16. Idem []
  17. « Archives et inclusion », op. cit., p. 33. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.