La vie dissonante de l’archive audiovisuelle

Le 16 octobre s’est déroulée à la MMSH la journée annuelle dédiée aux Visual Studies, organisée par Maryline Crivello et Sophie Gebeil. Cette journée annuelle a été mise en place également grâce au Pôle Image-Son, le laboratoire TELEMMe, l’Ina méditerranée  et avec la participation du Master « métiers des archives et des bibliothèques, médiation de l’Histoire et humanités numériques ». Programme disponible sur le site du pôle image et son.

 

Les archives audiovisuelles sont en train de perdre leur sens propre. C’est ce postulat qui a été mis en avant lors de la journée du 16 octobre[1] concernant les Visual Studies[2], nous voulons ici retracer la conférence de Matteo Treleani[3], Maître de Conférences en communication à l’Université de Lille, et sur les différents enjeux qui entourent les archives audiovisuelles avec l’utilisation des outils numériques dont nous disposons aujourd’hui. Ce chercheur est notamment l’auteur de deux ouvrages Qu’est-ce que le patrimoine numérique, paru en 2017 ainsi que Mémoires audiovisuelles. Les archives en ligne ont-elles un sens? (2014). Etudiants en Master 2 « Métiers des archives et des bibliothèques. Humanités numériques et médiations de l’histoire » à l’Université Aix-Marseille, les questions des ressources audiovisuelles et celle du dépôt légal du Web nous intéressent particulièrement, notamment celles de la contextualisation des objets audiovisuels qui nous semblent être un thème capital pour nos futurs métiers.

Selon Matteo Treliani, vouloir rendre accessible et démocratiser tous les objets culturels est devenu aujourd’hui une forme de carcan. Cette façon de vouloir déplacer partout les produits culturels est une façon de tendre vers un accès immédiat et une multiplication des produits culturels. Cette tendance n’est pas si neuve puisque dès 1939,  Benjamin Walter l’évoquait dans son essai « L’œuvre d’art à l’époque de sa reproductibilité technique » en écrivant ceci : « […] rendre les choses humainement et spatialement plus proches de soi, c’est chez les masses d’aujourd’hui un désir tout aussi passionné que leur tendance à déposséder tout phénomène de son unicité au moyen d’une réception de sa reproduction. » Ce point de vue s’est concrétisé au travers des outils numériques et la forme de démocratisation qu’ils nous proposent entrainent pour le chercheur le premier pas vers une décontextualisation des objets culturels audiovisuels.

Dans sa conférence, Matteo Treleani rappelle que les produits du passé deviennent de plus en plus accessibles signalant que la Charte de l’UNESCO en 2003 sur la conservation du patrimoine audiovisuel et numérique allait dans ce sens, la charte explique également que : « Le patrimoine numérique n’a, par essence, aucune limite temporelle, géographique, culturelle ou formelle. Il est propre à une culture, mais virtuellement accessible à tout un chacun dans le monde. Les minorités peuvent s’adresser aux majorités, les particuliers à un auditoire mondial. »

Matteo Treleani  évoque ensuite la « chosification » des archives, c’est-à-dire le fait que les institutions et le public interprètent  les archives comme étant des objets à part entière en les séparant d’un contexte particulier. La quantification par exemple devient une obligation. Ainsi, la BnF évoquait dans sa première campagne de communication en 2014 « Pour tout lire compter 150 000 ans[4] » ou le consortium Europeana[5], exige un minimum de données à fournir pour les Etats membres, sans avoir d’information sur les contenus de ces documents. Ce ne sont, finalement, quels objectifs chiffrés qui comptent et qui prennent le pas sur la compréhension des documents, comme un marché de la culture. La volonté de démocratisation de la culture des États devient la cause de la décontextualisation des archives.

Continuant son analyse, Matteo Treleani témoigne également des différences entre les méthodes de travail dans une salle de consultation et sur Internet. C’est là que s’achève le processus de décontextualisation de l’archive. La notion de données et celle de documents sont souvent confondues car toutes les deux ont pour but de fournir des informations aux lecteurs. La différence est qu’une donnée est échangée entre des machines, elle va être le résultat d’un codage accepté par une convention et le partage de l’information. L’interprétation d’un document, au contraire,  peut se faire sans connaissance de la convention qu’ont choisie le ou les auteurs.

La préservation des archives audiovisuelles est nécessaire mais les volumes considérables de documents accumulés par des institutions comme la BnF, l’Ina, le CNC, et également sur le Web, posent des problèmes de re-contextualisation. Si la réutilisation du patrimoine audiovisuel est désormais mise en avant, la mise en ligne de brèves séquences vidéos hors de leur contexte initial replacées dans un autre contexte par le mécanisme du montage posent problème. Ce mécanisme est devenu quasi-systématique sur des plateformes comme YouTube ou Dailymotion pour citer les plus connues. De la même façon lorsque ces mêmes documents sont en lignes, ils sont séparés de leur contexte temporel parfois politique ou géographique et ne sont pas pris en compte dans un ensemble structuré.

Pour conclure Matteo Treliani, insiste sur le décalage entre le mode historique et le mode médiatique à travers l’exemple de la création du site internet  Ina.fr. Le directeur en place en 2006 Roei Amit, affirme que le site est un nouveau média, dans le sens où il se comporte donc selon des logiques médiatiques qui  concernent l’actualité et non les sphères historiques et patrimoniales. L’institution n’est dans ce cas plus un gatekeeper mais devient un éditeur, et le travail d’éditorialisation passe avant tout. Finalement la présence d’un outil numérique est un dispositif qui influe sur notre manière de lire et non de comprendre un document. Il reprend là l’exemple de la vidéo du déplacement de la Tour Eiffel en 1964 avec même une vidéo de l’Ina pour preuve à l’appui. La vidéo date du 1er avril 64, et il faut évidemment y voir une farce liée au 1er avril, mais cette vidéo a fait réagir sur certains forums qui discutaient de la véracité du fait, affirmant pour certains que la vidéo provenant du site internet d’une institution publique était forcément véridique sans avoir analysé le contexte. Aujourd’hui avec les outils numériques nous pouvons modifier le contexte d’un document avec une image qui peut être manipulée, exemple dans un autre cas : vidéo diffusée par FR3 avec le tremblement de terre qui était en fait un événement se déroulant aux Etats-Unis. La vidéo postée sur YouTube concerne le tremblement de terre à Eureka qui a eu lieu en Californie.

Le chercheur termine sa démonstration en évoquant la plateforme de visionnage YouTube, ou il explique que l’algorithme de recommandation n’est pas pensé pour donner au public une suite sur une source qui parait sûre mais peut donner des vidéos d’autres auteurs, parfois celles d’internautes amateurs qui ont un point de vue très subjectif et qui peuvent modifier à leur gré l’Histoire et des documents originaux en les détournant. Une plateforme aussi courante d’utilisation comme YouTube peut donc elle aussi sortir de son contexte un événement, une image, en l’entourant de documents qui altèrent son sens premier.

Soyons honnêtes, quelle personnalité, chercheurs ou dans d’autres domaines ne s’est jamais trouvée dans la situation de constater que ses propos ont été déformés, poussé hors de leur contexte par un journaliste, avec un habile assemblage d’extraits authentiques mais pertinemment choisis en vue d’une re-contextualisation différente ? Ce phénomène est finalement impossible à contrer aujourd’hui et fait même partie intégrante de la communication et de la routine des chercheurs. Nous vous laissons constater vous-mêmes la façon dont cela se manifeste avec ces deux vidéos :

http://www.ina.fr/video/CAF89027078 :

http://earthquakedog.blogspot.fr/ :

David Lesrel et Florent Delteil

Véronique Ginouvès

Notes 

[1] Programme : lien pôle image/son.

[2] Les Visual Studies, apparues au début des années 1990 dans les pays Anglo-saxons, comme  englobent tous les univers visuels, dans toutes leurs manifestations ainsi que de leurs codes qui vont recouvrir tous les phénomènes liés aux notions de vision, de visualisation mais également les fondamentaux de leurs frontières ou encore de leurs modes de circulation et de fonctionnement. Cette définition, finalement très large, se traduit par la pluralité de disciplines et de chercheurs présents lors de la journée du 16 octobre, qui mélangeait historien du web avec professeur de communication et professionnels de l’audiovisuel ainsi que professeur d’Histoire.

[3] Treleani, M. Qu’est-ce que le patrimoine numérique ?, Le Bord de l’eau, 2017.

[4] Campagne de communication de la BNF : http://www.bnf.fr/documents/cp_campagne_com.pdf

[5] Portail d’Europeana : https://www.europeana.eu/portal/fr

Sources de l’image :

  • https://www.arte.tv/fr/videos/071478-001-A/a-musee-vous-a-musee-moi/
  • https://www.facebook.com/artetv/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.