Aerial view of computer laptop on wooden table

Le patrimoine culturel immatériel en Syrie : un défi pour survivre

Nombreux sont ceux qui s’interrogent sur le sort du patrimoine culturel de la région arabe, espace de multiples conflits armés passés et actuels. Le défi réside entre la sécurité des civils et la protection de son patrimoine culturel afin de préserver l’identité des peuples et l’histoire de cette zone de peuplement millénaire. Le patrimoine culturel immatériel – incluant notamment les expressions et les traditions lyriques orales- est considéré comme très vulnérable.

Conformément à la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel adoptée par l’Unesco en 2003,1 le patrimoine culturel immatériel constitue l’ensemble des « pratiques, représentations, expressions, connaissances et savoir-faire – ainsi que les instruments, objets, artefacts et espaces culturels qui leur sont associés – que les communautés, les groupes et, le cas échéant, les individus reconnaissent comme faisant partie de leur patrimoine culturel. Ce patrimoine culturel immatériel, transmis de génération en génération, est recréé en permanence par les communautés et groupes en fonction de leur milieu, de leur interaction avec la nature et de leur histoire, et leur procure un sentiment d’identité et de continuité, contribuant ainsi à promouvoir le respect de la diversité culturelle et la créativité humaine. Aux fins de la présente Convention, seul sera pris en considération le patrimoine culturel immatériel conforme aux instruments internationaux existants relatifs aux droits de l’homme, ainsi qu’à l’exigence du respect mutuel entre communautés, groupes et individus, et d’un développement durable».

Le projet Notah

Le projet Notah pour la conservation du patrimoine musical de la Syrie est lancé en 2020 par la fondation Douzan Art et Culture2 . Notah est la première plateforme3 dans le monde arabe à archiver le patrimoine musical syrien numériquement via le site officiel https://notah.net/. Notah est géré par des musiciens professionnels syriens, des traducteurs, des informaticiens, etc. Les membres salariés et bénévoles de Notah travaillent à apporter un sentiment d’appartenance, renforcer la résilience psychologique, sociologique et économique et favoriser parfois la communication, la cohésion et l’appréciation interculturelles. Le site web de Notah contient plusieurs sections dont une dédiée aux archives de partitions téléchargées quotidiennement, une autre répertoriant les musiciens syriens connus et inconnus, et encore une autre section présentant les rythmes et les maqâms4 , les genres et les qawâleb5 . Toutes les sections sont progressivement actualisées en fonction de la quantité de matériaux à conserver et numériser. Les mises à jour régulières du site sont le signe de son évolution constante. Le site sauvegarde l’héritage de la musique syrienne avec toutes ses composantes arabe, kurde, assyrienne, syriaque, etc. Il se concentre non seulement sur des morceaux connus, mais aussi met en évidence des musiques et chansons transmises oralement à travers les générations mais aujourd’hui oubliée de la mémoire populaire. Selon Rami Magharebeh, directeur de la fondation Douzan Culture et Art, au cours du processus d’archivage des partitions, et bien que la plupart des travailleurs soient des musiciens professionnels, ils sont toujours surpris par de nouvelles informations sur des chansons ou des musiciens d’origine syrienne. En outre, l’accès aux partitions et informations sur le site est gratuit et toute personne, musicien, étudiant, institution ou chercheur, peut saisir et télécharger la partition musicale dont elle a besoin. À la fin de chaque partition, apparaît un onglet portant cette mention : « Signaler une erreur de partition musicale ». Les administrateurs du site sollicitent par ce biais, la participation des usagers à améliorer les informations collectées.6

Le processus d’archivage du projet Notah se déroulent en trois phases. Pour les partitions existantes provenant de ressources musicales écrites, on commence par les numériser et les documenter. Ensuite, la deuxième étape consiste à conserver et enregistrer les données des partitions sur Excel en les classifiant séquentiellement et en fournissant leurs métadonnées (auteur, titre de l’œuvre…). Pour les pièces musicales ou lyriques transmises oralement, le processus d’archivage commence par l’écriture des partitions par des musiciens professionnels. Puis elles sont documentées et archivées comme mentionnées ci-dessus. De plus, Sibelius le logiciel de notation musicale le plus vendu au monde, est utilisé par Notah après l’avoir adapté aux spécificités de la musique orientale. Enfin la troisième étape est celle de rendre accessibles téléchargeables en format PDF et partageables sur les réseaux sociaux ces partitions archivées, tout en préservant les droits de Douzan Art et Culture.7 

Exemple de partitions d’une chanson traditionnelle kurde-syrienne du compositeur : Mihemed Şerîf Berzencî https://notah.net/sheet-music/00313.
Exemple de partitions d’une chanson traditionnelle syrienne du compositeur Ahmad Abu Khalil Qabbani : https://notah.net/sheet-music/00093.

Al-Qudoud Al-Halabiya « les mesures musicales d’Alep »

De plus, en parlant de patrimoine musicaux syriens, à la demande et selon un dossier porté par le gouvernement syrien, en décembre 2021, les chants traditionnels syriens les plus populaires appelés Al-Qudoud Al-Halabiya « les mesures musicales d’Alep »8 ont été inscrits sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité de l’Unesco.9 Cependant, il est à noter que la ville d’Alep est l’une des plus meurtrie par le régime syrien, ce processus peut être considéré comme un moyen pour le régime de faire oublier ces destructions. De plus, un très grand nombre de partitions de qudoud sont déjà archivées, de même qu’elles sont accessibles comme on peut le voir dans les exemples suivants : https://notah.net/sheet-music/00222, et https://notah.net/sheet-music/00113.

Dans les zones de déplacement ou de conflit armé, les enjeux se présentent sous plusieurs formes, dont la plus importante est d’obtenir la matière première orale, sur laquelle se construisent toutes les étapes de documentation, de conservation et d’archivage, puis à la mise à disposition du public. La musique populaire et folklorique lyrique orale est une partie importante du patrimoine culturel immatériel et de l’histoire culturelle des pays et des peuples, il est donc nécessaire de l’archiver et de la préserver par la numérisation et de la rendre disponible sur Internet pour faciliter la communication et l’accès. Elles deviennent alors des ressources numériques utilisables par les chercheurs en sciences humaines et sociales spécialistes de ces territoires inaccessibles.

Le patrimoine culturel et les humanités numériques

L’étude du cas de Notah et des processus d’archivage numériques d’éléments du patrimoine culturel immatériel conduit à nous interroger sur le rapport des humanités numériques au patrimoine culturel matériel et immatériel. Le patrimoine numérique et les humanités numériques abordent différents aspects du patrimoine. Alors que le patrimoine numérique se concentre sur les objets du patrimoine culturel et leur préservation, l’éducation et la recherche, les humanités numériques se concentrent sur l’application des technologies numériques pour soutenir la recherche notamment en sciences humaines. En outre, les méthodologies des humanités numériques ont introduit des changements radicaux dans la conservation du patrimoine culturel. D’autre part, l’approche numérique modifie profondément la recherche historique qui est le fondement de la connaissance et de la compréhension du patrimoine culturel. Les résultats de l’histoire numérique sont plus accessibles pour les usages de la sauvegarde et, en même temps, pour le public du patrimoine culturel en général. L’approche numérique, lorsqu’elle est liée au patrimoine immatériel en particulier, fournit des preuves de nouvelle recherche culturelle.10 

Pour conclure

Au terme de ce travail, on peut relever l’importance de l’archivage numérique ainsi que les enjeux de la sauvegarde du patrimoine immatériel, notamment dans les zones de conflits. Malgré les difficultés et les obstacles sociaux ou politiques, des projets tels que Notah en Syrie surmontent ces obstacles en travaillant à distance. Ces projets mettent en lumière l’importance de la relation des humanités numériques au patrimoine culturel, avec ses deux composantes : matérielle et immatérielle.

Ce billet a été rédigé par Claudine Moussa, étudiante en Master 2 Histoire, civilisations, patrimoine, parcours “Métiers des archives et des bibliothèques, médiation de l’histoire et humanités numériques”.

Pour citer ce billet : Claudine Moussa, « Le patrimoine culturel immatériel numérisé en Syrie : un défi pour survivre », Métiers des archives et des bibliothèques : médiation de l’histoire et humanités numériques [carnet de recherche], 20 janvier 2022. [En ligne] URL :
https://masterabd.hypotheses.org/8422.

Bibliographie

Cultural Protection Fund projects | Syria. (n.d.). Retrieved from British Council: https://www.britishcouncil.org/arts/culture-development/cultural-protection-fund/projects/syria

Le Maqam Arabe. (n.d.). Retrieved from Maqam world: https://www.maqamworld.com/fr/maqam.php

MOHAMED, A. (2021, Janvier 08). Rozana radio. Retrieved from Rozana.fm: https://www.rozana.fm/ar/sl/42733

Münster, S., Apollonio, F. I., Bell, P., Kuroczynski, P., Di Lenardo, I., Rinaudo, F., & Tamborrino, R. (2019). Digital Cultural Heritage meets Digital Humanities. Retrieved from Int. Arch. Photogramm. Remote Sens. Spatial Inf. Sci.: https://www.int-arch-photogramm-remote-sens-spatial-inf-sci.net/XLII-2-W15/813/2019/

UNESCO. (2003). Texte de la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel. Retrieved from https://ich.unesco.org/fr/convention

UNESCO. (2021, Décembre 15). L’al-Qudoud al-Halabiya patrimoine immatériel – secteur de culture – UNESCO. Retrieved from Patrimoine culturel immatériel – UNESCO: https://ich.unesco.org/fr/RL/lal-qudoud-al-halabiya-01578?RL=01578

Crédits photographiques de l’image à la une : « Aerial view of computer laptop on wooden table ».
https://pxhere.com/fr/photo/1571523?utm_content=shareClip&utm_medium=referral&utm_source=pxhere
L’image est libérée de droits d’auteur sous Creative Commons CC0.

 

  1. UNESCO, 2003, Texte de la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel. Récupéré sur https://ich.unesco.org/fr/convention. []
  2. Douzan Art et Culture est une organisation syrienne à but non lucratif fondée en Turquie et vise à renforcer une culture sociétale basée sur la diversité et la pluralité en Syrie en protégeant l’identité culturelle syrienne, en offrant des espaces de dialogue et d’interaction culturels et en renforçant le travail conjoint pour construire un avenir culturel de la Syrie qui fusionne l’héritage et le contemporain. []
  3. Le projet NOTAH a reçu un soutien dans le cadre d’un effort d’archivage, de préservation et de numérisation du patrimoine musical syrien dans sa diversité. Le fonds a été créé par le British Council en partenariat avec le Département de la numérisation, de la culture, des médias et des sports du gouvernement britannique en 2016 dans le but de protéger le patrimoine en péril dans douze pays, dont la Syrie. https://www.britishcouncil.org/arts/culture-development/cultural-protection-fund/projects/syria. []
  4. Le Maqam est un système de gammes, motifs mélodiques, possibilités de modulation, normes d’ornementation et conventions esthétiques qui forment ensemble un cadre mélodique et une tradition artistique riches. []
  5. La plupart des musiques traditionnelles et classiques arabes, qu’elles soient composées ou improvisées, suivent un ensemble de formes appelé qawaleb en arabe (qalab au singulier ; au sens littéral : un moule ou un contenant d’une certaine forme). Les qawaleb sont des patrons guidant le compositeur ou l’improvisateur et sont utilisés tant pour la musique vocale qu’instrumentale. Les qawaleb donnent au musicien un cadre familier pour travailler et confortent l’auditeur dans ses anticipations. Les qawaleb sont ici organisés selon leur caractère vocal/instrumental et composé/improvisé. []
  6. A; Mohamed, 8 Janvier 2021, Rozana radio. Récupéré sur Rozana.fm : https://www.rozana.fm/ar/sl/42733. []
  7. R. Magharbeh, communication personnelle, 03, décembre 2021). []
  8. Des chants traditionnels syriens, combinant des paroles en arabe classique basées sur la poésie d’Al-Andalus, avec de vieilles mélodies religieuses recueillies principalement par des musiciens d’Alep. Leurs thèmes sont le plus souvent l’amour, le désir et la spiritualité. []
  9. UNESCO, 2021, Décembre 15, L’al-Qudoud al-Halabiya patrimoine immatériel – secteur de culture – UNESCO. Retrieved from Patrimoine culturel immatériel – UNESCO: https://ich.unesco.org/fr/RL/lal-qudoud-al-halabiya-01578?RL=01578. []
  10. Münster, S., Apollonio, F. I., Bell, P., Kuroczynski, P., Di Lenardo, I., Rinaudo, F., & Tamborrino, R. (2019). Digital Cultural Heritage meets Digital Humanities. Récupéré sur Int. Arch. Photogramm. Remote Sens. Spatial Inf. Sci.: https://www.int-arch-photogramm-remote-sens-spatial-inf-sci.net/XLII-2-W15/813/2019/. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.