Observatoire transmedia +

À l’heure où l’information est constamment relayée et où le web devient une plateforme majeure pour les médias d’actualité, il est parfois difficile de connaître la provenance des informations et la façon dont elles sont reprises dans les différents médias. 

C’est dans ce contexte qu’est né un projet de recherche et un outil nommé  “Observatoire Transmédia” à l’Institut national de l’audiovisuel. Celui-ci permet, notamment aux chercheurs, d’analyser les médias et leur contenu de façon précise malgré la quantité titanesque des informations. Nous avons voulu en savoir plus sur cet outil et le présenter dans ce billet.1

Après la presse écrite, l’arrivée de la radio entre les années 1920 et 1930 envahit petit à petit les foyers en France et la sphère médiatique. Dans les années 1950 c’est au tour de la télévision. Enfin, dans les années 1990, apparaît l’ordinateur avec son accès au web. Ces quatre médias se rencontrent et partagent un flot continu et immense d’informations, qui se croisent et s’entrecroisent. Dans le courant des années 2000, puis 2010 s’est alors posé la question du suivi, du traçage et de la vérification de telles informations. C’est ainsi qu’est né le projet de recherche : l’Observatoire Transmédia.

Origine du projet

Au début des années 2000, les chercheurs en sciences humaines et sociales et les observateurs des médias se penchent sur le cas du numérique. Rapidement, ils se rendent compte qu’ils n’ont aucun outil pour traiter les informations découlant de ces nouveaux médias. C’est l’ANR -l’Agence Nationale de Recherche- qui finance le projet à partir de 2010, prenant le nom d’Observatoire Transmédia2. Des partenariats sont conclus avec différentes institutions et structures.3 Ces équipes travaillent ensemble sur l’analyse linguistique, la description audio et des images, le traitement des moteurs de recherche ainsi que la visualisation.

L’ANR décrit en ces termes leur projet « […] détecter, circonscrire, suivre, mesurer, analyser et étudier la propagation des événements médiatiques et leurs dérivés. ». C’est-à-dire catégoriser, classer et représenter les flux de données afin de mieux comprendre l’apparition et le voyage d’une information, ainsi que sa transformation en « buzz médiatique ». Le projet avait également pour objectif d’utiliser un système comparable à l’échelle de l’Europe et permettre la création de nouveaux observatoires des médias sur le traitement automatique et semi-automatique des données. Le projet, s’est terminé à la fin de l’année 2013, avant d’être repris et transformé par l’Ina. 

OTMédia+, quand l’Ina reprend le projet

L’Institut national de l’Audiovisuel relance le projet en 2014 avec son service de Recherche. Rebaptisé OTMédia+, leur objectif est de permettre aux professionnels, aux chercheurs et aux particuliers d’analyser la sphère médiatique. Cela représente environ 2000 flux d’informations captés entre l’AFP, le web, la radio et la télévision. Nous sommes ici dans un contexte de big data, c’est-à-dire, que l’on exploite des masses de données numériques, toutes plateformes confondues, pour en faire une analyse thématique et chronologique.4 

Figure 1 : visuel des multiples sources qu’analyse OTMédia.

Cette analyse des médias veut répondre à différentes questions : qui produit et propage les informations, d’où proviennent-elles, comment sont-elles reprises par la suite et par qui ?

Comment OTMédia + fonctionne-t-il ?

L’outil va récolter automatiquement des données issues des différents médias. Les pages web, notamment des journaux, sont segmentées pour en extraire les informations importantes de chaque événement. Il va identifier des noms, des lieux, des institutions ou bien des entreprises, ainsi que des mots clés. Il est également utilisé pour détecter les similarités entre les articles, voire le plagiat.

Ces information sont par la suite traitées et enrichies dans une base de données. Cette dernière est accessible via un moteur de recherche multimodal. On y entre un nom ou bien un événement médiatique et celui-ci lance une recherche d’images et de textes. Il permet de voir les documents ainsi que leur métadonnées et d’examiner où ont été reprises les images et combien de fois.

Figure 2 : représentation visuel d’une diffusion d’une information sur plusieurs jours et dans plusieurs médias.

Ici, nous avons l’exemple d’une visualisation d’un événement médiatique que l’on peut obtenir grâce à OTMédia+.  On peut voir différents médias ainsi que leurs articles, publiés chronologiquement sur un même sujet. Les lignes vertes représentent l’AFP qui fournit des articles que les autres médias reprennent. On peut ainsi analyser comment l’information s’est propagée, savoir qui était le premier à en parler, après combien de temps le second arrive, mais également, savoir si un média en a crédité un autre comme source d’information. 

L’OTMédia+ analyse également les images, les contenus audiovisuels et les enregistrements sonores pour enrichir les descriptions. L’algorithme dit de clustering, c’est-à-dire le partitionnement des données, permet une détection automatique des événements médiatiques, et d’en donner une vision élargie. De plus, il établit des liens entre les images qui se ressemblent. L’idée est qu’une image reprises par différents médias a plus de chance de représenter un événement médiatique marquant à un instant T.

Grâce à toutes ces données, des analyses comparatives diachroniques et inter-médiatiques sont réalisés sous la forme de graphiques tels que ceux représentés ci-dessous :

Figure 3 : graphiques représentants le temps d’antennes accordé à des sujets d’actualités selon le média (chaîne d’informations, réseau social).

Dans cette présentation,le graphique à gauche permet d’observer le temps d’antenne accordé à chaque sujet d’actualité sur cinq chaînes différentes. Pour les deux autres visuels, à droite, il y a une comparaison entre les sujets d’actualités les plus abordés les chaînes d’informations et ceux sur le réseau social Twitter, sur la même période.

Prochain objectif pour l’OTMédia+

Cet outil capable de traiter une grande quantité d’informations apporte un nouvel angle de traitement : l’analyse des données qui sont dérivés de leur objectif premier. Par exemple, avec l’opération nommée « Knew Safe »5 est lancée en 2019 par l’Ina. Celle-ci consiste à intégrer de nouveaux outils de mesures à l’OTMédia+. Leurs buts sont, à terme, de repérer les fake news, de savoir d’où elles proviennent, comment elles sont relayées et reprises dans les médias.

Pour citer ce billet : Nayrat Adélaïde, Moussaoui-Héraud Anna, “Observatoire Transmédia+“, Métiers des archives et des bibliothèques : médiation de l’histoire et humanités numériques, 08 février 2022, [en ligne] URL : https://masterabd.hypotheses.org/?p=8324&preview=true&_thumbnail_id=9028

Bibliographie

L’Observatoire Transmédia ou l’info mise à nu – Ina. URL : http://www.forum-avignon.org/en/lobservatoire-transmedia-ou-linfo-mise-nu-ina

Pierre Letessier, The French Transmedia Observatory (OTMedia), 2012. URL : https://www.youtube.com/watch?v=N9GyfxbAJ2o

Nicholas Herve, OTMedia, the TransMedia News Observatory , Ina, France, 2019. URL : https://www.youtube.com/watch?v=4ztm05VDj10

Agence nationale de la Recherche, “Observatoire TransMedia – OTMedia”. URL : https://anr.fr/Projet-ANR-10-CORD-0015

Ina., “La Recherche de l’INA au service de l’étude des fausses informations”. URL : https://presse.ina.fr/la-recherche-de-lina-au-service-de-letude-des-fausses-informations/

Objectifs de l’Observatoire TransMedia. URL : http://www.otmedia.fr/objectifs-et-enjeux/

Crédits photos

Bannière : Image libre de droit “Abstrait vecteur” par macrovector_official. URL : https://fr.freepik.com/vecteurs-libre/concept-conception-medias-masse_9850239.htm

Figure 1 : Pierre Letessier, The French Transmedia Observatory (OTMedia), 2012. URL : https://www.youtube.com/watch?v=N9GyfxbAJ2o

Figure 2 et 3 : Nicholas Herve, OTMedia, the TransMedia News Observatory, Ina, France, 2019. URL : https://www.youtube.com/watch?v=4ztm05VDj10

 

 

  1. Outil présenté lors d’un cours donné à l’Ina Méditerranée par Mme Gillery. Cours suivit dans le cadre du Master 2 Métiers des archives et des bibliothèques. Médiation de l’histoire et humanités numériques à Aix-Marseille Université. []
  2. Observatoire Transmedia | ANR finance le projet pour une durée de 36 mois []
  3. L’INA, l’INRIA, Paris 3/ENS, Syllabs, LIA  et l’AFP. []
  4. https://la-rem.eu/glossary/big-data/ []
  5. https://presse.ina.fr/la-recherche-de-lina-au-service-de-letude-des-fausses-informations/ []

Une réflexion sur « Observatoire transmedia + »

Répondre à Sophie Gillery Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.