Un flyer de la National Gay Task Force représente Barbara Gittings en train de chanter en lisant une partition de Bach. En dessous un petit portrait écrit de Barbara Gittings

L’indexation à l’épreuve de la valorisation des thématiques LGBTQI+ dans les bibliothèques

« Our letters were burned, our names blotted out, our books censored, our love declared unspeakable, our very existence denied »

« San Francisco Lesbian and Gay History Project » flyer (circa 1979)1

Les chercheurs et chercheuses qui se sont intéressés à l’essor des mouvements de libération sexuelle d’après-guerre ont régulièrement souligné les liens qui unissent affirmation d’une identité minoritaire et production documentaire2. Ils ont en revanche moins étudié la façon dont ces mouvements ont pu s’appuyer sur la politisation de ce qu’avec Jean-Michel Salaün on pourrait appeler la « documentarisation »3 des ressources ainsi produites. Pourtant, comme l’ont montré des chercheurs tels que Gerard Koskovich ou James V. Carmichael4, aux États-Unis, dès les années 1970, ces mouvements ont fait de la conservation et de la valorisation des collections des bibliothèques et des fonds d’archives un enjeu politique. Ces mobilisations se sont concrétisées par le développement de bibliothèques et d’archives communautaires et par l’apparition de groupes d’intérêts à l’intérieur des associations de professionnels de l’information qui ont travaillé à rendre les bibliothèques plus inclusives.

Ainsi dès 1970, l’American Library Association (ALA) s’est dotée d’une Task Force on Gay Liberation dont l’objectif était non seulement de lutter contre les discriminations dont étaient victimes les bibliothécaires mais aussi d’accroître la visibilité des thématiques homosexuelles dans les bibliothèques. En parallèle des travaux du bibliothécaire Sanford Berman5, ce groupe a travaillé dès 1972 à réformer les pratiques de classification et d’indexation de la Library of Congress6. Depuis, cette dernière s’est engagée dans la valorisation des ressources LGBTQ+ présentes dans ses collections7. De la même façon, l’International Federation of Library Associations and Institutions (IFLA) s’est dotée en 2013 d’un LGBT Users Special Interest Group dont l’objectif est de se faire le relais des besoins d’informations du public LGBTQ+ fréquentant les bibliothèques.

En France, ce travail sur les enjeux politiques des pratiques qui entourent le processus de « documentarisation » semble avoir été plus tardif, et surtout plus confidentiel. On notera tout de même le travail effectué par la commission Legothèque de l’Association des Bibliothécaires de France (ABF) qui alimente un blog, tient une carte des centres de ressources sur le genre, produit des bibliographies, et assure la traduction de conférences professionnelles ainsi que celle d’un thésaurus thématique (l’ « Homosaurus » de l’association néerlandaise IHLIA LGBT Heritage, conçu comme une ressource complémentaire aux référentiels existants)8. L’exploration de cette question dépassant largement les limites de ce billet9, nous nous bornerons ici à évoquer quelques-uns des enjeux et quelques-unes des formes que peut prendre l’indexation dans le cadre d’une politique de valorisation des ressources documentaires en lien avec les thématiques LGBTQI+10.

L’indexation : quelques définitions

Selon le glossaire des Centres régionaux de formation aux carrières des bibliothèques (CRFCB), l’indexation est l’opération qui « consiste à attribuer à un document une marque distinctive renseignant sur son contenu et permettant de le retrouver. Elle se traduit par la recherche d’un symbole numérique ou nominal à partir de l’analyse du contenu du document »11. On distingue traditionnellement trois types d’indexation. L’indexation systématique désigne l’opération qui consiste à décrire les ressources en utilisant les indices provenant d’une classification existante, par exemple la Classification Décimale Universelle (CDU) ou la Classification décimale Dewey (CDD). L’indexation analytique (ou indexation matière) renvoie à la description d’une ressource à l’aide d’un référentiel (thésaurus ou fichier d’autorités), dont RAMEAU (Répertoire d’autorité-matière encyclopédique et alphabétique unifié) est l’exemple le plus emblématique en France. Enfin la folksonomie désigne une indexation qui n’est fondée ni sur une classification, ni sur un référentiel mais sur le langage naturel.

Ces trois formes d’indexation ont chacune leurs avantages et leurs inconvénients. La folksonomie, dans la mesure où elle permet d’éviter le recours à une terminologie prédéfinie a pour intérêt principal d’ouvrir l’indexation à des non-spécialistes et plus particulièrement aux usagers des ressources eux-mêmes. Parce qu’elle repose sur une faible formalisation, la pertinence de la folksonomie est néanmoins circonscrite aux besoins de la communauté qui la produit. L’indexation systématique, si elle ne permet pas, par définition, de s’émanciper des logiques de classement des documents, permet de faire ressortir le contenu intellectuel d’une classification. Enfin, l’indexation analytique (ou indexation matière) a pour avantage de donner un accès thématique aux ressources indépendant des termes utilisés au sein d’une classification.

C’est parce que les thématiques LGBTQI+ renvoient à des expériences minoritaires qui mobilisent une terminologie complexe, souvent méconnue et en constante évolution, que se pose le problème du passage d’un langage naturel à un langage documentaire à la fois contrôlé et hiérarchisé. Dans la mesure où c’est cet enjeu spécifique que nous souhaitons discuter dans ce billet, nous n’évoquerons ici que l’indexation systématique et l’indexation matière et laisserons de côté la question de l’usage des folksonomies.

Dewey et RAMEAU face à l’indexation des thématiques LGBTQI+

L’indexation systématique et l’indexation matière, parce qu’elles sont tributaires des évolutions des outils de classification et de contrôle des autorités, tendent à refléter la façon dont étaient conçues les thématiques liées au genre et à la sexualité lors de l’élaboration des versions successives de ces outils. Violaine Beyron-Whittaker a bien montré comment, au moins jusqu’aux années 2000, la CDD comme RAMEAU ont marginalisé ou mal représenté l’homosexualité et les transidentités12.

Absente de la CDD jusqu’en 1932 (13e édition), l’homosexualité a systématiquement été reléguée jusqu’à la 20e édition (1989) à des classes, divisions ou sections en lien avec l’anormalité (trouble de santé, crime, problème de morale publique). Quant aux transidentités, il a fallu attendre la 21e édition pour la voir apparaître dans la catégorie « relations entre les sexes », une amélioration qui s’est faite au prix de leur assimilation problématique à une « orientation sexuelle » et de l’usage du terme « transsexualité » pourtant rejeté par une partie des personnes concernées.

Concernant RAMEAU, Violaine Beyron-Whittaker relève que si le terme « homosexualité masculine » apparaît dès 1981, il faut attendre 1982 pour voir apparaître ceux de « lesbianisme » et de « bisexualité », 1989 pour le terme (à forte connotation médicale et psychiatrique) de « transsexualisme », et 2000 pour que soient créés les termes « hétérosexualité » et « homophobie ». Le répertoire a également longtemps été le reflet d’un certain nombre de confusions visibles dans la façon dont les termes ont pu être associés ou substitués les uns aux autres. Ainsi, le terme « bisexualité » s’est vu un temps associer les termes d’« androgynie » et d’ hermaphrodisme » qui renvoient pourtant à des conditions très différentes, et RAMEAU préconisait d’employer le terme « transsexualisme » pour parler d’« intersexualité »13. Aujourd’hui, grâce aux évolutions constantes dont il bénéficie, RAMEAU s’est considérablement amélioré et on y trouve des termes à la fois plus riches et plus précis sur les « minorités sexuelles » qui distinguent l’ « orientation sexuelle » de l’ « identité sexuelle »14, les personnes « intersexuées » des personnes « transgenres », les personnes appartenant à des minorités sexuelles (élèves, parents, adolescents, réfugiés, personnes âgées, etc.) et qui tient compte des termes anglophones en usage en France tels que « Coming out ».

Ces améliorations sur le plan sémantique ne permettent cependant pas encore de remédier à tous les problèmes rencontrés par les bibliothécaires souhaitant valoriser leurs collections15.

Des référentiels aux pratiques : les limites de l’indexation

Mettre à disposition des catalogueurs et des catalogueuses des descripteurs pertinents, précis et normalisés (issus d’une classification raisonnée ou de référentiels : thésaurus ou listes d’autorités) ne résout pas complètement le problème de l’indexation et de la valorisation des ressources en lien avec les thématiques LGBTQI+. Encore faut-il que les personnes en charge du catalogage aient une connaissance suffisante de leur sens et de leurs relations pour que l’indexation atteigne un niveau adéquat de cohérence et de précision. Afin d’illustrer cette limite, Renan Benyamina16 prenait pour exemple, dans son mémoire, l’indexation de deux ouvrages de Judith Butler : Trouble dans le genre et Défaire le genre. Il soulignait alors qu’en dépit de l’existence d’un descripteur « Études sur le genre », les notices catalographiques de l’ensemble des items liés à ces deux œuvres dans le catalogue de la BNF n’en faisaient pas mention, préférant d’autres descripteurs tels que « théorie féministe », « normes sociales », ou « identité sexuelle ».

Une autre limite à l’indexation réside dans les a priori ou les règles implicites que peuvent se donner les personnes en charge du catalogage. Ainsi les thématiques LGBTQI+ tendent à être perçues comme des thématiques exclusivement adultes et peinent à être valorisées dans les collections jeunesse17. Que cela relève d’un simple impensé ou d’une véritable réticence, ce traitement différentiel est pourtant un enjeu politique ancien18. Enfin, la valorisation de ces thématiques par l’indexation bute également sur une réticence générale à indexer les ouvrages de fiction, et sur une réticence plus spécifique à reconnaître l’existence d’une littérature LGBT. Ainsi, Renan Benyamina montre qu’y compris au sein du Point G, le centre de ressources sur le genre de la bibliothèque municipale de Lyon, les professionnels ont laissé la question en suspens au motif que la reconnaissance d’une « littérature gay et lesbienne » poserait des « problèmes philosophiques »19.

Conclusion

Au terme de cette rapide présentation de quelques-uns des enjeux de l’indexation des thématiques LGBTQI+ au sein des collections des bibliothèques, on retiendra que, dans l’absolu, « il ne peut y avoir de structures catégorielles ou linguistiques “correctes”, seulement celles qui émergent et circulent discursivement dans un contexte particulier »20. Pour autant, le travail d’indexation n’en constitue pas moins un défi de taille pour les bibliothécaires d’aujourd’hui car la formalisation des référentiels est une des clefs de l’exploitation des données sur le web de données et le web sémantique et donc de la visibilité des thématiques LGBTQI+ dans les moteurs de recherche.


Ce billet a été rédigé par François Boureau, Romain Chabrand et Stevie Kolodziej, étudiants en M2 Histoire, civilisations, patrimoine, parcours “Métiers des archives et des bibliothèques, médiation de l’histoire et humanités numériques”.

Pour citer ce billet : François Boureau, Romain Chabrand, Stevie Kolodziej, « L’indexation à l’épreuve de la valorisation des thématiques LGBTQI+ dans les bibliothèques », Métiers des archives et des bibliothèques : médiation de l’histoire et humanités numériques [carnet de recherche], 08 janvier 2022. [En ligne] URL :  https://masterabd.hypotheses.org/8312.

Image mise en avant : Détail d’un flyer de la National Gay Task Force représentant Barbara Gittings en train de chanter sur une partition de Jean-Sébastien Bach. ” Gittings in “People of the NGTF [National Gay Task Force]” ad” The New York Public Library Digital Collections. 1975 – 1976. Manuscripts and Archives Division, The New York Public Library. https://digitalcollections.nypl.org/items/510d47e3-b55d-a3d9-e040-e00a18064a99. Cette image relève du domaine public.

  1. GLBT Historical Society (San Francisco), San Francisco LGBT Groups Ephemera Collection (collection no. GRP EPH), folder : “San Francisco Gay and Lesbian History Project, 1979–1983.” []
  2. À titre d’exemple, on peut citer le travail de John D’Emilio, en particulier le chapitre 7 de son ouvrage publié en 1983. John D’Emilio, 1983, Sexual politics, sexual communities: the making of a homosexual minority in the United States, 1940-1970, Chicago, University of Chicago Press, 1983, 257p. []
  3. « Documentariser, c’est ni plus ni moins traiter un document comme le font, ou le faisaient, traditionnellement les professionnels de la documentation (bibliothécaires, archivistes, documentalistes) : le cataloguer, l’indexer, le résumer, le découper, éventuellement le renforcer, etc. […] L’objectif de la documentarisation est d’optimiser l’usage du document en permettant un meilleur accès à son contenu et une meilleure mise en contexte », Jean-Michel Salaün, « La redocumentarisation, un défi pour les sciences de l’information », Études de communication [En ligne], 30 | 2007, mis en ligne le 01 octobre 2009, consulté le 31 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/edc/428 ; DOI : https://doi.org/10.4000/edc.428 []
  4. Gerard Koskovich, « The History of Queer History : One Hundred Years of the Search for Shared Heritage », in National Park Foundation et National Park Service, LGBTQ America : A Theme Study of Lesbian, Gay, Bisexual, Transgender, and Queer History, National Park Foundation, Washington DC, 2016. Ouvrage consulté le 31 décembre 2021, https://www.nps.gov/subjects/lgbtqheritage/upload/lgbtqtheme-heritage.pdf. James V. Carmichael (dir.), Daring to find our names: the search for lesbigay library history, Greenwood Press (Beta Phi Mu monograph series), Westport, Conn, 1998, 251p. []
  5. Sanford Berman, Prejudices and antipathies: a tract on the LC subject heads concerning people, 1993 ed, Jefferson, N.C, McFarland & Co, 211 p. Originellement publié en 1971 chez Scarecrow Press, cet ouvrage a joué un rôle déterminant dans la critique des pratiques de catalogage et d’indexation matière. Il est librement consultable sur le site web qui lui est dédié : https://www.sanfordberman.org/. On trouve dans le chapitre “Man/Woman/Sex” les commentaires de l’auteur sur les vedettes-matières “Homosexuality” et “Lesbianism”. https://www.sanfordberman.org/prejant/mawo.pdf.  Pour un regard rétrospectif sur les transformations des vedettes-matières de la Library of Congress depuis la publication de cet ouvrage, Steven A. Knowlton, « Three Decades since Prejudices and Antipathies : A Study of Changes in the Library of Congress Subject Headings », Cataloging & Classification Quarterly, 40, 2, 2005, p. 123‑145. []
  6. Pour plus d’informations sur l’histoire de ce groupe aujourd’hui connu sous le nom de Rainbow Round Table : https://www.ala.org/rt/rrt/about/history. []
  7. Elle a par exemple édité ce guide de recherche. https://guides.loc.gov/lgbtq-studies/ []
  8. https://legothequeabf.wordpress.com/nos-outils/. []
  9. Le mémoire de Chloé Jean peut utilement servir comme introduction plus large et en français à ces questionnements. Chloé Jean, Repenser la bibliothèque publique par la bibliothèque communautaire : l’exemple des bibliothèques associatives LGBTQI+ [Mémoire non publié], sous la direction de Raphaëlle Bats, Diplôme de conservatrice de bibliothèque, ENSSIB, Université de Lyon, 2020. Consulté le 31 décembre 2021. https://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/documents/69612-repenser-la-bibliotheque-publique-par-la-bibliotheque-communautaire-l-exemple-des-bibliotheques-associatives-lgbtqi.pdf. []
  10. L’acronyme LGBTQI+ désigne l’ensemble des personnes se définissant comme lesbiennes, gay, bies, trans, queer, intersexes ainsi que toutes les identités, orientations sexuelles et expressions de genre minoritaires non recouvertes par les 6 lettres précédentes. Nous l’utilisons ici par commodité, cependant la question de la pertinence de l’acronyme et des rapprochements qu’il opère ne sera pas discutée ici. []
  11. “Indexation”, Glossaire des CRFCB. https://blogs.univ-poitiers.fr/glossaire-mco/2012/06/11/indexation/ []
  12. Violaine Beyron-Whittaker, « Les bibliothèques, lieux ressources pour les publics LGBT+ », InterCDI, n°276, novembre-décembre 2018. http://www.intercdi.org/les-bibliotheques-lieux-ressources-pour-les-publics-lgbt/. []
  13. À noter qu‘aujourd‘hui c‘est le terme « intersexuation » (et personne « intersexe ») qui semble être le terme en usage chez les personnes qu’il désigne, afin d’insister sur la différence entre « sexualité » et « sexuation ». []
  14. Là aussi, bien que la terminologie soit toujours un enjeu de luttes pour les personnes concernées, certaines personnes préfèrent l’expression « identité de genre » à celle d’ « identité sexuelle ». []
  15. C’est ce que souligne Florence Cochin dans un billet (tiré de son mémoire de fin d’étude réalisé en Belgique) rédigé pour le compte de l’IFLA LGBTQ Users Special Interest Group : « Mise en place d’un fonds LGBTQIAP+ en bibliothèque publique : le cas du fonds All Genders de la bibliothèque publique de Berchem-Sainte Agathe (Bruxelles) ». https://iflalgbtqusers.wordpress.com/mise-en-place-dun-fonds-lgbtqiap-en-bibliotheque-publique-le-cas-du-fonds-all-genders-de-la-bibliotheque-publique-de-berchem-sainte-agathe-bruxelles/. Flora Donnezan souligne de son côté que dans une des bibliothèques sur laquelle elle a enquêté, les lacunes de RAMEAU sont contournées en intégrant des mots plus adéquats dans le champ “résumé” des notices. Flora Donnezan, Faire sortir les collections LGBTQ+ du placard : un enjeu pour les secteurs jeunesse » [Mémoire non publié], sous la direction de Thomas Colombéra, Master sciences de l’information et des bibliothèques, ENSSIB, Université de Lyon, 2019. https://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/documents/69309-faire-sortir-les-collections-lgbtq-du-placard-un-enjeu-pour-les-secteurs-jeunesse.pdf. []
  16. Renan Benyamina, Du placard aux rayons : visibilité des questions de genre dans les bibliothèques publiques [Mémoire non publié], sous la direction de Christophe Catanèse, Diplôme de conservateur de bibliothèque, ENSSIB, Université de Lyon, 2013. https://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/documents/60383-du-placard-aux-rayons-visibilite-des-questions-de-genre-dans-les-bibliotheques-publiques.pdf. []
  17. Flora Donnezan, op. cit., p. 50. []
  18. À titre d’illustration, nous nous contentons de renvoyer à cette photo de Barbara Gittings prise en 1977 : Manuscripts and Archives Division, The New York Public Library. “Gittings with “Gay Liberation is for Children Too!” sign” The New York Public Library Digital Collections. 1977. https://digitalcollections.nypl.org/items/510d47e3-b5b8-a3d9-e040-e00a18064a99 []
  19. Renan Benyamina, op. cit., p.28 []
  20. Notre traduction de : « there can be no “correct” categorical or linguistic structures, only those that discursively emerge and circulate in a particular context ». Emily Drabinski, « Queering the Catalog : Queer Theory and the Politics of Correction », Brooklyn Library Faculty Publications, Paper 9, 2013, p. 102. http://digitalcommons.liu.edu/brooklyn_libfacpubs/9 []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.