Temple du son

Atelier professionnel, MMSH, 2 novembre 2021

Le mardi 2 novembre se tiendra le 6e atelier professionnel du  Master Histoire parcours Bibliothèques, archives, médiation de l’Histoire et humanités numériques, sur la thématique des Visual Studies en Méditerranée, organisé conjointement par le Pôle images, sons, pratiques du numérique en sciences humaines et sociales et le programme inter-laboratoires de la MMSH  “Archives  vivantes”1.  Cette journée commune des Master 1 et 2 « Métiers des archives et des bibliothèques, médiations de l’histoire et humanités numériques » s’organisera cette année en deux partie, la matinée sera consacrée à un atelier pratique sur la question de l’affichage des données et l’après-midi questionnera l’archivage par réalisé par les artistes et la réutilisation des archives dans les oeuvres artistiques.

Les archives sonores et audiovisuelles sont au cœur de problématiques académiques multiples qui se déclinent actuellement dans les pratiques des artistes et dans celles du public. En raison de la multiplication des plateformes académiques, commerciales et réseaux sociaux, force est de constater que tout le monde produit et diffuse de l’archive. Chercheur·e·s, artistes, publics construisent, utilisent et réemploient des données présentes sur le Web. Ces réemplois interrogent l’utilisation académique et non-académique de l’archive qui devient « sauvage ». Si l’on peut se réjouir de ces façons de lui redonner « vie », le séminaire proposera de mieux comprendre les enjeux de sa circulation, désormais libre et ouverte entre chercheur·e·s et citoyen·ne·s.

En raison de l’épidémie de Covid-19, le port du masque dans l’enceinte de la MMSH (y compris les espaces extérieurs) est obligatoire, ainsi que l’inscription préalable à la journée*.

Programme

9h30-12h : atelier profesionnel

Ateliers ouverts aux masters 1 & 2 d’Aix-Marseille Université autour de la visualisation des données pour la recherche en sciences humaines et sociales (les étudiants apporteront leurs ordinateurs portables).

Tatyana Gil et Émilie Groshens, archiviste, MMSH AMU-CNRS : le dépôt de photographies sur la plateforme MediHal https://medihal.archives-ouvertes.fr

Véronique Ginouvès, archiviste, MMSH AMU-CNRS : le transcription d’images de carnets de recherche sur la plateforme Transcrire https://transcrire.huma-num.fr

Quand les artistes archivent : ré-utiliser des archives dans les oeuvres artistiques

14h-17h30

Introduction : Christine Esclapez, PU Musicologie, PRISM

Sons dessus-dessous, intervenant : ErikM, musicien improvisateur, compositeur et plasticien. Dans son intervention ErikM convoquera une partie de ses oeuvres sonores et visuelles, en partculier ses archives d’improvisation musicale constituées d’échantillons ou de compositions issues de sons fixés et de phonographies, sur supports physiques ou numériques. Les questions du collage sonore, du Found Footage ou de la compression des données et du streaming seront conviées.

Tentative de haouking avec les Maîtres fous : film, performance et programmation concurrente, Intervenants : Baptiste Buob, chercheur ; Jérémy Demesmaeker, artiste ; Vincent Rioux, artiste codeur. Créée à partir de 2016, la performance Les Maîtres fous, en référence au film éponyme de l’anthropologue-cinéaste Jean Rouch, est l’occasion d’un travail artistique en prise directe avec l’archive. L’élaboration de cette performance, au croisement de l’art vivant, du cinéma et de l’ethnographie, est déjà une déclinaison « en corps » du film réalisé par Jean Rouch et pose la question de la transposition d’un document filmique dans le domaine de l’art vivant. Cependant, très tôt, les séances de travail et les représentations de la performance ont été filmées (en plan séquence) et les images ainsi obtenues ont été intégrées dans la performance elle-même : d’une part, des extraits des films tournés antérieurement sont projetés à chaque représentation et, d’autre part, chaque représentation est filmée puis projetée immédiatement à son terme. Le processus de création de la performance s’est ainsi accompagné de la constitution d’une vaste archive filmique que nous cherchons désormais à rendre autonome en élaborant un dispositif informatique capable d’animer les films en conservant notamment la dynamique de création et l’intention critique propres tant au rituel filmé par Jean Rouch qu’à la performance elle-même.

Ces sons qui nous envahissent, Caroline Boë, artiste sonore et compositrice, La sonothèque Ces sons qui nous envahissent https://anthropophony.org/ a été conçue suite à une nécessité pratique personnelle : disposer d’un outil méthodologique pour composer des paysages sonores dystopiques. Or, cet outil s’avère déborder sa vocation initiale : La sonothèque est devenue publique. Chacun peut downloader les sons pour les utiliser, ou uploader ses propres sons, avec une licence creative common. Elle prend une forme d’archivage collectif de sons d’une époque, et donne ainsi lieu à des réflexions sur la notion d’archives et de partage.

*Inscription auprès de veronique<dot>ginouves<at>univ-amu<dot>fr

Crédits photographiques : devant le ZKM : le temple du son, détail. Photographie de V. Ginouvès, 6 juillet 2012, CC-BY-NC-SA.

 

  1. « Archives Vivantes » est un groupe de recherche transversal et interdisciplinaire rassemblant des chercheurs et des ingénieurs de la MMSH et de PRISM qui s’intéresse aux problématiques liées à l’emploi et au réemploi des archives sonores et audiovisuelles, tant dans le cadre académique qu’artistique. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.