Le fonds Akoli Daouel : une introduction à la culture orale nigérienne

Akoli Daouel, né en 1937 à Tchingarène, département d’In-Gall, dans la région d’Agadez (Niger), est un ancien journaliste et homme politique nigérien. Issu d’une famille d’éleveur de bétail dont le père était chef de tribu, il devient dans les années 1960, le premier infirmier touareg du Niger. Le parcours d’Akoli Daouel au cœur du moment de la décolonisation est marqué par les évolutions liés au besoin d’élite formée dans un pays naissant : infirmier, journaliste, homme de radio, enseignant, entrepreneur dans le domaine du tourisme, acteur politique. Sa vie politique débute en 1970 et se continue avec quelques interruptions jusqu’en 2001 où il occupe deux postes de ministre sous deux gouvernements différents . Pendant cette période, il occupe plusieurs postes à responsabilité  mais il est aussi journaliste ; il couvre les déplacements d’Hamani Diori, devenu le premier président de la République du Niger en 19601. Entre 1961 et 1963, sa carrière de journaliste le mène à devenir directeur de la station régionale de Radio Niger d’Agadez puis, après 1974, il devient directeur des programmes de La Voix du Sahel2. En 1981, il est le directeur d’une société d’Etat, la Société Nigérienne de Télévision (SNT), qui a commencé à introduire la réception en noir et blanc des émissions télévisées au Niger.

Tout au long de sa vie, Akoli Daouel a participé à la transmission de la culture touarègue et son fonds offre une image sonore du Niger des années 1960 à 1980. Une des archives donne à entendre la joueuse de vièle monocorde, Ajjo, qui appartenait à la même tribu des Kel Tamesna3 qu’Akoli Daouel. Elle interprète ici un air en son honneur, dont l’ethnomusicologue François Borel avait déjà archivé une version en 1971 :

Composition du fonds

Le fonds se présente sous forme d’un ensemble de 38 bandes analogiques. Un courriel envoyé par Akoli Daouel à la phonothèque de la MMSH en mai 2017, insiste sur sa volonté de sauvegarder cette documentation et évoque un premier projet de dépôt. Celui-ci se fera le 25 septembre 2019 par l’intermédiaire d’une proche de sa famille, l’historienne Camille Lefebvre (DR, CNRS-IMAF). Numérisées au format WAVE 16 bits, échantillonnés sur 44Hz4, ces archives abritent un contenu exclusivement sonore figurant des situations pédagogiques, des expressions religieuses et politiques, des émissions radiophoniques ainsi que différentes pratiques musicales, dont une grande partie issue de la tradition orale.

Historique du fonds

Entre 1961 et 1980, durant sa carrière de journaliste, Akoli Daouel réalise et/ou rassemble ces prises de son au Niger, y inclut des poèmes et des musiques enregistrés et fait un focus sur la musique des communautés touarègues dans les régions de l’Aïr (région d’Agadez, Niger) et de l’Azawad (Mali). L’enquête et les analyses de ces bandes révèlent une grande diversité des activités culturelles marquées par un contexte historique succédant aux vagues de décolonisation des pays d’Afrique de l’Ouest. Le traitement archivistique a donné lieu à une enquête auprès de chercheurs et locuteurs de langues africaines de diverses disciplines des sciences humaines et sociales, spécialisés dans l’étude sur les mondes africains, puis auprès du déposant lui-même. En effet, l’ancienneté et la mauvaise conservation des bandes les ont rendues inaudibles pour partie. Plusieurs présentaient des séquences dégradées, d’autres enfin étaient de simples copies de sauvegarde mais organisées de façon différentes des originaux. Pour certaines, la qualité d’écoute a pu être améliorée via Audacity pour faciliter leur consultation. Les copies et les fichiers trop dégradés ont été conservés mais écartés.

Après de nombreuses écoutes, le processus de traitement a permis de séparer des éléments sonores qui n’avaient pas de rapport entre eux et d’en réunir d’autres dispersés sur plusieurs bandes. Par exemple, dans 4 fichiers différents étaient contenues plusieurs parties d’un même concert ; certaines d’entre elles étaient des copies5. Ainsi, sur les 38 bandes numérisées, une est hors-champs, 5 sont vierges et 32 donnent à entendre 37 fichiers sonores. Le traitement de ces fichiers a permis de repérer 3 copies, 3 enregistrements dégradés et d’en assembler 14 en 5 fichiers distincts. Un dernier enregistrement concerne une entretien sur le parcours de vie professionnel et personnel du déposant, Akoli Daouel. Ainsi nous avons répertorié 27 notices documentaires répartis en 5 corpus, représentant 14 heures et 9 minutes d’enregistrement. A la suite des écoutes et de la relecture faites par Akoli Daouel, plusieurs fichiers sonores qui ne concernent pas le Niger ont été insérés dans le corpus des « Archives isolées » (corpus 5).

Réalisation du traitement

La numérisation et le traitement de ce fonds ont été financés par le projet ERC Langarchiv 6 de l’historienne Camille Lefebvre. Le traitement a été réalisé par les archivistes Véronique Ginouvès et Etienne Bauza avec le soutien de plusieurs chercheurs, documentalistes et archivistes, sollicités pour leurs compétences et leurs spécialités :

Matteo Cialone (IDEMEC-AMU, doctorant en ethnomusicologie) ; Olivier Tourny (DR, CNRS-IDEMEC, ethnomusicologue) ; Claire Cialone-Grégoire (Médiathèque MMSH, archiviste arabisante et ingénieure d’étude) ; Fouad Ibrahim (MMSH, étudiant en sciences politiques, locuteurs de diverses langues du Soudan et du Tchad) ; Najla Eltahir (MMSH, sociolinguiste en langue arabe) ; François Borel (Musée d’ethnographie de Neuchâtel – MEN, ethnomusicologue, spécialiste du Niger) ; Charles Grémont (CNRS-IRD,  historien et chercheur à l’Institut de recherche pour le développement, spécialiste du Niger) ; Joséphine Simonnot (CNRS-CREM, ingénieure de recherche et responsable des productions audiovisuelles, des techniques de l’information et de la communication) ; Régis Roger (Copeia, responsable du service de numérisation patrimoniale) ; Thomas Henry (Radio France, responsable des collections et des ressources documentaires) ; Serge Noël-Ranaivo (Radio France, coordinateur du label Ocora de musique du monde) ; Sophie Gillery (documentaliste à l’Institut national de l’audiovisuel, responsable documentaire à Ina Méditerranée) ; Maya Saidani (musicologue au CNRPAH – Centre national de recherches préhistoriques, anthropologiques et historiques, Algérie) ; Mohamed Mehannek (ethnomusicologue au CNRPAH – Centre national de recherches préhistoriques, anthropologiques et historiques, Algérie) ; Mohamed Shafiq Gouja (maître de conférences en musique et musicologie au ISAMG – Institut supérieur des arts et métiers de Gabès) ; Arnaud Leroy (acousticien, artiste).

Les notices documentaires du fonds Akoli Daouel sont consultables sur le catalogue archivistique sur archives.org, sur la base de données de la phonothèque, Ganoub, sur le catalogue des archives et des manuscrits de l’enseignement supérieur Calames.

 

Etienne BAUZA

Master 2 « Métiers des archives et des bibliothèques. Médiation de l’histoire et humanités numériques ».

 

  1. Fiche wikipédia, « Akoli Daouel » : https://fr.wikipedia.org/wiki/Akoli_Daouel []
  2. A la suite du coup d’Etat de Seyni Kountché, Radio Niger, créé en 1958, devient La Voix du Sahel en 1974. Cette station dépend depuis 1967 de l’Office de radiodiffusion-télévision du Niger – ORTN. []
  3. Les Kel Tamesna sont une des 12 tribus qui composent l’ensemble des Kel Fadey, populations nomades de la région d’Agadez au Niger. []
  4. Numérisation du contenu sonore des bandes et de leur boîtier (fichiers au format WAVE, images au format JPEG) réalisée par la société Copeia (Arles) en octobre 2019, sur un financement du projet ERC de Camille Lefebvre. []
  5. Les fichiers 6911, 6935 et 6937 des bandes F4412, F4433 et F4435 sont rassemblés dans le fichier 6926 de la bande F4425. []
  6. « Les langues haoussa et kanuri comme archives de l’histoire du Sahara et du Sahel aux XVIIIe et XIXe siècles » : This research has received funding from the European Research Council (ERC) under the European Union’s Horizon 2020 research and innovation programme, ERC-STG 2017 Grant agreement n° 759390. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.