La critique génétique dans les archives de chercheur

Jean-Pierre Olivier de Sardan est un anthropologue français et nigérien, spécialiste de l’Afrique, et en particulier du Niger, qui a déposé en 2017 une partie de ses archives à la phonothèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’Homme.

Dans le cadre de mon mémoire de M1, j’ai eu la tâche de m’occuper du traitement de la partie papier de ce fonds, ce que l’on peut appeler les « archives scientifiques textuelles ». Les sujets abordés dans ces archives papier sont extrêmement variés car ce n’est pas le thème qui fait la cohésion de cet ensemble mais bien son format et son producteur. Néanmoins, l’une des thématiques constitutives de ce fonds est celle de la méthodologie de l’enquête, et en particulier de l’entretien, en anthropologie. Les documents qui correspondent à cette thématique ont notamment été utilisés dans la rédaction de l’ouvrage La rigueur du qualitatif. Les contraintes empiriques de l’interprétation socio-anthropologique de Jean-Pierre Olivier de Sardan. Parmi les typologies présentes, on trouve plusieurs schémas dont certains sont visiblement différentes versions successives de la même figure.

Or, avoir accès à plusieurs versions d’un même élément textuel constitue le fondement de ce qu’on appelle la « critique génétique », ou « génétique textuelle ». D’après Claire Doquet-Lacoste, dans son article « Écrits intermédiaires, écritures intermittentes », en France, cette discipline a été mise en place par Louis Hay à partir de 1967 et « se préoccupe de connaître les avants du texte, recense et analyse les opérations en jeu dans l’écriture […]. Il ne s’agit pas de comprendre comment un auteur en est arrivé au texte parfait qu’il nous livre mais d’ouvrir les pistes qu’il aurait pu suivre et d’observer son cheminement scriptural qui devient intéressant en soi« .

Bien que cette discipline s’intéresse en premier lieu aux manuscrits des écrivains de la sphère littéraire, on constate que, depuis quelques décennies, l’ethnologie vit un tournant littéraire au sens où a eu lieu une reconnaissance de l’ethnologue en tant que véritable auteur de textes et cela conduit à la légitimation de l’analyse du discours ethnologique à travers l’écriture.

Dans le cas du fonds Jean-Pierre Olivier de Sardan, on peut citer l’exemple de la boîte C-06 qui, composée d’une bibliographie, de correspondances et de notes de travail, se termine par une succession de schémas dont une partie représente visiblement les mêmes idées réécrites au fil du temps.

Avant de proposer quelques remarques à partir de ces schémas, il est important de rappeler que les exemples utilisés dans ce billet ne représentent pas l’entièreté des schémas mis à disposition dans le fonds Jean-Pierre Olivier de Sardan.

J’ai choisi de communiquer ici les trois versions qui me semblaient montrer le plus explicitement la continuité d’une réflexion.

Première version du schéma
Figure 1 : document n°71 du dossier C-06. Fonds J.-P. Olivier de Sardan.

Ainsi, on découvre tout d’abord les prémices du schéma, présentant beaucoup de ratures, et il est assez difficile de savoir quels éléments relient certaines flèches. De plus, à la première lecture, il semble complexe de déchiffrer la plupart des figures, telles que les lignes hachurées, et de clairement situer les délimitations dans l’espace de la page. Rien n’assure explicitement que ce document est la toute première version du schéma mais les hésitations rendues visibles par les corrections et les ratures suggèrent au moins que la réflexion est à ce moment-là à ses débuts.

Deuxième version schéma
Figure 2 : document n°74 du dossier C-06. Fonds J.-P. Olivier de Sardan.

La deuxième page dévoile une version plus nette du schéma bien que des ratures demeurent. Les distinctions entre chaque élément sont déjà plus claires et une différence de taille des flèches peut signifier un degré d’importance différent des liens. En tout cas, on retrouve dans ces deux schémas de nombreuses indications manuscrites similaires, bien que certaines aient été reformulées comme avec « RÉEL » devenant « RÉALITÉ ».

Schéma définitif méthodologie
Figure 3 : document n°80 du dossier C-06. Fonds J.-P. Olivier de Sardan.

Enfin, la dernière version affichée semble également être la version définitive de ce schéma représentant les étapes entre la réalité et le produit scientifique du chercheur, c’est-à-dire la méthodologie de la recherche anthropologique. L’élément qui valide de la manière la plus apparente cette idée est le fait que la rédaction est cette fois compuscrite, à la différence des deux autres versions manuscrites. En réalité, si l’on compare les trois documents, on se rend compte sur cette troisième version de la reprise presque mot pour mot du deuxième document. Les figures et leur organisation sont en tout cas identiques, comme on peut le voir avec la première case hachurée de la colonne centrale. Les modifications textuelles ont surtout eu lieu à l’intérieur des deux rectangles et du cercle central qui surplombent les trois colonnes.

Les observations que je viens de vous présenter sont très vagues et rudimentaires, notamment car la critique génétique n’est pas une discipline que je maitrise, mais l’objectif du présent billet est surtout de montrer un seul des multiples intérêts que représentent le traitement et la conservation des archives de chercheur.

Si vous souhaitez accéder à plus de raisons justifiant la présence des papiers de chercheurs dans les services d’archives, je vous propose la lecture du billet que j’avais précédemment écrit dans le Carnet de la Phonothèque à propos de l’intervention de Jean-Pierre Olivier de Sardan que la question « Pourquoi et pour qui un chercheur dépose-t-il ses archives ? » lors de la 6ème séance du séminaire « Archives de la recherche », coordonné par Emmanuelle Chapron et Véronique Ginouvès.

Billet rédigé par Pauline Muller, M1 Métiers des archives et des bibliothèques. Médiation de l’histoire et humanités numériques.

Bibliographie :

Bert, Jean-François, Qu’est-ce qu’une archive de chercheur ?, coll. Encyclopédie numérique, OpenEdition Press, 2014. En ligne : https://books.openedition.org/oep/438?lang=fr

Doquet-Lacoste, Claire (éd.), « Écritures scientifiques. Carnets, notes, ébauches », Langage et société, vol. n°127, n°1, 2009. En ligne : http://www.cairn.info/revue-langage-et-societe-2009-1.htm

Hay, Louis, Les manuscrits des écrivains. Questions de critique génétique, coll. Les Essais, José Corti, 2002.

Olivier de Sardan, La rigueur du qualitatif. Les contraintes empiriques de l’interprétation socio-anthropologique, Academia-Bruylant, 2008.

Olivier de Sardan, Jean-Pierre, La revanche des contextes. Des mésaventures de l’ingénierie sociale en Afrique et au-delà, Karthala, 2021.

Crédits photographiques : 

Image à la une : Photographie de la table de travail lors du conditionnement du fonds Jean-Pierre Olivier de Sardan. Photo prise par Pauline Muller le 27 avril 2021.

Figure 1 : reproduction du document n°71 de l’article coté C-06. Fonds Jean-Pierre Olivier de Sardan. Conservé à la Phonothèque de la MMSH.

Figure 2 : reproduction du document n°74 de l’article coté C-06. Fonds Jean-Pierre Olivier de Sardan. Conservé à la Phonothèque de la MMSH.

Figure 3 : reproduction du document n°80 de l’article coté C-06. Fonds Jean-Pierre Olivier de Sardan. Conservé à la Phonothèque de la MMSH.


Une réflexion sur « La critique génétique dans les archives de chercheur »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.