Lecture : lieux de mémoire sonore, des sons pour survivre, des sons pour tuer

Lieux de mémoire sonore, des sons pour survivre, des sons pour tuer est un ouvrage universitaire dirigé par Luis Velasco-Pufleau, musicologue et Laetitia Atlani-Duault, anthropologue qui s’inscrit dans la collection « (bien) commun ».. Il est construit en deux parties et 11 articles rédigés par 13 chercheur·e·s, qui s’intéressent aux productions sonores au cours d’évènements de crise. L’essor des sound studies et des études de musicologies politiques, ont largement contribué à l’édification de cette production. Divisé en deux grands ensembles, l’ouvrage dépeint d’une part la capacité du son à se métamorphoser en armes d’attaque ou de défense et d’une autre comme un instrument à la survie. Ce document ressemble à un tour du monde des sens, au cœur des évènements politiques contemporains. L’ouvrage est consultable sur le site OpenEdition Books. Etudiants en master métier des archives et des bibliothèques, nous avons choisi de réaliser un résumé pour chacun des articles :

Première partie : « Le silence et le son comme armes »

Chapitre 1 : « Prisonnier du son, la prison de Saydnaya en Syrie », Maria Ristani

Maria Ristani, chercheuse à l’Université Aristote de Thessalonique au sein du département de littérature anglaise, analyse et retrace l’expérience auditive des prisonniers de Saydnaya, en Syrie, prison militaire du régime de Bachar Al-Assad. L’auteure s’appuie sur les travaux d’Amnesty International, en collaboration avec Forensic Architecture, qui ont reconstitué ce lieu de tortures et d’exécutions secret, à partir des témoignages auditifs des anciens détenus. La chercheuse y décrit le panel de violence mis en œuvre par l’ambiance sonore du camp de détention : silence forcé des prisonniers et pression psychologique exercée par la confiscation de l’ouïe et de la vue (chaque captif ayant les yeux bandés). Les témoignages abordent les échos des sévices pratiqués sur les otages et l’absence des cris des prisonniers, dans l’interdiction de sonoriser leur douleur. Selon Maria Ristani, l’architecture même des cellules est pensée pour métamorphoser Saydnaya en caisson acoustique de la souffrance… En revanche, l’enquête met aussi en lumière la force du son, seules armes des incarcérés, leur permettant de récolter informations, repères et rythmes des journées. Cette prison, à l’instar de nombreux centres de privation des libertés, utilise les sens comme des instruments des tortionnaires.

Chapitre 2 :  « Chatila sous le son. Cultures, pratiques et perceptions sonores dans un camps de réfugiés au Liban », Nicolas Puig

            L’anthropologue de l’Institut de Recherche pour le Développement sous la tutelle de l’Université Paris Diderot, Nicolas Puig, se plonge au cœur de l’univers sonore d’un camp de réfugiés palestiniens, au Liban. Il décrit en premier lieu, la production musicale à la fois traditionnelle et orchestrale des musiciens, majoritairement politique et nationaliste, marquée par un discours antisioniste. Puis, il aborde des créations plus récentes et contemporaines élaborées par les jeunes rappeurs en exil, évoquant la violence quotidienne de la vie dans le camp et les affrontements urbains journaliers. L’étau de la trame du récit se resserre et nous immerge dans l’univers audible de la rue et des habitations. En effet, le chercheur a missionné certains résidents de saisir les bruits de leur environnement sonore. Certains se sont concentrés sur les échos des coups de feu et les éclats de voix des conflits de rue, pendant que d’autres ont retranscrit le murmure des jeux d’enfant et les chants aviens. Tous y dépeignent un espace urbain saturé des notes festives : mariage, enterrement ou encore rituels religieux. Les maisons sont rythmées par le bruit lancinant des ventilateurs et des vieux transistors. Les prises de son, au cœur du camp mettent en exergue la culture du lieu divisée entre palestiniens et l’arrivée plus tardive des Syriens, des Libanais précaires, des Asiatiques. Le son de Chatila est une peinture vivante : les diversités ethniques, religieuses ou culturelles, y sont audibles. Les bruits miment la précarité sociale et matérielle des réfugiés. C’est un instrument de revendication culturelle et de repère en terre d’exil créant une arme de survie face à l’arrachement.

Chapitre 3 : « Du Rêve à la Conscience arabe : les chansons humanitaires, outils du basculement de l’unité politique à la solidarité philanthropique », Abir Nur

            La chercheuse de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Abir Nur, s’attarde ici sur les chansons humanitaires produites dans les pays de langue arabe et leur instrumentalisation politique. L’auteure s’appuie sur deux chansons majeures : « Al-Helm Al-Arabi », enregistrée en 1998 et « Al Dameer Al-Arabi », diffusée en 2008. Cet article dépeint le processus d’éveil de la Conscience arabe largement porté par un discours panarabique. Abir Nur souligne la volonté d’une solidarité fraternelle entre arabophones au sein de ces enregistrements, reprenant les codes et la symbolique essentiellement égyptienne de Nasser. Cependant, elle met en exergue le changement de discours par rapport au dirigeant laïc, annexant ainsi l’aspect politique et militariste vers une dialectique de l’unité culturelle. Cette pseudo dépolitisation de ces chants, cache un plaidoyer manichéen affrontant le bien, les victimes arabes et l’ennemi, fauteur de troubles, occidental. Clips, paroles et musicalités montrent du doigt le malfaisant. Cependant, les dirigeants arabes ne sont jamais remis en cause. La chercheuse dénonce ici le capitalisme ancré de ces œuvres, bénéficiant aux dirigeants et aux grands actionnaires de ces nations, annexant ainsi la majeure part des musiques contestataires. Si ces œuvres musicales diffèrent des créations occidentales, elles en reprennent tout de même les codes de la pop, délivrant ainsi au public ce qui plait et divertit.

Chapitre 4 : « Chacun sa fête : désaccords humanitaires et confrontations politiques. Les concerts Venezuela Live Aid et Hand Off Venezuela », Fernando Garlin Politis

Fernando Garlin Politis, chercheur en ethnologie à l’Université Paris-Descartes, étudie l’opposition politique entre le président vénézuélien Nicolás Maduro et son opposant, autoproclamé dirigeant, Juan Guaidó, à travers la mise en œuvre de concerts humanitaires. En effet, le 22 février 2019, a lieu de part et d’autre de la frontière Vénézuelo-Colombienne deux évènements musicaux caritatifs, censés engranger des fonds pour pallier les difficultés alimentaires et sanitaires du pays en crise. D’un côté, nous retrouvons le « Hands off Venezuela » (HOV) organisé par Maduro et de l’autre le « Venezuela Aïd Live » (VAL) élaboré par l’homme d’affaires Richard Branson soutenu par Guaidó. Tous deux mobilisent des artistes comme outils de dénonciation des agissements du camp adverse. La musique y est diverse et ponctuée de messages politiques implicites critiquant l’hypocrisie de chacun. La participation des spectateurs à s’investir dans ces différents concerts est présentée, entre les lignes, comme un engagement politique. L’opposition stratégique des deux camps réside dans le discours publicitaire : la VAL se veut pacifiste et solidaire, la HOV, elle, revendique un esprit de résistance et une continuité de la « Révolution bolivarienne » d’Hugo Chávez dont le leitmotiv était que la révolution est une fête.

Chapitre 5 : « Après la catastrophe, la musique. Le cas du festival humanitaire Vanuatu Wan Voes Kivhan », Monika Stern et Jean-Pierre Sam

Monica Stern, musicologue, chargée de recherche au Centre de Recherche Et de Documentation sur l’Océanie, présente ici le cas de la catastrophe naturelle du cyclone Pam à Vanuatu, un archipel océanien en 2015. Dans ce contexte, elle évoque le festival humanitaire organisé par les habitants, présidé par Jean-Pierre Sam, chanteur illustre du pays insulaire et des ONG, afin de récupérer des fonds caritatifs. Elle initie son récit en évoquant la culture musicale du Vanuatu, pays décolonisé depuis les années 70. La musique a joué un rôle-clé dans la réappropriation culturelle et dans la création de l’identité nationale du pays. De plus, de nombreux concerts humanitaires ont été organisés depuis l’indépendance, pour répondre aux catastrophes naturelles, économiques et sociales que la nation traverse depuis plusieurs années. Elle dénonce ici, l’appropriation par les ONG de ces œuvres caritatives, dont les natifs se sentent dépossédés et dont les projets sont souvent inadaptés aux enjeux du territoire.  Le concert du Vanuatu a notamment été l’opportunité de se réapproprier cette culture. L’auteure dépeint également l’évènement et la musique comme un fait social qui a cherché à rassembler la population autour d’une même cause. Elle met en exergue l’imbrication de différents styles musicaux, phénomène rare, puisque l’archipel regroupe souvent les événements artistiques en fonction des groupes ethniques et religieux. Cette volonté d’unification est omniprésente au sein des paroles, auxquelles s’ajoute l’aspect de solidarité religieuse. La chercheuse souligne également le double intérêt pour l’industrie musicale pour ce genre de concerts, lui permettant de participer à un événement humanitaire, mais surtout de relancer l’économie et la consommation. Ici, la musique est présentée comme une arme de rassemblement face à l’adversité.

Chapitre 6 : « Echos rescapés. Redocumenter la musique vietnamienne avant 1975 : pistes sonores historiques et mémorielles », Kathy Nguyen

La chercheuse et professeure de la Texas Woman’s University, d’origine vietnamienne, s’est attachée à retracer l’histoire de la musique de son pays racinaire, avant 1975 et particulièrement celle des soldats vétérans, partisans du Sud du territoire. Elle introduit l’article en faisant référence aux études musicologiques menées sur l’univers artistique américain durant la guerre. Elle souligne notamment le manque de recherche effectuée sur la musique vietnamienne, dû aux censures du régime d’après-guerre. Certaines chansons évoquées, écrites entre 1950 et 1970, n’ont été diffusées que dans les années 1990-2000. L’auteure s’est essentiellement concentrée sur le style « tân nhac », traduit par « nouvelle musique ». Ces chansons abordent des thèmes récurrents : nationalistes, guerriers, mais aussi amoureux, l’espoir de retrouver une femme après la guerre. Ces dernières usent du champ lexical des amants qui se confond avec celui du bruit des armes. Les mises en scène sur les pochettes des cassettes, des VHS ou des cd montrent souvent des soldats seuls, isolés face à l’ennemi. Aujourd’hui, ces chansons sont majoritairement écoutées par la diaspora vietnamienne et connaissent un franc succès auprès de cette dernière. Armes culturelles, elles permettent de retrouver la patrie perdue, de recréer un espace sonore familial et de reconstruire son histoire. Ces créations ont également aspect salvateur ayant permis aux nombreux anciens vétérans blessés par la dépossession de leurs terres et de leurs sacrifices, de chanter leurs souffrances.

 

Deuxième partie : « Le son et la musique comme outils de survie »

Chapitre 1 : « Terrain sensible : la musique comme champ d’action dans les camps de réfugiés en Allemagne », Eckehard Pistrick

Eckehard Pistrick, professeur adjoint suppléant en ethnomusicologie à l’Institut d’ethnomusicologie européenne de l’Université de Cologne, aborde dans cet article la manière dont les conditions d’existence précaires façonnent et transforment la créativité musicale de réfugiés dans des camps en Allemagne. Cet article est le produit d’un travail ethnologique mené sur le terrain et d’une mise en œuvre de séances pédagogiques avec les réfugiés, afin de monter un théâtre musical. L’auteur nous explique ainsi que la pratique musicale reste isolée et parfois invisible pour les autres réfugiés dans les camps. Le cadre normatif et ordonné du lieu d’accueil contraste avec l’univers musical, qui constitue parfois un « état d’exception », et où cette compétence culturelle n’est pas nécessairement reconnue. La création sonore semble être ici à la fois vectrice de sociabilité entre les individus, mais également lien et passerelle avec sa propre identité culturelle arrachée. Le chercheur dépeint le parcours de vie de trois musiciens réfugiés. À partir des expériences de chacun, il conclut sur l’aspect stratégique de ces pratiques sonores :  faire face à l’omniprésence de l’attente dans les camps à l’aide d’une pratique culturelle souvent ponctuelle et reléguée au second plan. 

Chapitre 2 : « Faire de la musique en exil et combattre la violence aux frontières », Emilie Da Lage et Beshwar Hassan

Dans cet article, Emilie Da Lage, maîtresse de conférences en science de l’information et de la communication au laboratoire GERIICO de l’Université de Lille et Beshwar Hassan, kurde irakien, nous livrent leurs expériences musicales dans un contexte de violence physique ou morale aux frontières et comment ces dernières peuvent permettre de combattre ces crises. Pour ce faire, ils s’appuient sur le récit de vie de Beshwar Hassan, ancien réfugié qui a obtenu l’asile au Royaume-Uni. L’article traite des différentes formes de violences auxquelles ​a été confronté le ressortissant : séparation familiale, destruction de ses instruments de musique, ou encore le contexte violent et « désingularisant » qu’impose le statut de réfugié. Ainsi, on y apprend de quelle manière la musique lui a permis de résister lui et d’autres réfugiés. Cette violence est par ailleurs expiée par ce protagoniste par le biais de ses musiques. Salvatrices, elles lui permettent de partager ses émotions, mais aussi grâce aux réseaux sociaux dont l’analyse montre l’émergence d’une forme de récit partagé de résistance face aux conditions de vie dans les camps.

Chapitre 3 : « La musique comme moyen de survie. Pratiques d’écoute quotidienne des jeunes réfugiés, étude de cas en Suisse » de Helena Simonett

Helena Simonett, ethnomusicologue à la Haute Ecole de Lucerne, nous propose un aperçu bref de la recherche en ethnomusicologie sur la musique et l’expérience migratoire. Ces études se sont souvent concentrées sur les musiciens adultes et peu sur les auditeurs et les jeunes. Ces observations sont complétées par l’aspect psychologique et médical de la musique, parfois vectrice d’une émulation de la confiance en soi et de la mise en œuvre d’une construction personnelle positive. Ce panorama est suivi des conclusions d’une étude empirique exploratoire, qu’elle a menée auprès d’adolescents demandeurs d’asile en Suisse et sur leurs recours à la musique pour affronter les défis de la vie dans un pays étranger. L’auteure dépeint le rapport à la musique entretenue par ces jeunes. Ces derniers semblent dépendants de l’état émotionnel. La musique tient également un rôle majeur dans la vie des jeunes réfugiés, notamment pour les aider à sortir du mutisme. Elle est également un lien invisible avec leur communauté et les personnes qu’ils ont laissées derrière eux.

Chapitre 4 : « Partition pour l’exil : la musique comme espace habitable », Elise Bourgeois-Guérin, Cécile Rousseau et Claire Lyke.

Nos trois auteures, une psychologue et professeure en santé mentale à l’Université TELUQ au Québec, une professeure au département de psychiatrie à l’Université McGill à Montréal, et une danseuse contemporaine et intervenante sociale, nous proposent de nous questionner sur la musique abordée sous l’angle de l’intervention psychosociale. Ces questionnements sont intimement liés à la réalisation, sur un peu moins d’un an, d’ateliers d’expressions créatives destinés à des enfants dans un camp de réfugiés au Québec. Elles abordent les défis que représente la migration, telle que l’apparition de troubles de la santé mentale liés à leurs expériences. Les chercheuses font référence à ces traumatismes pour mieux construire les ateliers d’expressions créatives, basés sur le modèle des premiers soins psychologiques apportés en contexte post-crise. L’utilisation de l’art et des jeux va alors se transformer en un moyen de contourner les barrières linguistiques et à la création d’un espace de sécurité. La musique apparaît alors comme favorisant la contenance des émotions, ainsi que la transformation de l’expérience sur le plan symbolique.

Chapitre 5 : « Ecouter pour survivre : musique classique et conflit dans le roman musico-littéraire », Katie Harling-Lee

Katie Harling-Lee, doctorante au département d’études anglaises à l’Université de Durham, propose une analyse du roman de Steven Galloway écrit en 2009 : le violoncelliste de Sarajevo, vu comme un roman musico-littéraire. Le roman musico-littéraire est un concept définit par Benson (2006), auquel l’auteure ajoute une approche interdisciplinaire. Cet ouvrage met en scène trois protagonistes rencontrant un violoncelliste jouant dans les rues de Sarajevo pendant le siège de la ville. Ces trois derniers vont être au cœur d’une expérience auditive particulière. Katie Harling-Lee va alors dresser un panorama du paysage sonore en dégageant la signification du son et de la musique dans le roman. Elle compare ensuite ce dernier avec les écrits de Michael Walzer (2015) sur la guerre juste et injuste : tous deux mettent en perspective la résistance non-violente en temps de conflit que Walzer théorise. Cette résistance apparait dans la figure du violoncelliste et dans l’un des personnages, Flèches, qui finit par s’inscrire dans cette démarche. Enfin, elle compare son analyse à une étude ethnographique, celle de Craig Robertson (2010) sur la musique et la transformation des conflits à Sarajevo. Cette dernière comporte de grande ressemblance et justifie ainsi l’apport des analyses musico-littéraire au même titre que les études ethnographiques.

 

Pour conclure, ce recueil d’articles d’auteurs d’horizon divers nous propose de réfléchir sur l’impact de la musique dans des situations de crises et de souffrances collectives, allant de la prison de Saydnaya en Syrie, à des festivals humanitaires, en passant par des camps de réfugiés. Le son devient, selon son utilisation, une arme ou un moyen de résilience envers une situation instable voire traumatique. Cet ouvrage met en valeur l’utilisation, par les chercheurs en sciences sociales, d’archives de natures protéiformes : des enregistrements sonores, des vidéos sur les réseaux sociaux tels que Facebook ou Youtube, des interviews, de disques ou encore des prises de sons urbains, un roman…  Ce travail met en exergue la pertinence de l’utilisation de sources sonores et audiovisuelles dans le cadre universitaire, mais nous aimerions pouvoir écouter les sons ou avoir a minima les liens vers les sites qui les archivent. L’écoute permettrait également de rendre moins complexe la lecture, réservée à un public averti. Mais quelle que soit notre niveau de connaissance géopolitique,  l’ouvrage nous bouscule et nous amène vers une approche originale d’enjeux que nous n’avons pas toujours la capacité d’appréhender, pour nous donner des outils d’écoute.

Chronique rédigée par Justine Usseglio et Dorian Michelet-Thouard, étudiants en Master 1 Histoire, civilisations, patrimoine. Parcours « Métiers des archives et des bibliothèques. Médiation de l’Histoire et humanités numériques », dans le cadre de l’Unité d’Enseignement « Projets collectifs de recherche »


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.