Gens dans le musée d'art (Licence Freepik Premium).

Des musées en évolution : d’une conception muséologique des savoirs à une muséologie participative

Création progressive du concept de musée  (du XV° au XIX° siècle) : le musée des savoirs1

Le concept de musée apparaît pour la première fois, à Rome, sous le règne du pape Sixte IV (1471-1484), sans toutefois que ce terme existe véritablement. Le pape fait exposer sa collection de sculptures classiques au peuple Romain dans le bâtiment du Capitole. C’est ainsi qu’il ouvre le premier  musée.2 Les premiers musées sont donc constitués de séries d’objets juxtaposés.3

En France, les cabinets de curiosités, apparus un siècle après la collection du Capitole, peuvent eux aussi, être considérés comme les prémices du concept de musées. Ils sont apparus au XVI° siècle, au moment de la Renaissance. C’étaient des pièces, ou parfois des meubles, où étaient entreposées et exposées des « choses rares, nouvelles, singulières ». L’une de leurs fonctions était de faire découvrir le monde, y compris lointain (dans le temps et l’espace), de mieux le comprendre. Au XVIII° siècle ils deviennent peu à peu des cabinets d’histoire naturelle. La fonction de ces cabinets est de faire part des découvertes des voyageurs et d’attiser les curiosités.

Pietro Antonio Martini, View of the Salon of 1785, 1785, etching, 27.6 x 48.6 cm (image), 36.2 x 52.7 cm (The Metropolitan Museum of Art). © Licences commerciales et autres types.
Pietro Antonio Martini, View of the Salon of 1785, 1785, etching, 27.6 x 48.6 cm (image), 36.2 x 52.7 cm (The Metropolitan Museum of Art). © Licences commerciales et autres types.

Le musée commence à tenir compte de son public ( XIX° siècle ) …

Au XIX° siècle, les musées tels que le Louvre (1793) ou les salons deviennent des lieux de référence esthétiques. Les artistes comme Jacques-Louis David, Jean-Auguste Ingres, Eugène Delacroix et tant d’autres viennent y copier les plus grands chefs d’œuvre. Les critiques d’art comme Honorée de Balzac, Charles Baudelaire, Théophile Gauthier, Émile Zola… viennent y accroitre leurs connaissances artistiques et leurs jugements esthétiques. Les musées servent désormais à former des savants. Ils deviennent des musées d’études favorisant le développement de la Science, et/ou des musées d’Histoire dédiés à l’instruction et la transmission des connaissances, et/ou des musées d’Art pour la formation des peintres et des sculpteurs…

Cependant, les artistes et critiques d’art du XIX reprochent de plus en plus aux musées leur autosuffisance alors même qu’ils devraient s’adapter à toute sorte de public. Selon eux les musées sont élitistes, faits par les savants pour les savants, fermés ou peu accessibles au public de tous bords.

De la prise en compte des publics au musée participatif ( XX° et XXI° siècle)

Un siècle plus tard, les musées concentrent leurs efforts sur l’accueil des visiteurs. En 1934 la conférence de Madrid rassemble des experts du monde entier pour mettre en place des méthodes muséographiques. Pour mettre fin au dualisme de l’expert qui parle aux ignorants, les musées changent progressivement de méthodes. Dans les années 1950 de l’après-guerre  l’accent est mis sur l’éducation scolaire. Les musées s’adressent avant tout aux scolaires qui se substituent aux apprentis savants du XIX° siècle.

Dans le courant du XX° siècle, le musée évolue en priorisant l’adaptation à tous les types de publics et en améliorant le confort du visiteur. Pour y arriver le conservateur de musée fait participer les visiteurs en les invitant à des activités ludiques, à exprimer leurs ressentis. Les visiteurs sont invités à se questionner sur la signification d’une œuvre, à donner leurs propres explications, à interpréter les œuvres avec les connaissances qu’ils détiennent. Ils sont guidés dans leurs réflexions par une mise en scène, par quelques textes, par un circuit muséographique de visite… Les musées privilégient l’interactivité entre les objets exposés et les personnes impliquées. Il s’agit finalement d’une co-écriture, co-construction de l’Histoire, de thèses. Le destinataire est devenu un partenaire. On l’appelle d’ailleurs de moins en moins « visiteur ». Le musée du XX° est caractérisé par une muséographie de la personne, participative4, expérientielle, d’idées, de réflexion.5 Nous en avons les premiers exemples en France, dans lesquels la participation des habitants est le principe de fonctionnement. Ces musées ethnographiques et/ou de territoires, musées d’histoire et plus généralement dans les démarches de sciences ouvertes font en effet appel à de nombreux bénévoles.6

Les publics prennent une place centrale. Ce n’est plus la transmission de la connaissance que les musées se donnent pour objectif. Les musées du XXI° siècle sont tellement différents de ceux du XVIII° ou du XIX° siècle que Jacques Hainaurd en vient à parler de « musées de la rupture ». Ce changement de la politique des musées s’explique aussi par un progrès technologique qui a considérablement transformé notre rapport au savoir. Le savoir et la connaissance sont de moins en moins importants pour la médiation des musées, car ils sont directement accessibles sur le Smartphone ou l’ordinateur. Avec l’apparition du numérique, il y a un changement de destination et donc une réadaptions. Les musées ne sont plus un lieu de transmission des savoirs et des connaissances : les individus s’informent d’eux-mêmes directement et sur internet.7 Avec le confinement depuis mars 2020 et l’obligation de fermer, les musées ont mis au point un tout nouveau mode de médiation culturelle : la visite virtuelle.

L’homme tient le téléphone. Musée virtuel en ligne, Art GalleryTours in Smartphone. (Illustration libre de droits Ukraine).
L’homme tient le téléphone. Musée virtuel en ligne, Art GalleryTours in Smartphone. (Illustration libre de droits Ukraine).

Le musée, quel que soit son domaine de spécialité ; Archéologie, Art, Beaux-Arts, Arts décoratifs, Histoire, Sciences, Histoire naturelle, Techniques et Ethnologie, reste un lieu qui a pour rôle de retranscrire le passé. Suivant les mentalités, les conditions et expériences vécues dans le passé, on utilise les musées pour traiter des problèmes de société, répondre à des besoins propres à la période. Aujourd’hui les 2 concepts muséographiques ; musée des savoirs et musée participatif, coexistent, s’interpénètrent et se combinent pour en tirer le meilleur au profit de tous les types de public.

Blandine Soleille

Etudiante en Master 2 métiers des Archives et des Bibliothèques. Médiation de l’histoire et humanités numériques.

  1. Gens dans le musée d’art (Licence Freepik Premium).  []
  2. https://www.youtube.com/watch?v=XgHx7Q43NXo. Pourquoi a-t-on inventé les musées, Kryztof Pomian, France Culture. 2 octobre 2020. []
  3. Roland Schaer, L’Invention des musées, Gallimard/réunion des musées nationaux, coll. « Découvertes Gallimard / Histoire » (no 187), 1993. []
  4. https://polipubli.hypotheses.org/647. Le musée participatif : L’ambition des écomusées, sous la direction d’Alexandre Delarge, assisté par Isabelle Roussel. []
  5.   https://www.youtube.com/watch?v=1UWi2PrYxBQ&t=1047s. Serge Chaumier, professeur des universités, responsable du master expographie muséographie à l’université d’Artois, Proposer des musées au XXI siècle a-t-il encore un sens ? 12 mars 2018. []
  6. https://polipubli.hypotheses.org/647. Le musée participatif : L’ambition des écomusées, sous la direction d’Alexandre Delarge, assisté par Isabelle Roussel. []
  7. https://www.youtube.com/watch?v=WF4KPhnzA5k. Serge Chaumier, , professeur des universités, responsable du master expographie muséographie à l’université d’Artois, « Vers une muséologie participative ». 11 avril 2018. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.