Lecture : Burning the books : A history of the deliberate destruction of knowledge ou pourquoi nous aurons toujours besoin de bibliothèques et d’archives

L’image d’un livre qui brûle rappelle souvent à notre souvenir l’autodafé du 10 mai 1933, lorsque dans le quartier d’Unter den Linden, juste en face de l’Université Friedrich Wilhelm, un feu de joie constitué de livres d’écrivain « non allemand », juifs, marxistes, est alimenté par une foule enthousiaste de près de 40 000 personnes… C’est d’ailleurs avec cet évènement que Richard Ovenden choisit de débuter son livre.

Book burning in Berlin, May 1933. Domaine public. Wikimedia Commons.

R. Ovenden est bibliothécaire et directeur de la Bodleian Library d’Oxford. Son livre, Burning the books, paru en septembre 2020, est un essai qui tente de retracer, à travers divers évènements individuels, les motivations des destructions délibérées du savoir et les réponses développées par les professions pour y résister.

A travers 15 chapitres, relativement courts et d’une lecture aisée, variés et élégamment synthétiques, Burning the books examine différents épisodes historiques – Des tablettes d’argiles de la bibliothèque d’Assurbanipal à la légendaire bibliothèque d’Alexandrie, la dissolution des monastères sous le roi Henri VIII d’Angleterre, ou encore, l’origines des collections de la Bodleian Library et de la Library of Congress – expliquent ce qui fait que les bibliothèques et les archives sont essentielles au fonctionnement d’une société ouverte et, comment celles-ci peuvent être mieux soutenues dans leur rôle en dépit des contraintes politiques et financières actuelles.

Photographie de l’abbaye de Glastonbury, Somerset, Angleterre. Domaine public. Wikimedia commons.

L’histoire s’écrit par l’accès au savoir

Préserver et donner accès au savoir sont des entreprises centrales dans le développement des sociétés. Alors que les bibliothèques accumulent le savoir, un livre à la fois, les archives, elles, documentent directement les actions est les décisions des institutions et des administrations. Les archivistes et les bibliothécaires qui s’efforcent de les préserver et les protéger ont bien compris leur importance potentiel tout comme ceux qui souhaitent les détruire.

En s’intéressant aux archives, R. Ovenden propose une analyse de la motivation des États qui cherchent à effacer l’histoire1. Il revient sur les guerres qui ont entraîné de véritables génocides culturels : durant la guerre en Bosnie au début du XXème siècle, il estime que 480 km linéaires d’archives et de manuscrits conservés ont été détruits dans des collections institutionnelles, auxquels s’ajoutent environ 2 millions de livres imprimés. Depuis les guerres d’Irak, une portion importante des archives nationales de ce pays est toujours conservée aux États-Unis.

A travers d’autres récits similaires, R. Ovenden pose des questions nécessaires : qu’est-ce qui fait que les centres de savoirs comme des cibles politiques ? le transfert de livres et d’archives dans un autre pays peut-il être considéré comme une destruction? Employant l’expression d’ « archives migrées » (migrated archives), il souligne les conséquences sociales et politiques du déplacement des archives communautaires hors de leurs territoires.  La mainmise sur les archives, la volonté d’y accorder ou non l’accès permet de contrôler l’écriture du récit historique, tout autant qu’elle entrave le développement d’une identité culturelle chez les jeunes générations2.

Les derniers chapitres sont consacrés à la numérisation et à l’accès aux documents fragiles par nature. Pour R. Ovenden préserver le savoir n’agit pas uniquement sur la façon dont on interprète le passé mais aussi dont on aborde l’avenir. Il revient sur le phénomène des fausses informations (fake news), sur le rôle des médias sociaux, de l’archivage du Web et de son importance pour le futur. Alors que le volume d’informations accessibles en ligne ne fait qu’augmenter, les bibliothèques et les centres d’archives semblent perdre en popularité.  Le contrôle des connaissances reste un champ de bataille clé dans la lutte pour la démocratie3. Citant le philosophe français Jacques Derrida dans Mal d’archive4, «Il n’y a pas de pouvoir politique sans pouvoir sur les archives».

Bibliothèque nationale d’Irak détruite lors d’un incendie en 2003. Domaine public. Wikimedia commons.

Le livre se termine par une coda mettant en évidence le résultat du travail des archivistes et des bibliothécaires : « ils soutiennent l’éducation de la société dans son ensemble et la spécificité des communautés en son sein; ils fournissent une diversité de connaissances ; ils soutiennent le bien-être du citoyen et le principe d’une société ouverte en préservant les droits fondamentaux et en encourageant l’intégrité dans la prise de décision; ils fournissent un point de référence fixe, permettant de juger la vérité et la fausseté sur la transparence, la vérification, la citation et la reproductibilité; ils aident les sociétés racines dans leurs identités culturelles et historiques en préservant les archives écrites de ces sociétés et cultures5.

Burning the books place les bibliothèques et les archives au cœur du débat du libre accès à l’informations. « Si nous voulons tenir compte de l’avertissement de George Orwell dans Nineteen Eighty-Four (1984) – « Le passé a été effacé, l’effacement a été oublié, le mensonge est devenu vérité » – alors nous devons nous assurer que les bibliothèques et les archives ont les ressources et le soutien public pour servir de gardiens de connaissances6 ».
Pour les étudiants en histoire du livre, métiers des bibliothèques et des archives, ce livre est un manifeste pour nos métiers futurs qui signale d’une part la diversité de nos tâches, à l’importance de nos actions pour préserver la mémoire de demain.
Les idées soulevées par R. Ovenden sont nécessaires sans être toutes originales. D’autres livres traitent déjà du sujet de la destruction des bibliothèques, je pense en particulier à un livre dont le titre est similaire de l’écrivain Lucien Xavier Polastron, Livres en feu: histoire de la destruction sans fin des bibliothèques, Denoël, Paris, 2004, 429 p. Cependant, l’originalité de Burning the books est d’être écrit par un bibliothécaire, et de prendre en compte à la fois les livres, les archives et le numérique.

Le livre est disponible format papier, audiobook et epub.

Crédit de l’image mise en avant : couverture du livre Burning the books

  1. Dans son introduction, R. Ovenden explique que l’une des inspirations principales pour la rédaction du livre a été l’affaire dévoilée en 2018 de la destruction des cartes de débarquements des « windbrush generation » menée par le Ministre de l’intérieur anglais. []
  2. Lors d’une présentation de son livre, Richard Ovenden précise que plusieurs exemples de pillages d’archives ne sont pas cités dans son ouvrage, notamment le pillage du palais d’été à Pekin (1860) lors de la deuxième guerre de l’opium. Un fait similaire, déjà mentionné dans les carnets de la phonothèque, est le pillage des archives palestiniennes []
  3. Parmis les nombreux exemples, R. Ovenden choisi celui de l’investiture de Donald Trump en janvier 2017, lorsque sa conseillère Kellyanne Conway qualifiait de «faits alternatifs» les chiffres des médias sur le nombre de spectateurs, bien nombreux que lors de l’investiture de B. Obama. []
  4. Jacques Derrida, Mal d’archives, Galilée, Paris, 1995, 154 p []
  5. Traduction de l’auteur. « Firstly, they support the education of society as a whole and of specific communities within it. Secondly, they provide a diversity of knowledge and ideas. Thirdly, they support the well-being of citizens and the principles of the open society through the preservation of key rights and through encouraging integrity in decision-making. Fourthly, they provide a fixed reference point, allowing truth and falsehood to be judged through transparency, verification, citation and reproducibility. Finally they help root societies in their cultural and historical identities through preserving the written record of those societies and cultures ». []
  6. Traduction de l’auteur. «The past was erased, the erasure was forgotten, the lie became the truth » []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.