Un festival à l’épreuve de la crise sanitaire !

Étudiantes en Master 2 métiers des archives et des bibliothèques. Médiation de l’histoire et humanité numérique, dans le cadre de notre parcours Médiation, publics et humanités numériques, nous avons assisté en distanciel au cours de Madame Crivello “Usages sociaux et médiations de l’histoire” qui nous a présenté la médiation des Sciences Humaines et des Arts par l’intermédiaire du Festival du Jeu de l’oie.

En 2019, le campus d’Aix-Marseille Université accueillait la première édition du Festival du jeu de l’Oie. Il s’agit d’un festival ouvert à tous combinant les différentes disciplines des Sciences humaines et des Arts. La question de la médiation des sciences humaines et de l’art nous intéressait,  aussi nous avons assisté à la programmation sur le site officiel du Festival du jeu de l’oie qui s’est déroulé du 10 au 12 décembre 2020. Ce festival organisé par AMU en partenariat avec le Mucem est un festival des Sciences Humaines et des Arts qui – sous le nom du jeu de l’oie, le jeu le plus vieux jeu de société connu -aspire à attirer un maximum de public en utilisant un nom qui paraît décalé avec le sujet. De plus, c’est un jeu initiatique, dans le cadre du festival il est attaché à comprendre  le monde1. L’édition de l’année 2020 questionnait la situation actuelle de la crise sanitaire sous les angles des sciences humaines et de l’art en posant une question “Confinement(s) Tout un monde à l’arrêt ?”2 

L’organisation de ce festival nous pose la question de la médiation des Sciences humaines et de l’art dans un contexte nouveau, la crise sanitaire. 

L’année 2020 étant touchée par une crise sanitaire, l’organisation originelle du festival dû être modifiée. La crise a d’abord eu un impact sur la date et le sujet du festival qui était normalement prévu en juin 2020 sur le thème « Un monde en mouvement ». Le but était de montrer tout ce qui était en mouvement dans la société avec les regards des différentes disciplines. Mais la crise sanitaire a fait naître une nouvelle interrogation qui est devenu rapidement «  Tout un monde à l’arrêt ? ». Un des changements majeurs de ce festival dû à la crise sanitaire a pour conséquence de faire seulement une version web de ce dernier. Le partenariat avec le Mucem a facilité l’organisation à distance. En effet, c’était  le lieu d’accueil des tables rondes qui ont été enregistrées.

Une programmation pour rendre le festival aussi vivant qu’en présentiel a été mise en place. La  volonté est de créer un festival pour aujourd’hui mais aussi pour demain puisque les tables rondes préenregistrées sont mises sur le site internet, qui a pour projet d’être conservé sur le long terme par l’Ina3 pour qu’il devienne un témoignage de la pensée d’une époque.

Thèmes présentés lors du festival des sciences sociales et des arts. Crédit : Jaune Sardine.

 

Cette année, le festival s’est décliné en 5 thèmes, chacun des thèmes rassemblant plusieurs projets de différentes disciplines et différentes institutions. L’une des difficultés que peut poser cette médiation est la nécessité d’un intermédiaire entre chaque discipline puisque chacune a un langage qui lui est propre. Nous avions par exemple comme discipline présente lors du festival, l’anthropologie, la danse, le théâtre, la sociologie, l’histoire ; les acteurs sont des journalistes, des institutions muséales comme le Mucem et la fondation Vasarely, des lieux où la culture est une priorité.

Chaque thème abordé est le résultat de discussions pour comprendre le travail de chacun et le domaine de recherche du projet.

Un projet interdisciplinaire en sciences humaines peut connaître des difficultés. En effet, lorsqu’il n’y a pas de réponses concrètes aux problématiques, il est alors plus difficile d’expliquer au large public les connaissances liées au projet. Ce type de démarche entre en contradiction avec  une science qui montre un progrès, une évolution, basés sur des expériences démontrant si l’hypothèse fonctionne ou pas. Les sciences humaines et sociales tentent donc d’expliquer ces connaissances en les prenant en compte dans le temps et dans l’espace. 

La grande diversité disciplinaire du festival du jeu de l’oie offre donc au public une facilité pour s’orienter sur un projet pour lequel il aura une affinité plus prononcée. 

Capture d’écran du projet « La crise sanitaire en Méditerranée » sur le site du festival.

 

Pour démontrer cette interdisciplinarité nous avons choisi de vous présenter brièvement la rencontre “La crise sanitaire en Méditerranée. Quels vécus ? Quelles mobilisations ? Quels impacts ?” Cette rencontre met en relation des chercheurs en sciences humaines et sociales. Lama Kabbanji, démographe chercheuse au Centre population et développement (Ceped – UMR mixte, Institut de recherche pour le développement (IRD) et Université de Paris),  Mohammed Mebtoul, professeur de sociologie à l’université d’Oran 2, Sylvie Mazzella, directrice de recherche au CNRS et Oissila Saaidia qui dirige depuis 2017 l’IRMC (Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, USR 3077 / CNRS), situé à Tunis, ces regards des sciences humaines ont été complétés par Hala Kerbage psychiatre, affiliée à la faculté de médecine de l’université de Saint-Joseph de Beyrouth. Tous ces chercheurs vont tour à tour nous présenter les résultats des enquêtes qu’ils ont menées sur la vie quotidienne dans les pays méditerranéens (Liban, Algérie, Tunisie et Turquie.). Pour chaque questions posées nous avons plusieurs points de vue selon l’axe de recherche et les disciplines des chercheurs. Le public peut donc trouver dans cette rencontre des éléments dont il n’a pas l’habitude et élargir son point de vue. Cela permet de mettre en interaction les disciplines en sciences sociales. Le débat nous montre que dans un sujet comme une crise sanitaire, les résultats d’enquêtes se recoupent mais aussi se complètent. 

Cette forme de médiation ne favorise pas une discipline particulière mais s’ouvre à toutes. Le format numérique permet de diffuser cette valorisation dans un spectre plus large puisque une grande majorité de personnes ont pu suivre la programmation prévue chez soi.

Un autre enjeu de ce festival au format numérique est d’être archivé dans le cadre du dépôt légal à l’Ina. La pérennité est donc un enjeu après le festival, pensé pour aujourd’hui mais aussi pour demain. La question reste posée pour les années à venir : organisera-t-on un festival en présentiel pour garder un contact proche avec le public, continuera-t-on à filmer la programmation pour la mettre ensuite sur le Web ?

Pour aller plus loin : 

Organiser un événement de médiation scientifique en période de pandémie : retour sur la journée d’étude Visual studies et Méditerranée 2020  par Maryasha Barbé et Marie Arab-Banckaert

 

 

Tatyana Gil & Charlotte Mira

Master 2 métier des archives et des bibliothèques. Médiation de l’histoire et humanité numérique.

*Crédit image à la une : capture d’écran du site du festival des sciences et des arts. Design par Jaune Sardine.

  1. Jeu de l’oie. Histoire et métamorphoses []
  2. Voir le programme sur le billet de blog Festival du jeu de l’oie 2020: « tout un monde à l’arrêt » publié par Véronique Ginouvès le  28/11/2020 []
  3. Voir le billet de blog Le dépôt légal du web par Attoumani Soilihati du 06/01/2017 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.