Transmettre l’histoire de la Shoah dans un musée

Dans le cadre de notre enseignement sur les médiations de l’histoire et les humanités numériques, Ann Blanchet (conservatrice et bibliothécaire au sein du service des musées de Marseille) est intervenue sur « Les formes de transmission de l’histoire au musée ». Inspirée par son intervention, nous avons choisi d’observer la transmission de l’histoire de la Shoah dans un musée. Nous avons sélectionné à titre d’exemple le Mémorial du Camps des Milles à proximité d’Aix-en-Provence.

Le 27 Janvier de chaque année est la journée de la mémoire des génocides et de la prévention des crimes contre l’humanité. Cela permet de se commémorer des génocides survenus lors de la Seconde Guerre Mondiale, surtout la Shoah.

La Shoah ou « destruction » en hébreu tiré de la Bible, renvoie à la mise à mort de près de 6 millions de Juifs en Europe par l’Allemagne nazie durant la Seconde Guerre mondiale. Cet épisode historique est inscrit dans les programmes scolaires du collège et du lycée et est également présenté dans plusieurs musées en France. J’ai choisi d’étudier différents types de médiation possibles pour la transmission de l’histoire de la Shoah  à travers la muséographie1.

Source de la vidéo : http://www.campdesmilles.org/videos.html 

Le Mémorial du camp des Milles dédie un espace sur la compréhension de l’histoire de la Shoah en tant qu’événement historique. Les photographies, les textes, les documents orignaux, les fac-similés, les objets et les films sont utilisés et adaptés selon le public. Les visiteurs peuvent choisir un parcours chronologique pour comprendre les causes et les conséquences du génocide des Juifs. Cette exposition permanente historique a pour but de donner des outils de compréhension et de réflexion de l’histoire et d’amener chaque visiteur à se poser des questions sur le présent.
Au-delà de l’histoire, le Mémorial du Camp des Milles, propose un espace réflexif pour comprendre les différentes étapes du racisme vers les génocides du XX° siècle. Des vidéos sur les expériences sociologiques et de phénomènes de groupes peuvent être visionnées. L’objectif est de faire réfléchir le public sur les conséquences du racisme sur un groupe ethnique ou religieux afin que l’histoire de la Shoah ne puisse pas recommencer aujourd’hui et demain.

Il faut se rappeler l’histoire du camp des Milles  avant que le site, unique en France, devienne un Mémorial. Au départ, il s’agissait d’une usine de tuileries qui, lors de la Seconde Guerre mondiale, au vu de sa position géographique stratégique dans le sud de la France, a été transformée en un camp d’internement et de déportation. Les prisonniers politiques français et étrangers y défilaient comme les ressortissants du Reich, des italiens et des espagnols. Des milliers d’hommes, de femmes et d’enfants y sont passés. Les Juifs du Sud y ont été internés avant d’être déportés vers des camps de concentration et de déportation en Allemagne. À la fin de la guerre, le camp est redevenu une usine de tuileries jusqu’en 2006. Il a fallu attendre 2012 pour que le camp devienne un Mémorial géré par une fondation privée – et non d’un musée d’État.

Le Mémorial du camp des Milles peut être considéré comme un musée d’histoire tout comme le Mémorial de la Shoah à Paris.  Avant cela, le premier musée d’histoire de France a été crée en 1837 par Louis-Philippe Ier à Versailles, nous parlons du renouveau des musées d’histoire dans les années 1960 inspiré par les méthodes mises en place par le mouvement de la nouvelle muséologie. Le concept du musée d’histoire est un phénomène récent lié à la volonté de ne pas oublier l’histoire de la France et de l’Europe – en particulier durant les deux Guerres Mondiales. Les années 1960 connaissent donc un essor de musées de la résistance.  

Le projet de créer deux musées de la Shoah à Paris et aux Milles est né de la volonté des « survivants » et de leurs familles. Ces deux musées se construisent et se développent selon les quatre composantes principales d’un musée d’histoire : patrimoniale dans la sauvegarde du lieu, commémorative dans la volonté de se rappeler (1), savante avec des colloques ou des conférences en direction des publics (2), chargé de communication avec des publications (3) et enfin pédagogique dans la volonté de transmettre la mémoire aux générations futures (4).  

Dès la fin de la Seconde Guerre Mondiale, les survivants ont exprimé leur volonté d’inscrire dans la pierre le souvenir de ceux qui ont été anéantis. C’est ce que nous pouvons observer au Mémorial de la Shoah à Paris avec le Mur des Justes et la salle des Noms. Nombre de survivants ont également fait don de leurs archives personnelles pour constituer des fonds désormais exceptionnels. Nous pouvons les étudier dans le centre de documentation du Mémorial de la Shoah à Paris, un centre essentiel pour les archivistes, les étudiants et les chercheurs pour leur travail. 

 

Billet rédigé par Salomé SPINELLA, étudiante en M2 Histoire, Civilisations, Patrimoine option Métiers des Archives et des Bibliothèques, Médiation de l’histoire et humanités numériques. 

* Image mise en avant : https://www.flickr.com/photos/o_0/32353201280/  , Licence CC-BY et date de prise de vue : 5 Février 2017. Auteur : Guilhem Vellut. 

* Source de la vidéo : http://www.campdesmilles.org/videos.html. Vidéo réalisée en 2013 par Eva MOSTAER. Propos : Alain CHOURAQUI, Président de la « Fondation du Camp des Milles, Mémoire et Education ».  

Références bibliographiques : 

– Rapport d’un colloque organisée par la BnF : « Quelle(s) médiation(s) pour l’Histoire ? » -> « La transmission : inventer un rapport sensible à l’histoire » de Sophie WAHNICH, directrice de recherche, CNRS, Centre de recherches historiques 

– Jean-Yves BOURSIER (dir.), Musées de guerre et mémoriaux. Politiques de la mémoire, Editions de la Maison des sciences de l’homme, Paris, 2005

  1. Le terme précise une « activité de recherche sur les aspects pratiques du musée et de son fonctionnement, sur les modalités de la mise en œuvre quotidienne des théories muséologiques », tiré de la muséologie qui est une science du musée – Définitions du Musée du Louvre : https://www.louvre.fr/definitions/museologie-museographie []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.