Décrire pour mieux traduire : L’exemple des référentiels d’ISIDORE mobile

On ne présente plus aujourd’hui la plateforme de recherche ISIDORE.

Réalisation du Très Grand Équipement Adonis1 commandé par le CNRS en 2009, elle est aujourd’hui gérée par la Très Grande Infrastructure de Recherche (TGIR) Huma-num. Les nombreuses applications qu’elle propose, ouvrent la voie vers un accès libre, enrichi et multilingue aux données de la recherche scientifique française en Sciences Humaines et Sociales (SHS). Depuis maintenant deux ans, une nouvelle plateforme, ISIDORE Mobile, permet également de bénéficier des services d’ISIDORE à partir d’une interface simplifiée et compatible avec tout type de dispositifs électroniques.

Dans le cadre du Master 2 Métiers des archives et des bibliothèques, Médiation de l’histoire et humanités numériques, cette plateforme nous a été présentée par Nicolas Larrousse, ingénieur de recherche responsable de l’archivage à long terme et des outils d’interopérabilité au sein de la TGIR Huma-Num.

Une plateforme française, trois langues de consultation, des millions de ressources internationales

ISIDORE Mobile, résolument tournée vers l’accessibilité, rend disponible depuis 2015 sur tous supports numériques (mobiles, tablettes, phablettes et bien sûr ordinateur) et en continu (24/7), la totalité des données et métadonnées moissonnées par ISIDORE (5 259 125 ressources en 400 langues différentes).

Les données sont toujours collectées selon trois modes (voir schéma ci-dessous) : moissonnage d’entrepôts de métadonnées et données selon le protocole OAI-PMH, récupération des actualités par syndication de flux (RSS, ATOM) et indexation ciblée de pages Web issues du web de données2 (RDF). Elles sont converties si besoin en un format unique et interopérable (RDF) afin de rendre ensuite possible un accès centralisé et unifié à ces données et métadonnées pour l’utilisateur.

L’apport principal de cette nouvelle interface mobile réside dans l’usage fait du standard RDF. Ce standard tient lieu à la fois de descripteur des données et de «traducteur»3 des concepts catégorisant ces mêmes données, eux-mêmes issus de référentiels scientifiques reconnus par la communauté (Pactols, GeoEthno, Gemet, HAL, Rameau…). L’alignement des concepts de ces différents référentiels est rendu possible grâce aux principes du Linked Open Data (LOD).4

RDF : un standard du web sémantique au service de la description structurée des données scientifiques

Le standard RDF se construit à partir de 3 pôles, tel une phrase (sujet+ prédicat+ objet) ce qui lui vaut sa qualification de standard du web «sémantique». A chaque composant de ce «triplet» correspond une information exprimée sous forme d’un URI: la ressource elle-même, une propriété de cette ressource et la valeur de cette ressource.

Voici un exemple concret à partir d’un article de l’archive ouverte Hyper articles en ligne (HAL) sur le Traitement Automatique des Langues (TAL) : «Évolutions de la linguistique outillée : méfaits et bienfaits du TAL» par Ludovic Tanguy et Cécile Fabre.

Lorsque j’interroge l’entrepôt de triplets RDF d’ISIDORE (triple store RDF), j’obtiens les différents triplets décrivant cette ressource sous forme de tableau HTML dont voici un extrait :

Ces cinq triplets correspondent respectivement aux valeurs suivantes :

Ce que l’on peut également représenter sous forme de graphe5 :

Avec l’ajout des concepts de deux référentiels internationaux «Library of Congress Subject Headings»  et «Datos bibliográficos de la Biblioteca Nacional de España», la plateforme ISIDORE Mobile est devenue multilingue, tirant ainsi pleinement profit des capacités du RDF en matière de description. A la possibilité d’utiliser des ressources en trois langues, s’ajoute celle de les enrichir (donc de les décrire) grâce aux référentiels espagnol et anglais et d’y accéder par l’interface standard, l’API ou le SPARQL End-Point quelque soit la langue de rédaction de la ressource.

De l’autre côté de l’écran, les applications à la recherche en SHS

Qu’apporte ISIDORE Mobile par rapport à un moteur de recherche tel que Google ou une succession de recherches sur différentes bases de données?

Dans le cas d’une recherche par auteur (l’auteur choisi sera dans notre cas le linguiste Georges Mounin).

Le livre qui nous intéresse (Les problèmes théoriques de la traduction) date de 1963 et nous cherchons à connaître les ressources antérieures à sa publication. Nous pouvons donc réduire notre recherche à l’aide de la barre supérieure (Ressources entre 1960 et 1963), ce qui réduit à 2 le nombre de ressources répertoriées sur ISIDORE Mobile (16 au total).

Parmi les ressources sélectionnées (notices sur Calames), on nous indique qu’un tapuscrit de l’ouvrage en question est disponible au CIRDOC à Béziers. ISIDORE signale donc simultanément les ressources disponibles dans différentes bases de données, dont celles que nous n’aurions peut-être pas interrogées d’emblée.

L’onglet «Auteurs» permet également de consulter la notice d’autorité de l’auteur rédigée par la BNF ou encore la liste de ses autres ouvrages présents dans le SUDOC. La liste des auteurs liés est également disponible.

Les onglets «Disciplines» et «Collections» donnent la répartition des ressources suivant leur domaine et leur source. On apprend par exemple que l’on peut consulter en version intégrale sur le site Persée l’article de l’auteur «Pour une sémiologie de l’image», paru dans la revue Communication et langages en 1974.

Enfin l’onglet «Concepts» permet un accès aux différentes concepts reliés aux ressources portant sur Georges Mounin.

Ainsi, la langue de rédaction de la ressource n’est plus un obstacle pour son signalement et sa description. Il est toujours possible de consulter la date de publication, l’audience, la langue, le type de ressource,  les disciplines et concepts liés.

ISIDORE Mobile est donc une illustration de ce que les technologies du web sémantique6 peuvent offrir en termes de médiation des données de la recherche en SHS à l’international. Bien qu’actuellement en version bêta, la plateforme permet déjà d’accroître considérablement l’impact des données de la recherche et leur accessibilité.

Marion Verdicchio
Etudiante en Master 2- Histoire
spécialité Métiers des archives et des bibliothèques
Médiation de l’Histoire et humanités numériques
Promotion 2017-2018

 

  • Remerciements à l’ensemble de l’équipe chargée de la plateforme Isidore Mobile pour sa relecture attentive et ses conseils et à Nicolas Larrousse pour son cours très instructif sur les évolutions du web et leurs enjeux, auquel nous avons eu la chance d’assister.

Cite this article / Citer ce billet : Marion Verdicchio, « Décrire pour mieux traduire : l’exemple des référentiels d’ISIDORE mobile, » in Métiers des archives et des bibliothèques : médiation de l’histoire et humanités numériques, 03/02/2018, https://masterabd.hypotheses.org/?p=758.


Crédits photographiques :

Sitographie :

  • ISIDORE en version pour mobiles, tablettes : le web sémantique à l’œuvre [en ligne]. POUYLLAU Stéphane, via Correspondant IST-SHS, publié le 23 octobre 2015 [consulté le 3 janvier 2018]. Disponible sur http://corist-shs.cnrs.fr/Isidore_mobile_2015.
  • Isidore speaks English, sino también español et toujours en français [en ligne]. Blog de la TGIR Huma-num sur la plateforme Hypothèses.org, mis à jour le 19 mai 2015 [consulté le 3 janvier 2018]. Disponible sur http://humanum.hypotheses.org/921.
  • Signaler ses données avec Isidore [en ligne]. Huma-Num, la TGIR des humanités numériques, mis à jour le 21 décembre 2017 [consulté le 3 janvier 2018]. Disponible sur https://www.huma-num.fr/services-et-outils/signaler
  • ISIDORE : une plateforme de recherche de documents et d’information pour les Sciences Humaines et Sociales. 2011. Stéphane Pouyllau. <sic00605642> Mis à jour le 29 novembre 2017 [consulté le 3 janvier 2018]. Disponible sur https://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_00605642
  • Le CNRS lance un nouveau portail pour les sciences humaines et sociales [en ligne]. Centre national de la recherche scientifique, publié le 4 avril 2011 [consulté le 3 janvier 2018]. Disponible sur http://www2.cnrs.fr/presse/communique/2147.htm
  • Le Très grand équipement (TGE) ADONIS du Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) lance la première phase de réalisation de l’infrastructure numérique d’accès unifié aux données et documents des Sciences Humaines et Sociales (SHS) [en ligne]. DACOS, Marin, sur le blog de l’Edition Electronique Ouverte, mis à jour le 16 août 2009 [consulté le 3 janvier 2018]. Disponible sur https://leo.hypotheses.org/2456
  • Évolutions de la linguistique outillée : méfaits et bienfaits du TAL. Ludovic Tanguy, Cécile Fabre. L’information grammaticale, Peeters Publishers, 2014, pp.15-23. 〈halshs-01057493〉

 

  1. En 2013, le TGE Adonis a été associé à la plateforme Corpus-IR (Coopération des Opérateurs de Recherche Pour un Usage des Sources numériques), elle-même créée pour faciliter l’accès aux documents de la recherche en SHS. Cet ensemble forme aujourd’hui la TGIR Huma-Num. []
  2. ISIDORE permet la conversion des données et métadonnées exprimées en langage XML et HTML au format RDF. Ainsi si le RDF est un standard du web sémantique, il permet tout de même l’indexation par ISIDORE des ressources issues du web de données. []
  3. A ce sujet, voir également le billet de blog publié par Huma-Num sur Hypothèses.org le 26 janvier 2015: http://humanum.hypotheses.org/921 []
  4. Les données (data) sont libres (open), reliées (linked) entre elles au moyen de triplets RDF, identifiées par un URI et publiées en ligne selon le protocole HTTP. []
  5. Le graphe complet est disponible via le lien : https://www.rechercheisidore.fr/graph/10670/1.uu5wkd []
  6. En particulier quand elles sont utilisées pour relier les données (Linked Open Data) []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.