Vers une numérisation des pratiques de médiation scientifique

Avec l’épidémie de Covid-19 et le deuxième confinement, les universités et la recherche se retrouvent, une fois de plus, en détresse pour trouver leur public et dynamiser leurs recherches. Les outils numériques développés depuis déjà plusieurs années sont sollicités pour continuer à échanger, partager et rendre visible les questionnements des chercheurs et leurs résultats. 
 
Ce billet de blog s’inscrit dans le cadre du cours « Humanités numériques » du master Archives, bibliothèques. médiation de l’Histoire et humanités numériques » et a été pensé à la suite de notre cours avec Hannah Robin sur la Médiation scientifique. Celle-ci incarne l’enjeu de communication inhérente à l’université et nécessite, dans le contexte actuel, d’inventer de nouvelles formes de transmission pour toucher le plus grand nombre possible de personnes.
 
Comment la diffusion de la recherche universitaire doit se réinventer par le biais des outils numériques pour s’adapter aux nouvelles formes de communication, particulièrement dans le contexte sanitaire actuel ? 
 

Une vision d’une science inaccessible portée par des chercheurs reclus persiste encore aujourd’hui. Adapter un discours de spécialiste pour le communiquer à la société d’une façon générale est en effet un exercice difficile. Les universités représentent des centres de production et de transmission des connaissances, en rassemblant sachant et apprenant dans un même lieu. Un premier partage de la recherche scientifique se réalise donc au sein même des cours donnés dans les facultés mais la diffusion de ce discours reste cependant limitée puisqu’il n’est transmis qu’à quelques futurs spécialistes, les étudiants.
 
C’est face à ce constat d’un manque de diffusion vers l’ensemble de la population que de nouveaux lieux de rencontre entre chercheurs et public furent pensés. 
 
Ces lieux sont divers et reflètent la grande variété des formes de médiation possibles1. Pour n’en citer que deux : les bibliothèques donnent accès et organisent les supports de la connaissance là où les musées mettent en scène cette connaissance. Par exemple, l’exposition Connectivité du Mucem s’attache à mettre le discours des scientifiques en valeur en proposant des supports audiovisuels de ces derniers en train de commenter l’exposition. Cette médiation associe support numérique et discours oral dans le but de conserver une transmission directe et proche du public.
 
La rencontre en elle-même est un aspect important de la médiation scientifique. Pour sortir de cette vision d’une science coupée du reste de la société, il est nécessaire que chercheurs et public se découvrent. La cellule culturelle, dédiée au partage des connaissances entre science et société, propose des ateliers d’initiation et de sensibilisation aux scolaires. Ces ateliers sont gratuits et organisent des exercices d’éveil et de réflexion autour de la recherche scientifique mais aussi des rencontres directes entre une classe et un chercheur2. La confrontation entre les univers de la recherche et de l’école permet la naissance de nouveaux dialogues. 
 
L’étudiant(e) connecté(e) en temps de confinement.
 
Avec l’épidémie de Covid-19 et les confinements successifs, ce rôle du numérique devient un enjeu encore plus crucial : il ne s’agit plus seulement de permettre l’accès à la recherche par tous et pour tous mais bien de continuer la recherche. Or, celle-ci a besoin d’interactions et d’échanges pour s’enrichir. Des échanges entre chercheurs mais aussi entre le chercheur et d’autres publics, qui peuvent apporter un autre angle, de nouvelles questions… La recherche universitaire devient plus horizontale, pluridisciplinaire et c’est en cela qu’elle parvient à se renouveler. De nouvelles initiatives se créent également en dehors des universités, pour valoriser des archives et écrire l’histoire différemment. C’est par exemple le cas avec les webdocumentaires que nous avons abordés lors de la séance avec Sophie Gebeil à l’Inspé Aix .
 
Nous avons découvert à cette occasion le webdocumentaire 17.10.61 du collectif Raspouteam , artistes urbains qui utilisent les nouvelles technologies dans leurs projets. 17.10.61 permet de naviguer, entre histoires et Histoire, entre différents personnages fictifs et fonds d’archives réels en revenant sur la célèbre journée du 17 octobre 1961 à travers une carte interactive de Paris. Les musées proposent également des visites virtuelles de plus en plus nombreuses pour pallier aux confinements.
 
De la maison, nous pouvons à présent visiter non seulement le Louvre, le musée d’Orsay, et écouter des conférences du MUCEM… Mais nous pouvons également nous promener dans les galeries du British Museum de Londres, visiter le Musée d’art national de Washington ou même le Musée national d’art moderne et contemporain de Séoul ! Ces initiatives en ligne sont particulièrement intéressantes dans le contexte de confinement car elles nous permettent de saisir les enjeux d’accessibilité aux connaissances. Pour autant, on ne peut pas oublier que tous les étudiants n’ont pas nécessairement les moyens matériels de suivre tous les cours et initiatives en ligne, et ce malgré les différentes aides que les universités tentent de mettre en place. C’est pourquoi une université entièrement en ligne, si elle parait idéale dans la situation de crise que nous traversons, n’est pas envisageable sur le long terme, car elle creuse les inégalités sociales des apprenants
 
Tout le monde n’a pas la même facilité à utiliser les outils numériques…
 
Sans bibliothèques, sans musées et sans pouvoir sortir de chez soi, comment dynamiser les rencontres, enrichir nos connaissances et favoriser les discussions entre chercheurs ? Le 28 septembre dernier, notre master a organisé sa journée d’étude annuelle partiellement en ligne dû à l’interdiction pour les étudiants de se rendre en cours. Si certains problèmes ont émergé, la journée a été une réussite et avec plus de pratique les prochaines organisations seront plus aisées, en attendant que l’on puisse se retrouver en présentiel.
 
En ce sens, le festival jeu de l’oie, coorganisé par Aix-Marseille université en partenariat, notamment avec le CNRS, l’IRD et le MUCEM, tiendra sa seconde édition en distanciel via une retransmission en direct du MUCEM du 10 au 12 décembre prochain, sous le titre « Tout le monde à l’arrêt »3. Il sera particulièrement dans le ton de ce billet puisqu’il s’agira de contribuer à conforter la place des sciences sociales et des arts dans le dialogue avec la société, avec les citoyens, et avec les autres disciplines de la communauté scientifique.
 
Alicia Vigny et Marie Arab-Banckaert,
Etudiantes du Master 2 Métiers des Archives et des bibliothèques. Médiation de l’Histoire et humanités numériques. 
 
Crédits illustrations et image à la une : Série « E-volution de l’homme« , illustrations de Franck Vigny,  de Novembre 2020.
  1. Voir par exemple le billet Entre Stand-up et vulgarisation scientifique : une leçon de médiation par Alexandre Astier []
  2. Voir l’onglet « Chercheurs en classe » sur la page de Culture scientifique d’AMU []
  3. Voir le communiqué de presse du festival. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.