Littérature et vulgarisation des sciences

Ce billet est, essentiellement, un compte-rendu de lecture d’un chapitre de l’ouvrage Savants et ignorants. Une histoire de la vulgarisation des sciences1 de Daniel Raichvarg et Jean Jacques, qui nous a été conseillé pour préparer la séance d’enseignement avec François Pacaud2. Il s’intéresse à la dimension écrite de la vulgarisation et, au sein de celle-ci, à la seule littérature. Il essaie de répondre à trois questions : comment s’y est-on employé pour vulgariser les sciences ? Quelles ont été les techniques utilisées ? Comment ces livres ont-ils été accueillis ?

La vulgarisation des sciences consiste à mettre des connaissances à la portée des non-spécialistes ; elle constitue un « équilibre délicat3 » entre intelligibilité du discours et véracité scientifique. Elle est multiforme, se pratiquant aussi bien à l’oral (conférences, …) qu’à l’écrit (revues, …), par l’image (documentaires vidéo, …) qu’en « trois dimensions4 » (cabinets de curiosités, …). Quoi qu’il en soit, elle n’a commencé à se développer réellement qu’au XVIe siècle5, et n’a eu de cesse de croître depuis, pour répondre à la curiosité sans cesse renouvelée des différents publics.

La littérature est depuis longtemps un terrain fertile pour la vulgarisation des sciences.  En témoignent de nombreux ouvrages, comme Entretiens sur la pluralité des mondes (1686) de Bernard de Fontenelle, qui a remporté un franc succès en son temps. Même s’il ne s’agit là du premier livre de science vulgarisée, il ouvre en quelque sorte la voie au genre. Lequel ne va cesser de se développer dans les siècles ultérieurs, usant essentiellement de deux procédés : les voyages et les dialogues.

                                          « Jules Verne », par Félix Nadar

La première technique – les voyages – est une forme d’exploration ou, parfois, de promenade semée d’embûches qu’il va falloir traverser. Il s’agit là d’une métaphore du chemin, menant de la curiosité au savoir, censée convertir à la science. Paul et Virginie (1788) de Bernardin de Saint-Pierre semble en marquer le point de départ, et les romans de Jules Verne, comme Voyage au centre de la Terre (1864) ou Vingt mille lieues sous les mers (1870), en sont les exemples les plus aboutis. Bien souvent, ces textes font appel à trois types de personnages principaux : « ceux qui savent6 », à savoir des professeurs, des médecins, des naturalistes, etc. qui vont, tout au long de l’intrigue, dérouler leurs savoirs ; « ceux qui ne savent pas7 », qui vont d’étonnements en étonnements, de questions en questions – il peut s’agir aussi bien d’adultes que d’enfants – ; et, enfin, le narrateur qui organise les rencontres entre ces premiers et ces derniers. Bien évidemment, il y a de multiples autres personnages, qui n’ont qu’un rôle secondaire. Celui de replacer dans un contexte humain et social les leçons de science.

« Galileo Galilei », par Aristodemo Costoli

Pour les dialogues didactiques, l’usage en est ancien. Platon lui-même, avec Le banquet ou La république, s’en servait pour l’exposé de sa philosophie. Plus proche de nous, et dans la vulgarisation des sciences, Galilée en usait aussi dans Dialogue sur les deux principaux systèmes du monde (1632), ou encore dans Discours sur deux sciences nouvelles (1638). Mais on peut se demander pourquoi employer ce procédé ? Car l’entretien, la communication est à la base de toute société et de sa culture. Et l’utiliser, c’est vouloir intégrer les sciences dans la culture de tout un chacun. Quand le dialogue n’est pas possible, c’est la correspondance qui peut prendre le relais. C’est le cas, ainsi, dans Lettres à une princesse d’Allemagne (1768 – 1772) d’ Euler, mais aussi dans Lettres à Julie sur l’entomologie (1830) de Mulsant.

Mais comment tous ces textes ont-ils été accueillis ? Par le public d’abord : la réception de ces ouvrages a souvent été couronnée de succès. Par la critique ensuite : les choses sont plus mitigées. En effet dès le XVIIIe siècle, et plus encore au XIXe siècle, des voix dissonantes se font entendre. En témoigne le débat entre Pierre-Jules Hetzel et Louis Figuier. Pour le premier : « La science et l’imagination, la science et les fées ne sont donc pas incompatibles … car enfin le livre que je tiens, c’est bien un conte de fées et c’est aussi un cours d’arithmétique, c’est de la science et c’est de l’imagination, c’est de la féérie et c’est de la réalité8 ». Pour le second en revanche : « la fiction qui consiste à introduire sur la scène divers personnages et à mettre dans leur bouche la description des phénomènes scientifiques m’a toujours paru fausse, puérile, être un continuel obstacle à la clarté du style ».

Quoi qu’il en soit, le roman de science a une existence pluriséculaire. Il permet aux simples curieux, ou aux amateurs éclairés, d’apprendre, d’assouvir leur curiosité, tout en se laissant mener par une trame narrative. La littérature est ainsi un média efficace pour la vulgarisation, comme le prouvent les succès rencontrés auprès du public. Et tout bibliothécaire doit savoir y penser, quand il s’agit de conseiller à un usager un livre de science.

 

Sylvain Rovera, étudiant en Master 29

 

Remerciements à François Pacaud10, pour la relecture de ce billet.

 

Crédits photographiques :

 

  • Image à la une :  » Nature morte aux livres dans une niche  » (vers 1442-1445), par Barthélémy d’Eyck. Conservation au Rijksmuseum, à Amsterdam. Photographie dans le domaine public. Source : Wikimedia Commons.

 

  • Image 2 :  » Jules Verne  » (vers 1878), par Félix Nadar. Photographie dans le domaine public. Source : Wikimedia Commons.

 

  • Image 3 :  » Galileo Galilei « , par Aristodemo Costoli. Statue située à l’extérieur de la Galerie des Offices, à Florence (Italie). Photographie sous licence Creative Commons CC0. Source : Wikimedia Commons.

 

Notes : 

 

  1. RAICHVARG Daniel, JACQUES Jean, Savants et ignorants. Une histoire de la vulgarisation des sciences, éditions du Seuil, collection Points (série Sciences), 2003. []
  2. Cours HIS S45 (« Médiation de l’histoire et humanités numériques »), séance de François PACAUD : « Médiation scientifique. Histoire, enjeux et pratiques ». []
  3. Selon François PACAUD, dans sa séance : « Médiation scientifique. Histoire, enjeux et pratiques ». []
  4. RAICHVARG Daniel, JACQUES Jean, op. cit., p.125. []
  5. Voir le billet de Véronique Carminati : « Une brève histoire de la vulgarisation scientifique : du XVIe siècle à nos jours » http://masterabd.hypotheses.org/174 []
  6. RAICHVARG Daniel, JACQUES Jean, op. cit., p. 161. []
  7. RAICHVARG Daniel, JACQUES Jean, op. cit., p. 161. []
  8. Préface de L’arithmétique du grand-père (1865) de Jean Macé. []
  9. Master 2 « Histoire », spécialité « Métiers des archives et des bibliothèques. Médiation de l’histoire et humanités numériques », Aix-Marseille Université. []
  10. Responsable du service blogging scientifique – OpenEdition/CNRS. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.