Organiser un événement de médiation scientifique en période de pandémie : Retour sur la journée d’étude Visual Studies et Méditerranée 2020

Dans un post récent, Gaëlle Shfirin1 a soulevé la question de l’organisation d’un événement scientifique en période de pandémie. Elle souligne les problématiques organisationnelles que cela comprend telle que la mise en place d’une logistique particulière et le risque consistant à devoir tout annuler au dernier moment. Mais faut-il pour autant tout décommander et manquer l’opportunité de médiatiser les initiatives de la recherche et des institutions culturelles locales ?

Nous avons donc répondu à l’appel et avons soutenu à la participation de la journée d’étude sur le thème « Partager les livres et les archives : collaborations, associations, mutualisation », qui, pour la cinquième année consécutive, est organisée dans le cadre de notre Master Histoire parcours Bibliothèques, archives, médiation de l’Histoire et humanités numériques, conjointement avec le Pôle images, sons, pratiques du numérique et par l’Ina Méditerranée, à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme (MMSH).

Comme nous le redoutions, c’est après avoir publié le planning de la journée d’étude, imprimé les affiches, préparé les listes des personnes inscrites, envoyé des courriels d’invitations et de confirmations, et enfin réservé le nombre de salles adéquates pour le nombre de participants afin de respecter les mesures sanitaires, que nous avons reçu l’annonce de l’annulation des cours en présentiel, moins de 72 heures avant l’événement. A l’exception des étudiants en situation de handicap et ceux relevant de la fracture numérique, seuls tolérés à assister à la journée, le public étudiant a du se résoudre a suivre les communications depuis chez eux.

Nous avons donc contacté nos intervenants et participants, et malgré quelques impératifs de dernière minute (deux intervenantes n’ont pas pu assister à la journée en raison de problèmes sanitaires), celle-ci a été une réussite. Environ 40 participants nous ont rejoint en ligne, et une vingtaine sur place. Les étudiants du Master ont participé à la journée à travers leurs ordinateurs à domicile, et les inscrits de la MMSH et de l’Université Aix-Marseille ont pu nous rejoindre dans une salle, et ainsi respecter les distances recommandées.

Discussion entre mesdames Dion et Crivello sur les ANOM et la mémoire partagée.

Les participants ont effectué leurs présentations en direct de la MMSH, ou en visioconférence via l’outil conseillé par l’Université Aix-Marseille, Zoom. Après une introduction de Maryline Crivello, professeure d’Histoire moderne et Vice-présidente du conseil d’administration d’Aix-Marseille Université, au sujet du bouleversement structurel et organisationnel suite à l’internationalisation des réseaux, de la mise en œuvre de catalogues partagés et de nouvelles orientations nationales, Isabelle Dion, directrice des Archives nationales d’Outre-Mer (ANOM), a présenté les enjeux des salles d’archives virtuelles pour une accessibilité accrue des publics lointains. Gautier Poupeau, architecte de données à l’Institut national de l’audiovisuel (Ina), a conduit un atelier sur la place des métadonnées comme source pour l’analyse des archives audiovisuelles, et a présenté le développement d’une nouvelle infrastructure, entreprit par l’Ina depuis 5 ans afin de développer une technique de traitement, de stockage et de gestions des données. La journée s’est achevée par la projection du film Looted and hidden réalisé par Rona Sela (2017), évoquant l’accaparation des archives audiovisuelles palestiniennes, suivie d’une discussion sur l’importance des images dans le développement d’une identité nationale animée par l’historienne Falestin Naili.

Pour permettre une fluidité dans les présentations et échanges entre la salle et les participants à domicile, l’une d’entre nous notait toutes les questions des étudiants, pendant que l’autre utilisait le twitter pour signaler l’avancée de la journée, en utilisant le hashtag #visualsstudiesetMéditerranée2020.

L’organisation d’un événement scientifique en période de pandémie n’a fait que souligner encore l’importance des humanités numériques dans la valorisation d’une médiation scientifique à distance. Cependant, les atouts indéniables de ces nouveaux outils ne permettent pas de remplacer un échange vivant. De plus, tous les étudiants n’ont pas un ordinateur chez eux, et parfois, nous sommes dépendants du fonctionnement irrégulier du réseau internet. On peut aussi s’interroger si toutes les formes de médiations scientifiques peuvent-elles être valorisées en ligne ?  Les étudiants à distance ont été plus nombreux a poser des questions que les personnes dans la salle ce qui implique que la compréhension était plus difficile. Ou encore, lors de la projections du film, certaines personnes ont évoqué le fait de ne pas entendre le son. Ces problèmes d’installation et de fracture numérique compliquent de fait la médiation de la journée. 

Pour répondre à notre question première finalement, peut-on organiser une journée d’étude en période de pandémie ? il s’agira d’organiser une journée en laissant une grande place à l’imprévu, tout en nécessitant une grande adaptabilité de la part des organisateurs. Ces solutions, même si elles permettent donc une continuation de la recherche et de la médiation scientifique à distance, mettent en lumière les inégalités entre les différent secteurs culturels, entre les personnes, les équipements et plus largement au sein de notre société.

Au vu du nouveau confinement, pourtant, il va falloir nous habituer à ce que l’université organise les cours et les évènements en ligne, et donc, se former aux outils devenus essentiels, comme l’explique Cécile Arènes sur son blog. Nous finirons avec les mots de Sophie Deshayes, Chargée de mission Coopération Musées Recherche et Relations Académiques au Musée de Marseille, évoquant l’importance de maintenir l’organisation de manifestations culturelles2:

« Un colloque maintenu « coûte que coûte » , car plus que jamais nous avons besoin de partager des savoirs construits dans le temps long et celui du dialogue interdisciplinaire. Et plus que jamais nous avons besoin de manifester notre attachement aux savoirs émancipateurs. Nous sommes tous concernés, avec et pour les jeunes générations d’étudiants, soyons vigilants aux cotés des universitaires qui nous alertent. Ne laissons pas priver la recherche de sa raison d’être, à nulle autre pareille, ni de moyens autonomes pour produire librement ces connaissances et les partager ! »

Maryasha Barbé, Marie Arab-Banckaert

Master 2 Métiers des archives et des bibliothèques. Médiation de l’histoire et humanités numériques.

  1. Gaëlle Shfirin est responsable Communication et Partenariat au CC-IN2P3 Chargée de Communication pour le LSST en France / CNRS []
  2. Dans le cadre du colloque Regards croisés sur les grands fléaux épidémiques. Loimos, Pestis, Pestes disponible aussi sur la chaîne YouTube du Musée de Marseille []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.