Explorer de nouvelles destinations numériques pour le patrimoine documentaire et audiovisuel

Les deux missions principales des institutions culturelles sont la préservation et l’offre d’accès à leurs patrimoines. Plus récemment on leur a demandé de partager leurs collections avec un public plus vaste, lointain, et de favoriser leur accès à travers des plateformes numériques. Le savoir évolue à la fois dans sa façon d’être créé et d’être partagé, et cela se passe aujourd’hui essentiellement en ligne.

Suite à ce bouleversement structurel et organisationnel, les institutions culturelles qui veulent se conformer à leurs missions, préserver, partager et faciliter l’accès au savoir pour la société inscrivent leurs données dans le tournant numérique. Torsten Reimer, responsable des services de recherche à la British Library, l’explique clairement « Les bibliothèques répondent aux changements des besoins et des comportements des utilisateurs en passant d’un paradigme de contenu (collections) à un paradigme basé sur les services »1. Dans cette dynamique, les institutions investissent ou créent de nouvelles plateformes numériques pour offrir une meilleure exploration a leur public.

Dans le cadre de la journée d’études Visuals Studies et Méditerranée qui s’est tenue le 28 Septembre 2020 à la MMSH2, de nouveaux projets transversaux qui s’inscrivent dans cette démarche ont été présentés. 

Ainsi, dans l’objectif de promouvoir un patrimoine partagé, un partage des données et de leurs interopérabilités, les Archives nationales d’Outre-Mer (ANOM), l’Institut national de l’audiovisuel (Ina) et la Bibliothèque national de France (BnF) ont évoqué les mutations numériques que traversent leurs institutions.

Pour permettre un accès à un public lointain, les ANOM ont commencé en 2003 à numériser leurs archives et à publier en ligne leurs instruments de recherche (IREL). Isabelle Dion, directrice des ANOM, a souligné que le travail d’alimentation d’une salle d’inventaires virtuelle est une opération longue (les ANOM viennent de lancer un marché de rétro-conversion sur 4 ans), tout comme la numérisation d’archives qui nécessite des ressources humaines importantes et un budget conséquent. Aujourd’hui seules 3% des archives conservées aux ANOM sont numérisées. Par ailleurs, les ANOM participent à l’enrichissement de portails numériques, ayant pour objectif de rassembler et de compléter les collections éparpillées entre les institutions et pays différents, et ainsi, d’entrer dans le champ de la mémoire partagée. Les ANOM participent ainsi à deux portails : Archives de la Nouvelle-France et la France aux Amériques3 ; un troisième projet est également en cours, le portail « France-Vietnam »4.

De son côté, l’Institut national de l’audiovisuel (Ina) mène depuis cinq ans un projet de développement d’une nouvelle infrastructure technique pour traiter, stocker et gérer les données. Cette « reprise en main » explique Gautier Poupeau, architecte de données à l’Ina, a pour objectif de créer un lien entre l’ensemble des données, dispersées sur 60 millions de notices, et ainsi de « gouverner les données pour n’importe quel usage »5.  Il souligne qu’il est avant tout essentiel de comprendre ce que l’on attend du système d’information documentaire à mettre en place : permettre un accès facile et fluide aux usagers et, une maîtrise de l’archivage sur le long terme de collections de plus en plus hétérogènes6. L’opération est complexe et elle demande d’uniformiser et d’unifier les notices éparpillées dans des collections différentes, sans créer de redondance afin que les métadonnées s’enrichissent des données d’origines et de natures diverses constituées au fil de l’histoire documentaire de l’Ina.

affiche bibliothèque d'orient
Affiche de la Bibliothèque d’Orient (site de la BnF)

Le troisième projet7 qui revient sur le la question de la mutualisation des données s’intitule « Bibliothèque d’Orient ». Créée en 2016 et pilotée par la BnF en coopération avec huit institutions8, c’est une bibliothèque numérique qui réunit un patrimoine documentaire du Proche-Orient, couvrant la période de la fin du XVIIIème siècle à la moitié du XXème siècle. Présenté de manière éditorialiste, c’est aussi une plateforme trilingue (français, anglais, arabe). L’objectif du projet patrimoine partagé est de « sauvegarder numériquement, diffuser et faire dialoguer des sources documentaires provenant de fonds complémentaires, dispersés à travers le monde ». Ainsi, plus de dix mille documents sont accessibles et classés dans des champs thématiques différents. Selon Vanessa Desclaux, responsable à la BnF des manuscrits orientaux de l’Égypte antique et du Proche-Orient, ce n’est « pas une bibliothèque numérique exhaustive sur le Proche-Orient, mais elle a pour but de montrer les échanges, les interactions intellectuelles et culturelles à partir des collections que les uns et les autres conservent dans leur fonds et qu’ils ont fait numériser ».

Une idée commune anime ces trois projets : l’envie de centraliser le savoir et sa mise en cohérence, une façon de recréer des collections numériques dans l’immensité du web. Celle-ci se manifeste par la nécessité de créer des descriptions uniformes pour assurer une interopérabilité entre les documents et les plateformes. Quand chaque site web de bibliothèque, de centre d’archives ou même de musée à sa propre structure, croiser la recherche devient compliqué. L’enjeu de la recherche en humanités numériques est bien de développer les standards internationaux et les algorithmes qui permettront d’envisager le patrimoine documentaire et audio-visuel du point de vue de celui qui l’interroge. Unifier les collections, rendre les documents interopérables est une ambition qui répond à un service moderne en pleine émergence. 

Maryasha Barbé

Master 2 Métiers des Archives et des Bibliothèques. Médiation de l’histoire et humanités numériques. 

  1. Traduit de l’anglais par l’auteure « libraries respond to changes in user needs and behaviours by moving from a content (collections) paradigm to a service-based one », voir :  « The once and future library: what might a research library look like in 2030? », Research Libraires UK, conférence mise en ligne le 3 avril 2019 []
  2. La cinquième année consécutive qu’une journée d’étude portant ce titre est organisée dans le cadre du Master Histoire parcours Bibliothèques, archives, médiation de l’Histoire et humanités numériques. []
  3. En liaison avec les Archives Nationales de France, la BnF, la Bibliothèque et Archives du Canada (BAC) et la Bibliothèque et Archives Nationales du Quebec (BANQ []
  4. La réflexion est engagée depuis 2018 sur l’élaboration d’une base de données commune des documents d’archives de 1858 à 1954 sur internet. Elle s’oriente plutôt vers des liens informatiques à établir, une fois que la direction des archives du Vietnam aura mis en place son propre site internet, entre les ressources des deux partenaires et en utilisant pour ce faire le portail France-Archives. Voir : Archives nationales d’outre-mer, projet scientifique, culturel et éducatif, PSCE 2020-2024 []
  5. Pour plus d’informations, voir : Poupeau, Gautier, « Bilan de 15 ans de réflexion sur la gestion des données numériques », les petites cases, billet de blog diffusé le 19 novembre 2016 ; Poupeau, Gautier, « La donnée : nouvelle perspective pour les bibliothèques » dans BERMES Emmanuelle, Vers de nouveaux catalogues, Cercle de la Librairie, Paris, 2016, p.159-171. []
  6. Pour cela, il s’appuie sur le modèle Open Archival Information System (OAIS). []
  7. Malheureusement, le projet n’a pas pu être présenté en présentiel à la séance du matin lors de la journée d’étude. Vanessa Descleaux, responsable à la BnF des manuscrits orientaux de l’Égypte antique et du Proche-Orient, nous a fait part de ses notes et, de son diaporama, prévus pour la journée. La présentation PPT de Vanessa Desclaux est disponible en ligne sur academia. Ainsi que la conférence « Des fonds d’archives pour l’étude du Moyen-Orient à portée de mains » sur la chaîne YouTube de la BULAC. []
  8. Cinq nouveaux partenaires ont rejoint le projet le Patrimoine du Proche-Orient, la New York Public Library , la Bibliothèques de l’Institut Catholique de Paris, les Archives Diplomatiques et la BULAC – Bibliothèque Universitaire des Langues et Civilisations []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.