Ordonner et dominer : quels enjeux de pouvoir à l’œuvre dans nos bibliothèques ? Une analyse à la lumière des études de genre

Lors de la journée d’étude « Chercheur connecté : entre pratiques et méthodes » (octobre 2017), j’ai assisté en tant qu’étudiante du Master 2 Humanités Numériques médiation de l’histoire, métiers des archives et des bibliothèques, à l’intervention de Sarah Lecossais intitulée « Les archives de l’Ina, des terrains à part entière pour les SHS ? ». Au cours de cette intervention, elle souligna comment les logiques d’indexation et de classification d’une base de données, par ses choix de terminologie, ses lacunes, ses biais etc. témoigneraient de l’évolution d’une discipline et plus généralement de la société. C’est cette réflexion qui a inspiré ce billet.

“Ordonner une bibliothèque est une façon silencieuse d’exercer l’art de la critique.”1

Jorge Louis-Borges (1986)

Selon Borges, le bibliothécaire exercerait, dans la discrétion et sans tapage, un acte critique sur l’ensemble de sa collection. Cette notion de « critique » est déterminante pour comprendre les logiques de sélection et de production de notre savoir. Si ordonner est critiqué alors le bibliothécaire est détenteur d’une forme de pouvoir, à savoir celui de mettre en lumière ou au contraire invisibiliser un contenu. Tout acte de classement reviendrait à un acte de « priorisation ».2

Nos bibliothèques seraient donc le théâtre de jeux de pouvoir insoupçonnés. Faut-il se méfier de cette mise en ordre comme Diderot «  Méfiez-vous de celui qui veut mettre de l’ordre. Ordonner c’est toujours se rendre maître des autres en les gênant »  ou au contraire la considérer comme une donnée normale de notre société ?

Sans appeler à une suspicion généralisée, c’est en vérité la croyance d’une neutralité des politiques d’acquisition et de classification de nos bibliothèques et centres d’archive qu’il est intéressant d’interroger. Bess Sadler3 explique ainsi comment les bibliothèques seraient des lieux reproduisant inégalités, préjugés, ethnocentrisme, et déséquilibres de pouvoir au travers de ses politiques documentaires et pratiques de recrutement. Elles feraient parties des instances productrices et reproductrices de normes sociales. Le genre est un concept qui peut être utilisé afin d’analyser la fabrique de ces normes. Le Genre en tant que catégorie d’analyse4, interviendrait en effet dans les choix des prescripteurs à tous les niveaux de décision, y compris dans nos bibliothèques et seraient source d’inégalités.5

Contrairement à son voisin anglo-saxon, la production académique française reste encore très hermétique à l’intégration de ces problématiques (« études de genre ») pour interroger les conditions de production et les usages de nos sciences humaines. La tradition nationale persisterait à rester « Gender blind ».6

Aveuglées nos bibliothèques ?

Florence Salanouve7 propose d’expliquer ce phénomène au travers de trois constats :

– une difficulté à intégrer une approche critique et transversale à une discipline – les sciences de la communication et de l’information – elle-même en pleine redéfinition.

– un attachement français à un héritage positiviste caractérisé par une revendication de neutralité et d’objectivité. Les études de genre qui s’inscrivent dans les traces des théoriciens de la déconstruction mettent en cause la prétention à l’universalité des résultats issus des pratiques positivistes.

– la prégnance d’un universalisme républicain se traduisant par l’idéologie d’une citoyenneté, d’un service public « neutre » non caractérisé racialement, ethniquement, religieusement etc8.

Si on comprends ces difficultés, il n’en reste pas moins que le « gender turn »9 dans le domaine des sciences de l’information et de la communication offrirait un prisme d’analyse permettant de décrypter les différents aspects (économiques, épistémologiques, techniques etc.) des conditions de production des savoirs.10

Ces outils documentaires qui nous parlent

Sarah Lecossais, auteur d’une thèse sur la représentation des mères de famille dans les séries télévisées françaises11, a souligné lors de la journée d’étude « Chercheur connecté entre pratique et méthode » (octobre 2017) la nécessité d’utiliser un corpus documentaire composé à l’aide d’une base de donnée comme sujet de la recherche et non pas comme outil. Les outils et mode de classification permettant de repérer et rassembler ce corpus seraient en effet générateur de discours et matérialiseraient des valeurs et des stratégies.12

Florence Salanouve relève ainsi que l’analyse de la vedette « Études de genre » dans le langage d’indexation Rameau est édifiante en la matière puisqu’elle révèle un écart notable entre la logique classificatoire et la production scientifique. Elle souligne que dans les formes assimilées aux « Études de genre » se trouve « théorie du genre ». Or la « théorie du genre» en tant que véritable corpus idéologique, n’existe pas si ce n’est dans le langage utilisé par les adversaires des recherches sur le genre.

Le constat est sensiblement similaire dans l’étude de la représentation de la notion de genre dans la classification décimale Dewey (DDC) et universelle (UDC)13. Si le concept de genre est depuis les années 60 étudié en tant que catégorie d’analyse socialement construite (le genre précède le sexe)14, il reste dans son usage français lié au sens « de sexe ». C’est en effet cette dernière acception qui semble avoir été retenu selon l’auteur dans les DDC et UDC. Le genre constitue un outil de catégorisation de personne, il est donc subi et ne représente pas une notion liée à l’identité, distincte du sexe15.

Caroline Courbière16 remarque cependant des évolutions qui manifestent un rapprochement entre la notion d‘identité, les pratiques sexuelles et la caractérisation sexuelle autonome ou ambivalente. Le critère sexuel ne se décompose aujourd’hui plus de façon binaire (« sexe masculin » et « sexe féminin ») et s’est enrichit de nouvelles catégories. Ces développements prennent acte des avancées scientifiques et sociologiques en la matière et de l’augmentation du nombre de travaux sur le genre17. Ces évolutions peuvent donc témoigner d’une intégration progressive du genre en tant que notion documentaire18 bien qu’elles resteraient très en phase avec un discours dominant tendant à exclusivement associer la notion à la sphère de la sexualité.

Les outils de classification documentaires traduisent ici une volonté de participer à l’organisation du monde en faisant apparaître des catégories/identités par lesquelles, en s’y reconnaissant, les individus peuvent se sentir appartenir au corps social ou contraire s’en trouver exclus. Ils constituent des objets « structurés et structurants »19 qui ouvrent un « espace discursif »20 indéniablement politique. Plus que des outils, il s’agit finalement de discours à part entière qui sont en eux-mêmes, à intégrer en tant que sujet de la recherche en sciences sociales.

Clémence Harter
Etudiante – Master 2 Humanités numériques – 2017/2018
Relecture : Véronique Ginouvès
Ingénieure de recherche CNRS
Directrice de la Phonothèque de la MMSH d’Aix-en-Provence

 

Cite this article as: Clémence Harter, Master 2, Promotion 2017-2018, , “Ordonner et dominer : quels enjeux de pouvoir à l’œuvre dans nos bibliothèques ? Une analyse à la lumière des études de genre,” in Carnets du Master “Métiers des archives et des bibliothèques : médiations de l’histoire et humanités numériques”, 01/02/2018, https://masterabd.hypotheses.org/694.

 

Crédits photographiques

Image à la une : Christopher Michel, 2010
[CC BY 2.0] via Wikimedia Commons

<https://commons.wikimedia.org/wiki/File%3AWomens_Studies_(8407729802).jpg>

Sara Facio, 1973
Archive nationale d’Argentine, domaine public, via Wikimedia Commons

<https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Borges_biblioteca_nacional.jpg>

Capture d’écran : recherche dans les notices d’autorité ( langage RAMEAU) sur le catalogue générale de la BNF, 2018

<http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb16248353h>

Notes de bas de page

  1. Propos tenu au Collège de France, leçon sur “la création artistique” janvier 1983. (page consulté le 28/12/2017),<http://dicocitations.lemonde.fr/citations/citation-2744.php> []
  2. Maury, Yolande « Classements et classifications comme problème anthropologique : entre savoir, pouvoir et ordre »,Hermès, La Revue 2013/2 (n° 66), p. 23-29.<https://www.cairn.info/revue-hermes-la-revue-2013-2-page-23.htm> []
  3. Bess Sadler, Chris Bourg (2015), « Feminism and the Future of Library Discovery », The Code4Lib Journal, n° 28, (page consulté le 28/12/2017), <http://journal.code4lib.org/articles/10425> []
  4. « le concept de Genre renvoie aux dispositifs par lequel le pouvoir saisit, classe et discipline les individus. Le Genre s’entend ici comme un système de catégorisation binaire qui a pour fonction, d’une part, de produire la hiérarchie des sexes et les inégalités, et d’autre part, les représentations qui leur sont associées. » Salanouve, Florence. « Les bibliothèques en France ont-elles un Genre ? ». Revue de l’Enssib, 2016, n° 3, (consulté le 28/12/2017),<http://bbf.enssib.fr/revue-enssib/consulter/revue-2016-03-003> []
  5. Prat Reine (2009), « Arts du spectacle. Pour l’égal accès des femmes et des hommes aux postes de responsabilité, aux lieux de décision, aux moyens de production, aux réseaux de diffusion, à la visibilité médiatique. T 2 De l’interdit à l’empêchement » Rapport, Ministère de la Culture et de la Communication, p. 23, (page consultée le 28/12/2017),<http://www.culture.gouv.fr/culture/actualitesrapports/egalite_acces_resps09.pdf> []
  6. Salanouve, Florence, (2016), op. cit. []
  7. Idem []
  8. Florence Salanouve parle de « mythologie nationale », op. cit. []
  9. Salanouve, Florence, (2016), op. cit. []
  10. Ce « gender turn » pourrait prendre la forme d’une « une méthodologie traversière », idem []
  11. Lécossais, Sarah « La fabrique des mères imaginaires dans les séries télévisées françaises (1992-2012) », Genre, sexualité & société, 16 | Automne 2016, mis en ligne le 20 décembre 2016, (consulté le 28 décembre 2017),<http://journals.openedition.org/gss/3893;DOI:10.4000/gss.3893> []
  12. « Des unités informationnelles renvoyant à d’autres unités produites dans des sphères discursives non documentaires. » Courbières, Caroline, « La représentation documentaire du genre dans les classifications décimales », Hermès, La Revue 2013/2 (n° 66), p. 112-118. (consulté le 28/12/2017), <https://www.cairn.info/revue-hermes-la-revue-2013-2-page-112.html> []
  13. « La classification décimale de Dewey et la classification décimale universelle sont des outils professionnels normés, destinés à classer les documents en fonction de leur sujet, et des systèmes encyclopédiques de représentation des connaissances normatifs ». Courbières, Caroline, op. cit. []
  14. Delphy, Christine, « Classer, dominer. Qui sont les « autres »? » Éditions La Fabrique, Paris, 2007 []
  15. Salanouve, Florence, (2016), op. cit. []
  16. Courbières, Caroline, (2013), op. cit. []
  17. « Le critère sexuel s’enrichit alors d’une troisième catégorie, celle des « personnes présentant des caractéristiques sexuelles, psycho-sexuelles, ou socio-sexuelles ambivalentes ou particulières » (UDC, 1986) ; cette catégorie nouvelle s’élargit encore par la suite aux « personnes présentant des caractéristiques sexuelles particulières. Homosexuels. Lesbiennes. Transsexuels. Pervers sexuels. Sado-masochistes » (UDC, 1994 ; 1998 ; 2001). » Courbières, Caroline, (2013), op. cit. []
  18. « [la notion de genre] se trouve par ailleurs explicitement inscrite depuis le début des années 2000 dans le cadre des sciences sociales. » Courbières, Caroline, (2013), op. cit. []
  19. Maury, Yolande, (2013), op. cit. []
  20. Courbières, Caroline, (2013), op. cit. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.