L’exposition “Instant tunisien” et ses archives : une expérience sensorielle?

Le sociologue Jean Marc Salmon, auteur du livre 29 jours de révolution. Histoire du soulèvement tunisien, s’est associé avec plusieurs collectifs citoyens afin d’élaborer un  projet de collecte et de traitement des archives numériques.1.

L’initiative entreprise dans l’urgence de la révolution tunisienne en 2011 consiste alors à développer la “localisation, la collecte, le catalogage et l’archivage” des archives numériques2

Durant la Journée Visual Studies « Imaginaires en Méditerranée : la part incontournable de l’archive » proposée par la MMSH en octobre 2019 détaillée dans un précédent billet, nous a été présenté  par la co-comissaire Elisabeth Cestor l’exposition « Instant tunisien » accueillie par le MuCEM. Celle-ci propose l’accès aux archives collectées. L’intervenante nous a interpellé sur les enjeux du traitement et d’archivage liés à l’exploitation de ces archives numériques, et en particulier celles audiovisuelles de la révolution tunisienne envisagées à travers une perspective de valorisation des fonds sensorielle.

L’utilisation des archives audiovisuelles 

L’exposition « Before the 14th : Instant tunisien » a été initié par des collectifs citoyens (comme Doustourna) aidés par le Musée du Bardo (Tunis) et plusieurs institutions culturelles et associations  dont l’ambition est de faire (re)découvrir le déroulement de la révolution tunisienne pour rendre compte d’une mémoire des événements à travers plusieurs fonds d’archives numériques issues de donations de témoins et de contenus présents sur les réseaux sociaux et sites (Facebook, Twitter, YouTube, Dailymotion, Flickr)3.

Un des objectifs principaux de l’archivage de vidéos a été de permettre d’élaborer une protection juridique dans le cadre des procès intervenant à la fin de la révolution. La commissaire de l’exposition Houria Abdelkafi rappelle4 que le processus de collecte nécessitant une prise de contact avec les victimes et martyrs pour entendre leurs témoignages, a permis de rassembler des documents complémentaires ( formulaires d’identification des documents numériques et d’auteurs). Ces derniers facilitent de travail de renseignement des informations descriptives. 

A l’instar des projets d’archivage de sauvegarde et de conservation des contenus présents sur le web par les réseaux citoyens et Jean Marc Salmon, il est intéressant de mentionner la participation très active de la Bibliothèque nationale de France (BnF) associée à Internet Archive et la Bibliothèque du Congrès dans le cadre du Consortium international pour la préservation de l’Internet (IIPC).

De nombreux sites sur le printemps arabe ont pu être collectés et Internet Archive Global Events a proposé une collection de 161 sites nommée “Jasmine Revolution” à partir de laquelle il est possible d’effectuer des recherches (blogs, sites, pages Facebook).5

La mobilisation derrière cette sauvegarde nous rappelle l’enjeu mémoriel et juridique que représente ces archives numériques dans un contexte troublé où les informations sont contrôlées par le pouvoir.6.

L’exploitation des archives dans le cadre du projet “Before the 14th : Instant tunisien”

Le choix de mettre en avant ce type d’archives s’inscrit dans la volonté de faire ressentir au public l’atmosphère de la révolution tunisienne à l’aide de contenus audiovisuels marquants (manifestations, slogans, confrontations). Le fonds comporte près de 2000 vidéos souvent filmées sur téléphone entre le 17 décembre 2010 et le 14 janvier 2011.  L’exposition retrace les vingt neuf jours de la révolution débutant par l’immolation de Mohammed Bouazizi à Sidi Bouzid jusqu’au départ du président Zine el-Abidine Ben Ali. Les visiteurs suivent la chronologie en découvrant une vidéo à chaque événement important et l’ambiance sonore (“La Grande clameur“)7 s’amplifie tout au long de la visite afin de faire ressentir l’atmosphère particulière de la révolution à travers les slogans, et les soulèvements populaires8.

Cette initiative soulève des interrogations concernant l’exploitation des contenus récoltés par les professionnels de la documentation. En effet comme le souligne Leyla Dakhli spécialiste de l’histoire intellectuelle et sociale du monde arabe contemporain,9 les archives de la révolution du Jasmin se trouvent essentiellement sur le Web. De nombreux médias en ligne ont joué un rôle important dans la diffusion des idées révolutionnaires (“presse en ligne, actualités, sites de médias traditionnels, portails d’information, blogs de journalistes ou de citoyens, pages Facebook de militants, pure-players”).10

De plus la co-commissaire de l’exposition rappelle la difficulté de retrouver les auteurs des contenus audiovisuels publiés sur le web. En effet les ayants-droits ne sont pas toujours identifiés par les archivistes lors de la recherche des auteurs des images diffusées sur Internet.11

L’exploitation de ces archives audiovisuelles dans le cadre de l’élaboration d’un projet de valorisation a donc été très complexe en raison du manque d’informations descriptives et contextuelles à disposition des professionnels.

“Instant tunisien” nous rappelle les difficultés rencontrées lors du traitement et l’archivage des contenus sauvegardés durant une crise politique. Le processus de collecte des archives numériques de la révolution est une démarche sur le long terme car elle est toujours en cours. 

L’exposition est ainsi un projet mémoriel qui s’appuie sur l’émotion livrée par les archives audiovisuelles afin de transmettre une mémoire. 

Caroline Mienville, “Master 2 Métiers des archives et des bibliothèques. Médiations de l’Histoire et Humanités numériques.”

Crédits photographiques : 

Image à la une : ®fdeladerriere2019 

Plan de la scénographie : Géraldine Fohr et Renaud Perrin

 

  1. MuCEM, “Interview de la commissaire de l’exposition Houria Abdelkafi et la co-commissaire Elisabeth Cestor” URL : https://www.mucem.org/programme/exposition-et-temps-forts/instant-tunisien-les-archives-de-la-revolution consulté le 22/01/2020 []
  2. Selma Zghidi, « Enjeux de la narration d’une révolution à partir d’archives vidéo : “Before the 14th. Instant Tunisien”», Bulletin de l’AFAS. Sonorités, [à paraître 2020] []
  3. Romain Lecomte, « Révolution tunisienne et Internet : le rôle des médias sociaux », L’Année du Maghreb [En ligne], VII | 2011, mis en ligne le 01 janvier 2013, consulté le 30 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/1288 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.1288 []
  4. MuCEM, “Interview de la commissaire de l’exposition Houria Abdelkafi et la co-commissaire  d’Elisabeth Cestor” URL : https://www.mucem.org/programme/exposition-et-temps-forts/instant-tunisien-les-archives-de-la-revolution consulté le 22/01/2020 []
  5. Véronique Ginouvès et Jean-Christophe Peyssard, « Jasmine Revolution – Tunisia 2011 », Aldébaran, Sources de la recherche, [En ligne], mis en ligne le 02 septembre 2012 16h49. URL : http://journals.openedition.org/aldebaran/7012. consulté le 12 janvier 2020 []
  6. Romain Lecomte, « Révolution tunisienne et Internet : le rôle des médias sociaux », L’Année du Maghreb [En ligne], VII | 2011, mis en ligne le 01 janvier 2013, consulté le 30 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/anneemaghreb/1288 ; DOI : 10.4000/anneemaghreb.1288 []
  7. MuCEM, “Interview de la commissaire de l’exposition Houria Abdelkafi et la co-commissaire Elisabeth Cestor” URL : https://www.mucem.org/programme/exposition-et-temps-forts/instant-tunisien-les-archives-de-la-revolution consulté le 22/01/2020 []
  8. Selma Zghidi, « Enjeux de la narration d’une révolution à partir d’archives vidéo : “Before the 14th. Instant Tunisien”», Bulletin de l’AFAS. Sonorités, [à paraître 2020] []
  9. Dakhli Leyla, « Une lecture de la révolution tunisienne », Le Mouvement Social, 2011/3 (n° 236), p. 89-103. DOI : 10.3917/lms.236.0089. URL : https://www.cairn.info/revue-le-mouvement-social-2011-3-page-89.htm []
  10. Benjamin Premel (BnF) La “Révolution du Jasmin” sur la Toile” URL :  http://blog.bnf.fr/lecteurs/index.php/2012/07/la-revolution-du-jasmin-sur-la-toile/ []
  11. MuCEM, “Interview de la commissaire de l’exposition Houria Abdelkafi et la co-commissaire Elisabeth Cestor” URL : https://www.mucem.org/programme/exposition-et-temps-forts/instant-tunisien-les-archives-de-la-revolution consulté le 22/01/2020 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.