Enjeux de la conservation des archives numériques sur le long terme

Bien qu’on puisse l’imaginer figée, la définition d’archives ne cesse pourtant jamais d’évoluer et de s’étendre. Les législateurs ouvrant périodiquement ce statut à de nouveaux domaines. La création de l’Institut National de l’Audiovisuel (Ina) en 1974, chargée de conserver les archives de la télévision et de la radio, en est un exemple. Pour l’État, l’enjeu de cet élargissement sémantique régulier est lié l’adoption de nouveaux supports documentaires dans ses administrations.

La question de l’archivage électronique, également appelé « e-archivage », se pose alors en vue de la place que celui-ci a pris dans nos sociétés. Cette importance se vérifie par exemple dans le domaine légal et juridique : depuis la loi du 13 mars 20001, l’État reconnaît la même valeur probante à l’écrit sous forme électronique que l’écrit sur support papier.

Malgré les particularités de son support, l’archivage électronique repose sur les mêmes fondements que l’archivage analogique traditionnel : la sélection, l’élimination, la conservation et la communication de documents d’archives. Cependant, celle-ci présente aussi des caractéristiques et enjeux spécifiques, concomitant à des avantages et inconvénients propres au numérique.

Ainsi, les Archives nationales s’étaient déjà préparées pour faire face à cet enjeu bien avant l’important accroissement de la production nativement numérique des années 1990. Le programme Constance2 (CONservation et STockage des Archives Nouvelles Constituées par l’Électronique), établi entre 1978 et 1980, est le premier projet de l’administration française pour garantir la pérennité des archives informatiques. Constance conserve les seules données et informations, sans les systèmes qui les ont produits et qui étaient alors nécessaires pour les lire. L’information ainsi dissociée du support, les Archives nationales pensent la rendre accessible et lisible pendant des décennies. Le service Constance, qui portent le même nom que le programme, conserve aujourd’hui plus de 200 millions fichiers, soit 52 To de données3.

La conserver des documents électroniques pose ainsi la question plus vaste de l’archivage sur le long terme de ces données numériques : comment s’assurer que les données conservées aujourd’hui seront toujours accessibles dans vingt ou cent ans ? En France, plusieurs institutions sont chargées de chercher et d’expérimenter des solutions à ce nouvel enjeu.

Ces problématiques préoccupent le CINES4, dont une des missions est l’archivage à long terme d’informations scientifiques brutes générées par la recherche en France. Le CINES dispose aussi par l’intermédiaire de sa Plateforme d’Archivage au CINES (PAC)5 d’une des toutes premières plateformes françaises qui soit consacrée à l’archivage de données numériques.

Le concept d’archivage numérique pérenne du centre montpelliérain exige une vigilance particulière vis-à-vis des métadonnées qui accompagnent le fichier déposé. Celles-ci identifient, décrivent et présentent le document, ce qui assure sa compréhension et son exploitabilité à long-terme.6

Le CINES propose en particulier aux archivistes et aux éventuels scientifiques qui désirent verser leurs données scientifiques son service de validation de formats FACILE. Cela permet à tout un chacun de vérifier l’éligibilité de ses documents à un archivage sur leur plateforme PAC, qui exige des formats de fichier particuliers adaptés à une conservation sur le long-terme.

Enfin, il faut évoquer le Système de Préservation et d’Archivage Réparti (SPAR) développé par la Bibliothèque nationale de France. Selon Gautier Poupeau, data architecte à l’Ina qui a travaillé sur le système, SPAR est fondé sur la maîtrise de l’information numérique conservée. Cela signifie que le document numérique est constamment surveillé, comme le serait un document analogique dans un contexte de conservation préventive, grâce à des outils informatiques spécifiques. En outre, SPAR est dit « Réparti » car les fichiers sont sauvegardés sur plusieurs serveurs afin de pouvoir réagir aux éventuelles pertes et destructions7

Ces trois projets témoignent de la diversité et la vivacité des expérimentations qui ont lieu aujourd’hui en France autour de l’archivage électronique et l’archivage sur le long terme. Ce sont essentiellement des outils, et non des compétences, qui sont débattus.

« […] ce sont les outils et les connaissances qui diffèrent et non les compétences. – Gautier Poupeau8

Le travail de l’archiviste reste le même quel que soit le support de ses archives. Les archives électroniques ne sont rien d’autres que des archives, malgré l’originalité de leur support. Le rôle de l’archiviste demeure d’assurer l’intégrité, l’authenticité et la communibilité de ces documents.

Alexis Chopin

Master 2 métiers des archives et des bibliothèques. Médiation de l’histoire et humanités numériques.

Crédits photographiques :

Références :

  1. https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000399095&categorieLien=id []
  2. Système créé afin de conserver l’intégrité des « archives électroniques » et de les garder intelligibles sans limitation de durée, un défi majeur face à la rapidité de l’obsolescence technique. Le principe retenu est de les rendre accessibles en dehors des systèmes qui les ont produites et de permettre à n’importe quel utilisateur de les décoder à travers les décennies. Source : http://www.archives-nationales.culture.gouv.fr/l-archivage-numerique-aux-Archives-nationales []
  3. Ibid. []
  4. Le Centre informatique national de l’enseignement supérieur ou CINES (anciennement CNUSC), est un établissement public à caractère administratif français basé à Montpellier. Ses trois missions statuaires sont le calcul numérique intensif, l’archivage pérenne de données électroniques et l’hébergement de plates-formes informatiques d’envergure nationale. Source : https://www.cines.fr/presentation []
  5. https://www.cines.fr/archivage/nos-solutions-darchivage/pac/ []
  6. https://www.cines.fr/archivage/un-concept-des-problematiques/les-metadonnees-de-perennisation/ []
  7. https://www.bnf.fr/fr/spar-systeme-de-preservation-et-darchivage-reparti []
  8. Gautier Poupeau, L’expression « digital preservation » est-elle pertinente ? http://www.lespetitescases.net/expression-digital-preservation-est-elle-pertinente []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.