Le label « musées de France » : le défi des musées d’aujourd’hui et de demain

Le 15 Octobre 2013, le Ministère de la Culture et de la Communication a publié la liste des « musées de France ». Ann Blanchet s’intéresse à la fonction du musée dans la société. Retour sur la place du musée en France.

Du cabinet de curiosité destiné aux personnes les plus aisées et privilégiées des XVI-XVIII° siècles, aux musées arborant le territoire français, les collections d’objets suscitent des intérêts multiples, tels qu’intellectuel, social et culturel par exemple. Le point commun le plus évident que l’on peut assimiler entre le cabinet de curiosité et le musée tel que nous le connaissons aujourd’hui, est leur vocation éducative. Peu importe les objets qu’elles renferment, les collections sont vouées à sortir du secret.

Capture écran de la redéfinition du musée d’après l’ICOM, proposée les 21 et 22 Juillet 2019.

Le CNRTL1  définit le musée comme étant un « établissement ouvert au public où sont conservés, répertoriés, classés des objets, des documents, des collections d’intérêt artistique, scientifique ou technique, dans un but socioculturel, scientifique et pédagogique »((https://www.cnrtl.fr/definition/mus%C3%A9e)). Une même fonction apparaît au sein de ces deux définitions : éducative.

Le libre-accès aux collections et la fonction éducative sont davantage liés à partir des années 50, en parallèle de la construction d’autres établissements culturels tels que les bibliothèques et les archives.  En 2002, la loi « musée » apporte des précisions à ce sujet dans l’article 2, lequel stipule que le musée doit : « concevoir et mettre en œuvre des actions d’éducation et de diffusion visant à assurer l’égal accès de tous à la culture « 

Il est en fait un médiateur entre le savoir qu’il renferme et le public. L’article L 441 – 2 du CDP2 stipule qu’il doit contribuer aux progrès de la connaissance et de la recherche ainsi qu’à leur diffusion.3.

Ces précisions apportées au terme de « musée » témoignent de l’évolution de sa fonction, de ses responsabilités à l’égard des citoyens au fil des années. Le MDPP (comité permanent pour la redéfinition du musée, perspectives et potentiels) dresse des recommandations sous forme de rapport, de mises à jour à ce sujet.

Les années 1970-1980 ont contribué à la prise de conscience de l’importance des questions concernant le public – comme le rôle socio-éducatif du musée, l’accessibilité aux collections et à la recherche, les responsabilités des musées vis-à-vis de l’actualité, des échanges et des débats publics et à l’élaboration d’un système de communication et de médiation ».4

Ce changement du statut du musée est notamment évoqué par l’UNESCO, qui met l’accent sur l’actuelle transition du « musée temple » au « musée forum ». Le musée « temple » renferme une collection d’objets « beaux », rares, dont les expositions ne visent pas spécialement à créer un contact, une discussion avec les visiteurs. Le musée « forum » quant à lui invite directement le visiteur à réagir face aux expositions qui lui sont présentées. Ce dialogue une fois créé, permet à chaque individu de s’interroger sur la société dans laquelle il vit, et de partager ces nouvelles connaissances assimilées.

Comment faire pour devenir un « musée de France » ?

Logo du label « Musée de France », créé par Philippe Apeloig, choisi par le Ministère de la Culture et de la Communication, lors d’un concours en 2005.

La distinction « Musée de France » peut être « accordée aux musées appartenant à l’État, à une autre personne morale de droit public ou à une personne morale de droit privé à but non lucratif ».5. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, ce n’est pas l’État qui prend l’initiative d’attribuer ou non ce label. C’est l’institution même qui formule sa demande auprès du Ministère de la Culture et de la Communication, sous forme d’un dossier rempli par ses soins. Le musée en question doit être en possession d’une collection permanente, jugée intéressante pour le public d’un point de vue culturel et scientifique. C’est cette collection qui sera en quelque sorte l’image « miroir » du musée, faisant ainsi sa réputation. Le musée doit ensuite dresser l’inventaire des biens et faire état de son budget sur cinq ans. Lorsque le dossier est validé par le Haut conseil des musées de France, c’est le ministre chargé de la culture qui prend la décision finale.

 

Outre une certaine notoriété, pourquoi 1218 musées ont-ils convoité ce label ?

Les « musées de France » disposent de subventions de l’État pour leurs projets scientifiques et culturels, leurs activités de conservation et de restauration6, parts considérables dans le budget. C’est avec cette aide financière (en plus de leur capital) que chaque musée peut « vivre ». En contrepartie, les musées s’engagent à respecter les obligations sur lesquelles ils sont attendus. L’État vérifie le respect des normes de conservation et de restauration des collections par le biais de contrôles. Il suit également de près les acquisitions des musées.7.

Le plus grand défi auquel les musées sont confrontés est d’organiser des projets culturels à la fois attractifs, rentables et dont l’intérêt est reconnu.  Les expositions et évènements culturels de chaque musée s’inscrivent dans des logiques de valorisation du patrimoine mais également de l’espace sur lequel il est implanté.

En 1998, le Ministère de la Culture et la communication a élaboré la notion de PSC (projet scientifique et culturel). Le PSC est « une démarche visant à définir la vocation du musée et son développement : c’est un document qui définit les grandes orientations et stratégies du musée »8. Chaque musée labellisée doit rédiger un PSC9. Celui-ci est un « outil de la politique muséale de l’État »10. Le PSC de chaque musée permet un contrôle de l’État sur les missions muséales. C’est un accord, un contrat moral, entre l’État et les musées labellisés concernant les missions envisagées. Celui-ci organise le partenariat entre l’État, qui subventionne ou non les projets présentés, et les musées, qui leur fait part de leurs missions. Les musées concernés présentent un projet sur une période déterminée (ne devant pas excéder cinq ou six ans).11

Le PSC permet à chaque musée de s’interroger sur sa fonction, sa position institutionnelle, ainsi que sur les interactions entre ses manifestations et le public12. Il assure une légitimation scientifique des expositions proposées par les musées de France, avec un contrôle exercé par des professionnels désignés par le bureau de pilotage des musées nationaux. Ce dernier est le seul interlocuteur entre l’État (dont il assure la tutelle) et les musées de France. D’autres professionnels sont quant à eux chargés de vérifier l’apport pédagogique des missions muséales. Le PSC permet à chaque musée de France d’être unique, c’est-à-dire de proposer des expositions adaptées à son image et identité.

Mission « musées du XXI° siècle » : un pas vers les musées du futur ?

« Qu’est-ce-que le musée d’aujourd’hui ? », question qu’Audrey Azoulay à Jacqueline Eidelman, conservatrice générale du patrimoine, dans une lettre écrite en Février 2017.

Extrait de la lettre d’Audrey Azoulay à Jacqueline Eidelman, conservatrice générale du patrimoine, dans le cadre de la mission « musées du XXIème siècle » (2016-2017).

La mission « musées du XXIème siècle » montre que la fonction du musée va de pair avec les enjeux de l’éducation, la diversification des publics, la transition numérique et la mondialisation. Pour qu’il exerce pleinement ses rôles, le musée doit modifier sa nature. Il doit être éthique et citoyen, c’est-à-dire « vecteur de mieux-être social et individuel »13 , en étant le plus accessible possible.

Le terme de « musée » est souvent, parfois même inconsciemment, imaginé comme un endroit réservé aux plus intellectuels, un lieu clos où un nombre conséquent de cartels décrivent minutieusement chaque œuvre dans un langage particulier. Il y a certes une infime part de vérité, mais le musée est en train de changer de forme, il se doit désormais d’être protéiforme. En effet, il ne se limite plus seulement à ses collections, mais propose des activités plurielles, pouvant ainsi susciter l’intérêt du plus grand nombre.

Il cherche à être inclusif et collaboratif, proposant des expositions et manifestations lisibles par tous, de manière à ce que le savoir puisse être diffusé et partagé. Ainsi, les missions muséales actuelles amènent à la création de nouveaux postes, cherchant à répondre aux enjeux auxquels les musées sont confrontés. Beaucoup de projets dits « participatifs » voient également le jour. Il s’agit de manifestations culturelles où une participation de la part de visiteurs volontaires, est nécessaire pour son aboutissement. Par exemple, le musée d’Histoire de Marseille a inauguré en 2017 son projet participatif et interactif I learn America. L’objectif était de donner la parole à de jeunes migrants marseillais et new-yorkais, afin de faire une histoire des migrations contemporaines14. Comme le stipule Michel Guerrin dans un article du Monde de Septembre 2018, « le public ne sera plus seulement spectateur mais acteur. Le musée deviendra un forum pour discuter, apprendre ou se soigner »15.

Le Mucem, le musée de France sur la Méditerranée

Vue de la Tour du fanal
du Fort Saint Jean, prise à travers
de la résille de béton du Mucem (Wikimedia Commons)

Le 7 Juin 2013, alors que Marseille a été nommée « capitale européenne de la culture », le Mucem ouvre ses portes. Ce musée national  portant sur les civilisations de l’Europe et de la Méditerranée, est inscrit sur la liste des « musées de France ». 

L’un des musées phare de Marseille dispose de trois collections semi-permanentes16, toutes portent sur la Méditerranée, permettant ainsi aux Français comme aux visiteurs extérieurs, de comprendre l’histoire des civilisations méditerranéennes.

Les expositions temporaires quant à elles commémorent soit des évènements ou des personnalités, soit elles mettent l’accent sur des thématiques actuelles, dépassant ainsi les frontières de la collectivité. Par exemple, l’exposition sur l’écrivain provençal (et donc local) Jean Giono n’est pas anodine. Celle-ci vise à dévoiler une autre facette de l’artiste au public, lors du cinquantenaire de sa disparition. L’exposition Kharmorha quant à elle lie l’art et le terrorisme dans la société afghane. Celle-ci explique au public le fonctionnement actuel du régime afghan.

Le Mucem est un musée dit de « société » c’est-à-dire qu’il ne se voue pas exclusivement aux beaux-arts mais s’intéresse à des thématiques déterminées, en choisissant d’exposer des objets du quotidien.17 Christian Bromberger dans son article « Les deux tentations des musées ethnographiques aujourd’hui : la dérive esthétisante et le virage sociétal », publié sur Hypothèses en Juillet 2019, aborde la tentation des musées à exposer des objets rares au détriment d’objets plus « modestes » mais pourtant plus représentatifs de la réalité. Pour cela, il s’appuie sur l’exposition du Quai Branly de 2011, « L’Orient des femmes », qui a eu un grand écho de part la beauté et luxure des vêtements exposés. Dénués de leur contexte, ce choix ne permet pas aux visiteurs de réellement comprendre les enjeux autour de cet « Orient des femmes ».

L’expression « musée de société », inventée par George-Henri Rivière; permet de comprendre les choix d’expositions et autres manifestations par cette catégorie de musée. 

« L’écomusée est un miroir où une population se regarde pour s’y reconnaître et se faire reconnaître ».18.

Les expositions proposées par les musées de société s’inscrivent dans une politique territoriale et culturelle. L’objectif est de proposer des thématiques concernant l’histoire locale et de redynamiser l’image d’un territoire. Les écomusées cherchent également à proposer des projets culturels dépassant leurs frontières, pour davantage se faire connaître du public, toutes nations confondues. L’ancrage local du mucem au sein de la cité phocéenne, explique le choix de ses projets scientifiques et culturels et donc, des expositions présentées au public et de ses partenariats.

Le Mucem lui-même s’est interrogé sur son avenir en tant que musée de société, en organisant une table ronde en partenariat avec deux autres musées de France (musée de Bretagne et musée de Salagon) et l’association « Les amis du Mucem »19 . Cette réunion était en accès-libre c’est-à-dire ouverte à tous. Cela témoigne de l’adaptation de la politique muséale selon le territoire sur lequel le musée est implanté et les attentes des visiteurs, résidents ou non.

Le Mucem communique ses expositions « phares » du moment sur sa page facebook, sur son compte instagram, mais c’est sur son site officiel que les visiteurs peuvent accéder à un résumé des thématiques qui y sont précisément abordées.  Cette « bande annonce » des expositions est complétée de quelques clichés, mais mentionne également les partenaires qui ont rendu ces projets réalisables. Ces précisions légitiment l’intérêt sociétal des expositions tant auprès des visiteurs qu’au Haut conseil des musées de France. 

La communication de la programmation du musée via les réseaux sociaux permet aux abonnés ou toute personne surfant sur le web, de s’informer quant aux expositions du moment, voire de se laisser séduire après lecture.

 

Le Mucem « s’est classé parmi les 50 musées les plus visités au monde »20. Ce succès s’explique tout d’abord par la renommée du musée à l’échelle nationale et internationale, notamment par ses collections permanentes sur la Méditerranée. Les collections temporaires proposées ont beaucoup d’écho de par la variété de leurs thèmes  et l’originalité de leur appellation.   Même si la majorité du public se rend sur place pour visiter les expositions, d’autres viennent pour toute autre chose. En effet, le Mucem organise des séances de cinéma, des festivals…tant de manifestations pouvant attirer un éventail large de personnes aux intérêts divers et variés. Une simple marche autour des lieux permet de profiter du musée autrement, de découvrir la cité phocéenne sous un autre angle. Le musée cherche à devenir un point de rassemblement entre individus, tous âges et personnalités confondus.

 Les habitués des lieux s’y rendent directement,  les nouveaux s’y perdent hasardeusement, tandis que d’autres découvrent cet espace au cours de leur visite : la Médinathèque. Celui-ci mêle les archives de l’Ina aux expositions temporaires du Mucem. Archivistes et commissaires d’exposition collaborent ensemble pour attirer les plus curieux vers un autre format de diffusion du savoir : le numérique. Les visiteurs peuvent librement se prêter au jeu, casques aux oreilles, les yeux rivés sur l’écran, en s’informant autrement, voire,  parfois même inconsciemment, en nouant une autre relation avec l’archive.

Présentation de la « Médinathèque » au Mucem, reportage de JL.Boudart et F.Renard, (publié en 2014 sur franceinfo.fr).

 

 

« Les musées n’ont pas de frontière, ils ont un réseau ».21. Aujourd’hui, le musée cherche à ouvrir ses portes à tout le monde. Il est un diffuseur d’échange culturel entre les nations, réduisant ainsi les frontières qui séparent les territoires. Les musées de France s’inscrivent dans une politique de valorisation patrimoniale mais sont surtout des services publics aidant chaque citoyen à se construire individuellement et à comprendre le monde qui l’entoure. Le nombre de visiteurs augmentant chaque année, la fonction du musée s’en retrouve ainsi changée. Il est un lieu de culture, incluant expositions et évènements. Le réseau des « Musées de France » tend vers un équilibre entre projets culturels attractifs, actualité et argent.

 

Pauline TACCINI, master 2 Histoire,  « métiers des archives et des bibliothèques, médiation de l’histoire et humanités numériques », 2019-2020.

 

Crédits photographiques

Photo à la une : photographie de la carte « Pass musées », donnant accès à tous les musées de Belgique , auteur anonyme, licence CC BY; DR. Source : https://www.piconrue.be/fr/news/visitez-100-musees-avec-1-pass

Photo une : capture écran de la définition du musée d’après l’ICOM, source : https://icom.museum/fr/activites/normes-et-lignes-directrices/definition-du-musee/ (2019)

Photo deux : logo « Musées de France » choisi par Philippe Apeloig, choisi par le ministère de la Culture au terme d’un concours lancé en 2005; source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:Logo_label_mus%C3%A9e_de_France.svg.

Photo trois : capture écran de la lettre d’Audrey Azoulay à Jacqueline Eidel tirée du rapport de la mission musée du XXIème siècle (2017), téléchargeable en format pdf.

Photo quatre : Vue de la Tour du fanal du Fort Saint Jean, prise à travers de la résille de béton du MUCEM (Wikimedia Commons), Céline Roos. Source : https://www.celineroos.com/chronique-citadine-chez-lophtalmo/

 

Sitographie

Vidéo : Présentation de la « Médinathèque » au Mucem, reportage de JL.Boudart et F.Renard ; source : https://www.francetvinfo.fr/culture/series/medinatheque-du-mucem-60-ans-darchives-audiovisuelles-de-la-mediterannee_3388439.html [en ligne], publié en 2014, revisité en 2016.

https://www.data.gouv.fr/fr/datasets/liste-et-localisation-des-musees-de-france/

https://www.francetvinfo.fr/culture/series/medinatheque-du-mucem-60-ans-darchives-audiovisuelles-de-la-mediterannee_3388439.html

https://www.culture.gouv.fr/Sites-thematiques/Education-artistique-et-culturelle/Mission-educative/Musees

https://www.mucem.org/questions-answers/quest-ce-quun-musee-de-societe

https://www.culture.gouv.fr/Actualites/Marseille-Provence-2013-capitale-europeenne-de-la-culture

https://www.centre-francais-fondations.org/cercles-themes/les-domaines-dengagement/gestion-patrimoniale/gestion-des-biens-culturels-biens-mobiliers-et-collections/la-detention-physique-dun-bien-culturel/appellation-musee-de-france-avantages-et-contraintes-pour-les-fonds-et-fondations

https://www.culture.gouv.fr/Sites-thematiques/Musees/Nos-musees/Le-reseau-des-musees-de-France

http://www.senat.fr/rap/r13-574/r13-574_mono.html https://www.franceculture.fr/societe/carte-musees-france-europe

https://madeinmarseille.net/actualites-marseille/mucem-passerelle-visiteur-tourisme.jpg

https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000769536&categorieLien=id 

http://www2.culture.gouv.fr/culture/actualites/communiq/aillagon/htconseilmusees.pdf

http://mudo.oise.fr/fileadmin/user_upload/Dossier_Pedagogique_-_Qu_est-ce_qu_un_musee_1.pdf

http://mudo.oise.fr/fileadmin/user_upload/Dossier_Pedagogique_-_Qu_est-ce_qu_un_musee_1.pdf

http://www2.culture.gouv.fr/culture/actualites/communiq/aillagon/htconseilmusees.pdf

  1. Centre national de ressources textuelles et lexicales []
  2. Code du Patrimoine []
  3. http://www.senat.fr/rap/r13-574_mono.html#toc14 []
  4. CAMERON, Duncan. «Un point de vue : le musée considéré comme système de communication et les implications de ce système dans les programmes éducatifs museaux (1968)». In. DESVALLÉES, André (din). Vagues 1. Une anthologie de la nouvelle muséologie. Mâcon : Éditions W/MNES, 1992 []
  5. Article 1 de la loi « musée » de Janvier 2002 []
  6. https://www.culture.gouv.fr/Aides-demarches/Protections-labels-et-appellations/Appellation-Musee-de-France []
  7. https://www.letelegramme.fr/cotes-darmor/saint-brieuc/musee-de-france-un-label-plusieurs-conditions-06-03-2019-12225007.php []
  8. définition tirée de la muséofiche disponible sur https://www.culture.gouv.fr/Regions/Drac-Nouvelle-Aquitaine/Patrimoines-Architecture/Musees/Realiser-un-projet-scientifique-et-culturel []
  9. selon l’article L 441-2 de la loi musée 2002 []
  10. Marie-Hélène Joly, « Le Projet scientifique et culturel aujourd’hui », La Lettre de l’OCIM [En ligne], 167 | 2016, mis en ligne le 01 septembre 2017, consulté le 23 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/ocim/1703 ; DOI : 10.4000/ocim.1703 []
  11. https://www.senat.fr/rap/r13-574/r13-5748.html []
  12. https://www.culture.gouv.fr/Regions/Drac-Nouvelle-Aquitaine/Patrimoines-Architecture/Musees/Realiser-un-projet-scientifique-et-culturel []
  13. expression tirée du rapport de la mission « Musée XXIème siècle []
  14. https://www.musee-histoire-marseille-voie-historique.fr/fr/content/exposition-participative []
  15. https://archivbib.hypotheses.org/587 []
  16. https://www.mucem.org/programme/ma-journee-au-mucem []
  17. https://www.mucem.org/questions-answers/quest-ce-quun-musee-de-societe []
  18. expression empruntée à George-Henri Rivière, tirée de l’article « Les deux tentations des musées ethnographiques aujourd’hui : la dérive esthétisante et le virage sociétal », Christian Bromberger []
  19. https://www.mucem.org/programme/linvention-du-mucem-des-musees-de-societe-pour-qui-pour-quoi []
  20. http://www.marseille.fr/vdm/international/capitale-europ%C3%A9enne-de-la-culture []
  21. citation tirée du site officiel de l’ICOM, en haut de page []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.