MARSEILLE : UNE VILLE QUI LAISSE PLACE A L’IMAGINAIRE COLLECTIF

Le 30 septembre s’est tenue une journée d’étude à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme à Aix-en-Provence, portant sur le thème « Imaginaires en Méditerranée : la part incontournable de l’archive ». J’ai assisté à cette journée en tant qu’étudiante de Master 2 Métiers des archives et des bibliothèques, médiation de l’histoire et humanité numérique. L’intervention de madame Céline Regnard, maître de conférence en histoire contemporaine à l’université d’Aix-Marseille, m’a particulièrement interpellé. En effet, elle pose les idées reçues sur Marseille qui s’insèrent dans les représentations collectives de cette ville en se basant sur différentes sources (tels que les textes, les documents iconographiques…). Elle nous pousse à nous questionner à la fois sur l’origine, les mécanismes et l’héritage des représentations de Marseille. C’est au travers de la représentation du crime et en partant d’une revue que nous verrons cet imaginaire sur Marseille.

Les usages de la presse : Marseille ville du crime ? 


Dans l’entre-deux-guerres, Marseille connait son apogée en terme de ville où la criminalité est considérée comme organisée. Celle-ci est relatée dans des journaux spécialisés qui émergent à cette période. Nous nous concentrerons sur le journal Détective qui a été évoqué lors de l’intervention de Céline Régnard.  Ce journal a pour sous-titre Le Grand hebdomadaire des faits divers et si on peut le consulter aujourd’hui, c’est que la Bibliothèque des Littératures policières (BILIPO), l’a numérisé1. Nous pouvons retrouver cette numérisation sur le site Criminocorpus.

Fondé en 1928 sous l’impulsion de la maison Gallimard, cet hebdomadaire se consacre au fait divers. Il est certainement inspiré par les journaux américains dédiés aux faits-divers criminels2. Son prix, peu onéreux, permet son acquisition par de nombreuses personnes. On peut retrouver dans ce magazine, des photographies et des récits d’affaires emblématiques. En effet, cette revue retrace des faits sociaux et historiques qui connait un très grand succès auprès du public. Si sa frontière entre réalité et fiction est poreuse, le grand public y trouve un intérêt grandissant pour les récits de fait divers. L’objectif étant d’attirer le lecteur avec des affaires variées qui peuvent aller de l’homicide à l’escroquerie. L’utilisation de photographies «soigneusement cadrée, découpée et montée »3 se présente comme des témoins des affaires traitées. Cependant, cette revue permet de développer une certaine vision de la criminalité dans les villes de France comme notamment Marseille dans les années 1930. Cette revue reste très célèbre auprès du public.


La revue Détective publie un article sur les bas-fonds de Marseille. Cet article se trouve dans le numéro 43. Il nous décrit la ville comme un cadre idéal tout en exprimant sous forme d’interrogation les problèmes dans les quartiers. Les années 1920-1930 sont marquées par la mauvaise réputation de Marseille où trafics et banditismes sont présents dans la ville. Cette ville est souvent présentée comme un carrefour de la Méditerranée avec de nombreux passages humains et commerciaux4, la population ouvrière est importante et on y trouve « une certaine défaillance des institutions locales, tandis que les luttes politiques, très violentes, sont favorables aux collusions entre milieux politiques et milieux criminels »5. Tous ces facteurs favorisent ce contexte.

La presse est ainsi une source importante puisque selon Laurence Montel « les milieux criminels émettent si peu de sources propres que leur histoire est d’abord celle des discours dont ils font l’objet »6 et participe à une histoire des représentations collectives. Marseille est alors considérée comme la ville du « Milieu » dans les années 1930.


Pour conclure 

La presse se présente comme un moyen de diffusion à un large public. Elle constitue un puissant vecteur de l’imaginaire qui permet les représentations collectives.

La revue Détective a été numérisée par la Bibliothèque des littératures policières (BILIPO). En parallèle, en 1930 est née Police Magazine dont le premier numéro sort en 1930. Celui-ci est considéré comme le concurrent de la revue Détective. Elle s’attache à raconter les faits divers criminels. Nous pouvons retrouver la numérisation de ce magazine sur la BILIPO. La numérisation permet à la bibliothèque de faire connaitre ses collections à un large public. Elle donne l’occasion aux chercheurs de gagner du temps pour leur recherche à distance sans avoir besoin de se déplacer.

La BILIPO est signalée par le portail des Bibliothèques municipales spécialisées mais aussi par le blog Criminocorpus. Ce dernier est hébergé sur la plateforme Open Edition. Il « présente une grande variété d’informations sur l’histoire de la justice, des crimes et des peines dans le domaine de la recherche, de l’édition et des manifestations culturelles »7. Grâce à ces relais qui permettent de signaler la BILIPO, celle-ci a alors une large visibilité sur le web.

Camille Zara

Master 2 métiers des archives et des bibliothèques. Médiations de l’Histoire et Humanités numériques.

Bibliographie & Sitographie :

Justice Association Française pour l’Histoire de la et Justice Association Française pour l’Histoire de la, « Bibliothèque », https://criminocorpus.org, 31.01.2018. En ligne : <https://criminocorpus.org/fr/bibliotheque/collections/detective/>, consulté le 23.12.2019.

Renneville Marc, « Amélie Chabrier et Marie-Ève Thérenty, Détective. Fabrique de crimes ?. Nantes, Éditions Joseph K., 2017, 192 p. », Criminocorpus. Revue d’Histoire de la justice, des crimes et des peines, 25.04.2017. En ligne : <http://journals.openedition.org/criminocorpus/3474>, consulté le 22.12.2019.

Renneville Marc, « Marseille. Capitale du crime (1820-1940). Laurence Montel », Billet, Criminocorpus. En ligne : <https://criminocorpus.hypotheses.org/1054>, consulté le 04.12.2019.

Bringuier (Paul), Danjou (Henri), Gallois (Roger), Jacques (Maître), Larique (Marius), Lecoq (M.), Lucas-Dubreton (Jean). Détective (tome 43 ; 1929), Musée Criminocorpus. En ligne : <https://criminocorpus.org/fr/ref/113/1057/> , consulté le 6 janvier 2020.

Ancaud Florence, Dallet-Mann Véronique et Picker Marion (éds.), Marseille: éclat(s) du mythe, Aix-en-Provence, Presses universitaires de Provence, 2013 (Sociétés contemporaines. Série Europe).

Charle Christophe, Le siècle de la presse, 1830-1939, Paris, Seuil, 2004 (L’univers historique).

Témime Émile, Histoire de Marseille: de la révolution à nos jours, 2013.

« Criminocorpus – Carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des peines », <https://criminocorpus.hypotheses.org/>, consulté le 11.01.2020.

Crédit photographique :

Image à la une : numérisation du journal Détective, numérisé sur le site de Criminocorpus/Bilipo : Bringuier (Paul), Danjou (Henri), Gallois (Roger), Jacques (Maître), Larique (Marius), Lecoq (M.), Lucas-Dubreton (Jean). Détective (tome 43 ; 1929), Musée Criminocorpus. En ligne : <https://criminocorpus.org/fr/ref/113/1057/> , consulté le 6 janvier 2020.

  1. Justice Association Française pour l’Histoire de la et Justice Association Française pour l’Histoire de la, « Bibliothèque », https://criminocorpus.org, 31.01.2018, <https://criminocorpus.org/fr/bibliotheque/collections/detective/>, consulté le 23.12.2019. []
  2. Marc Renneville, « Amélie Chabrier et Marie-Ève Thérenty, Détective. Fabrique de crimes ?. Nantes, Éditions Joseph K., 2017, 192 p. », Criminocorpus. Revue d’Histoire de la justice, des crimes et des peines, 25.04.2017. En ligne: <http://journals.openedition.org/criminocorpus/3474>, consulté le 22.12.2019. []
  3. Marc Renneville, « Amélie Chabrier et Marie-Ève Thérenty, Détective. Fabrique de crimes ? », Criminocorpus [En ligne], 2017, mis en ligne le 25 avril 2017, consulté le 13 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/3474. []
  4. Émile Témime, Histoire de Marseille: de la révolution à nos jours, 2013 []
  5. Marc Renneville, « Marseille. Capitale du crime (1820-1940). Laurence Montel », Billet, Criminocorpus, <https://criminocorpus.hypotheses.org/1054>, consulté le 04.12.2019. []
  6. Renneville Marc, « Marseille. Capitale du crime (1820-1940). Laurence Montel », Billet, Criminocorpus. En ligne : <https://criminocorpus.hypotheses.org/1054>, consulté le 04.12.2019. []
  7. « Criminocorpus – Carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des peines », <https://criminocorpus.hypotheses.org/>, consulté le 11.01.2020. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.