Vue du port antique et de l'entrée du musée d'histoire de Marseille au centre Bourse. Entre les ruines, a été installée une oeuvre représentant l'ossature d'un bâteau avec au sol des pierres bleues pour signifier la mer. On distingue à l'arrière plan le bâtiment du musée orné d'un pin parasol devant.

Parcourir l’histoire au présent ou transmettre le passé au musée

” Le musée doit être un point de départ et non pas seulement un lieu où l’on vient : le musée n’est pas qu’un bâtiment. “

Alpha Oumar-Konare, président de l’ICOM, 19921

Alors que les musées gardent une certaine image de « temples » intimidants et que plane toujours l’inquiétude d’une désaffection des publics, les professionnels multiplient les initiatives pour faire vivre les musées en mettant à profit les apports de la mondialisation et du numérique. Ann Blanchet, conservatrice au Musée d’histoire de Marseille, a abordé avec nous quelques uns de ces nouveaux enjeux et pratiques de médiation dans le cadre du Master 2 « Métiers des archives et des bibliothèques, médiation de l’histoire et humanités numériques ».

Ad museum : attirer au musée…

Les musées se définissent avant tout par deux missions corrélées : la conservation de collections pour leur mise à disposition à des fins d’études, d’éducation et de plaisir2. Et afin de rendre intelligibles – et intéressants – des objets d’histoire auprès de publics divers, les professionnels expérimentent aujourd’hui des dispositifs de médiation qui allient le virtuel à la matérialité du musée.

Entrer par l’extérieur : l’accès à distance du virtuel

Avant d’aller au musée, encore faut-il le connaître et vouloir y aller ! C’est pourquoi les musées se dotent d’une visibilité en ligne pour mettre en avant leurs collections, notamment grâce aux expositions virtuelles. Ils peuvent également se servir des nouvelles habitudes du monde connecté. À l’occasion du Centenaire de la guerre de 14-18, le Musée de la Grande Guerre à Meaux a ainsi pu porter son choix sur… Facebook. Ils ont créé et alimenté le profil fictif de Léon Vivien avec des posts quotidiens faisant office de cartels modernes : la photo d’objets issus des collections est accompagnée d’une explication narrativisée sous la forme d’un journal Facebook. La démarche repose ainsi sur la mise en récit, comme un témoignage faisant revivre le passé. La page de Léon Vivien, alias @leon1914, a rencontré un bon succès et a été suivie par 60 000 abonnés.

Exemple de post sur le profil Facebook fictif de Léon Vivien, professeur envoyé au front en 1915. Daté fictivement du 28 avril 1915, ce post comprend une photo noir&blanc d'une boîte de "cigarettes des braves" et le commentaire de Léon Vivien : "La "cigarette des braves", quelle ironie, soudain : voilà qu'à présent, il faut résister à la tentation de s'en griller et de se dessécher un peu plus la gorge."
Exemple de post sur le profil Facebook fictif de Léon Vivien, professeur envoyé au front en 1915 (capture d’écran)

L’attractivité de tels dispositifs ne doit cependant pas faire oublier que, comme pour n’importe quelle autre démarche de médiation, il faut veiller à ne pas heurter les publics aux attentes et aux sensibilités diverses. Pour enseigner la Shoah aux jeunes générations via leurs outils familiers, des Israëliens ont produit le profil Instagram d’@eva.stories, inspiré du journal intime d’Eva Heyman, jeune hongroise juive de 13 ans morte à Auschwitz. Le profil compte 1,5 million d’abonnés mais est aussi décrié. Le débat concerne le principe de publication sur un réseau social qui dénature l’expérience de réclusion et de vie cachée vécue par cette autre Anne Franck.

Chaque médiation est donc une expérimentation qui n’est pas exempte d’écueils. Si l’objectif de ces profils est d’intéresser à l’histoire, il s’agit aussi de faire venir aux musées…

Renouveler le musée de l’intérieur

… et d’alimenter cet intérêt tout au long de la visite. Les musées cherchent ainsi à se défaire de leur image intimidante ou ennuyeuse en misant sur la scénographie et les animations. Le Musée d’histoire de Marseille, réouvert en 2013, a opté pour les atouts pédagogiques du numérique en ponctuant le cheminement de l’exposition permanente avec pas moins de 90 dispositifs multimédias.

Deux écrans au premier plan donnent à voir les dispositifs pédagogiques de vulgarisation scientifique sur la Marseille médiévale. La perspective fait glisser le regard sur les objets et tableaux de l'époque exposés à l'arrière-plan.
Les objets, témoins du passé de Marseille, côtoient les écrans multimédia (Musée d’histoire de Marseille)

Celui des « grands témoins » en est un bon exemple : 13 écrans montrant des historiens à hauteur d’homme ouvrent les 13 étapes du parcours. L’enjeu d’un tel dispositif était d’éviter l’écueil d’une médiation seulement ludique et ainsi de conserver une caution scientifique. L’expert vu à l’écran, détenteur du savoir, paraît converser avec le visiteur – ce qui semble apprécié du public constate Ann Blanchet.

On compte également des reconstitutions virtuelles d’objets historiques disparus ou fragiles. Un chapiteau ionique, seul vestige restant d’un temple, donne à imaginer l’échelle de l’édifice religieux qu’il couronnait, reconstitué en 3D sur écran. Une fenêtre donnant sur le site archéologique de la Bourse laisse voir, par jeu de transparence, les ruines actuelles ainsi que le site antique redessiné. Le public peut aussi découvrir le rouleau médiéval de la procession de la Fête-Dieu malgré sa longueur (25 mètres) et sa fragilité qui le rendent difficilement manipulable. Les visiteurs naviguent sur écran pour faire défiler le rouleau numérisé et suivre les focus explicatifs identifiant les différents personnages.

Chapiteau ionique et reconstitution virtuelle de son temple sur écran (Musée d’histoire de Marseille)

La quête d’équilibre sous-tend tous ces projets de médiation pour insérer les musées, mondes d’objets, dans le monde connecté d’aujourd’hui. De plus, la tendance actuelle n’est plus seulement de s’adresser aux publics mais aussi de faire appel à leur participation.

Ex museo : … pour aller au-delà du musée

La toute nouvelle définition élaborée par l’ICOM (Conseil international des musées) le 7 septembre 2019 rend compte de ce nouvel enjeu ambitieux : « Les musées sont des lieux de démocratisation inclusifs et polyphoniques […] »3. Leur mission est de s’adresser à tous et donner la parole à tous, et donc prendre en compte la diversité des publics. Les professionnels cherchent ainsi à impliquer leurs visiteurs pour faire vivre leur musée, dans et hors des murs.

Décloisonner le musée ou rendre les publics à la fois visiteurs et acteurs

Cela se manifeste notamment par la mode du crowdsourcing. Les publics, qui sont eux aussi détenteurs de savoirs, sont invités à les partager dans une médiation réciproque. Différentes institutions, tel que le Musée de Bretagne, appellent ainsi les visiteurs de leurs portails numériques à identifier des lieux, des personnes pour compléter les descriptions lacunaires d’images numérisées, photographies et cartes postales.

Ce partage mutuel est aussi au fondement de partenariats avec des associations porteuses de mémoires, voire au fondement d’expositions reposant sur des témoignages d’inconnus. Cela a été le cas pour l’exposition Instant tunisien, archives de la Révolution, qui s’est tenue à Marseille au MuCEM (Musée des Civilisations, de l’Europe et de la Méditerranée) de mars à septembre 2019. Fruit d’un travail de collecte et de sélection de documents privés sur la Révolution de 2011 (photographies, films, mails, posts) à travers la Tunisie, cette rétrospective originellement exposée à Tunis avait pour enjeu de reposer uniquement sur les archives personnelles de ceux qui vécu et partagé ces événements avec leurs outils connectés. Dans la même dynamique, le MuCEM invitait ses visiteurs à partager leur propre expérience s’ils avaient aussi vécu le Printemps arabe en déposer leurs témoignages dans une boîte aux lettres.

https://www.youtube.com/watch?v=-bgFIh6Cat4
Vidéo bande-annonce de l’exposition Instant tunisien sur la chaîne Youtube du MuCEM

Ces appels à la participation des publics peuvent aussi dépasser le cadre des collections et des expositions pour sortir de l’espace circonscrit des musées et investir l’espace public, c’est-à-dire aller au-devant des visiteurs.

Des parcours “hors les murs”

Faire vivre les musées dans la ville, voilà un autre des nouveaux enjeux promus par les politiques et les professionnels. Le musée devient ainsi un point de départ ouvert sur l’extérieur. C’est le cas à Marseille, par exemple, de « La voie historique », parcours reliant le Musée d’histoire au MuCEM sur les lieux de fouilles de la cité antique. Des totems-cartels signalent les 14 sites remarquables sélectionnés et, pour les publics les plus connectés, il est possible de voir, grâce à une application sur smartphone, des reconstitutions virtuelles et des vidéos d’historiens ajoutant une plus-value à ce parcours historique et spatial.

Photo d'un parvis de vieux bâtiment à colonnades avec sur la droite des objets de commerce d'aujourd'hui (sacs divers et poussette). Texte de promotion : "Balades urbaines. Un regard insolite sur notre cité phocéenne. Découvrir ou redécouvrir Marseille, son centre de vielle, l'histoire de ses quartiers et des hommes et des femmes qui s'y sont établis.
Affiche de communication pour les visites guidées Migrantour Marseille

Cette invitation à déambuler dans la ville peut aussi être le fruit d’une co-construction avec les habitants comme pour le projet Migrantour, constitué en association depuis 2017, financé par un fonds européen et piloté par le Musée d’histoire de Marseille. Il s’agit de proposer des visites guidées de la ville menées, non pas par des professionnels, mais par des habitants immigrés qui font découvrir « leur » ville, avec leur regard propre. Des acteurs extérieurs au musée sont ainsi investis comme producteurs de médiation dans le but de privilégier le partage d’expérience, l’échange de savoirs. Le musée leur offre un accompagnement pour les initier à la médiation et ajouter du contenu historique mais l’intervention de ces guides, médiateurs improvisés, apporte une plus-value personnelle et vivante.

Conclusion

Puisque le visiteur est au cœur des enjeux de médiation, les professionnels tentent de répondre à ses attentes et de le faire participer pour l’impliquer dans la vie du musée, que ce soit dans ou hors des murs. Cela se traduit par des expérimentations sans cesse renouvelées dans une dynamique d’adaptation permanente suivant les réactions des publics. De plus, même ludique, la médiation rejoint la mission des musées de construire le citoyen : chaque démarche doit ainsi tendre à relever d’un projet scientifique et culturel qui soit polyphonique entre spécialistes, médiateurs et publics.

Lauriane IGLESIAS

Master 2, Histoire, Civilisations, Patrimoine, parcours Métiers des archives et des bibliothèques, médiation de l’histoire et humanités numériques. 2019-2020

Crédits

• Image à la Une : Vue du port antique et de l’entrée du Musée d’histoire de Marseille (photographie de Lauriane Iglesias)

• Capture d’écran de la page Facebook Léon Vivien (par le Musée de la Grande Guerre) https://www.facebook.com/leon1914/

• Photographies de Lauriane Iglesias prises au Musée d’histoire de Marseille (Les objets, témoins du passé de Marseille, côtoient les écrans multimédia. / Chapiteau ionique et reconstitution virtuelle de son temple sur écran.)

• Média embarqué depuis la chaîne Youtube du MuCEM : Instant tunisien Archives de la révolution—Bande-annonce de l’exposition https://www.youtube.com/results?search_query=mucem+instant+tunisien

• Affiche de l’association Migrantour Marseille. Pas de restrictions de droits connues https://migrantourmarseille.wordpress.com/nos-balades-2/

Bibliographie

• Intervention d’Ann Blanchet sur « Les formes de médiation de l’histoire au musée » en date du 16 septembre 2019 pour le cours “Médiation, publics et numérique” en Master 2

• CHAUMIER Serge, MAIRESSE Français, La médiation culturelle, Paris : Armand Colin, 2013, 275 p.

• GOB André, DROUGUET Noémie, La muséologie. Histoire, développements, enjeux actuels, Paris : Armand Colin, 2014 (4e éd.), 348 p.

  1. Citation extraite d’un entretien avec Roland Arpin dans « Laisser les musées aller aux limites de leur créativité et de leurs audaces », in Forces, 1992, n°98, 94 p. []
  2. Le Code du Patrimoine (livre IV) donne une définition des musées à l’article L410-1 : « Est considérée comme musée, au sens du présent livre, toute collection permanente composée de biens dont la conservation et la présentation revêtent un intérêt public et organisée en vue de la connaissance, de l’éducation et du plaisir du public. » Source : Légifrance []
  3. La définition complète, disponible sur le site de l’ICOM est la suivante : « Les musées sont des lieux de démocratisation inclusifs et polyphoniques, dédiés au dialogue critique sur les passés et les futurs. Reconnaissant et abordant les conflits et les défis du présent, ils sont les dépositaires d’artefacts et de spécimens pour la société. Ils sauvegardent des mémoires diverses pour les générations futures et garantissent l’égalité des droits et l’égalité d’accès au patrimoine pour tous les peuples. Les musées n’ont pas de but lucratif. Ils sont participatifs et transparents, et travaillent en collaboration active avec et pour diverses communautés afin de collecter, préserver, étudier, interpréter, exposer, et améliorer les compréhensions du monde, dans le but de contribuer à la dignité humaine et à la justice sociale, à l’égalité mondiale et au bien-être planétaire. » []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.