La transition bibliographique chez Freud : mémoire M2 de Clémence Harter

Clémence Harter, a soutenu en septembre 2018 un mémoire de deuxième année de master au sein du Département d’Histoire, option Métiers des archives et des bibliothèques. Médiations de l’Histoire et humanités numériques  sous le titre : Valoriser une collection à l’aide d’un SIGB de nouvelle génération. Aujourd’hui, elle est bibliothécaire au sein de la médiathèque Valentin Haüy1. Ce billet est le premier à présenter un mémoire d’étudiant.e soutenu dans le cadre du master. Il est introduit par une ancienne étudiante (promotion 2018-2019), Laurence Salze.

La bibliothèque Sigmund Freud

Histoire

Sigmund Freud développe ses théories à partir de 1902 à Vienne en Autriche ; ses premiers ouvrages sont traduits pour la première fois en 1923. En 1926, la Société psychanalytique de Paris  est fondée sous l’impulsion de Marie Bonaparte, elle-même disciple du père de la psychanalyse. Au gré des débats et conflits au sein des différentes « chapelles », la SPP2 demeure le lieu de transmission de valeurs et positions théoriques affirmées. La bibliothèque créée en 1934 devient l’appui de l’Institut destiné à la formation des analystes et à la recherche. La SPP produit de nombreux travaux, notamment la Revue Française de Psychanalyse.  Cette bibliothèque est un lieu privé, chargé d’histoire, aujourd’hui ouvert au public mais qui connaît néanmoins un certain manque de vitalité.

 Marie Bonaparte
Marie Bonaparte, 1909.

Dernière descendante de Napoléon Bonaparte, Marie Bonaparte défie son milieu aristocratique3, et se réinvente grâce à sa cure avec Freud. Elle devient la pionnière de la psychanalyse française, et sauve la vie de Freud en payant sa rançon aux Nazis. En 1923, elle découvre l’œuvre de Freud. Plus tard il accepte de la prendre en analyse. Le 4 novembre 1926, elle fait partie des neuf membres fondateurs de la la Société psychanalytique de Paris, et subventionne la première revue psychanalytique française, la Revue française de psychanalyse en 1927. Surtout, elle traduit l’oeuvre de Freud en français.

Les fonds

La bibliothèque Sigmund Freud est une remarquable bibliothèque spécialisée, certes.  On dénombre de nombreuses revues françaises et internationales qui comptent pour la moitié des titres du fonds. Les ouvrages représentent l’autre part majeure, avec un ensemble remarquable de 478 titres des œuvres dont Freud a la responsabilité intellectuelle. La SPP possède son propre outil de production éditoriale avec la Revue française de psychanalyse. Le legs de sa bibliothèque par Marie Bonaparte constitue aujourd’hui le fonds « précieux », patrimonial, de la B.S.F.4. En 2017,  il comporte 886 titres, 19 dédicacés par Freud, dont 17 spécifiquement à Marie Bonaparte.

Le catalogue

Le fonds documentaire comprend environ 35.000 ouvrages et revues de psychanalyse des origines à nos jours, soit plus de 150.000 textes et articles référencés et actualisés. L’informatisation du catalogue a été progressive avec un choix de raison en 2011 pour un SIGB5 avec le logiciel PMB version 3.2. L’outil possède une interface conviviale, la prise en main est relativement aisée et le logiciel est libre.  Les avantages sont aussi que PMB est un système multi-plateforme et polyvalent : l’administration peut se faire localement, en intranet ou à partir d’internet. Cela offre la possibilité de créer des réseaux de bibliothèques. Cependant il est indispensable aujourd’hui de tenir compte des standards du web sémantique. Une migration vers la version 5.0 de PMB  était envisagée par la BSF en 2017 pour répondre à ces impératifs.

Rendre visible l’invisible

Depuis sa nouvelle installation en 2016 dans le XIIIème arrondissement de Paris, la  BSF connaît  un manque de visibilité matérielle. Il est difficile de la repérer de l’extérieur et de se sentir invité à  pousser la porte…

Immeuble appartenant à la SPP et hébergeant la BSF depuis 2016 – Paris 13e Capture d’écran Google map

En 2017, une enquête menée auprès des usagers confirme que la fréquentation de la bibliothèque connaît une baisse. De surcroît certains commentaires  mentionnent des difficultés lors de la consultation du catalogue.

Être trouvé sur le Web :  le défi des catalogues de bibliothèques

Aujourd’hui le medium privilégié d’accès à la culture est l’écran, avec un accès multi-supports et nomade à internet. L’usager exige moins un service sur place, en bibliothèque, qu’une immédiateté de la réponse à ses questions et l’avantage d’un service personnalisé. Sur le web, la plupart des catalogues de bibliothèques sont devenus invisibles parce que leurs bases de données ne sont pas exploitables par les moteurs de recherche.

Pixabay CC-BY

 

Le web sémantique ?

Le web sémantique6 par ses standards et ses normes permet à l’information d’être interopérable. Les données peuvent alors être trouvées facilement, partagées et réutilisées.

Semantic Web Stack
La transition bibliographique7
Le modèle FRBR pour la bibliothèque Sigmund Freud

A la suite du constat de l’incapacité des règles de catalogage en vigueur à signaler de nouveaux types de documents (les ressources électroniques notamment) que le modèle FRBR (Functional requierements for bibliographic records) est né. Ce modèle se confronte à la complexité des métadonnées : à la fois descriptif et analytique, il se pense comme un modèle universel au service de la plus grande communauté d’utilisateurs possible.  FRBR prend acte de l’intérêt d’avoir des données structurées à la source selon des normes et des pratiques professionnelles. Le modèle s’articule autour de trois groupes qui sont composés eux même de ce que l’on appelle des « entités ».  Dans le modèle tout est entité : une entité se définit comme étant une chose qui existe quelle que soit sa forme. Les entités, quelles que soient leurs groupes ont vocation à être liées entre elles. Les trois groupes sont :

– Groupe 1 : production intellectuelle et artistique

– Groupe 2 : personne entité et collectivité entité

– Groupe 3 : concept entité, objet entité, événement entité et lieu entité.

Le groupe 1 (production intellectuelle et artistique) qui est le plus essentiel pour l’organisation des données en bibliothèque est structuré autour de quatre entités : 1. L’œuvre : elle est purement abstraite, c’est l’idée de création qui va permettre de faire des regroupements 2. L’expression : c’est une version de l’œuvre frbr parmi d’autres. On peut considérer l’expression comme une « adaptation » de l’œuvre frbr : l’expression frbr et à l’œuvre frbr ce qu’est une adaptation cinématographique au roman sur lequel elle s’est basée. 3. La manifestation : il s’agit de la notice.

Ce modèle est celui dont l’usage est le plus répandu aujourd’hui. La FRBRisation d’un catalogue est une opération délicate qui entraîne des opérations algorithmiques complexes et des interventions humaines de précision. Une telle entreprise demande donc une préparation. Clémence Harter, après une réflexion méthodologique poussée propose d’appliquer au catalogue de la BSF un travail de sémantisation des données. Elle suggère notamment dans ce contexte précis d’intégrer la catégorie  “related to”((Catégorie employée sur data.bnf.fr)) avec la précision “ a été associé /analysé par, formé par, a collaboré avec “. Elle propose dans son mémoire une modélisation de ce qui pourrait être proposé à l’usager.

« L’interprétation des rêves »

L’exemple choisi par l ’autrice est celui de l’ouvrage de Sigmund Freud « Die Traumdeutung » dont la traduction française est « L’interprétation des rêves ». Dans le modèle FRBR le texte original est l’expression de l’œuvre intellectuelle, le texte traduit en français est une expression dérivée de la première. La traduction des renvois d’un expression à une autre expression.

L’interprétation des rêves dans le FRBR – Modélisation proposée par Clémence Harter

La créativité en bibliothèque

Un portail

Le portail constitue le point d’entrée unique sur internet vers une bibliothèque (ou un réseau de bibliothèques). Sa lisibilité, sa convivialité et la diversité des services proposés en font un atout majeur qui ne doit pas se limiter à l’accès au catalogue, l’OPACOnline Public Acess Catalog)). L’usager doit être séduit par la vitrine de sa bibliothèque, à la BSF, pour l’instant les services proposés sont somme toute assez classiques. Clémence Harter suggère pour une petite structure d’associer un catalogue en ligne à une présence sur les réseaux sociaux ((C’est déjà le cas à la BSF sur Facebook et Instagram mais l’alimentation n’est pas très régulière)) et la tenue d’un blog de façon à rendre visible la bibliothèque et ses collections.

Devenir journaliste de ses collections

Clémence Harter propose ici, par la création d’un blog, un outil qui doit s’inscrire dans une stratégie de valorisation numérique plus globale. Le projet éditorial est alors primordial et doit être étroitement lié à la vie de la BSF, tout en permettant de proposer également une réflexion sur l’actualité culturelle, disciplinaire ou politique. La valorisation de la collection reste probablement le cœur du projet ce qui peut favoriser l’ouverture vers d’autres collections et ainsi redonner une vitalité à la bibliothèque dans une démarche dynamique. Le choix a été fait en concertation avec les responsables de la BSF d’ouvrir un carnet sur la plateforme Hypothèses8, infrastructure d’édition électronique, qui regroupe aujourd’hui plus de trois mille carnets à son catalogue. Le carnet de la bibliothèque Sigmund Freud est né, mais malheureusement l’expérience n’a pas été poursuivie après le départ de Clémence Harter…  Preuve en est que ce projet demande des compétences, de la rigueur et une volonté d’ouverture maintenue sur le long terme.

Un réseau pour la BSF

La SPP possède des antennes régionales à Lyon et Toulouse, leurs bibliothèques sont rattachées au catalogue de la BSF, ce qui est déjà un pas vers une possible mise en réseau. Cela exige un travail de normalisation des données, et surtout un thésaurus commun adapté et utilisé. L’API9 dont la SPP fait partie, a déjà engagé cette démarche. La création d’une banque de données internationale à l’échelle de l’API serait un outil de normalisation très efficace. Clémence Harter a eu l’occasion de partager l’expérience d’un réseau de bibliothèques actif, ASCODOCOPSY qui offre la possibilité à des petites structures de proposer des ressources sur un portail commun. Un partage des notices permet de limiter cette tâche chronophage et offre davantage de disponibilité aux bibliothécaires pour des missions d’accueil, de médiation, d’éditorialisation de contenus, ou encore de veille.

Télécharger et lire le mémoire de Clémence Harter

 

Laurence SALZE, Master 2, Métiers des archives et des bibliothèques. Médiation de l’Histoire et humanités numériques. 2018-2019

Crédits photographiques :

Image mise en avant  : Photographie par Francis Mariani sur Flickr, Licence CC-BY 

Portrait de Marie Bonaparte, collection familiale, domaine public, Wikipédia.

 

  1. La médiathèque Valentin Haüy propose des livres adaptés pour les personnes aveugles, déficientes visuelles ou ne pouvant lire du fait d’un handicap. Elle propose de très nombreux titres, disponibles sur divers supports adaptés. Près de 30000 livres audios et 20000 livres en braille sont disponibles sur place ou à distance. []
  2. SPP : Société psychanalytique de Paris []
  3. elle a épousé le fils du roi de Grèce []
  4. BSF : Bibliothèque Sigmund Freud []
  5. Système informatisé de gestion de bibliothèque []
  6. Voir ici la vidéo produite par la BNF et le CNPTF, Emmanuelle Bermès, adjointe scientifique et technique au directeur des Services et réseaux, BnF définit les concepts de “web sémantique” et “web de données” et leur intérêt pour exposer sur le web les bases  de données et notamment les catalogues des bibliothèques. []
  7. « Transition bibliographique » est piloté par les deux agences bibliographiques françaises : la Bnf et l’Abes. https://www.transition-bibliographique.fr []
  8. Une des quatre plateformes du portail OpenEdition []
  9. Association psychanalytique internationale []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.