Principes du FAIR et archives sonores : la valorisation des contenus en environnement numérique

Face à un corpus numérique1, natif comme numérisé, la question de la description de la ressource est primordiale. Dans un environnement numérique, l’indication de nom, d’identifiant, de localisation ou encore de date par exemple, est une mention nécessaire à la visibilité d’un document. Cet apport d’informations sur le contenu est mis en place grâce aux métadonnées qui permettent ainsi la valorisation de la ressource et son inscription dans les principes du FAIR. C’est un des points que Hélène Giudicissi, archiviste à la phonothèque de la MMSH à Aix-en-Provence, a abordé le 11 novembre 2018 lors d’un cours sur la valorisation des archives sonores de chercheur.e.s.

Les métadonnées : carte d’identité du document

En désolidarisant le contenu de sa forme matérielle, l’essor du développement de l’informatique et de l’information numérique dans les années 1990 a créé une distance physique entre la ressource et l’usager. La redocumentarisation des ressources numériques, c’est-à-dire le traitement du document sous sa forme numérique et l’ajout de métadonnées, est alors devenue incontournable afin « d’optimiser l’usage du document en permettant un meilleur accès à son contenu et une meilleure mise en contexte »2. Les métadonnées représentent donc toutes les informations qui permettent de décrire les caractéristiques d’autres données, quel qu’en soit le support. Ce sont des données sur les données3.

En réalité, les métadonnées existaient avant l’ère numérique et avant même qu’on ne les nomme. Dans le monde des archives et des bibliothèques, elles représentent « toutes les informations applicables à un document [et] réunies dans un document secondaire »4. Elles sont donc la base de l’archivage et du traitement bibliographique5. Transposées dans le monde numérique, ces métadonnées continuent d’exister de manière dématérialisée et augmentée, permettant une description structurée et standardisée des ressources. Elles se regroupent en trois catégories : les métadonnées descriptives (auteur, sujet, emplacement du fichier, identifiant, format, etc.), les métadonnées structurelles (contextualisation de la ressource et mise en relation avec d’autres ressources), et les métadonnées administratives (informations juridiques notamment en termes de droit d’usage et d’exploitation).

Afin de faciliter l’expression de ces informations, des formats d’encodage standardisés sont régulièrement développés. Ils consistent en des matrices constituées de champs de description prédéfinis et spécifiques, qui répondent aux normes pré-requises de différents domaines. Les fonds de la phonothèque de la MMSH par exemple sont décrits grâce à plusieurs standards, notamment le Dublin Core et l’EAD – Encoded Archival Description6, qui sont des vocabulaires de description normalisés, internationaux et interdisciplinaires. En adéquation avec la norme de description archivistique internationale ISAD(G), ils permettent ainsi l’harmonisation des descriptions d’une communauté à l’autre, et favorisent la circulation des données de la recherche scientifique.

Les principes du FAIR et la science ouverte

Car tout l’enjeu est bien là ! Cette description détaillée, hiérarchisée et standardisée est un des maillons permettant l’interopérabilité des données et donc, une visibilité accrue des documents partagés en ligne, quelque soit leur emplacement. Cela inscrit l’action d’archivage de la phonothèque dans les principes du FAIR, l’initiative européenne qui œuvre depuis 2017 pour que les données de la recherche soient Findable / Accessible / Interoperable / Reusable – à savoir : faciles à trouver, accessibles, interopérables et réutilisables7. Dans cette démarche d’ouverture, la phonothèque utilise un système OAI-PHM (Open Archive Initiative – Protocol for Metadata Harvesting), protocole alliant les standards Dublin Core et XML (EXtensible Markup Langage), qui permet de moissonner les données présentes dans les silos (bases de données, catalogues, magasins numériques, etc.) et de les diriger vers des fournisseurs de services (moteurs de recherches, plates-formes, etc.). Ce projet privilégie la mise à disposition libre et en ligne des contenus numériques issus de la recherche (Open Access), et vise une diffusion la plus large possible.

Dans ce contexte, les métadonnées administratives sont primordiales afin de faciliter la traçabilité. En droit français, la citation de l’auteur est obligatoire lors d’une réutilisation, même pour les documents libres de droit (licence Creative Commons). Il est alors nécessaire que toutes les informations juridiques concernant une ressource soient facilement accessibles par l’utilisateur.

La diffusion des ressources de la phonothèque

Grâce à des métadonnées précises et standardisées, la phonothèque met donc en valeur ses fonds d’archives à travers différents projets. Elle fait entre autres partie du réseau Calames((Catalogue en ligne des archives et des manuscrits de l’enseignement supérieur.)), le catalogue collectif et national des archives conservées par les universités françaises. Développé par l’ABES8 depuis une dizaine d’années, Calames propose une interface publique pour les usagers9 et un outil de catalogage pour les bibliothèques10. S’appuyant sur un format XML EAD, il permet aux différents établissements de cataloguer selon des codes communs et de produire ainsi des notices interopérables et utilisables par tous.

La base de données de la phonothèque, Ganoub, rassemble les enregistrements du patrimoine sonore de l’aire méditerranéenne qui ont une valeur ethnologique, linguistique, ou encore musicologique. A partir de cet outil, elle participe à des projets collectif comme le Portail du patrimoine oral, un catalogue collectif d’archives sonores et audiovisuelles sur les traditions orales, ou encore Isidore, moteur de recherche spécialiste des ressources numériques en sciences humaines et sociales (SHS). Très active sur les questions du sonore et du numérique, l’équipe de la phonothèque a également contribué au projet Europeana Sounds qui avait comme objectif d’agréger des collections sonores européennes sur une plate-forme unique afin d’en faciliter l’accès, la diffusion et la réutilisation. Ces projets de valorisation sont d’autant plus importants dans le cadre de fonds relevant du Patrimoine culturel immatériel comme c’est le cas à la phonothèque.

La réutilisation : facteur de création

Ainsi, une description fine et une indexation précise permettent à la phonothèque de diffuser ses ressources au-delà des bases de données très spécifiques de la recherche, et octroient un accès au plus grand nombre. En effet, le même procédé offre une valorisation des fonds auprès du grand public, tout en facilitant la circulation de l’information scientifique qui peut alors être partagée et réutilisée dans le cadre de nouveaux travaux scientifiques. Mais d’autres types de ré-usage voient également le jour. Avec des fonds importants de musiques et chants populaires, la phonothèque attire aussi artistes et musiciens en quête d’inspiration. Pour exemple, la réinterprétation par le chœur contemporain De lutzia sonorum d’un chant enregistré par Christian Bromberger dans les années 198011 montre l’importance de la contractualisation lors de l’enregistrement d’entretiens oraux par des chercheurs. Ces contrats permettent de spécifier les modalités de réutilisation, protégeant le chercheur et la personne-source12. La dimension éthique de la diffusion numériques des données a été beaucoup questionnée ces dernières années, et un guide des bonnes pratiques vient de paraître sur le sujet13.

Aujourd’hui, l’harmonisation de la description archivistique est un des enjeux majeurs de la valorisation des données numériques de la recherche scientifique. Les métadonnées sont sans aucun doute une composante à part entière d’une ressource numérique. En la documentant précisément, elles permettent sa localisation, sa diffusion et sa réutilisation. En plus d’accroître la valorisation de données numériques parfois trop peu visibles, elles offrent un nouveau dynamisme à la recherche scientifique et de belles opportunités à la création artistique.

Chloé Ferry

Master 2 Métiers des archives et des bibliothèques
Médiation de l’histoire et humanités numériques
Promotion 2018-2019

 

Image à la Une : Photo by Andrew Buchanan on Unsplash, CC-0.

  1. Dans le cadre de la phonothèque de la MMSH, il s’agit d’archives de chercheur.e.s dont les fonds présentent majoritairement des enregistrements collectés par des chercheurs de sciences humaines et sociales et plus largement  d’histoire orale, de contes, de chants et de musiques populaires. []
  2. SALAÜN Jean-Michel, « La redocumentarisation, un défi pour les sciences de l’information », Études de communication [En ligne], 30 | 2007, mis en ligne le 01 octobre 2009, consulté le 04 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/edc/428 []
  3. James Martin, cité par François-Xavier Boffy, 2010, p.9 []
  4. BROUDOUX Evelyne, SCOPSI Claire. “L’enjeu des métadonnées dans un contexte de redocumentarisation”. Études de communication Langages, information, médiations, Université de Lille, 2011, pp.9-22. [En ligne] Consulté le 27 décembre 2018. []
  5. Les meilleurs exemples en sont l’instrument de recherche et la notice bibliographique. []
  6. GINOUVÈS Véronique, « Ganoub, base de données de la phonothèque de la MMSH », Consortium Archives des Ethnologues, [En ligne], mis en ligne le 11 octobre 2017. Consulté le 2 janvier 2019. URL : https://ethnologia.hypotheses.org/87 []
  7. GINOUVÈS Véronique, « Les bonnes résolutions sonores 2018 : sauvegarde sur le long terme et principes du FAIR », Les carnets de la phonothèque [En ligne], mis en ligne le 1 janvier 2018. Consulté le 2 janvier 2019. URL : https://phonotheque.hypotheses.org/23328#identifier_3_23328 []
  8. Agence bibliographique de l’enseignement supérieur. []
  9. NICOLAS Yann, et al., « Calames (1), le catalogue », Arabesques [En ligne], 2007, n°48. Consulté le 12 janvier 2019. URL : http://abes.fr/Publications-Evenements/Arabesques/Arabesques-n-48 []
  10. NICOLAS Yann, et al., « Calames (2), le catalogage », Arabesques [En ligne], 2008, n°49. Consulté le 12 janvier 2019. URL : http://abes.fr/Publications-Evenements/Arabesques/Arabesques-n-49 []
  11. GINOUVÈS Véronique, « Quand j’était dans mon jeune âge… », Les carnets de la phonothèque [En ligne], mis en ligne le 1 mars 2018. Consulté le 2 janvier 2019. URL : https://phonotheque.hypotheses.org/23585 []
  12. BIGLIOTTI Francesca, CALAMAI Silvia, GINOUVÈS Véronique, « Les archives sonores entre demande sociale et usages scientifiques. Quelles modalités pour réutiliser les sources enregistrées ? », La diffusion numérique des données en SHS. Guide des bonnes pratiques éthiques et juridiques, Presses universitaires de Provence, pp.169-194, 2018, 9 791032 001790 [En ligne], consulté le 12 janvier 2019. URL : <halshs-01929046> []
  13. GRAS Isabelle, «  La diffusion numérique des données en SHS. Guide des bonnes pratiques éthiques et juridiques », Questions éthique et droit en SHS [En ligne], mis en ligne le 22 octobre 2018. Consulté le 12 janvier 2019. URL : https://ethiquedroit.hypotheses.org/1937 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.