L’Ina, gardien des archives de la télévision française

Le 19 novembre 2018, Sophie Gillery, responsable documentaire à l’Ina Méditerranée, a présenté l’Institut national de l’audiovisuel aux étudiants du master 2 « Métiers des archives et des bibliothèques : médiation de l’histoire et humanités numériques ». Ce billet s’inspire de cette présentation pour exposer l’histoire de cet établissement et les enjeux auxquels il fait face dans la conservation et la valorisation des archives audiovisuelles.

A la Libération, la radio française alors appelée Radiodiffusion nationale (RDN), n’est plus sous le contrôle du régime de Vichy. Celle-ci devient la Radiodiffusion française (RDF) en 1944, puis Radio télédiffusion française (RTF) lors de l’apparition de la télévision en France en 1949. Elle acquiert le statut d’établissement public à caractère industriel et commercial sous la tutelle du Ministère de l’Information.  Enfin, la loi du 27 juin 1964 octroie l’autonomie fonctionnelle à la RTF, qui devient l’Office de Radiodiffusion Télévision Française (ORTF). C’est à l’explosion de l’ORTF en 1975 que sont créées les 7 sociétés de l’audiovisuel public, dont l’Institut national de l’audiovisuel. En effet, c’est la loi du 7 août 1974 qui supprime l’ORTF et crée l’Ina à l’article 3.

Sous la tutelle du Ministère de la Culture et de la Communication, l’Ina est un établissement public à caractère industriel et commercial. Il se compose aujourd’hui d’une maison mère à Bry sur Marne et de 6 centres relais en région à Marseille, Rennes, Strasbourg, Lyon, Toulouse et Lille. Les missions de l’Ina sont la « conservation des archives de télévision et de radio, la production de programmes de création, la recherche et la formation professionnelle »1. En effet, l’Institut est responsable de la bonne conservation du patrimoine audiovisuel français, de sa sauvegarde et de sa valorisation.

Captation en continu de 168 chaînes de télévision.
« Institut National de l’audiovisuel » par Alain Bachellier, licence CC BY-NC-ND 2.0 
(source : Flickr)

Fonds collectés

Si l’Ina existe depuis 1975, il conserve des fonds bien antérieurs, remontant jusqu’à 1905. Mais la plupart des premiers fonds datent des années 1940. Aujourd’hui, l’Ina conserve près de 15 millions d’heures de diffusion qui augmentent d’environ 1 million d’heures par an par la captation en continu de 168 chaines de télévision. En parallèle sont également conservées les archives de la radio et depuis 2006 les archives du Web.

A la création de l’Ina, la télévision française ne possédait que des chaines publiques. Et durant les  17 années qui suivirent, malgré l’avènement des chaines de télévisions privées, la mission de collecte de l’Ina concernaient uniquement les archives des chaines publiques. Ainsi, l’Ina a collecté les archives des actualités cinématographiques, dites « actualités filmées », diffusées dans les cinémas avant la télévision. Il en existe 4 familles, qui se sont succédées :

  • Les Actualités Mondiales (1940-1942), contrôlées par les Allemands.
  • France Actualités (1942-1944), qui présentent les actualités de la guerre, dirigées par le régime de Vichy.
  • France Libre Actualités (1944), créées après la Libération, dont le premier épisode fut dédié à la Résistance.
  • Les Actualités Françaises (1945-1969), diffusées une fois par semaine et composées d’actualités diverses en France et Afrique du Nord.

Puis, après la mise en place de la télévision dans les foyers français, et à la suite de la disparition de l’ORTF, l’Ina hérite des archives de cette dernière, et donc dans un même temps celles de la RDF et de la RTF. L’Ina s’est alors trouvé dépositaire des archives de la 1ère chaine puis, au moment de leur création, de celles de la 2è chaine en 1964 et de la 3è en 1972. Cependant, face à la privatisation de TF1 en 1986 et à l’émergence d’une multitude d’autres chaines de télévision à la fois privées et publiques, la collecte des archives des trois premières chaines ne permettait plus à l’Ina de posséder des archives reflétant le patrimoine de la télévision française dans son intégralité.
C’est pour palier à cette lacune dans les fonds de l’Ina qu’a été élargie en 1992 la loi sur le dépôt légal, qui existait déjà depuis le 16è siècle pour l’écrit et l’imprimé.

Cadre juridique : le dépôt légal 

Le dépôt légal est défini dans le code du Patrimoine à l’article L131-2
 « Les documents imprimés, graphiques, photographiques, sonores, audiovisuels, multimédias, quel que soit leur procédé technique de production, d’édition ou de diffusion, font l’objet d’un dépôt obligatoire, dénommé dépôt légal, dès lors qu’ils sont mis à la disposition d’un public.»

L’apparition du dépôt légal date de 1537. Il fut institué par François Ier dans le but de :

« Faire assembler en notre librairie toutes les œuvres de notre temps, dignes d’être vues, qui ont été ou qui seront faites, pour avoir recours aux dits livres, si, de fortune, ils étaient perdus de la mémoire des hommes ».

Ordonnance de Montpellier, 28 décembre 1537

Peu de modifications ont été apportées ensuite, jusqu’à la loi du 21 juin 1943 stipulant que le dépôt légal inclu désormais le cinéma : une copie de chaque film français doit être déposée à la BnF. Mais le décret d’application n’est pas publié, cette loi n’est pas appliquée.

C’est finalement le 20 juin 1992 que la loi sur le dépôt légal est officiellement modifiée pour prendre en compte toutes les oeuvres audiovisuelles : cinéma, radio, télévision, documents sonores, informatique (les logiciels, les bases de données,…). Trois organismes dépositaires sont clairement définis : la BnF, le CNC (Centre national du cinéma et de l’image animée) pour le cinéma et la photo, l’Ina pour la télé et la radio. Un conseil scientifique du dépôt légal est crée avec pour membres les trois dépositaires, dans le but d’unifier les méthodes de collecte et de conservation. La loi est à nouveau modifiée le 1er août 2006 par la loi DADVSI qui étend le dépôt légal au Web2.

Sauvegarde et valorisation
Comme dans un service d’archives papier, l’Ina est en plus de la collecte responsable de la sauvegarde des archives, ainsi que de leur valorisation auprès du public, des chercheurs, des professionnels. Plusieurs mesures ont été prise par l’Ina pour mener à bien ces missions.

En 1999 fut instauré le Plan de sauvegarde et de numérisation (PSN), pour lutter contre la disparition des archives audiovisuelles soumises à des dégradations chimiques, mécaniques ou à l’obsolescence des supports, etc. Dans un premier temps, l’Ina s’est penché sur les archives les plus en danger. Il ne s’agissait pas des archives les plus anciennes, la plupart étant des cassettes des années 1970/1980 qui ne supporteraient plus qu’une seule lecture avant de devenir inutilisables.  Cependant, les fonds les plus en danger n’étaient pas forcément les plus intéressants, donc dans un deuxième temps l’Ina a déterminé quelles collections étaient les plus demandées et les plus prioritaires de part leur contenu. Une cartographie des fonds fut donc établie pour identifier les fonds les plus en mauvais état et pouvoir ainsi les copier et/ou les numériser. L’Ina estime alors que d’ici 2021 tous les fonds auront été numérisés. 

C’est pour donner accès à ces archives numérisées aux citoyens que l’Ina crée en 2006 le site ina.fr.  Mais cet accès aux œuvres en accès libre est limité puisque seulement 50 000 heures de programmes sous forme d’extraits sont disponibles et le reversement des droits de consultations de ces œuvres est fait par la publicité sur le site.
2 millions d’heures supplémentaires mais réservées aux professionnels sont également accessibles sur inamediapro.
De ce fait, la consultation des 16 millions d’heures d’archives professionnelles et du dépôt légal s’effectue à la BnF ou à l’Ina THEQUE qui, en service d’archives agrée, accueille dans ses différents centres les personnes souhaitant faire des recherches sur les fonds réalisés entre 1943 et 2016.
Des postes de consultation multimédia (PCM) existent également en dehors des centres de l’Ina et permettent de consulter les notices des archives conservées par l’Institut. Deux PCM ont notamment été installés depuis janvier 2016 à la MMSH.3

Des vidéos et des photographies issus des fonds de l’Ina sont également disponibles sur d’autres plateformes, notamment des réseaux sociaux comme Facebook ou Instagram, ou encore Youtube4 pour mettre plus encore en valeur la richesse des fonds représentant toute l’évolution de la télévision et de la radio françaises. V

Alix Pallard
Master 2 Métiers des archives et des bibliothèques :
médiation de l’histoire et humanités numériques

Sitographie :
https://institut.ina.fr/
– Le Roy, Eric. Le dépôt légal en France, Histoire et perspectives [PDF]. Intervention pour l’International Federation of Film Archives, 2015. Disponible à https://www.fiafnet.org/
– Hoog, Emmanuel, propos recueillis par Emilie LEVEQUE. «L’INA est la première banque d’archives numérisées en Europe». Journal du Net [En ligne] http://www.journaldunet.com/itws/it_hoog.shtml

Référence de l’enseignement :
Gillery, Sophie. Cours sur l’Ina pour les étudiants du Master «Métiers des archives et des bibliothèques : médiation de l’histoire et humanités numériques», 19 novembre 2018

  1. https://institut.ina.fr/institut/40-ans-d-innovation/notre-histoire []
  2. https://masterabd.hypotheses.org/3716 []
  3. http://www.mmsh.univ-aix.fr/news/Pages/Flash-65.aspx []
  4. https://www.lemonde.fr/technologies/article/2012/03/27/youtube-va-mettre-en-ligne-57-000-videos-issues-du-fonds-de-l-ina_1676174_651865.html []

4 réflexions sur « L’Ina, gardien des archives de la télévision française »

  1. Je me permets de vous contacter, car depuis plusieurs années je collecte des photos de personnalités (politique, tv, radio, sport, cinéma etc….) Je viens de retrouver une boîte que je pensais perdue avec quelques photos dont certaines pour lesquelles je n’arrive pas identifier les personnes (signatures illisibles ou absentes). Pourriez vous me dire où je peux m’adresser et envoyer les photos que j’aurai scannées auparavant pour que l’on puisse me fournir les identités de ces personnes. Merci beaucoup de votre réponse, bien sincèrement et comptant sur votre réponse . Recevez mes salutations.

    1. Bonjour Madame,
      Malheureusement je pense que l’Ina ne sera pas en mesure de les étudier si vous leur faites parvenir, faute de temps et compte tenu du fait qu’il s’agit de photographies et non de documents audiovisuels…

      Vous pouvez néanmoins consulter leurs fonds qui vous aiderons peut-être à retrouver les personnes que vous cherchez, les endroits où vous pouvez les consulter se trouvent sur ce site : http://www.inatheque.fr/consultation.html, sachant que les icônes vertes vous indiquent les centres Ina où des agents spécialisées sont présents pour répondre à vos questions.

      Je suis bien désolée de ne pas pouvoir vous aider davantage…
      En espérant que cela vous aidera tout de même

  2. C’est une vraie chance pour le citoyen de pouvoir s’enrichir de son Histoire audiovisuelle grâce à cet outil au service de la culture.
    Espérons toutefois, qu’avec le temps et la lassitude, les français n’entament pas un divorce avec ce qui fait une partie de leur identité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.