Ars Magna, la modélisation des données au service de la culture. Le cas d’Europeana.

Etudiant en Master II Métiers des archives et des bibliothèques, médiation de l’histoire et humanités numériques, titulaire d’un master de philosophie soutenu en Italie, je m’intéresse au numérique sous différents angles de vue. Ce billet voudrait embrasser les angles théoriques et techniques pour expliquer la modélisation des données.

Ars Magna. C’est avec cette formule qu’au treizième siècle Raimon Llull1 indiquait ce que devait être, selon lui, la méthode universelle. Une méthode grâce à laquelle tous les savoirs seraient compréhensibles et mémorisés par les êtres humains. À l’heure du numérique, le long chemin entrepris par le philosophe espagnol semble bien avancé. Avec la constitution d’un réseau mondial accompagné d’une série de règles de structuration et d’’indexation des données,  n’importe quelle information peut aujourd’hui être partagée.  La modélisation des données est le dispositif central pour y réussir.

Selon la définition de Wikipedia la modélisation des données est une représentation abstraite, dans le sens où les valeurs des données individuelles observées sont ignorées au profit de la structure, des relations, des noms et des formats des données pertinentes, qui sert à organiser un ensemble de ressources utiles au recollement, au stockage, au traitement et à la distribution des informations. Ce qui compte dans un modèle des données, et c’est bien dans la logique de Llull, ce n’est pas le contenu de la donnée mais les relations des données entre elles, leur structuration et leur format. Pour en donner un exemple concret, nous avons chois de présenter l’exemple d’Europeana, un catalogue européen en plusieurs langues que Llull aurait, sans aucun doute, beaucoup apprécié .

Consortium formé de 3300 organisation européennes, la plate-forme Europeana est une plateforme numérique riche de plus de 53 millions d’objets numériques qu’il s’agisse de livres, d’objets d’arts, de fonds d’archive, d’objets, d’enregistrements sonores ou audiovisuels. La plateforme  offre à l’internaute différents portails, où l’on trouve :

Europeana Regia : un projet piloté par la BnF qui recueille plus de 900 manuscrits anciens représentatifs de l’histoire politique, culturelle et artistique de l’Europe.

Europeana Collections 1914-1918 : Portail entièrerment dédié à la première guerre mondiale, Europeana Collections 1914-1918, réunit des documents d’archives comme des souvenirs des familles. Ses collections sont enrichies par les utilisateurs. Une étudiante de la promotion précédente a présenté ce projet dans ce même carnet.

Europeana Sounds est une bibliothèque participative sur le patrimoine sonore et musical de l’Europe. L’objectif est de mettre à disposition le patrimoine culturel européen, créant un des plus grand projet culturel à l’échelle continentale. La phonothèque de la MMSH est l’un des partenaires.

Le versement sur Europeana par les différents organisations se fait à travers le partage des métadonnées des objets numériques qu’ils veulent partager. Les métadonnées sont les données qui servent à la description d’une donnée ou, dans ce cas précis, d’un objet numérique2. La typologie des métadonnées requises pour le partage est établie en amont par l’adoption d’un format spécifique, un modèle des données. Pour Europeana, c’est le format EDM qui a été choisi3. L’utilisation d’un modèle de données permet de lier entre elles différentes données et de créer un réseau autour d’un même objet. La création d’un tel réseau donne à connaitre son contexte et ses liens avec d’autres objets… et c’est bien ce réseau qui pour certains philosophes constitue la base de la connaissance.

En effet, la modélisation des données ne se limite pas à un acte technique, il ne s’agit pas seulement de partager de l’information entre les différentes réseaux, mais aussi de les enrichir à travers plusieurs outils. Europeana a mis en oeuvre des outils d’enrichissement de deux types, ceux qui sont automatiques et ceux que les utilisateurs pratiquent. Parmi les outils de la première catégorie on peut citer le thesaurus multilingue GEMET4 développé par EIONET5, un thesaurus automatique d’enrichissement des concepts. Les outils d’enrichissement par les utilisateurs sont en revanche fondés sur le crowdsourcing et le référencement collaboratif des données. Ce mois-ci se termine le projet d’Europeana Sounds, une grande campagne est lancée pendant tout le mois de janvier auprès des internautes qui veulent participer à l’enrichissement des données sonores : amis de Raimon Llull, à vous de jouer !

Enzo Di Marzo

Credits photographiques: Thomas Le Myésier – Miniature du Breviculum ex artibus de Ramon Llull, domaine public.

  1. Pour un panorama exhaustif sur l’ouvrage de Raimon Llull et l’art de la mémoire voir  » target= »_blank »>Paolo Rossi, Clavis universalis : arts de la mémoire, logique combinatoire et langue universelle de Lulle à Leibniz, Grenoble (Isère) : J. Millon, 1993. []
  2. Ainsi, les métadonnées indiquent son titre, ses créateurs, son format, la date de création, etc. []
  3. Le format EDM ou Europeana Data Model est intégré dans Europeana avec l’outil Mint – Metadata INTeroperability services, développé par l’université polytechnique nationale d’Athènes – NTUA []
  4. General Multilingual Environmental Thesaurus []
  5. European Environment Information and Observation Network []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *