Les usages publics du passé : l’exemple de l’antiquité sous la révolution française

Entre les mains de qui l’histoire réside-t-elle ? Qui fait l’histoire ? Maryline Crivello, Professeure des universités, dans un cours dispensé aux étudiants du master II métiers des archives, des bibliothèques, médiation de l’histoire et humanités numériques a montré qu’il y avait en réalité, dans nos sociétés contemporaines, multiplicité des acteurs du discours historique. Alors que la fin du XIXe siècle a vu l’histoire se constituer en discipline scientifique autonome, les historiens ont par la suite perdu le monopole sur leur discipline. Hommes politiques, collectivités territoriales, partis politiques, médias, amateurs1 tous aujourd’hui parlent de l’histoire, et aucune de ces paroles n’est sans impact sur nos représentations du passé.

“Usages publics du passé” ?

Cette expression apparaît sous la plume de Jürgen Habermas2 dans les années 1980 et va vite connaître un vif succès. Elle désigne un ensemble de pratiques, politiques ou sociales, mobilisant des éléments du passé et les réactualisant pour les besoins du présent. Ces « recours au passé en réponse à des nécessités du présent »3 se situent en dehors de la sphère des historiens professionnels, ce qui explique leur inquiétude exprimée dans le manifeste. Une très large gamme de périodes ou d’événements peuvent ou ont pu être être sujettes à des usages publics. Les deux conflits mondiaux, avec leur lot de commémorations, sont peut-être les plus évidents.

Mais il en est un beaucoup plus ancien, et peut être fondateur, sur lequel Maryline Crivello a attiré notre attention lors de son cours : celui de l’Antiquité sous la Révolution française. Son étude est très riche et instructive car nous avons tout à la fois à faire à une rupture historique brutale, celle de la Révolution française, de même qu’a l’apparition franche et nette d’un usage public du passé alors aisément localisable. La Révolution française et son rapport à l’antique montre bien que l’histoire n’est pas l’apanage des historiens possède également une fonction politico-sociale.

L’Antiquité ressuscitée devant l’impossibilité de la table rase

« Le monde est vide depuis les romains ; mais leur mémoire le remplit et prophétise le nom de liberté »4 déclame Saint-Just à la Convention la 11 germinal an II. « Sparte brille comme un éclair dans des ténèbres immenses » répond Robespierre le 18 floréal5 . Ces phrases ne durent produire aucun étonnement sur leurs destinataires directs, tant ce type de louanges et d’assimilations à l’Antiquité étaient, au cœur de la Révolution française, monnaie courante.

Ceux qui l’ont étudié découpent généralement les usages de l’Antiquité sous la Révolution française en deux phases : la Constituante et la Législative, où l’Antiquité sert de référence ; la Convention, véritable moment de résurrection où l’Antiquité devient un modèle vivant sur lequel poser les fondations d’une société nouvelle6 . Ils répondent toutefois à une même cause générale : l’impossibilité de faire table rase du passé. Les révolutionnaires sentent que leur acte est inédit, et ils veulent rompre avec le passé chrétien et l’Ancien régime. De leur volonté de régénérer la monarchie, puis surtout la nation au-delà de la monarchie, ils veulent créer du neuf, le regard tourné vers l’avenir, et c’est pourtant une période plus ancienne encore qu’ils vont mobiliser. Car finalement les républiques antiques sont des « références à la fois rassurantes pour ceux qui ont à inventer un avenir neuf à la fois contre l’Ancien régime et la tradition chrétienne »7. C’est également l’idée de François Hartog, pour qui la Révolution française s’explique en terme de conflits entre deux régimes d’historicité : « on a fait appel au passé, on a convoqué Rome, tout en proclamant bien haut qu’il n’y avait pas de modèle à imiter »8 . Et pas seulement pour les élites mais pour tout le peuple9 : chants, théâtre, fêtes, journaux, prénoms, toponymies expriment tout autant que les discours parlementaires et les monographies l’identification au destin antique. D’une certaine façon, les héros antiques prennent la place des saints chrétiens10 .

Il est important de savoir toutefois que la connaissance de l’Antiquité des révolutionnaires était celle d’une lecture familière de certaines sources choisies, au premier rang les Vies parallèles de Plutarque. Aucune critique, aucune distance, ils lisent Plutarque et Cicéron comme on lisait la Bible. L’Antiquité devient un instrument servant à exprimer des faits, des situations, des projets contemporains : le discours porté dessus était celui d’un « investissement idéologique », non pas historique11

Juger Louis XVI, Tarquin ou César 

Le procès de Louis XVI, correspond à l’époque où les usages publics de l’Antiquité sont les plus forts. Multitude de figures et situations antiques vont être mobilisés par ses défenseurs comme par les partisans de sa condamnation. Louis XVI va être assimilé aussi bien à César qu’à Tarquin. Ainsi de Saint-Just à la Convention le 13 novembre 1792 refusant l’argument d’incompétence du tribunal révolutionnaire pour juger le roi, au motif qu’il n’y avait rien dans les lois de Numa12 pour juger Tarquin13, mais que tout citoyen a sur le roi le droit que Brutus avait sur César !14

Saint-Just, Anonyme, Musée des Beaux-Arts de Lyon

C’est aussi Vergniaud, défenseur du roi, qui va proposer un dessaisissement du tribunal au profit d’un appel au peuple, sur le modèle de la provocatio ad populum romaine.15 Également Cambon considère que pour être romain il faut avoir la haine et l’expulsion des rois, la dernière seulement manquant aux français16

Pour Jacques Bouineau, qui a consacré sa thèse de doctorat à la question, dans le procès du roi l’Antiquité a servi aux révolutionnaires de précédent politique pour accomplir ce que personne, quelques années auparavant, n’aurait pu concevoir : la condamnation à mort d’un roi de droit divin devenu Tarquin17.

Et après ?

Selon Hartog la Révolution française « est comme l’épilogue de la pièce aux cent actes où sont campés Anciens et modernes »18 : la résurrection des anciens a échoué.

Ainsi l’Antiquité a-t-elle guidé la Révolution française dans ses transformations. D’une société tournée vers le passé nous sommes passés à une société tournée vers l’avenir, et la Révolution a opéré la transition en conjuguant les deux régimes d’historicité. La volonté d’être moderne imposera de rompre pour de bon avec le passé, ce que ne manqueront pas de noter les observateurs aux lendemains de la Révolution. Témoin Chateaubriand :

« [La Révolution] a été produite en partie par des gens de lettres qui, plus habitants de Rome et d’Athènes que de leur pays, ont cherché à ramener en France les mœurs antiques »19

Bibliographie

Jean-Luc Bonniol (dir.) ; Maryline Crivello (dir.). Façonner le passé : Représentations et cultures de l’histoire XVIe-XXIe siècle. Nouvelle édition [en ligne]. Aix-en-Provence : Presses universitaires de Provence, 2004 (généré le 14 janvier 2019). Disponible sur Internet : <http://books.openedition.org/pup/6458>. ISBN : 9782821882973. DOI : 10.4000/books.pup.6458.

Jacques Bouineau, Les toges du pouvoir ou la Révolution de droit antique 1789-1799, Toulouse, Association des publications de l’Université de Toulouse-le-Mirail et Éditions Eché, 1986, 556 pp.

José Antonio Dabdab Trabulsi, « Liberté, Égalité, Antiquité : la Révolution française et le monde classique », In : L’Antique et le contemporain : études de tradition classique et d’historiographie moderne de l’Antiquité, Besançon : Institut des Sciences et Techniques de l’Antiquité, 2009, pp. 207-248.

François Dosse, Renaissance de l’événement, Paris, PUF, 2010, 352 pp.

Michel Dubuisson, « La Révolution française et l’Antiquité », Cahiers de Clio, 100 (1989), pp. 29-42

François Hartog, Régimes d’historicité, Paris, Seuil, 2012, 352 pp.

Henri Morel, « Le poids de l’Antiquité sur la Révolution française », In L’influence de l’Antiquité sur la pensée politique européenne, Aix-en-Provence, PUAM, 1996, pp. 296-315.

Claude Mossé, L’Antiquité dans la Révolution française, Paris, Albin Michel, 1989, 169 pp.

Gérard Noiriel, « De quelques usages publics de l’histoire », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], #09 | 2009, mis en ligne le 25 novembre 2011, consulté le 14 janvier 2019. URL : http://journals.openedition.org/traces/4399;DOI:10.4000/traces.4399

Mouza Raskolnikoff, « L’adoration des romains sous la Révolution française et la réaction de Volney et des idéologues », Roma, Costantinopli, Mosca, Napoli, ESI, 1983, pp. 199-213.

Crédits images

  • Image à la une : “david_lictors_returning_brutus_bodies_sons_1789”, par 

    Art Gallery ErgsArt, 2013, CC BY 2.0

  • Image 1 : “Le Jour ni l’Heure 4097 : artiste anonyme, portrait de Saint-Just, “l’Archange de la Terreur”, 1767-1794”, par Renaud Camus, 2011, CC BY 2.0

 

Jean Mambré

Master II Métiers des archives, des bibliothèques. Médiation de l’histoire et humanités numériques

  1. Par exemple via des vidéos de vulgarisation, ou encore des entreprises de reconstitution historique. []
  2. J. Habermas, « L’uso pubblico della storia », in G. Rusconi (dir.), Germania : un passato che non passa. I crimini nazisti e l’identita tedescà, Turin, Einaudi, 1987 []
  3.  BONNIOL, Jean-Luc ; CRIVELLO, Maryline. Introduction In : Façonner le passé : Représentations et cultures de l’histoire XVIe-XXIe siècle [en ligne]. Aix-en-Provence : Presses universitaires de Provence, 2004 (généré le 14 janvier 2019). Disponible sur Internet : <http://books.openedition.org/pup/6464>. ISBN : 9782821882973. DOI : 10.4000/books.pup.6464. []
  4. Saint-Just, Œuvres complètes, avec une introduction et des notes par Charles Vellay, Paris, E. Fasquelle, 1928, Tome II, p. 331. []
  5. Maximilien de ROBESPIERRE, Œuvres complètes, Tome X, 5e partie, 27 juillet 1793-27 juillet 1794, éd. préparée sous la direction de Marc Bouloiseau et Albert Soboul, Publication de la VIe Section de l’École Pratique des Hautes Études (Sciences économiques et sociales) et de la Société des Études Robespierristes, Paris, PUE, 1967, Séance du 18 Floréal an II (7 mai 1794), « Sur les rapports des idées religieuses et morales avec les principes républicains, et sur les fêtes nationales », p. 444. []
  6. MOSSÉ (Claude), L’Antiquité dans la Révolution française, Paris, Albin Michel, 1989, 169 pp. ; MOREL (Henri), « Le poids de l’Antiquité sur la Révolution française », In L’influence de l’Antiquité sur la pensée politique européenne, Aix-en-Provence, PUAM, 1996, pp. 296-315. []
  7. RASKOLNIKOFF (Mouza), « L’adoration des romains sous la Révolution française et la réaction de Volney et des idéologues », Roma, Costantinopli, Mosca, Napoli, ESI, 1983, p. 200. []
  8. HARTOG (François), Régimes d’historicité, Paris, Seuil, 2012, p. 145. []
  9. Ibid., p. 203. []
  10. Mossé (Claude), Op. Cit., p. 88. []
  11. DABDAB TRABULSI, « Liberté, Égalité, Antiquité : la Révolution française et le monde classique », In : L’Antique et le contemporain : études de tradition classique et d’historiographie moderne de l’Antiquité, Besançon : Institut des Sciences et Techniques de l’Antiquité, 2009, pp. []
  12. Second roi de Rome, considéré historiquement comme un des grands législateurs romains []
  13. Dernier roi de Rome, avant qu’il ne soit chassé et la République proclamée []
  14. Ibid., p. 221. []
  15. DUBUISSON (Michel), « La Révolution française et l’Antiquité », Cahiers de Clio, 100 (1989), pp. 29-42 []
  16. Ibid. []
  17. BOUINEAU (Jacques), Les toges du pouvoir ou la Révolution de droit antique 1789-1799, Toulouse, Association des publications de l’Université de Toulouse-le-Mirail et Éditions Eché, 1986, p. 153. []
  18. LENCLUD (Gérard), « Traversées dans le temps », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 2006/5 (61e année), p. 1053-1084. URL : https://www.cairn.info/revue-annales-2006-5-page-1053.html []
  19. Cité par DABDAB TRABULSI, Op. Cit., p. 238. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.