La réhabilitation des victimes de la Guerre civile et de la dictature de Franco

Le 3 décembre 2018, Maryline Crivello a consacré un cours aux « Usages publics de l’histoire dans notre société contemporaine ». Les usages publics, patrimoniaux ou politiques de l’histoire font intervenir des acteurs sociaux, institutionnels, politiques ou médiatiques selon des approches concurrentielles, et selon des logiques mémorielles et politiques parfois conflictuelles. C’est le cas en Espagne notamment avec la réhabilitation des victimes de la Guerre civile et de la dictature de Franco.

L’opposition de deux discours politiques et juridiques sur l’histoire du franquisme

A Madrid, le gouvernement socialiste de Pedro Sánchez a signé le 24 août 2018 le décret ordonnant l’exhumation de Francisco Franco, reposant dans le mausolée du Valle de Los Caídos (la « Vallée de ceux qui sont tombés ») depuis 1975. Cette décision a ravivé la polémique qui oppose depuis 40 ans les partisans et les adversaires d’une récupération de la mémoire sur la période de la Guerre civile et de la dictature franquiste. La mémoire, selon Antoni Segura, professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Barcelone, fait référence à des faits ou à des événements du passé qui étaient demeurés dans l’oubli parce que le pouvoir politique et l’historiographie officielle avaient imposé une certaine vision et une certaine interprétation de ce passé1.

La loi d’amnistie votée le 15 octobre 1977 écarte la possibilité de poursuivre en justice les auteurs des crimes franquistes. Elle s’inscrit dans le processus de transition démocratique engagé après la mort de Franco, fondé sur « el pacto del olvido » (« le pacte de l’oubli ») œuvrant pour la réconciliation nationale. Cette loi très controversée est toujours en vigueur, malgré les recommandations d’abrogation formulées dans le rapport du comité des Droits de l’Homme de l’ONU, datant du 27 octobre 2008.

A la fin des années 1990 et surtout dans les années 2000, l’exigence d’une reconnaissance des victimes de la Guerre civile et de la dictature a pris de l’ampleur et a bénéficié d’un relais médiatique. Les petits-enfants des générations qui ont connu la répression de la Guerre civile et de la dictature ont souhaité ressusciter [le passé] de l’oubli2. C’est dans ce contexte qu’à l’initiative du président du gouvernement socialiste José Luis Rodríguez Zapatero, la loi sur la mémoire historique (« Ley de Memoria Histórica  »), c’est-à-dire la « Loi de reconnaissance et d’extension des droits et de rétablissement des moyens en faveur de ceux qui ont souffert de persécution ou de violence durant la Guerre civile et la Dictature », est adoptée le 10 décembre 2007.

La loi sur la mémoire historique entre en contradiction avec la loi d’amnistie. Cela conduit à des querelles sur le travail de mémoire, au plan sociétal, politique mais encore juridique et judiciaire. Ainsi le juge Baltasar Garzón a été poursuivi en justice par ses pairs pour avoir enfreint la loi d’amnistie, en décidant en 2008 d’enquêter sur les 114 000 disparus de la Guerre civile3.

Le rôle décisif des associations pour écrire l’histoire des crimes franquistes : vers une histoire concurrente qui se joue d’abord sur internet

Le gouvernement espagnol a publié sur un site web le 5 mai 2011 la première carte localisant les 2000 fosses communes  creusées dans le pays pendant la Guerre civile et le franquisme.

Mais ce sont surtout des associations qui œuvrent pour permettre aux familles de récupérer les restes de leurs proches. L’Asociación para la Recuperación de la Memoria Histórica (ARMH) compte ainsi plus de 5000 volontaires, parmi lesquels des parents des victimes, des professionnels de diverses disciplines (archéologues, anthropologues, historiens, médecins légistes…) ainsi que des étudiants. Ils ont exhumé depuis 2000 plus de 150 fosses, dans lesquelles étaient enterrées plus de 1400 victimes, qui ont pu être identifiées et restituées à leurs familles. L’association a perdu les subventions de l’État en 2011 avec le retour au pouvoir de la droite espagnole.

Sur son site internet, l’ARMH expose une méthode de recherche ici et de nombreux liens pour mener soi-même son enquête : consulter les registres civils, les listes électorales élaborées en 1935 pour les élections de février 1936, les archives paroissiales pour les registres d’enterrement, et surtout les archives militaires pour les actes des procès des victimes exécutées. 

Le rôle d’internet est capital : par les sites, des pages facebook, ou encore des comptes twitter. De nombreuses archives recensant les victimes ont été numérisées et ouvertes à la consultation publique, dont :

Figure 2 : Recensement des victimes fusillées dans la province de Valence de 1938 à 1956

Étude d’un exemple précis : l’Asociación Científica de ArqueoAntro

ArqueoAntro réalise des travaux pour localiser les fosses et exhumer les victimes. Le 22 mai 2017, elle a commencé le processus d’exhumation de la fosse 113 de Paterna, une commune de la région de Valence, avec le soutien de l’Asociación de Familiares de Víctimas de la Fosa 113. Selon Vincent Gabarda, de 1939 à 1956, l’armée franquiste aurait fusillé 2237 républicains à Paterna4. Le seul 18 janvier 1940, à 7 h de l’après-midi, 54 personnes ont été fusillées, dont mon arrière-grand-père Antonio Aranda Barón. Ce dernier se trouverait dans la fosse 113 de Paterne. De l’ADN de sa petite-fille a été prélevé par l’association pour être comparé avec ceux des corps retrouvés et confirmer son identité.

Figure 3 : Exhumation de la fosse 113 à Paterne

Les recherches entreprises à Paterna et dans l’Espagne entière montrent la complexité et les difficultés du travail qu’accomplit l’historien, tributaire mais aussi acteur d’un contexte politique, juridique et financier problématique. Ici, la poursuite du travail est rendue possible, hors même du cadre institutionnel, par l’engagement de la société civile et le recours aux outils numériques notamment sur internet.

Malgré les quelques initiatives légales et l’investissement considérable des associations, selon Antoni Segura, il reste encore beaucoup de chemin à faire pour pouvoir considérer comme acquittée la facture payée par les victimes de la Guerre civile et la dictature franquiste5. Il ajoute plus loin : ce n’est pas une question de revanche mais de justice et dignité6.

Figure 4 : Victimes fusillées et enterrées dans la fosse 113 à Paterne

Sitographie :

Bibliographie :

  • Emilio SILVA et Santiago MACIAS, Les Fosses du franquisme, Calmann-Lévy, 2006 (2003 pour l’édition espagnole).
  • SANTOS  JULIÁ, Víctimas de la guerra civil, Ed Temas de hoy, 2004.
  • Julian CASANOVA (dir) Morir matar sobrevivir. La violencia en la dictadura de Franco, Ed Crítica, Barcelona, 2002.
  • Michael RICHARDS, Un tiempo de silencio, Ed Crítica, Barcelona, 1999.
  • Francisco ESPINOSA, Contra el olvido. Historia y memoria de la Guerra civil, Ed Crítica, 2006.
  • Antoni SEGURA, « La question de la mémoire historique en Espagne et en Catalogne », in : Maryline CRIVELLO et Karima DIRECHE (dir.),Traversées des mémoires en Méditerranée : la réinvention du « lien », Presses universitaires de Provence, Aix-en-Provence, 2017.

Crédits images :

  • Figure 1 : Photographie prise par Eloy Ariza et sous licence CC-BY-NC
  • Figure 2 : Capture d’écran de la page 388 de Els afusellaments al País Valencià (1938-1956), Vicent Gabarda Cebellán, Prensas Universitarias de Valencia, 2007.
  • Figure 3 : Photographie de l’exhumation de la fosse 113 du cimetière de Paterne prise par Eloy Ariza et sous licence CC-BY-NC
  • Figure 4 : Photographie des victimes fusillées et enterrées dans la fosse 113 à Paterne prise par l’Asociación de Familiares de Víctimas de la Fosa 113 et sous licence CC-BY-NC

 

Je remercie Maryline Crivello, Isabelle Renaudet Véronique Ginouvès  ainsi que ma tante Ascensión Aranda Pérez pour l’aide précieuse qu’elles m’ont apportée dans l’écriture de ce billet.

Ana Belén Fauchier Aranda
Master 2 “Histoire, civilisations et patrimoine : métiers des archives et des bibliothèques 
Médiation de l’histoire et humanités numériques

 

 

  1. Antoni SEGURA, « La question de la mémoire historique en Espagne et en Catalogne », Presses universitaires de Provence, Aix-en-Provence, 2017, p.55 []
  2. Ibid., p. 56 []
  3. « Le juge Garzon devant la justice pour avoir brisé le tabou du franquisme » [en ligne]. In : Le Monde, 2012, Disponible sur : https://www.lemonde.fr/europe/article/2012/01/24/le-juge-garzon-devant-la-justice-pour-avoir-brise-le-tabou-du-franquisme_1633562_3214.html (consulté le 30/12/2018) []
  4. GABARDA CEBELLÁN, Vicent. Els afusellaments al Pais Valencia. [en ligne]. Prensas Universitarias de Valencia, 2007. Disponible sur : https://books.google.fr/books?id=fubZGSZw_4C&printsec=frontcover&hl=fr&source=gbs_ge_summary_r&cad=0#v=onepage&q&f=false (consulté le 30/12/2018) []
  5. Antoni SEGURA, « La question de la mémoire historique en Espagne et en Catalogne », op. cit., p.63 []
  6. Ibid., p. 64 []

Une réflexion sur « La réhabilitation des victimes de la Guerre civile et de la dictature de Franco »

  1. Merci pour cet article de synthèse très intéressant, qui m’est très utile pour mon mémoire de master 2 Archives (Paris 8) qui porte sur l’archiviste médiateur de la “mémoire démocratique” à partir de la valorisation d’un fonds de l’exil républicain à la Biblioteca valenciana.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.