Entre stand-up et vulgarisation scientifique : une leçon de médiation par Alexandre Astier

La médiation scientifique est un processus qui nécessite un équilibre et une expertise particulière pour intégrer la science dans la culture et les loisirs sans pour autant négliger l’intelligibilité et la véracité scientifique. Dans le cadre d’un cours dispensé par François Pacaud pour la formation du Master 2 « Métiers des archives et des bibliothèques. Médiation de l’histoire et humanités numériques. » différents dispositifs de médiation scientifique ont été abordés, parmi eux le spectacle d’Alexandre Astier1, l’Exoconférence.2

La conférence est un des types d’animations culturelles que l’on retrouve le plus souvent dans les centres d’archives et dans les bibliothèques. C’est également un moyen de médiation régulièrement utilisé par les vulgarisateurs. Après avoir visionné l’Exoconférence, l’analyse de ce projet de médiation semblait être l’occasion de voir comment mettre en place ce type de projet, notamment dans nos métiers où la vulgarisation joue un rôle de plus en plus important.3

Dans son spectacle, Alexandre Astier entre dans la peau d’un astrophysicien donnant une conférence abordant divers sujets scientifiques, le tout accompagné de petites scénettes dans lesquelles Alexandre Astier interprète de nombreux autres personnages. Le but de ce spectacle est de démontrer que l’humain n’a jamais, et ne rencontrera jamais, une forme de vie extraterrestre. Cette conférence est un moyen d’amuser et d’étonner, tout en instruisant le public.

Quels sont les aspects demandant une réflexion et une conception essentielle lors de l’élaboration d’un projet de médiation de ce type ?

Définir un public visé

L’Exoconférence est un spectacle de type stand-up mettant en scène un humoriste qui transmet de la science, le but est certes d’apprendre, mais aussi et surtout de divertir. En partant de ce constat, il apparaît évident que le public visé sera différent de celui d’une conférence plus traditionnelle ou académique. Le spectacle d’Alexandre Astier semble donc, de prime abord, destiné à un public d’amateur curieux.

Cependant, la forme de la conférence ne change pas le propos : seul le degré de vulgarisation varie. En effet, le public d’Alexandre Astier est tout à fait capable de comprendre les informations transmises dans une conférence plus académique telle qu’une conférence de L’observatoire de Lyon4, par exemple. Autrement dit, si le public de l’Exoconférence comprend un phénomène expliqué par Alexandre Astier, prenons par exemple le principe de la théorie de la relativité, il est capable de saisir ce même phénomène expliqué par un chercheur ou un spécialiste car ce ne sont pas les principes de cette théorie qui changent mais la manière de la présenter.

La forme par laquelle on transmet ces mêmes informations influe sur l’intérêt que peut porter le public à cette information. Le fait de présenter une conférence sous forme de spectacle humoristique est plus susceptible d’attirer l’attention du public que la forme plus académique de la conférence. Cependant, il est vrai qu’une partie du public d’Alexandre Astier n’aura possiblement pas les clefs pour comprendre des termes spécifiques utilisés par les chercheurs mais en plus de cela il ne songera probablement pas à assister à ce type d’événement, parfois par peur de l’ennui, alors qu’il pourrait potentiellement en retirer le même enseignement.

Un support adapté au public et au contenu

« D’aucun des plus académiques me reprocheront certainement ce début un petit peu racoleur, un petit peu à l’américaine, non, définitivement, c’est une bonne idée. Je dis ça d’autant plus que j’ai pas toujours été d’accord, c’est vrai. Mais oui, la réponse est oui. De l’image, du son, de la vidéo, on est au cinéma. Assumons-le complètement, allons au bout, on est au cinéma»5

Alexandre Astier a conscience que la forme de sa conférence peut étonner les spécialistes de ce type de médiation, cependant il assume totalement le côté spectaculaire et comique qu’il a choisi de donner à sa conférence. D’autant plus que ces aspects propres au stand-up ont été extrêmement bien dosés ici puisque le côté comique va de pair avec des explications claires sur les phénomènes abordés, comme les PAN (phénomènes aérospatiaux non identifiés), le paradoxe de Fermi ou l’affaire de Roswell.

Alexandre Astier présentant l'Exoconférence aux Utopiales de Nantes en 2014.
Alexandre Astier présentant l’Exoconférence aux Utopiales de Nantes en 2014.

Intelligibilité et caution scientifique

Si l’on passe par le divertissement pour vulgariser la science, la caution scientifique reste primordiale. L’importance accordée aux spécialistes chercheurs ne doit pas être oubliée par le médiateur afin de s’assurer de la véracité des propos qu’il transmet à son public. Le spectacle d’Alexandre Astier est né d’une grande curiosité et surtout d’une fascination de l’auteur pour le thème qu’il aborde, c’est-à-dire l’astronomie. Mais malgré son intérêt pour le sujet, Alexandre Astier reste un néophyte.

Pour garantir à son spectacle une bonne caution scientifique Alexandre Astier a fait appel à bon nombre de chercheurs et de scientifiques.6 L’Exoconférence est le fruit du travail d’un vrai documentariste qui ne fait pas de l’humour au détriment de la science et qui a pris soin de délivrer à son public des informations exactes en donnant aux chercheurs et aux spécialistes la place qu’il est essentiel de leur donner dans un dispositif de médiation scientifique. En effet il n’est pas évident pour tous les chercheurs d’amener le grand public à leurs travaux en simplifiant leurs propos pour les rendre accessible à tous. C’est là tout le travail des vulgarisateurs, qui doit se faire en coopération directe avec les chercheurs.

Alexandre Astier a d’ailleurs été primé par la SF2A7 en 2016 par le prix « Science en société » le 16 juin 2016 pour son Exoconférence afin de récompenser la qualité et la portée de son spectacle. Cette distinction s’impose comme un gage de qualité concernant le contenu de cette conférence.

Dans sa conférence, Alexandre Astier réussi donc le pari de tout vulgarisateur scientifique. Il a su jauger le degré de vulgarisation pour rendre compréhensible son contenu à son public en mêlant informations, réflexions et anecdotes historiques avec son humour qui lui est propre, prenant bien soin de ne pas aller trop loin au détriment de l’intelligibilité de son propos. L’Exoconférence constitue, à mon sens, un réel exemple nous montrant comment jauger le bon niveau de vulgarisation afin d’attirer un public vers un sujet sur lequel il est totalement novice. Il me semble pertinent de rattacher cela à l’importance de la vulgarisation dans les métiers des archives et des bibliothèques, lieux qui peuvent parfois être « boudés » du grand public, grand public qui pourrait se réconcilier avec ces lieux grâce à des projets de vulgarisation tels que celui-ci.

Justine Michelis
Master 2 métiers des archives et des bibliothèques.
Médiation de l’histoire et humanités numériques.

Crédits photographiques :

Image en une : Image de la plaque attachée au Pioneer, créée par la NASA.
NASA. [Domaine public]  Via Wikimedia Commons.
https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Pioneer_plaque.svg?uselang=fr

Alexandre Astier présentant l’Exoconférence aux Utopiales de Nantes en 2014.
Grégory Viénot. [CC BY-SA 4.0] Via Wikimedia Commons.
https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Alexandre_Astier_-_ExoConf%C3%A9rence.jpg?uselang=fr


  1. Alexandre Astier, né le 16 juin 1974 à Lyon, est un humoriste, acteur, réalisateur, scénariste, compositeur, monteur, musicien et metteur en scène français. Il est particulièrement connu comme le créateur, réalisateur et interprète principal de la série télévisée Kaamelott. []
  2. L’Exoconférence est une pièce de théâtre réalisée par Alexandre Astier et mise en scène par Jean-Christophe Hembert. []
  3. Je vous renvoie à l’article de Maureen Chegueressian, « Qui sont les médiateurs scientifiques ? » dans lequel elle consacre une partie à l’utilité de la vulgarisation scientifique. []
  4. École interne de l’université Claude Bernard Lyon 1. []
  5. Citation tirée de l’Exoconférence d’Alexandre Astier []
  6. de l’Observatoire de Paris, du laboratoire de géosciences de Toulouse et du Centre national d’études spatiales notamment []
  7. Société française d’astronomie et d’astrophysique []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.