Le film historique : un outil de vulgarisation fiable ?

Le 8 octobre 2018 a eu lieu la journée d’étude Visual studies et méditerranée – Regarder/Archiver la guerre, à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme à Aix-en-Provence. Lors de cette journée j’ai assisté, en tant qu’étudiante du Master 2 Métiers des archives et des bibliothèques, médiation de l’histoire et humanités numériques, à l’intervention de Clément Puget1 « Archiver la Grande Guerre ? Des fonds de la section cinématographique de l’Armée au dépôt légal de la télévision française »  qui abordait la bataille de Verdun du cinéma muet au film télévisé. Il nous a poussé  à nous interroger sur la capacité d’un film à raconter l’histoire et sur son influence sur le rapport au temps.

« […] les films nous amènent […] à repenser l’historicité de l’histoire elle-même, à travers une réflexion qu’ils imposent sur les modalités du récit, aussi bien à propos de la question du temps qu’à propos de la relation entre réalité et représentation, vérité et fiction.»

LAGNY Michèle, De l’Histoire du cinéma. Méthode historique et histoire du cinéma, Paris, Nathan, 1992

Passé ou présent ? A quel temps se conjugue un film historique ?

Il y a cent ans la France signait l’armistice de la première guerre mondiale. Aujourd’hui nous commémorons cet événement historique grâce notamment au cinéma. La question du temps du récit cinématographique posée par Michèle Lagny, historienne du cinéma, prend alors tout son sens. Que nous dit un film documentaire réalisé en 2016 comme Apocalypse Verdun sur la bataille dont il est sensé rendre compte ? Que nous dit-il sur nous-même, sur notre époque ? Si les films historiques “peuvent avoir une fonction sociale : celle de diffuser la connaissance historique auprès d’un vaste public”2 leur finalité pousse les scénaristes et réalisateurs à « actualiser » le passé, pour pouvoir notamment permettre le croisement avec d’autres événements plus contemporains. C’est ce qu’explique l’historien François Hartog dans son ouvrage intitulé Régimes d’historicité, présentisme et expérience du temps3. En effet, selon lui, la période actuelle se caractérise par le « présentisme », autrement dit par la création d’un lien de proximité avec des événements passés. Dans le cas des films et documentaires historiques ce serait par exemple le fait de conformer des images anciennes aux modalités de la perception actuelle, comme la colorisation des images initialement en noir et blanc. Mais le danger en actualisant ainsi des images est de leur faire perdre de leur authenticité et leur véritable signification.

Réalité ou fiction ? La vérité en question dans les films historiques.

L’histoire s’impose comme science en se distinguant de la fiction, du conte ou de la légende, par sa rigueur, par la fiabilité de ses sources. Or les films et documentaires historiques comportent une part de fiction. Sont-ils alors toujours des films historiques ou bien racontent-ils seulement des histoires ? Dans l’objectif de rendre les films plus accessibles au grand public, leurs réalisateurs peuvent être tentés par la généralisation ou la simplification de leur sujet. Cependant, selon Paul Ricoeur “la moindre histoire incorpore des généralisations”4 et ainsi, le film serait un support historique comme un autre. La vulgarisation est un équilibre entre l’intelligibilité et la véracité scientifique, donc certains films peuvent être de bons outils de vulgarisation pour diffuser la connaissance auprès d’un vaste public, même s’il faut tout de même conserver un regard critique.

Pour conclure

« Les films restent une source documentaire fondamentale (mais pas exclusive) dans le domaine de l’histoire « esthétique », ou éventuellement sociale. »5

Michèle Lagny, révèle ici l’importance des films dans la diffusion de la connaissance historique auprès du grand public. Si comme le dit Tocqueville, “le passé n’éclairant plus l’avenir, l’esprit marche dans les ténèbres”6, alors l’histoire doit se médiatiser, se vulgariser pour toucher le plus grand nombre. Le cinéma historique a alors toute sa place comme outil de médiation de l’histoire. Nous retiendrons donc et la valeur du film historique et la nécessité de garder un certain recul sur ce qu’il montre pour conserver l’objectivité nécessaire à toute connaissance.

Romane Rey-herme

Master 2 Métiers des archives et des bibliothèques. Médiation de l’histoire et humanités numériques.

Bibliographie :

MARTINEZ-MALER Odette, VERAY Laurent (2008). Éditorial. Matériaux pour l’histoire de notre temps, 89-90(1), 1-4. https://www.cairn.info/revue-materiaux-pour-l-histoire-de-notre-temps-2008-1-page-1.htm  

DEROIDE Ioanis, « Les séries historiques entre la fiction et le réel : quand les scénaristes rivalisent avec les historiens », TV/Series [Online], 1 | 2012, Online since 15 May 2012, connection on 11 December 2018. URL : http://journals.openedition.org/tvseries/1038 ; DOI : 10.4000/tvseries.1038 

DUPUY Pascal, « Histoire et cinéma. Du cinéma à l’histoire », L’Homme & la Société, 2001/4 (n° 142), p. 91-107. DOI : 10.3917/lhs.142.0091. URL : https://www.cairn.info/revue-l-homme-et-la-societe-2001-4.htm-page-91.htm

HARTOG François, Régimes d’historicité, présentisme et expérience du temps, Paris, Seuil, 2003

LAGNY Michèle, De l’Histoire du cinéma. Méthode historique et histoire du cinéma, Paris, Nathan, 1992.

PUGET Clément, Verdun le cinéma l’événement, nouveau monde éditions, paris, 2016, 543p.

RICOEUR Paul, Temps et récit, 1 l’intrigue et le récit historique, Paris, Seuil, 1983, 404p.

DE TOCQUEVILLE Alexis, De la Démocratie en Amérique, T2, Paris, Garnier Flammarion, 1981, 416p.

VERAY Laurent, (2008). Les images de la Grande Guerre. Des archives retrouvées pour des hommes oubliés. Matériaux pour l’histoire de notre temps, 89-90(1), 5-19. https://www.cairn.info/revue-materiaux-pour-l-histoire-de-notre-temps-2008-1-page-5.htm.

Crédits photographiques:

Image à la une : Photo Julien Duvéré/Flickr. Licence CC BY-NC-SA 2.0

  1. Puget Clément, historien et Maître de conférences en Cinéma et audiovisuel à l’Université Bordeaux Montaigne, spécialiste des rapports entre Histoire et cinéma. []
  2. MARTINEZ-MALER Odette, VERAY Laurent (2008). Éditorial. Matériaux pour l’histoire de notre temps, 89-90(1), 1-4. https://www.cairn.info/revue-materiaux-pour-l-histoire-de-notre-temps-2008-1-page-1.htm. []
  3. HARTOG François,Régimes d’historicité, présentisme et expérience du temps, Paris, Seuil, 2003. []
  4. RICOEUR Paul,Temps et récit, 1 l’intrigue et le récit historique, Paris, Seuil, 1983, 404p. []
  5. LAGNY Michèle, De l’Histoire du cinéma. Méthode historique et histoire du cinéma, op. cit. []
  6. De Tocqueville Alexis, De la Démocratie en Amérique, T2, Paris, Garnier Flammarion, 1981, p 399. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.