Les archives du web sur l’inathèque

Dans le cadre d’une série d’interventions de professionnels du parcours médiation de l’histoire et des humanités numériques du master Histoire, civilisations, patrimoine : métiers des archives et des bibliothèques, médiation de l’histoire et humanités numériques, nous avons découvert les outils proposés par l’Institut National de l’Audiovisuel (Ina) à destination de la recherche en sciences humaines et sociales (SHS) au cours des enseignements de Sophie Gebeil1 et de Sophie Gillery2, et en particulier les archives du web accessibles par l’Inathèque.

La conservation des archives de la télévision par l’Ina a été abordée dans un précédent billet et nous allons ici nous attarder sur un autre aspect des missions de l’institution.  Avec la loi DADVSI, l’Ina a pour responsabilité d’archiver les pages web liées à l’audiovisuel comme les sites internet de chaînes, ou encore les pages de fans. Actuellement, l’institution capte 14 500 sites web3 , et afin de mettre à disposition des chercheurs et des étudiants ces fonds conservés, elle a l’initiative de créer l’Inathèque. C’est par ce biais qu’il est possible de consulter les archives du web rassemblées par l’Ina.  

Que sont les archives du web ?

Les archives du web sont de nouveaux matériaux pour les chercheurs en sciences humaines et sociales. La fondation Internet Archive, créée en 1996 par un américain, Brewster Kahle4, a pour but d’archiver le web mondial et comptabilise déjà 510 milliards de pages web collectées. Ces archives sont consultables librement en ligne sur le site Wayback Machine qui permet de consulter des clichés de pages web classées par date de collecte. Cependant, la recherche via cette plateforme implique de connaître l’adresse web exacte du site web ; un outil type « moteur de recherche » est alors disponible pour orienter le chercheur. Dans le cas où nous ne connaîtrions pas l’URL exacte, il est possible de faire une recherche libre, comme ci-dessous.

Capture d’écran Wayback Machine. Source : https://web.archive.org/web/*/admission%20post%20bac

Cet archivage a permis de créer de nouvelles sources pour la recherche dans les disciplines de sciences humaines et sociales. La collecte en ligne de sites, pages et fichiers est proposée aux chercheurs qui peuvent les consulter sur le long terme. Les chercheurs en histoire trouvent dans les archives du web une ouverture vers de « nouvelles perspectives historiographiques »5. En effet, ces archives vont offrir un nouveau terrain de recherche tout en multipliant les sources, notamment grâce aux différentes versions des sites que l’on retrouve dans les archives du web. Les historiens élargissent également leur champ de recherches en s’intéressant aux réseaux socioculturels comme Twitter et Facebook, ou encore avec les sites de partage de vidéos comme YouTube et Dailymotion6

Pour les chercheurs en sciences humaines et sociales, l’Inathèque et la Wayback Machine sont devenues des sources complémentaires pour les aider dans leurs études, tout en amenant de nouveaux questionnements. En effet, les archives du web posent la question de la méthodologie de travail : les données sur internet étant instables, il est difficile pour le chercheur de fixer une source qui peut être déplacée ou qui a été supprimée7 ; avec les archives du web, il est alors possible de revenir sur les différentes versions des sites et ainsi retrouver plus aisément une donnée ou une source dans le paysage en constante mutation qu’est internet.

La consultation des archives du web, notamment sur l’Inathèque, va offrir aux chercheurs de nouvelles possibilités et de nouvelles perspectives pour leurs études. Ces archives vont ainsi devenir des sources de réflexions non seulement pour le contenu informatif qu’elles présentent, mais également pour les témoignages des évolutions techniques qu’elles représentent.

Laurie Lajara et Marylène Mattei

Master 2 métiers des archives et des bibliothèques. Médiation de l’histoire et des humanités numériques

Crédits photographiques

 

  1. Maître de conférences en histoire contemporaine à Aix-Marseille Université []
  2. Documentaliste à Ina Méditerranée []
  3. Inathèque, http://www.inatheque.fr/
    (consulté le 14/01/2018) []
  4. TEXIER, Bruno, « Archivage du web : 510 milliards de pages sur Internet Archive ! » , Archimag, 22 novembre 2016, URL : https://www.archimag.com/archives-patrimoine/2016/11/22/archivage-web-510-milliards-pages-internet-archive (consulté le 13/01/2019) []
  5. GEBEIL, Sophie, « Quand l’historien rencontre les archives du Web », Revue de la BNF, 2016/2 (n° 53), p. 185-191. URL : https://www.cairn.info/revue-de-la-bibliotheque-nationale-de-france-2016-2-page-185.html 
    (consulté le 14/01/2018) []
  6. GEBEIL, Sophie , « La patrimonialisation numérique des mémoires de l’immigration maghrébine en France dans les années 2000 », RESET, mis en ligne le 30 octobre 2016, URL : https://journals.openedition.org/reset/853 (consulté le 28/12/2018) []
  7. GEBEIL, Sophie , Le web, nouvel espace de mobilisation des mémoires marginales. Les mémoires de l’immigration maghrébine sur l’internet français (2000-2013), sous la direction de Maryline Crivello (Telemme, UMR 7303 CNRS-AMU, 13100 Aix-en-Provence), cette thèse a été soutenue en décembre 2015 []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.